Le Saviez-Vous ► Oui, ces 10 objets de célébrités se sont VRAIMENT retrouvés aux enchères


La stupidité humaine est vraiment sans limite. Je peux concevoir qu’on puisse aimer certaines stars, mais en faire des idoles très peu pour moi. L’idolâtrie de ces célébrités va jusqu’à vendre n’importe quoi pour des milliers de dollars. Franchement ! Des caleçons sales d’Elvis, c’est dégoutant. Un mouchoir, une rayon-x ou pire de l’air d’une vedette, cela vaut vraiment la peine de débourser autant ? Il y aurait des dépenses plus productives que ce genre de conneries
Nuage

 

Oui, ces 10 objets de célébrités se sont VRAIMENT retrouvés aux enchères

 

Seriez-vous prêt à acheter un caleçon sale ou un soutien-gorge déjà porté de votre artiste préféré?

  •  

  • HuffPost Québec

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour? D’autant plus, lorsque cet amour est dirigé vers une personne qu’on «idolâtre». L’amour n’a pas de prix, dit-on… Et les sites de ventes aux enchères l’ont bien compris. Sur ces sites, on retrouve de nombreuses annonces étonnantes comme des petits bouts de célébrités (mèches, ongles, dents) ou des objets farfelus. Le HuffPost Québec revient sur les ventes les plus surprenantes.

10. Rouleau de papier de toilette appartenant à Kanye West

CAPTURE D’ÉCRAN EBAY

À la dixième place de notre palmarès, on retrouve le phénoménal Kanye West et son rouleau de papier toilette terminé. Selon une ancienne annonce publiée sur le site eBay, ce rouleau proviendrait de la chambre d’hôtel du rappeur. Le vendeur a également expliqué la manière dont il l’aurait obtenu. Il semblerait qu’un de ses amis travaillait à l’un des hôtels où le couple, Kim Kardashian et Kanye West, a séjourné.

9. La cabane au fond du jardin de Snoop Dogg

GETTY IMAGES FOR ADIDASL

Snoop Dog a mis en vente sa petite cabane de jardin, qu’il considérait comme son «sanctuaire», afin de récolter des fonds pour sa ligue de football, Snoop Youth Football League. Dans ces quatre murs, l’artiste aurait connu des moments «mémorables» avec de nombreuses célébrités.

8. Le mouchoir de Scarlett Johannson

CAPTURE EBAY

Lors de son passage à l’émission The Tonight Show with Jay Leno, Scarlett Johannson avait mis en vente son mouchoir utilisé. Le montant recueilli: 5 300 $US. La somme avait été donnée à l’association caritative USA Harvest.

MARTINO PEREZ / CAPTURE VIDÉO

7.Le soutien-gorge de sport de Jennifer Lawrence

HTTP://NATEDSANDERS.COM/

Le soutien-gorge de sport de Jennifer Lawrence avait été mis en vente en 2013 sur le site Nate D. Sanders. Il a trouvé preneur pour 3 175 $US. L’actrice avait porté ce sous-vêtement dans le film Happiness Therapy.

6. La mèche de cheveux de Justin Bieber

GETTY IMAGES

Lors de son passage dans l’émission d’Ellen DeGeneres en 2011, Justin Bieber a remis à la présentatrice une boîte qui contenait une mèche de ses cheveux. Celui-ci a demandé par la suite à l’animatrice de la vendre pour qu’une association caritative puisse profiter de la somme. La mèche de cheveux a été vendue sur eBay pour 40 668 $US.

5. Un caleçon sale d’Elvis

DAVE THOMPSON – PA IMAGES VIA GETTY IMAGES

Qui pourrait bien se procurer cette chose… répugnante? Ce caleçon usé et taché a été mis aux enchères, le 8 septembre 2012 à Stockport au Royaume-Uni, par Omega Auctions, pour 7 000 livres sterling (environ 12 500 $CAN). Elvis Presley aurait porté ce sous-vêtement lors d’un concert en 1977, selon BBC. Malheureusement, le caleçon du chanteur n’a pas remporté le succès escompté. Les enchères n’ont pas atteint le montant minimal imposé. C’était le père d’Elvis, Vernon Presley, qui aurait fourni le sous-vêtement. Les organisateurs de la vente assuraient que ce boxer «authentique» n’avait jamais été lavé

4. Une radiographie des poumons de Marilyn Monroe

JULIEN’S AUCTIONS, AFP / GETTY IMAGES

En 2010, trois radiographies de la poitrine et du bassin de Marilyn Monroe prises lors d’une visite en 1954 avaient été vendues aux enchères pour 45 000 $.

3. Un tableau d’Amy Winehouse réalisé avec son sang

AOL

Un tableau d’Amy Winehouse réalisé avec son sang a été mis aux enchères par Pete Doherty.

Selon The Independent, Winehouse a aidé Doherty à créer le chef-d’œuvre – qui croyait obtenir aux enchères 80 000 £ (près de 143 000 $CAN). Mais le tableau a été vendu pour 35 000 £ (près de 63 000 $CAN).

«Elle était au téléphone avec son père quand elle l’a fait», avait déclaré Pete Doherty au journal The Independent. «Elle a dit: « Papa, je suis avec Pete et il fait un portrait de moi avec mon sang! » Son père ne m’a pas beaucoup aimé.»

Voir l'image sur Twitter

2. L’eau d’une piscine dans laquelle Tom Cruise s’était baigné

CAPTURE D’ÉCRAN EBAY

En 2012 sur eBay, un internaute avait mis aux enchères une bouteille contenant 110 ml d’eau d’une piscine où Tom Cruise et Katie Holmes s’étaient baignés. La bouteille a été vendue «avec son certificat d’authenticité» pour 135,50 $US (175 $CAN).

1. L’air de Kanye West

Voir l'image sur Twitter

Non, vous ne rêvez pas! De l’air dans un sachet, mais pas n’importe lequel… celui de Kanye West. En fait, plusieurs sacs étaient disponibles. Il semble qu’un d’eux aurait été vendu plus de 60 000 $US Vraiment?

L’air proviendrait d’un concert de la tournée mondiale, Yeezus, du rappeur. À la suite de la publication, Kim Kardashian avait réagi sur son compte twitter :

«Waouh, il peut vendre n’importe quoi! LOL RT « http://dailym.ai/1MczfNY : 65 000 $ pour un sac d’air d’un concert de Kanye West»

https://quebec.huffingtonpost.ca/

L’art du tissage au Moyen-Âge


Il a bien fallu que l’être humain se protège contre les éléments du temps tel que le soleil, le froid, la pluie… Bien que les peaux d’animaux eurent été probablement les premiers vêtements, nos ancêtres ont compris que d’autres matériaux pouvaient être fort utiles s’ils étaient travaillé tel que le lin et la soie. Ce fut alors un élan pour les vêtements, tapisseries …
Nuage

 

L’art du tissage au Moyen-Âge


(
Source)

Nos musées et centres d’interprétation regorgent d’histoires fascinantes et mettent souvent en lumière le savoir-faire de nos ancêtres dans les arts traditionnels, nous faisant réaliser la quantité de travail nécessaire pour produire plusieurs biens avant l’ère industrielle. Un exemple? Intéressons-nous brièvement à cet art qu’était le tissage au Moyen Âge.

L’importance du travail des textiles:


Cardage et tissage de la laine
Début 15e siècle
(
Source)

Se vêtir a toujours été une nécessité pour l’être humain depuis la fin de la Préhistoire. Les Mésopotamiens et les Égyptiens de l’Antiquité avaient découvert comment travailler la fibre du lin, alors qu’en Europe la laine devint plus facile à travailler et plus adéquate pour le rude climat de plusieurs régions. Produire des vêtements impliquait un long processus partant de la tonte, au nettoyage de la laine, à son cardage, à son filage au rouet puis à son tissage pour produire des étoffes. Ces dernières servaient ensuite pour la confection de vêtements certes, mais aussi de draps!


Tissage vers 1336
Photo:
Saiko

La qualité des tissus ainsi fabriqués variait selon les types de lainage utilisés et surtout leur méthode de tissage qui permettait de produire soit des tissus grossiers à prix abordables comme la serge ou ce qu’on appelait des tiretaines, mais aussi des vêtements pour les aristocraties et les monarchies faites de lin et grâce à un commerce avec l’Orient, de soie. À cet égard, la mythique route de la soie était d’une importance capitale pour permettre aux tisserands européens de fabriquer des vêtements de luxe avec ces tissus légers et très colorés à partir des XIIe-XIIIe siècles.


Caftan de soie de Syrie
IXème siècle
(
Source)

La production de ces étoffes fut au départ très importante en Italie et en Espagne, portes d’entrée du commerce avec l’Orient, mais partout en Europe, les métiers textiles firent partie des activités économiques les plus importantes du Moyen Âge. Plusieurs artisans avaient leur spécialité comme le filage, la teinturerie ou le tissage et formaient des apprentis pour les aider dans leurs commandes. Avec l’augmentation des achats au cours du XIIIe siècle, un véritable système commercial vit le jour. Les marchands fournissaient les matières premières aux artisans qui les transformaient pour que les marchands les revendent ensuite.

De véritables chefs-d’œuvre: les tapisseries:


La Dame à la licorne
XVe-XVIe siècles
(
Source)

Si les rois, reines et seigneurs habitaient souvent des châteaux, ces derniers étaient faits de murs de pierre qui rendaient les pièces très humide peu importe les saisons. Ceux qui en avaient les moyens se faisaient donc confectionner de magnifiques tapisseries pour non seulement décorer les murs et démontrer leur richesse, mais aussi pour réchauffer les pièces principales de leurs demeures. Ces œuvres d’art étaient réalisées par de grands maîtres tisserands et la Belgique, notamment Bruxelles, a eu la réputation de produire les plus belles tapisseries d’Europe au Moyen-Âge.


La tapisserie de Bayeux
(
Source)

Pour réaliser de telles œuvres, un maquettiste réalisait tout d’abord un dessin préparatoire qui était ensuite agrandi par un cartonnier sur un carton de dimensions semblables à celles de la tapisserie désirée. Il fallait par ailleurs inverser l’image pour que, une fois tissé, le dessin puisse être la réplique du modèle à l’endroit. Le maître tisserand ou lissier procédait ensuite au long travail de tissage des fils de couleur pour créer l’œuvre.

Le lin à l’honneur à Deschambault cet été:


Cécile Dachary
Photo:
Denis Baribault

Par ailleurs, si le tissage et le travail du textile vous intéressent, le village de Deschambault dans la région de Portneuf propose cet été un mariage entre l’histoire du lin et du tissage et l’art contemporain dans le cadre de sa 7e Biennale internationale. Une belle occasion de visiter des sites patrimoniaux dans lesquels des artistes exploitent avec le fil conducteur du lin la thématique du passé inaperçu.

En tant que porte-parole de l’événement qui se déroule jusqu’en octobre, je vous invite à faire un petit tour dans notre beau village!

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron

http://www.historiatv.com

Un ordinateur a peint un «nouveau Rembrandt» après avoir analysé le style de l’artiste


C’est une expérience intéressante, mais je suis d’avis du journaliste qu’on ne pourra jamais remplacer un chef d’oeuvre par l’intelligence artificiel, car il n’a pas les émotions de l’artiste au moment précis qu’il peint son oeuvre
Nuage

Un ordinateur a peint un «nouveau Rembrandt» après avoir analysé le style de l’artiste

 

Par Grégory Rozières

Depuis quelques années, les rapport alarmants s’enchaînent, prédisant sous peu le remplacement de millions d’emplois peu qualifiés par des robots. Et si les algorithmes arrivaient même à remplacer les artistes? Mardi 5 avril, un « nouveau Rembrandt » a été dévoilé. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une oeuvre du maître mort il y a près de 350 ans, mais d’un ordinateur.

Dans une vidéo, les auteurs du projet expliquent comment ils ont programmé un ordinateur pour qu’il analyse les centaines d’oeuvres de l’artiste pour arriver à le copier.

« Nous avons utilisé la technologie et les données comme Rembrandt a utilisé ses stylos et ses pinceaux pour créer quelque chose de nouveau », affirme Ron Augustus de Microsoft, qui a participé à l’expérience avec la banque ING, l’université de Delft et deux musées néerlandais.

Comment? En utilisant des scanners 3D et le deep learning, cette branche de l’intelligence artificielle qui permet à un logiciel d’apprendre via un grand nombre d’exemples. Une fois que la machine a analysé les tableaux du peintres, elle a regardé certaines caractéristiques, comme le genre, l’âge et la direction du regard des portraits de Rembrandt.

Un portrait robot

Pour coller le plus possible au style du maître, le nouveau tableau devait avoir plusieurs caractéristiques. Ce devait être un portrait d’un homme de 30 à 40 ans, caucasien, avec une barbe ou une moustache, des vêtements noirs, une collerette, qu’il porte un chapeau et qu’il regarde vers la droite.

Les auteurs ont ensuite commencé à analyser plus spécifiquement les portraits de Rembrandt correspondant à cette définition. L’analyse de ces données très précises (le nez, les yeux, la bouche), leur a permis de recréer un de ces éléments à la façon du peintre. Il fallut ensuite définir un algorithme capable d’analyser les proportions des visages des tableaux.

Une fois que l’ordinateur savait ce qu’il voulait faire, encore fallait-il le reproduire sur une toile. Pour ce faire, l’équipe a utilisé une imprimante 3D? Pourquoi? Car une peinture est réalisée en 3D, il y a une certaine profondeur liée aux différents coups de pinceaux de l’auteur.

« Notre but était de créer une machine qui travaille comme Rembrandt afin de mieux comprendre qu’est-ce qui fait d’un chef d’oeuvre un chef d’oeuvre », a déclaré à la BBC Emmanuel Flores, directeur du projet. « Je ne pense pas que l’on puisse remplacer Rembrandt, il est unique », a-t-il toutefois précisé.

D’autres sont moins enthousiastes, comme le critique d’art du Guardian Jonathan Jones, qui considère que cette « tromperie » réalisée par des « fous » est une « nouvelle manière de moquer l’art ».

nouveau rembrandt

Si le style de la peinture réalisée par l’ordinateur semble proche de celles du maître, pour le journaliste ce n’est pas le cas.

« Ce nouveau tableau singe le style premier de Rembrandt, qui était lumineux, dynamique et brillant. Mais au fil de sa vie et de ses souffrances, la perte de sa femme, sa fortune, son statut, Rembrandt a abandonné ce « style » pour dire la vérité crue », affirme-t-il.

Le portrait devrait être exposé au public, mais aucune date n’a encore été communiquée.

Que cela plaise ou non, les algorithmes n’en finissent plus de s’immiscer dans l’art. Google a même créé l’année dernière un mouvement artistique, « l’inceptionnisme ». A l’origine, les ingénieurs ont développé une intelligence artificielle fonctionnant encore une fois sur le principe du deep learning.

Après lui avoir montré des millions d’exemples de formes, la machine devait normalement reconnaître des choses précises, comme des animaux. Mais les ingénieurs lui ont demandé de pousser la reconnaissance un peu plus loin:

« Qu’importe ce que tu y vois, je veux le voir encore plus. »

En forçant le trait, le logiciel a reconnu dans les nuages d’étranges animaux, notamment un cochon-escargot, un oiseau-chameau et un poisson-chien.

chien cochon chameau chien poisson

Une fois que Google a publié le code source permettant à tout un chacun de refaire l’expérience, de nombreux internautes se sont amusés à voir ce que l’algorithme allait dessiner au gré de différentes photos.

Ici, encore plus que pour le « nouveau Rembrandt », l’idée de création artistique est présente. Dans quelques années, nous nous poserons peut-être la question du titre phare de l’écrivain Philip K. Dick, les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?

http://quebec.huffingtonpost.ca/