La mort


Étant donné que Novembre on souligne a notre façon la mort de personnes que nous avons perdus … Certains le vivent plus difficilement que d’autres car cette perte c’est une partie de notre propre histoire qui meurent avec eux
Nuage

La mort

 

Ce n’est pas parce que les autres sont morts que notre affection pour eux s’affaiblit, c’est parce que nous mourons nous-mêmes.

Marcel Proust

Les temps changent


Les temps ont changé, nous sommes conscients que nous avons plus mais nous en faisons moins, que avons tellement de chose que nous accumulons et nous n’en sommes pas plus heureux .. Au moment qu’on prend conscience que la simplicité est sans doute le meilleur moyen pour vivre sa vie
Nuage

LES TEMPS CHANGENT

Nous avons des édifices plus haut mais de moins belles vues,
gagnons beaucoup plus, mais en avons moins,
avons de plus grandes maisons mais de plus
petites familles,
plus d’appareils ménagers mais moins de temps,
plus de diplômes mais moins de bon sens,
plus de savoir, moins de jugement,
plus d’experts, plus de problèmes,
plus de médecins, moins de soins,
plus de remèdes mais plus de maladies.

Nous avons multiplié nos possessions mais réduit nos valeurs,
avons réussi dans la vie mais pas notre vie,
avons ajouté des années à la vie mais pas de vie aux années,
allons sur la lune mais incapable de parler à nos voisins,
planifions beaucoup sans accomplir beaucoup,
apprenons à nous dépêcher mais sommes jamais patients,
avons des revenus plus hauts mais le moral plus bas.

C’est le temps des "fast food" et des digestions lentes,
des hommes plus grands mais des caractères plus faibles,
des loisirs plus nombreux avec moins de plaisir,
des belles maisons mais des foyers brisés.

C’est le temps des voyages éclairs,
des aventures d’un soir,
des pilules pour rire ou pour s’endormir,
des bébés éprouvettes,
des clônages et des opérations d’un jour.

C’est le temps des grandes technologies…

(Auteur inconnu)

Le saviez-vous ► expression : Faire le pied de grue


La première image que l’on pense quand on dit faire la grue est bien sur l’oiseau qui se tiens pendant de long moment sur une patte
Nuage

Faire le pied de grue 


 Attendre en position debout

Hormis le fait d’avoir pour ancêtres Faire la jambe de grue, au XVIIème, puis faire de la grue ou faire la grue au XVIème, notre expression se révèle riche en explications diverses.

Tout d’abord, le terme de grue pourrait être un substantif issu du verbe gruer, signifiant attendre, d’après Maurice Scève.

Bonaventure des Périers quant à lui préfère évoquer l’oiseau que vous voyez en image, la métaphore étant liée au fait que cet échassier migrateur se tient, au repos, sur une seule patte, totalement immobile… position jugée aussi inconfortable que, pour un humain, le fait de rester debout durant de longs moments alors qu’il pourrait s’asseoir pour mieux se détendre.

C’est d’ailleurs le fait que ce "choix" de rester dans une position incommode soit considéré comme, peut-être, un peu illogique, voire peu intelligent, qui amène à considérer les emplois du terme "grue" au XVIème, pour découvrir qu’ils étaient majoritairement utilisés péjorativement.

Pour exemples : être grue = être sot, suivre la multitude comme les grues = assimilable à notre expression comme des moutons, s’en aller comme des grues = sans savoir où aller,
et être planté comme une grue =
aujourd’hui, l’expression adéquate serait faire le poireau.

Il existe un autre sens au terme grue, assimilé à celui de notre expression, puisqu’il se réfère à la position de ces femmes, toujours debout.. sur le trottoir… : prostituée.

C’est ainsi que l’expression elle-même peut désigner le travail de ces dames, et leur position d’attente de clients.

Et, parce que parfois, faire une digression est tout aussi utile que de faire le choix de rester debout pour mieux dominer la situation, je m’interroge sur le fait que, si tous ces animaux qui nous ont inspiré il y a plusieurs siècles des expressions utilisées aujourd’hui encore, venaient à disparaître – plusieurs espèces de grues étant aujourd’hui classées comme espèces protégées… notre langue si riche pourrait aussi en pâtir plus que sérieusement…

En les protégeant, en les respectant, nous contribuons aussi, mine de rien, à sauvegarder notre culture…

Et, pour finir, pour la "culture et toc" si chère à mon coeur…

 
http://www.francparler.com

 

Serpents mortels


Bon, je sais que plusieurs n’aiment pas les serpents … mais ce sont des créatures qui ont une place dans leur environnement, les photos sont vraiment superbes … et puis vaut mieux les voir ainsi qu’être face à face, surtout que ces serpents peuvent être très dangereux voir mortel … donc pas de danger de se faire mordre en les admirant .. car ils sont magnifiques enfin vue leur aspect
Nuage

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

Serpents mortels

http://natgeotv.com

Des pièges pour suicidaires


C’est le comble, on faisant des recherches sur internet, on peut trouver plus facilement des recettes pour se suicider que de l’aide. Internet est un très bon outils mais comporte aussi de grandes lacunes et au nom de la liberté d’expression il est difficile de sévir contre ce fléau
Nuage

Des pièges pour suicidaires

Des pièges pour suicidaires

Marie-Claude Malboeuf
La Presse

La « grande majorité » des jeunes suivis à l’Hôpital de Montréal pour enfants après une tentative de suicide ont fréquenté des sites web ou forums de discussion prônant la mort et expliquant comment s’enlever la vie.

« C’est un problème effrayant, parce que les jeunes y trouvent des recettes plus létales qu’ils n’auraient jamais pu imaginer autrement. Cela donne lieu à des tentatives très sérieuses. On les sauve par miracle », affirme la chef du programme de soins pédopsychiatriques de l’hôpital, Lila Amirali, qui voit de plus en plus de cas du genre.

« Après être passés à l’acte, souvent, les gens nous appellent. Ils veulent de l’aide. Si quelqu’un leur a donné une méthode trop efficace, on risque de ne pas arriver à temps », s’inquiète de son côté Philippe Angers, coordonnateur clinique à la ligne d’aide Suicide Action Montréal.

Aux États-Unis, en Europe, en Asie, partout, des chercheurs et psychiatres déplorent l’explosion de « suicides assistés par Internet ». Des personnes de 13 ans à 52 ans ont déjà été retrouvées mortes à quelques pas de leur ordinateur, une page d’instructions encore affichée. Des méthodes tout à fait inusitées se répandent soudain au-delà des frontières. Des étrangers concluent des pactes mortels, quittant leur pays pour se rejoindre.

« Certains sites donnent des listes de choses à acheter et des détails atroces : comment faire le noeud, comment le positionner », constate la pédopsychiatre Lila Amirali, qui prend maintenant soin de mettre en garde ses jeunes patients.

Il y a trois jours à peine, le forum du genre le plus connu affichait deux messages éloquents :

« Cherche une équipe pour mourir » et « Toujours à la recherche d’un partenaire vers la sortie ».

En Grande-Bretagne, l’organisme de prévention Papyrus dit avoir recensé 45 cas de jeunes morts après avoir suivi les conseils de ce même forum, où ne cesse de réapparaître un mode d’emploi de 30 pages exposant plus de 100 méthodes dans les moindres détails.

« Ce genre de site est souvent alimenté par des jeunes qui se servent d’Internet pour évacuer leurs idées morbides. Cela les soulage, et après, ils ne sentent plus le besoin de passer à l’acte. Mais ce vomissement public peut être très néfaste pour d’autres. Ce sont des pièges à mouches pour suicidaires », analyse le Dr Lila Amirali.

« En ligne, les gens ont plus de chances de trouver des instructions pour s’enlever la vie que de l’aide », dénonce pour sa part Rory Butler, fondateur de Your Life Counts, organisme de prévention pancanadien.

Devant de tels encouragements, reculer revient parfois à « perdre la face », observe le chercheur Pierre Baume, qui a publié l’une des premières recherches sur le sujet.

Pendant deux semaines, un homme de 26 ans a recueilli auprès des autres de l’information fatale, tout en précisant avoir peur d’aller de l’avant et craindre de peiner ses proches. Personne ne l’a freiné.

Puisqu’ils se sentent exclus et incompris ailleurs, les membres de ces forums peuvent y trouver un certain réconfort. Le problème, c’est qu’ils portent tous les mêmes lunettes teintées, souligne le directeur de l’Association québécoise de prévention du suicide, Bruno Marchand.

« Quatre-vingt-dix pour cent des gens qui se suicident souffrent de maladie mentale, dit-il. Comme lorsqu’on a bu trop d’alcool, ce n’est pas la période où l’on fait les meilleurs choix. »

Illégal

Au Canada, l’article 241 du Code criminel est clair : quiconque conseille à une personne de se donner la mort ou l’encourage à le faire est passible de 14 ans de prison, que le suicide s’ensuive ou non.

« Il faut s’être adressé à une personne en particulier. Envoyer un message général disant qu’on est pour le suicide semble être protégé par la liberté d’expression, comme si on l’écrivait dans un livre », nuance le professeur Pierre Trudel, spécialiste du droit d’Internet à l’Université de Montréal. La loi canadienne est par ailleurs impuissante devant les sites étrangers.

« On pourrait plutôt convaincre les moteurs de recherche comme Google d’accorder la priorité aux sites d’aide ou d’ouvrir systématiquement une fenêtre qui en offre », suggère Brian Mishara, directeur du Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie (CRISE), situé à l’Université du Québec à Montréal.

En 2006, après des discussions enflammées, l’Australie a préféré criminaliser tous les sites pro-suicide.

Au Québec, le Service de police de la Ville de Montréal et le Bureau du coroner n’ont apparemment jamais été appelés à enquêter sur un suicide du genre. L’Association des médecins psychiatres du Québec n’a pas de position sur le sujet et sa directrice nous a déclaré ne pas être en mesure de trouver une personne capable de répondre à nos questions.

« On est en retard par rapport à l’urgence de la situation et par rapport à d’autres pays », conclut le directeur de l’Association québécoise de prévention du suicide, Bruno Marchand.

http://www.cyberpresse.ca

Mozart stimule les microbes


C’est curieux n’est-ce pas ? Je doute que les bactéries peuvent vraiment avoir une oreille musicale, c’est peut-être que cette musique donne une vibration qui serait positif sur le travail effectuer par les bactéries mais il serait intéressant de savoir en quoi la musique de Mozart augmenter ce rendement Auront-ils le même rendement avec un autre auteur …
Nuage

Mozart Stimule Les Microbes

 L'article de The Local Online

© DR

Une usine de traitement des eaux usées allemande a fait des économies substantielles – en jouant du Mozart à ses bactéries. Située à Treuenbrietzen, dans le Brandebourg, à 70 kilomètres au sud-est de Berlin, cette station d’épuration a produit 1 000 mètres cubes de boues d’épuration de moins que l’année dernière. Avec un seul changement : la musique.

“On leur passe La Flûte enchantée de Mozart en boucles d’une demi-heure”, explique Roland Meinusch, le directeur.

Mieux les bactéries travaillent, plus elles digèrent les eaux usées, ce qui produit davantage d’eau claire et moins de boues d’épuration.

 “Et moins nous produisons de boues, moins nous devons verser d’argent aux agriculteurs pour qu’ils les épandent sur leurs champs”, ajoute M. Meinusch.

Contactée par Mundus, un fabricant de haut-parleurs spéciaux qui a obtenu des résultats intéressants dans une usine de traitement des eaux usées australienne, la station d’épuration allemande a accepté de tester cette idée sur ses installations.

“Au bout d’un an, nous nous sommes retrouvés avec 6 000 mètres cubes de boues au lieu des 7 000 mètres cubes que nous produisons habituellement chaque année. Cela nous a fait économiser dans les 10 000 euros, ce qui est beaucoup d’argent.”

“Bien sûr, en tant qu’ingénieur, je ne peux pas dire si ce résultat est vraiment dû à la musique – je n’ai pas de preuves scientifiques ; mais j’aimerais bien qu’un universitaire vienne étudier le phénomène.”

L’usine et Mundus ont décidé de poursuivre l’expérience. La station d’épuration a versé une partie des fonds économisés à titre de prime au fabricant de haut-parleurs.

(
Hannah Cleaver, The Local Online, Allemagne)

http://www.courrierinternational.com

USA: des jumelles siamoises ont été séparées


Être soeurs siamoises signifient de tout partager ou presque, mais le partage se fait aussi pour certaines parties du corps Quand il est question de séparer ces enfants pour que chacun puisse trouver une autonomie qui bien a eux, il est clair que cela représente des risques qui doivent être pris en considération
Nuage

USA: des jumelles siamoises ont été séparées

USA: des jumelles siamoises ont été séparées

Angelica Sabuco, Angelina Sabuco, Ginady Sabuco. Marcio Jose Sanchez / The Associated Press

PALO ALTO, États-Unis – Des jumelles siamoises âgées de deux ans ont été séparées mardi au cours d’une longue et complexe opération à l’hôpital pour enfants Lucile Packard de l’Université Stanford, en Californie, aux États-Unis.

Les soeurs philippines Angelina et Angelica Sabuco, qui étaient rattachées l’une à l’autre par la poitrine et l’abdomen, ont subi une opération qui devait durer neuf heures, menée par une équipe de plus de 20 médecins et infirmiers.

En milieu d’après-midi mardi, la porte-parole de l’hôpital Reena Mukamal, a annoncé que les fillettes avaient été séparées et transférées dans leur propre salle d’opération pour la deuxième phase de la procédure, qui sera consacrée à la zone de leurs corps où elles étaient rattachées.

Mme Mukamal a fait savoir que les médecins étaient satisfaits du progrès réalisé jusqu’à maintenant dans les chirurgies effectuées dans l’hôpital de Palo Alto.

Le Dr Gary Hartman, principal chirurgien dans ce cas, avait indiqué que le fait de maintenir les filles liées l’une à l’autre présenterait davantage de risques pour leur santé que la procédure de séparation.

Si l’une des deux jumelles meurt, l’autre mourra aussi dans les heures subséquentes. Des difformités musculaires et squelettiques pouvaient aussi s’aggraver avec le temps. La mère des siamoises, Ginady Sabuco, a expliqué qu’elle voulait que ses filles vivent une vie normale, comme tous les autres enfants.

Les deux soeurs partageaient le même foie et le même sternum, et les muscles de leur poitrine et de leur abdomen étaient fusionnés. Leur coeur, leur cerveau, leurs reins, leur estomac et leurs intestins étaient séparés.

Les chances pour une femme d’accoucher de jumeaux siamois va de 1 pour 50 000 à 1 pour 100 000 naissances à travers le monde. Le taux de survie général des siamois est de 25 pour cent, selon l’hôpital.

Angelica et à Angelina Sabuco, qui sont arrivées aux États-Unis avec leur mère l’an dernier, devraient être hospitalisées pendant deux semaines. La famille vivait à San Jose avec leurs parents et leur frère âgé de 10 ans.

Compte-tenu de leur bon état de santé, outre le fait qu’elles étaient siamoises, les médecins étaient optimistes quant aux chances de réussite de l’opération. Le Dr Hartman avait déjà mené cinq autres opérations du même genre. Il s’agissait, par ailleurs, de la seconde du genre à être effectuée à Stanford.

http://techno.ca.msn.com