En Floride, une conférence masculiniste pour «féminiser» les femmes


De quoi a dresser les cheveux sur la tête de lire de telles âneries. Des hommes aux États-Unis donne une conférence pour expliquer aux femmes comment être féminine pour plaire aux hommes et être une épouse parfaite, avec tous les stéréotypes qui ont longtemps contraint les femmes à la dépendance totale à l’homme. Qu’elle soit mince, donne beaucoup d’enfant et qu’elle reste à la maison, car une femme éduquée, c’est laid. Des hommes avec de telles mentalités ne devraient même pas avoir le droit de parole en public.

Nuage


En Floride, une conférence masculiniste pour «féminiser» les femmes


Le militant masculiniste Anthony Dream Johnson. | Via 22 Convention

Le militant masculiniste Anthony Dream Johnson. | Via 22 Convention

Repéré par Claire Levenson

Repéré sur Orlando Weekly

Les organisateurs ont intitulé l’événement «Make Women Great Again», en référence au slogan de Donald Trump. Leur but est d’apprendre aux femmes à être plus féminines.

Les promoteurs de la 22 Convention décrivent leur série de conférences en Floride comme «l’événement de mansplaining du siècle». Pendant trois jours en mai 2020, une dizaine d’hommes militants masculinistes prévoient en effet d’expliquer à un public exclusivement féminin comment être des «femmes idéales».

Pour 1.999 dollars (actuellement en promotion pour 999 dollars), les participantes pourront apprendre à être «une belle femme» et à rejeter le féminisme.

Sur le site de la convention, le féminisme est représenté par une femme en colère portant des lunettes et arborant des cheveux rouges, alors que la femme idéale est assise dans un pré avec une jolie robe blanche et un panier de fleurs.

Les organisateurs promettent aux participantes d’«augmenter leur féminité de 500%», avec des conseils pour rester mince, devenir l’«épouse ultime» et avoir «un nombre illimité de bébés».

Misogynie et racisme

Le message principal de ces membres de la «manosphère» (soit les recoins misogynes d’internet) est que les femmes ne sont plus ce qu’elles étaient –trop éduquées, trop intéressées par leur carrière–, d’où le slogan:

«Make Women Great Again» («rendre aux femmes leur grandeur»).

Le fondateur de ces conférences s’appelle Anthony «Dream» Johnson, et l’un de ses messages favoris est que «les hommes préfèrent les vierges sans dettes et sans tatouages». Ces dettes sont une référence aux prêts étudiants, l’idée étant que les hommes ne veulent pas de femmes ayant fait trop d’études.

En plus de leur misogynie, de nombreux intervenants prévus à la conférence sont aussi connus pour leurs positions racistes, comme Stefan Molyneux, un YouTubeur qui défend la supériorité génétique des Blancs, ou Mike Cernovich, qui a encouragé la diffusion du «Pizzagate», une dangereuse théorie du complot contre Hillary Clinton.

Avant l’événement réservé aux femmes, une conférence de trois jours sera organisée pour les hommes (la dix-neuvième édition de la 21 Convention), dont le but est de «créer un avenir positif pour les hommes, les garçons et les pères, et de détruire l’establishment féministe».

http://www.slate.fr/

Cette banane scot­chée au mur est une œuvre d’art à 150 000 dollars


C’est complétement stupide et irresponsable de faire croire qu’une banane scotchée est une oeuvre d’art. Dépenser des milliers de dollars pour ca, c’est vraiment n’importe quoi, c’est même frustrant.
Nuage


Cette banane scot­chée au mur est une œuvre d’art à 150 000 dollars


par  Adrien Gingold

À la foire annuelle Art Basel Miami Beach qui se tient en ce moment en Floride, une œuvre a été mise en vente pour 150 000 dollars. Et pas n’im­porte laquelle, puisqu’il s’agit d’une banane scot­chée à un mur par l’ar­tiste italien Mauri­zio Catte­lan, comme l’ex­pliquait le Miami Herald jeudi 5 décembre.

Le fait qu’elle soit le fruit du travail de la star de l’art contem­po­rain la rend bien diffé­rente de n’im­porte quelle autre banane. L’œuvre existe d’ailleurs en trois exem­plaires (sous le nom de Le Comé­dien) et les deux premiers ont déjà été vendus par la gale­rie pari­sienne Perro­tin pour 120 000 dollars chacun.

Victime de son succès, le prix de la dernière banane a augmenté de 30 000 dollars. Pour ce prix-là, Le Comé­dien vous sera natu­rel­le­ment vendu avec son certi­fi­cat d’au­then­ti­cité. Et pour ceux qui se posent la ques­tion : oui, il s’agit d’une vraie banane.

Lorsqu’elle sera trop mûre, « les proprié­taires pour­ront la rempla­cer par une autre », garan­tit l’ar­tiste.

Source : Miami Herald

https://www.ulyces.co/

Rien n’arrête la bactérie qui tue les orangers de Floride (ou presque)


L’hiver, nous avons l’habitude d’avoir sur nos étalages des oranges et pamplemousses de la Floride, il semble que cette année, cela sera un peu plus compliquée et probablement plus cher. Les vergers sont au prise avec une bactérie qui vient de Chine, qui donne la maladie du dragon jaune et elle est vraiment dévastatrice.
Nuage


Rien n’arrête la bactérie qui tue les orangers de Floride (ou presque)


Rien n'arrête la bactérie qui tue les orangers de Floride (ou presque)Des agrumes infectés par la bactérie HLB dans un verger de recherche de l’université de Floride à Fort Pierce, le 19 novembre 2019© AFP/Gianrigo MARLETTA

Fort Pierce (Etats-Unis) (AFP)

Peter Spyke a deux types d’oranges dans ses vergers: celles qui sont oranges et celles qui sont vertes, invendables et responsables de l’effondrement de la production d’agrumes de Floride depuis 15 ans.

Ce cultivateur de Floride a observé, presque impuissant, au développement de la bactérie huanglongbing (« la maladie du dragon jaune » en chinois), connue universellement dans le secteur comme « HLB », et originaire de Chine. Elle a été signalée en Floride pour la première fois en 2005, et n’a cessé de conquérir des vergers depuis.

La bactérie provoque l’une des maladies les plus dévastatrices des agrumes, qu’on appelle le « greening »: les feuilles pâlissent, les fruits ne mûrissent pas sur l’arbre et restent verts, avant de tomber. La bactérie est transmise par un petit insecte du nom de psylle des agrumes.

Par rapport à la saison 2003-2004, la production d’oranges de Floride sera inférieure de 80% cette saison (la récolte dure de novembre à avril selon les variétés). Les pamplemousses sont les plus touchés.

« On a perdu des usines de jus, des emplois, des usines d’emballage », se lamente Peter Spyke, troisième génération de sa famille à cultiver des agrumes.

« Nous n’avons toujours pas trouvé comment immuniser les arbres contre HLB », dit-il en faisant visiter son verger.

Les cultivateurs de Floride n’ont généralement pas voulu arracher les arbres contaminés, ce qui fait que 90% des vergers sont infectés, alors que le Brésil ne l’est qu’à 19% tandis que l’Europe est épargnée. Les aspersions de traitements réalisées en Floride n’ont pas été efficaces. Des 7.000 cultivateurs en 2004, 5.000 ont jeté l’éponge, selon le Washington Post.

Peter Spyke, lui, a adopté une approche de long terme: tenter de trouver quelles variétés résistent naturellement mieux au HLB. Il en a plus d’une vingtaine différentes plantées sur son exploitation de 12 hectares: citrons, oranges, mandarines, pamplemousses…

Le cultivateur de 68 ans sait que cela prendra des années, mais il s’est résigné à l’idée qu’une solution miracle n’existait pas.

Il a aussi changé sa façon d’entretenir et de nourrir les arbres: « nous devons adopter des pratiques de culture qui nous aideront à lutter contre la maladie », dit-il.

L’une de ces solutions consiste à utiliser des engrais presque au compte-goutte, fréquemment, afin que l’apport en nutriments soit régulier et continu, ce qui aide apparemment certains arbres à faire mûrir les fruits.

– OGM? –

C’est l’une des recommandations prônées par un laboratoire de recherche dédié aux agrumes, à dix minutes de route de l’exploitation de Peter Spyke.

L’université de Floride maintient un centre de recherche qui emploie pas moins de 40 scientifiques, et que fait visiter un jeune chercheur, Johnny Ferrarezi.

« Tout le monde réclame une solution mais malheureusement, nous les scientifiques n’en avons pas », dit-il.

« Mais il faut dire qu’après 15 ans à gérer la maladie en Floride, nous avons accumulé beaucoup de connaissances qui peuvent nous permettre de mieux gérer les vergers ».

Le laboratoire, à force d’études et sous pression de l’industrie, a mis à disposition de nouvelles variétés qui peuvent produire plus de fruits malgré la bactérie, des variétés d’oranges et de mandarines.

Le centre suggère enfin aux exploitants une solution efficace, mais coûteuse: couvrir les arbres d’immenses filets protecteurs qui bloquent l’insecte porteur de HLB.

Dans une industrie en crise, la question des dollars revient souvent, comme ce fut le cas lors d’une réunion organisée fin novembre par le département des agrumes de l’Etat de Floride avec des exploitants.

« On a besoin que l’argent aide la recherche et le développement de futurs produits, avec le gros mot des OGM« , dit l’un d’eux, Frank Youngman.

Des agrumes OGM, le laboratoire de l’université y travaille aussi. Mais ces oranges mutantes sont loin d’être prêtes à être plantées.

https://www.geo.fr/

Trump et la fin d’une histoire d’amour


Le maire de New York qui dit bon débarras a Donald Trump et lance ces condoléances à la Floride, c’est du jamais vue ! C’est de l’audace de la part de ce maire, en tout cas, ces citoyens semble être d’accord.
Nuage


Trump et la fin d’une histoire d’amour


(New York) «Bon débarras», «condoléances à la Floride» : beaucoup de New-Yorkais applaudissaient vendredi la décision de Donald Trump de ne pas revenir à Manhattan après son départ de la Maison-Blanche, qui vient sceller la rupture entre le président américain et une ville dont il semblait l’incarnation.

CATHERINE TRIOMPHE
AGENCE FRANCE-PRESSE

Donald Trump a confirmé jeudi sur Twitter avoir déclaré son complexe hôtelier de Mar-a-Lago, en Floride, comme sa résidence principale, plutôt que son luxueux triplex au sommet de la tour Trump. Ce gratte-ciel sur la célèbre 5e Avenue de Manhattan, près de Central Park, est devenu le point de ralliement de nombreuses manifestations anti-Trump depuis son élection en 2016. 

Enfant du quartier Queens, l’ex-entrepreneur immobilier de 73 ans a confirmé qu’il préférait désormais le soleil de la Floride, citant une fiscalité new-yorkaise particulièrement lourde et l’hostilité que lui voue aujourd’hui la capitale financière américaine, bastion démocrate qui a voté à 80% pour Hillary Clinton.

«J’adore New York, et les New-Yorkais, et ce sera toujours le cas, mais malheureusement, en dépit des millions que je paie en impôts à la municipalité, aux collectivités locales et à l’État chaque année, j’ai été très mal traité par les élus à la fois de la ville et de l’État», a-t-il regretté.

Echange amer

La décision a été saluée d’un «Bon débarras!» par le maire comme par le gouverneur de New York, Bill de Blasio et Andrew Cuomo, déclenchant un échange amer avec le président par Twitter interposé.

«Ce n’est pas comme s’il payait ses impôts, de toute façon», a ironisé le gouverneur Cuomo, en allusion aux soupçons de fraude fiscale qui entourent le président, qui a toujours refusé de publier ses déclarations. 

Cela lui vaut une enquête du procureur de Manhattan, qui lui réclame huit années de déclarations, dont il n’est pas exclu qu’elle débouche un jour sur une inculpation.

Donald Trump a rétorqué que maire et gouverneur laissaient New York «redevenir sale et dangereuse», et dénoncé leurs politiques qui font que «beaucoup de gens quittent notre cher New York».

Reste que plusieurs habitants de la métropole interrogés vendredi saluaient aussi son départ.

«Je ne veux pas qu’il revienne. C’est juste trop d’ennuis, trop d’embouteillages», a indiqué Joe, un ingénieur de 34 ans, refusant de donner son nom de famille.

Yovo Addo, médecin de 38 ans, New-Yorkais de naissance, était plus nuancé.

«Il a fait beaucoup de choses pour la ville, y compris de la philanthropie», a-t-il estimé. «Mais il a aussi pris des décisions controversées. Il n’est pas bon pour une ville à la population aussi diverse. S’il revenait et qu’il voulait à nouveau imposer ses idéaux, je ne crois pas qu’on tolérerait ses idées».

De fait, la décision de Donald Trump semble entériner son désamour pour une ville dont il a longtemps représenté «le dur esprit des affaires» avec tous ses excès, souligne Sam Abrams, professeur de sciences politiques à l’université Sarah Lawrence, près de New York.

https://www.lapresse.ca/

Aux États-Unis, une chaîne de magasins détruit 5 millions de dollars d’armes


Une chaine de magasin de sport le Dick’s Sporting Goods, a lancé un message fort a propos des armes à feu semi-automatique utilisé dans les fusillades. Il ne fait pas juste cesser la vendre les fusils d’assaut, il les a aussi détruite une valeur de 5 millions de dollars US. Et une perte de vente d’environ 250 millions de dollars.

Nuage


Aux États-Unis, une chaîne de magasins détruit 5 millions de dollars d’armes

Des armes à vendre en Virginie, en octobre 2017. | Jim Watson / AFP 

Des armes à vendre en Virginie, en octobre 2017. | Jim Watson / AFP

Repéré par Claire Levenson

Les enseignes Dick’s Sporting Goods avaient arrêté de vendre des armes semi-automatiques après la fusillade de Parkland, en 2018.

Repéré sur CBS

Avant la fusillade qui a fait dix-sept victimes au lycée de Parkland en février 2018, la chaîne de magasins de sport Dick’s Sporting Goods vendait aussi bien des baskets et des t-shirts que des fusils d’assaut.

Après cette tuerie en Floride, son PDG Ed Stack avait annoncé que ses établissements cesseraient de vendre des armes semi-automatiques. Celles qui restaient en stock –pour une valeur totale de 5 millions de dollars– ont été détruites et transformées en ferraille.

«Je me suis dit: “Vous savez quoi? Si on veut vraiment que ces armes ne se retrouvent pas aux mains de tout le monde, il faut les détruire”», avait déclaré l’homme d’affaires.

Le tueur de Parkland avait acheté l’une de ses armes chez Dick’s, qui compte plus de 700 magasins aux États-Unis, et même si elle n’a pas été utilisée pour le massacre, la direction de la chaîne a voulu changer de politique.

Transformation radicale

Le retrait de ces semi-automatiques a fait perdre environ 250 millions de dollars à Dick’s Sporting Goods. La vente d’autres types d’armes à feu a également été bannie dans une centaine de ses magasins, tout comme la vente d’armes et de munitions aux moins de 21 ans –dans de nombreux États américains, il est encore possible d’acheter un semi-automatique à partir de 18 ans.

À la suite des nombreuses fusillades récentes, plusieurs chaînes de magasins ont pris des mesures similaires (Walmart a cessé de vendre des pistolets et n’autorise plus sa clientèle à venir armée), mais Dick’s a opéré la transformation la plus radicale jusqu’à présent.

L’annonce du groupe a été saluée par plusieurs personnalités politiques, notamment par le candidat démocrate à la présidentielle Beto O’Rourke:

«Dick’s Sporting Goods fait plus que le Congrès pour protéger les Américains des armes semi-automatiques», a-t-il tweeté.

Au début de l’année 2019, la Chambre des représentants (à majorité démocrate) avait fait passer une loi pour imposer des vérifications d’antécédents pour toutes les ventes d’armes, y compris les ventes privées ou en ligne, mais cet effort avait été bloqué au Sénat (à majorité républicaine).

http://www.slate.fr/

Cette tortue est morte avec 104 morceaux de plastique dans l’estomac


En Floride, l’automne c’est l’éclosion des oeufs de tortues. Ces bébés une fois sortie doivent se dépécher de quitter la plage pour atteindre la mer ou ils trouveront tout pour survivre. Certaines n’y parviendront pas. Des organismes existent justement pour les aider. Malheureusement, sur les algues se trouve des morceaux de plastique que les tortues mangeant et des conséquences peuvent subvenir comme pour cette toute petite tortue qui est morte avec 104 morceaux de plastique dans son estomac.

Nuage


Cette tortue est morte avec 104 morceaux de plastique dans l’estomac

Cette jeune tortue de mer est morte en Floride. 104 morceaux de plastique ont été retrouvés dans son

GUMBO LIMBO NATURE CENTER / FACEBOOKCette jeune tortue de mer est morte en Floride. 104 morceaux de plastique ont été retrouvés dans son estomac.

Du fait de la présence de déchets dans leur estomac, les jeunes tortues ont un sentiment de satiété et oublient de s’alimenter jusqu’à dépérir.

  • Par Paul Guyonnet, HuffPost France

Un triste rappel à l’ordre. En ce début d’automne, sur les côtes de Floride, l’heure est à l’éclosion des œufs de tortues. Les petits animaux se jettent ensuite dans les eaux de l’Atlantique pour débuter leur vie, tenter de se nourrir et entamer leur croissance.

Au cours de ce processus, toutes n’y parviennent pas forcément, et certaines sont rejetées sur le rivage. Là, les petites tortues peuvent être prises en charge à temps par des défenseurs de la cause animale et des refuges, mais en dépit de cette aide, nombre d’entre elles ne survivent pas aux premiers jours de leur vie.

C’est ce qui est arrivé au petit animal dont le Gumbo Limbo Nature Center a publié la photographie, mardi 1er octobre dernier. Cette réserve située à Boca Raton, au nord de Miami, s’occupe autant que possible des tortues de mer, surtout en cette période de l’année. Mais pour ce reptile-ci, il était déjà trop tard.

«Il était faible et émacié. On pouvait dire d’emblée qu’il n’allait pas bien», a expliqué Emily Mirowski, une biologiste marine du centre à CNN. 

Comme l’a expliqué sur Facebook l’équipe de la réserve, la tortue, suffisamment petite pour tenir dans la paume d’une main, a ainsi été victime de la pollution au plastique des océans. À tel point que 104 morceaux de plastiques ont été découverts dans son estomac au cours de l’autopsie pratiquée pour comprendre sa mort. 

La page Facebook du Gumbo Limbo Nature Center ajoute dans sa publication que 100% des petits animaux retrouvés morts sur les plages floridiennes ou décédés après leur prise en charge ont eux aussi ingéré du plastique.

«C’est quelque chose que l’on voit depuis des années, et c’est bien que les gens puissent enfin réaliser ce que la pollution représente. Avec un peu de chance, cela va leur donner envie de faire bouger les choses», a déclaré la biologiste marine du centre, toujours à CNN. 

Normalement, après leur éclosion, les petites tortues se jettent à l’eau pour tenter de rejoindre des sargasses, ces algues situées en mer et auxquelles elles peuvent s’accrocher pour passer les premières années de leur vie. Mais une partie d’entre elles n’y parviennent pas et se retrouvent échouées après quelques semaines. 

«Le problème de la pollution au plastique des océans, c’est que les déchets s’accrochent aussi dans les algues. Une fois que les micro-plastiques sont pris dans les algues, les bébés tortues pensent qu’il s’agit de nourriture», poursuit Emily Mirowski.

Avec un sentiment de satiété dû à la présence de ces déchets dans leur estomac, les tortues ne se nourrissent plus normalement et souffrent ensuite de carences alimentaires. 

Le centre Gumbo Limbo et ses biologistes tentent donc de venir en aide aux animaux en leur donnant des fluides censés leur permettre de digérer tant que faire se peut le plastique, avant de s’alimenter à nouveau normalement. Mais pour certaines tortues, il est déjà trop tard quand les soigneurs les prennent en charge.

«Il faudrait réduire notre utilisation de plastique au maximum. Pas seulement recycler, mais éliminer complètement notre usage du plastique au quotidien. Chaque bout de plastique produit est toujours dans la nature, c’est juste qu’il se divise en morceaux minuscules», alerte Emily Mirowski. Ceux-là même qui finissent ensuite dans l’estomac de tortues marines en Floride. 


Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Une fillette de 6 ans arrêtée après avoir piqué une crise de colère à l’école


Heu !!! Bien qu’une crise d’enfant est parfois difficile à gérer et qu’un coup de pied a un adulte ou même un autre enfant devrait avoir une conséquence…. L’arrestation, poursuivie de coup et blessure et tout le processus de la détention d’une fillette de 6 ans par la police américaine et un peu trop extrême.
Nuage


Une fillette de 6 ans arrêtée après avoir piqué une crise de colère à l’école


Kaia, une petite fille de 6 ans originaire de Floride, a été menottée et conduite dans un centre de détention après avoir piqué une crise de colère en classe. Choquée par les faits, sa grand-mère a contacté la presse

Ce jeudi 19 septembre, Meralyn Kirkland a reçu un appel de l’école primaire de sa petite-fille Kaia pour lui informer que cette dernière avait été placée en garde à vue. La fillette de 6 ans a été arrêtée après avoir piqué une crise de colère en classe et avoir donné un coup de pied à un membre du personnel de l’établissement. Elle a été menottée et conduite dans un centre de détention juvénile d’Orlando, à plus de 12 kilomètres de son école, où ses empreintes digitales ont été relevées et où elle a été photographiée comme une criminelle, selon le rapport des forces de l’ordre.

“J’ai dit: ‘Comment ça, elle a été arrêtée?’, et on m’a répondu: ‘Il y a eu un incident à l’école, elle a frappé quelqu’un’”, a raconté Meralyn à la télévision locale  WFLA-TV, avant d’ajouter, abasourdie: “Elle est poursuivie pour coups et blessures!”

“Aucun enfant de 6 ans ne devrait pouvoir dire qu’il a été menotté et qu’il se trouvait à l’arrière d’une voiture de police qui l’emmenait dans un centre pour mineurs afin de prendre ses empreintes digitales et se faire prendre en photo”, a-t-elle ajouté.

Selon le site d’information local Click Orlando, un deuxième enfant âgé de 8 ans a également été arrêté par le même policier ce jour-là. Une enquête interne est en cours.

https://www.7sur7.be