Un complotiste condamné à dédommager le père d’une victime de fusillade


Il y a des gens qui sont vraiment fou. La fusillade aux États-Unis qui a ciblé des enfants d’une école primaire aux États-Unis, il y a des gens qui prétendent que cela fait partie des théories du complot. En autre un professeur de philo dans une université qui a écrit un livre accusant le père d’une victime d’avoir fait un faux certificat de décès. En plus d’avoir perdu son fils par un imbécile avec une arme, les parents ont dû subir de la diffamation, du harcèlement et des menaces de mort. Même si le père a gagné, le professeur continu a croire ses idioties
Nuage


Un complotiste condamné à dédommager le père d’une victime de fusillade


Mémorial pour les victimes de la fusillade de l'école de Sandy Hook, à Newtown dans le Connecticut. | Emmanuel Dunand / AFP

Mémorial pour les victimes de la fusillade de l’école de Sandy Hook, à Newtown dans le Connecticut. | Emmanuel Dunand / AFP

Repéré par Claire Levenson

Repéré sur CBS

L’auteur d’un livre niant la réalité de la fusillade de Sandy Hook devra payer plusieurs centaines de milliers de dollars au père d’un enfant décédé ce jour-là.

Leonard Pozner, dont le fils Noah a été tué à l’âge de 6 ans lors de la fusillade de Sandy Hook en 2012, vient de remporter son procès en diffamation contre James Fetzer, le coauteur d’un livre intitulé Personne n’est mort à Sandy Hook. Ce complotiste, un ancien professeur de philosophie à l’Université du Minnesota, avait accusé Pozner d’avoir créé un faux certificat de décès pour son fils Noah. Il vient d’être condamné à verser 450.000 dollars (406.000 euros) de dommages et intérêts à Pozner.

Dans son livre, Fetzer défend la thèse selon laquelle la fusillade de l’école de Sandy Hook (qui a fait vingt-six morts) est un faux incident mis en scène par le gouvernement Obama afin de renforcer le contrôle des armes à feu. En septembre, Pozner avait déjà obtenu un dédommagement de la part de l’autre coauteur du livre, Mike Palacek, qui avait accepté la conclusion du tribunal selon laquelle «le certificat de décès de Noah Pozner était authentique».

Des parents harcelés et menacés de mort

Au vu de la situation financière de Fetzer, le père de Noah a précisé qu’il ne recevrait probablement jamais les 450.000 dollars mais que cette décision de justice créait un précédent important:

«Cela envoie un message aux menteurs, aux complotistes et autres, qui utilisent internet pour revictimiser et terroriser des personnes vulnérables, que leurs actions ont des conséquences.»

Très rapidement après la fusillade en 2012, les parents des victimes ont commencé à être harcelés par des complotistes persuadés que le massacre n’avait jamais eu lieu et que tous ces parents en deuil étaient des acteurs et actrices. Pour riposter, Leonard Pozner, qui a été menacé de mort, a créé une association contre le harcèlement des proches des victimes de fusillade. Avec d’autres parents, il a porté plainte contre plusieurs figures complotistes, comme l’animateur Alex Jones, dont le site InfoWars a diffusé de nombreux mensonges sur Sandy Hook.

Quant à James Fetzer, qui pense aussi que les attentats du 11 septembre 2001 ont été orchestrés par les gouvernements américains et israéliens, il a dit qu’il ferait appel dans la mesure où il considère sa condamnation comme une «défaite pour la recherche collaborative faite par des citoyens journalistes contre l’influence des “fake news”».

http://www.slate.fr

Un harceleur retrouve une star en analysant le reflet des yeux sur un selfie


Ce fan est vraiment extrême. Il a pu trouver grâce à des égoportraits d’une jeune chanteuse sur les réseaux sociaux. En scrutant les photos, il a pu trouver toutes les informations pour se rendre chez elle est même de quel étage et appartement ou elle demeure.
Nuage


Un harceleur retrouve une star en analysant le reflet des yeux sur un selfie

Un fan piste son idole en lisant dans ses yeux. © Gordon Wrigley, Flickr

Un fan piste son idole en lisant dans ses yeux. © Gordon Wrigley, Flickr


Céline Deluzarche
Journaliste

Un Japonais de 26 ans a réussi à retrouver son idole en identifiant le lieu de son domicile dans le reflet de ses yeux.

L’agresseur, un fan de la chanteuse de 21 ans, décrite comme une «star locale» par les médias japonais, a été arrêté par la police le 10 octobre dernier. Il a reconnu avoir suivi et molesté la jeune femme devant son domicile.

La façon dont il a avoué avoir pisté sa victime a toutefois sidéré les policiers. L’homme a scruté les selfies postés sur les réseaux sociaux par la chanteuse, et en agrandissant les clichés, il a pu déceler dans le reflet de ses yeux des détails comme la station de train d’où elle sortait. Il a ensuite comparé ces indices avec des photos Google Street View pour l’attendre à la station et la suivre jusqu’à son domicile. Mais ce n’est pas tout : le fan a également avoué avoir décortiqué d’autres selfies pris dans l’appartement de la star. En analysant le placement des rideaux et l’orientation de la lumière naturelle, puis en croisant ces informations avec l’heure à laquelle le selfie avait été posté, l’homme a pu identifier l’immeuble et l’étage où vivait la jeune chanteuse.

« Les gens doivent être conscients du fait que publier des images et des vidéos sur les réseaux sociaux présente le risque de divulguer des données personnelles », a mis en garde un enquêteur au quotidien japonais Sankei Shimbun.

On sait par exemple que les cambrioleurs se servent des messages et photos Facebook pour identifier les plus belles demeures et les annonces de départ en vacances de leurs futures proies.

https://www.futura-sciences.com/

Les serial killers hommes et femmes choisissent leurs victimes différemment


Quand on parle de tueur en série, nous avons en mémoire des hommes, alors qu’il y a aussi des femmes qui ont tuer plusieurs personnes. Leurs victimes sont différentes, leurs approches ainsi que leurs raisons de mettre fin à des vies. De plus, les surnoms des femmes sont selon leur personnalité.
Nuage

 

Les serial killers hommes et femmes choisissent leurs victimes différemment

 

Plus de 65% des hommes serial killer harcèlent leurs victimes, contre seulement 3,6% des femmes. | Public Domain Pictures via Pixabay

Plus de 65% des hommes serial killer harcèlent leurs victimes, contre seulement 3,6% des femmes. | Public Domain Pictures via Pixabay

Repéré par Audrey Renault

Repéré sur Daily Mail

Pour les scientifiques, ces différences comportementales pourraient être un héritage de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.

 

Alors que Ted Bundy, célèbre serial killer américain est la star controversée de ce début d’année avec une série documentaire sur Netflix et un biopic bientôt en salle, une équipe du département de psychologie de l’université de Pennsylvanie, aux États-Unis, vient de mettre à jour des différences comportementales entre les serial killers masculins et féminins. Menée sur 55 tueurs en série et 55 tueuses en série, l’étude révèle que les hommes et les femmes ne choisissent pas leurs victimes de la même façon.

Les hommes tendent à traquer leur victime, comme le ferait un chasseur avec sa proie. Ils ciblent généralement de complètes étrangères ou étrangers. Au contraire, les femmes choisissent leurs victimes parmi leur entourage, dans un cercle plus ou moins restreint de connaissances. Les hommes tueurs en série sont ainsi six fois plus enclins à tuer un inconnu. Les femmes, elles, sont deux fois plus disposées à s’en prendre à un visage familier. Autre différence, plus de 65% des hommes ont harcelé, suivi ou épié leurs victimes, contre seulement près de 3,6% des femmes. Un profilage genré qui pourrait aider les enquêteurs et enquêtrices à identifier le ou la coupable, selon Marissa Harrison, professeure de psychology à l’université d’état de Pennsylvanie.


Un héritage évolutionnaire?

Pour les scientifiques, ces différences comportementales pourraient être un héritage de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.

«Historiquement, les hommes chassaient les animaux en tant que prédateurs, alors que les femmes avaient pour tâche de rassembler les ressources avoisinantes, comme les graines et les plantes pour se nourrir, explique Marissa Harrison. En tant que psychologue évolutionnaire, je me demande si des comportements hérités de cette distribution des rôles pourraient influencer la manière dont les hommes et les femmes serial killer choisissent leurs victimes.»

Au-delà des divergences comportementales des serial killers, le genre influe également sur la représentation de leurs crimes dans les médias. Si les hommes reçoivent ainsi souvent des surnoms illustrant leur brutalité comme Jack l’éventreur, le Dévisseur de têtes, le Cannibale de Milwaukee ou le Tueur au bain d’acide, les femmes sont renvoyées à leur genre: Jolly Jane, Tiger Woman, la Demoiselle de la mort… Un traitement médiatique différencié qui influence également la perception des couples de tueurs, scénario où la femme est souvent soupçonnée d’être sous l’emprise de son compagnon, à l’image de Ian Brady et Myra Hindley, Fred et Rosemary West ou, plus récemment, ce couple mexicain, arrêté pour les meurtres de vingt jeunes femmes.

 

http://www.slate.fr/

Un jeu vidéo amenant le joueur à violer et à tuer des femmes soulève l’indignation


L’an dernier, une plateforme de jeux vidéo avait dû retirer « Active Shooter » – tuerie dans une école. Cette année, cette même plateforme a dû retirer  »Rape Day » – jour de viol, pour cause de plainte et d’une pétition. Il se passe quand dans la tête des concepteurs de vidéo ? Cela a beau être un jeu, mais il véhicule une idéologie sur la violence fait aux femmes. Même si les gens peuvent faire la différence entre la réalité et le jeu, je doute vraiment de l’effet négatif sur les gens.
Nuage

 

Un jeu vidéo amenant le joueur à violer et à tuer des femmes soulève l’indignation

 

MICHAEL KRAUS / EYEEM VIA GETTY IMAGES

Devant la controverse, la plateforme a finalement décidé de ne pas distribuer «Rape Day».

  • Agence France-Presse

La plateforme de jeux vidéos Steam ne distribuera pas « Rape Day », qui permet de se mettre dans la peau d’un violeur, après une levée de boucliers contre ce jeu accusé de faire l’apologie du viol.

Steam, qui devait commencer à distribuer en avril « Rape Day » (littéralement « Jour de Viol ») – dans lequel les joueurs violent et tuent des femmes – a pris cette décision en raison de ses effets possibles « inconnus » et « risqués », a indiqué jeudi l’américain Valve qui détient la plateforme, considérée comme la plus importante du genre.

« Nous respectons le désir des développeurs (de jeux) de s’exprimer, et la mission de Steam est de (les) aider à trouver un public mais ce développeur a choisi un sujet et une façon de l’illustrer qui rendent cette tâche très difficile pour nous », a poursuivi le groupe, qui avait l’an dernier déjà dû retirer un jeu controversé, « Active Shooter », qui mettait en scène une fusillade dans une école.

« Contrôlez les choix d’un tueur et violeur en série qui rôde pendant une apocalypse zombie »: tel était le descriptif du jeu visible sur Steam avant d’être retiré, selon la presse spécialisée.

« Harcelez verbalement, tuez et violez des femmes pour progresser dans l’histoire. C’est un monde dangereux et sans règles. Les zombies aiment manger la chair des humains et les violer avec brutalité mais vous êtes le violeur le plus dangereux de la ville », continuait le texte promotionnel.

La contre-attaque s’organise

Mais la perspective de sa sortie a suscité nombre de réactions outrées sur les réseaux sociaux tandis que plusieurs pétitions pour l’empêcher ont été lancées, l’une d’entre elles rassemblant près de 8 000 signatures sur Change.org.

La députée britannique Hannah Bardell, a qualifié pour sa part ce jeu de « tordu ».

« Le contenu de ce jeu est totalement pervers », a-t-elle dit jeudi dans un communiqué. « Il est temps que le gouvernement britannique regarde de près la façon dont les entreprises technologiques et les plateformes de jeux –Steam en particulier– parviennent à (diffuser) sans problème ce genre de stupidité », a-t-elle poursuivi.

Le développeur du jeu quant à lui, qui se fait appeler Desk Plant, affirme qu’il s’agit d’une comédie noire destinée aux « 4% de la population qui sont des sociopathes » et que les gens sont en mesure de distinguer la fiction de la réalité, selon une Foire aux questions qui apparaissait sur Steam avant d’être retirée.

Il promettait aussi de trouver une autre plateforme de diffusion.

 

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Fille supplie conseil scolaire de l’aider après avoir dit que des brutes l’avaient menacée de lui tirer une balle à la tête


Que ce soit aux États-Unis ou ailleurs, aucun enfant ne devrait se sentir menacer et en danger à l’école. Les adultes peines à imaginer ce que peuvent subir certains enfants, et le réalisent parfois quand il est trop tard. L’Intimidation doit être un sujet de discussion autant chez les adultes que chez les enfants.
Nuage

 

Fille supplie conseil scolaire de l’aider après avoir dit que des brutes l’avaient menacée de lui tirer une balle à la tête

 

Youtube / Inside Edition

Pour Delanie Marcotte, élève de cinquième année, chaque jour était un cauchemar. Elle ne voulait pas aller à l’école à cause des brutes qui se moquaient d’elle et la harcelaient tous les jours.

Quand elle a dit à ses parents que les brutes l’avaient frappée et l’avaient insultée, ils ont contacté l’école, mais cela a continué.

Alors, Delanie a décidé de prendre les choses en main.

L’élève de cinquième année du New Hampshire a décidé de raconter son histoire à la réunion du conseil scolaire de l’école primaire Pollard à Plaistow.

Lorsque les membres du conseil se sont réunis pour écouter Delanie, ils n’étaient pas prêts pour ce qu’ils allaient entendre.

« Une balle dans la tête »

Delanie a dit au conseil de l’école :

« Bonjour, je m’appelle Delanie. Je suis ici pour parler d’un problème qui compte beaucoup pour moi. L’intimidation…. J’ai été menacée de me faire tirer une balle dans la tête par un AK-47 et être enterrée dans mon arrière-cour et plusieurs autres choses.

« J’aime travailler et étudier, mais je n’aime pas être intimidée. »

Après, Delanie a dit à NBC10 Boston : « Je voulais leur faire savoir que j’étais victime d’intimidation et que je ne voulais plus que cela se produise. Ils me donnent des coups de pied et ils disent des choses méchantes, ils m’insultent – ce n’est pas gentil. »

Le père de Delanie, Todd Marcotte, a dit qu’il faut faire quelque chose pour mettre fin aux souffrances que sa fille doit endurer chaque jour.

« Il est très difficile de voir son enfant se faire intimider, d’en entendre parler jour après jour, et on s’énerve beaucoup « , dit-il. « C’est un problème, et c’est un problème qui doit être résolu. »

Défendre les étudiants

Son discours a été partagé par son père sur les réseaux sociaux et en moins de 48 heures, le post a été vu plus de 29 000 fois.

Après que Delanie ait demandé ce que l’école allait faire pour la protéger, elle et les autres enfants qui subissent des intimidations, Earl F. Metzler, directeur scolaire régional du district de Timberlane, a dit à NBC10 Boston que le district soutient tous ses élèves, incluant Delanie.

Regardez le discours de cette brave fille dans le clip ci-dessous.

Les actions de Delanie ont permis à des milliers de personnes d’agir, et cela peut aussi inspirer d’autres personnes à parler de cette question troublante et à ne pas laisser les intimidateurs s’en tirer malgré ce tort qu’ils font aux autres.

https://fr.newsner.com

Les lourdes conséquences du harcèlement illustrées par des plantes


Je trouve que c’est une belle expérience pour les enfants sur les conséquences de le harcèlement, l’intimidation à l’école envers les victimes. Si les plantes réagissent aux paroles blessantes, intimidations, alors que penser d’une personne
Nuage

 

Les lourdes conséquences du harcèlement illustrées par des plantes

 

 

Ikea a utilisé deux plantes pour montrer aux enfants de plusieurs écoles des Émirats arabes unis les effets du harcèlement scolaire.

À l’occasion de la journée contre le harcèlement qui se tenait le 4 mai au Moyen-Orient, Ikea a tenu à montrer aux enfants les effets dévastateurs que peut avoir le harcèlement sur le bien-être d’une personne. Pour cette expérience, deux plantes ont été disposées dans différentes écoles des Émirats arabes unis. Elles ont chacune reçu les mêmes soins à la différence près que l’une d’entre elle était complimentée tous les jours par les enfants tandis que l’autre était critiquée et insultée. 

Les étudiants ont en effet été invités à enregistrer des mots gentils et encourageants pour une plante, et des phrases blessantes pour l’autre. Un mois plus tard, les résultats parlent d’eux-mêmes. La plante qui a reçu des messages positif de la part des élèves est restée en bonne santé. Quant à l’autre, elle a vu son état se détériorer en peu de temps.

Malgré une quantité identique d’eau, d’engrais et de soleil, ce sont finalement les paroles qui ont eu une importance cruciale dans le développement de ces plantes. Si on savait déjà que les mots doux et la musique pouvaient avoir un effet positif sur les plantes, cette campagne prouve surtout la force que peuvent avoir certains mots sur le bien-être d’un individu.

http://www.7sur7.be/

Des trolls pas toujours drôles


Vous connaissez les trolls sur les réseaux sociaux ? Il y a des personnes que c’est pour faire des blagues, taquiner, alors d’autres sont malveillant voir même dangereux. C’est les trolls malveillants et les trolls professionnels qu’ils faut se méfier. D’abord, cela peut amener à discréditer une personne, une organisation, a faussé l’information ou encore de harcèlement. Pour se protéger, il ne faut surtout pas embarquer des conversations sans fins sur les réseaux sociaux, mais je crois que quand il y a menace, il faut alerter les autorités ou du moins les modérateurs.
Nuage

 

Des trolls pas toujours drôles

 

Ils sévissent sur YouTube, Facebook, Twitter, Instagram, dans des blogues ou... (Illustration La Presse)

ILLUSTRATION LA PRESSE

JEAN SIAG
La Presse

Ils sévissent sur YouTube, Facebook, Twitter, Instagram, dans des blogues ou des forums, enfin, là où ils peuvent publier leurs commentaires ou faire déraper des conversations. Blagues, bravades, sacres, insultes, attaques ou menaces, les trolls ont plusieurs visages. Ils agissent seuls, en groupe ou pour des groupes militants. Portrait robot de trois types de trolls.

Les amuseurs

Ils ne sont pas mal intentionnés ou malveillants. Ils veulent d’abord et avant tout s’amuser, en taquinant les autres. Les trolls amuseurs sont assez nombreux – vous en êtes peut-être un! Et en général, ils sont inoffensifs.

«Moi, je les appelle des « trollilol », nous dit Nellie Brière, spécialiste des stratégies de communication numérique et des réseaux sociaux. Ils interviennent surtout pour faire rigoler. Personnellement, j’ai des amis qui me « trollent » de façon sympathique. Par exemple, en « likant » une vieille publication (comme un déménagement) sur Facebook pour la remettre d’actualité et mélanger tout le monde. Ou alors pour relever une erreur de langage ou une maladresse. Ce sont des taquineries.»

Évidemment, un troll amuseur pour une personne peut être un troll malveillant pour une autre…

«Ça dépend de ce qu’on est prêt à tolérer, nous dit Nellie Brière, mais aussi de la personne qui nous taquine. On est tous le troll de quelqu’un! Une personne proche de moi ou qui fait partie de mon cercle pourra évidemment aller plus loin que quelqu’un que je ne connais pas. Je n’accepterai pas certaines choses de la part d’un inconnu. Après, il y a la susceptibilité de chacun…»

Certains trolls amuseurs seront un peu plus provocateurs, mais jamais ils ne seront menaçants.

«Ils aiment intervenir, par exemple, lorsque les conversations sont trop consensuelles, précise la spécialiste. Ça peut être une façon pour eux de rehausser le débat, quitte à faire déraper la discussion.»

C’est le cas de Christian Aubry, communicateur web de son état, qui accepte le titre de «troll blanc» (en référence aux hackeurs blancs, par opposition aux hackeurs noirs, malveillants), dans le sens où, oui, sur Facebook, il aime bien faire des blagues ou donner son opinion. En particulier lorsqu’elle n’est pas sollicitée.

«Je n’ai pas d’intention malicieuse, mais oui, je peux faire déraper la discussion le temps d’un commentaire ou d’un jeu de mots.»

Christian Aubry va aussi donner son opinion envers et contre tous, surtout lorsque tout le monde penche du même côté.

«Pour moi, c’est de la conversation polémique. Est-ce que ça fait de moi un troll ? Je ne crois pas, parce qu’une fois mon opinion donnée, je lâche le morceau. Mais je constate que le fait de défendre une opinion contradictoire, c’est dérangeant.»

Quels sont ses sujets de prédilection?

«Je le fais par exemple dans des discussions où l’on présente Apple ou le système iOS comme la plus grande merveille du monde informatique. J’ai aussi eu des conversations qui ont dégénéré avec un ami qui s’oppose tout le temps aux militantes féministes. Lui, c’est un troll! Ou alors avec un blogueur d’Outremont qui a pris pour cible les juifs hassidiques. Un sujet qui peut certainement être débattu, mais pas de cette façon que je trouve dangereuse.»

«La vérité est que les trolls amuseurs font partie de la culture du web, nous dit le spécialiste en sécurité dans les technologies d’information Benoît Gagnon. Moi-même, ça m’arrive de « troller » certaines personnes, dans la mesure où on pique les gens ou on commente un sujet un peu en dehors des sentiers battus. Il n’y a rien d’inquiétant, même si on peut ne pas apprécier l’humour ou l’opinion de ces personnes.»

ILLUSTRATION LA PRESSE

Les malveillants

On ne mettra pas de gants blancs, les trolls malveillants sont là pour vous nuire. Leur méchanceté est variable, selon leur humeur, leur degré de frustration ou les commentaires négatifs déjà publiés. Ils agissent parfois seuls, parfois en groupe. Parfois, c’est intentionnel, parfois, ce sont tout simplement des personnes impulsives ou colériques.

«En général, on parle de quelqu’un qui a l’intention de vous blesser ou de vous faire mal paraître, estime Nellie Brière. Il y a des militants politiques qui vont volontairement nuire aux personnalités publiques qui défendent certaines idées. Ce sont de vraies personnes, incarnées, qui sont mobilisées par des partis ou des groupes de pression.»

Nellie Brière donne l’exemple des lobbys de climatosceptiques aux États-Unis, très actifs sur les réseaux sociaux ou les forums de discussion.

«Leur but est de nuire et de discréditer le discours environnemental. Ils sont bienveillants par rapport à leur objectif, mais malveillants par rapport aux groupes écologistes ou à ceux qui parlent de réchauffement climatique.»

Ce «lobbyisme», inévitable, peut être bien fait, croit Nellie Brière.

«C’est ce que je prône. Je travaille justement avec des organisations politiques pour les aider à canaliser les actions de leurs militants pour que cette prise de parole soit faite de manière éthique et positive. À ce moment-là, on parle de gens qui ont une volonté de changer les choses. C’est de la participation citoyenne, et c’est très bien.»

Ne pas les nourrir

Autre cas de figure, le troll qui utilise les réseaux sociaux pour régler ses comptes ou ruiner la réputation d’une personnalité publique. On pense notamment au cas de l’animatrice Pénélope McQuade, qui s’est fait «troller» pendant des mois par des antiféministes (ou des masculinistes). Un harcèlement qu’elle a dénoncé lorsqu’elle a commencé à recevoir des vidéos d’un homme qui se masturbait.

Dans son livre The Internet of Garbage, la journaliste américaine Sarah Jeong écrit que pour mettre le couvercle sur un troll malveillant, il faut l’ignorer. «Ne pas le nourrir» en engageant la discussion.

Benoît Gagnon, spécialiste de la sécurité sur les plateformes numériques, est d’accord avec cette affirmation. «C’est souvent la meilleure chose à faire, parce que le troll va se nourrir de votre réaction.»

Chroniqueurs et blogueurs constatent même qu’en bloquant l’accès aux trolls, ces derniers ont tendance à redoubler d’ardeur.

«Si les propos tenus sont très dérangeants pour la personne qui les reçoit, il vaut mieux les bloquer, croit Benoît Gagnon. Sinon, on vit avec en les ignorant. Tout dépend de sa tolérance psychologique…»

Quelle est la motivation du troll malveillant?

«Plusieurs études ont conclu qu’il y avait une forme de sadisme dans cet exercice de harcèlement ou d’intimidation. Une forme de plaisir à humilier.»

«Plus on est populaire, plus on est vulnérable et plus on court le risque d’être pris en grippe par des individus ou des groupes», souligne M. Gagnon.

«À un moment donné, le troll malveillant n’est plus un troll, estime toutefois Nellie Brière. Quelqu’un qui fait du harcèlement ou qui fait des menaces de mort n’est plus un troll. C’est quelqu’un qui a un problème de comportement qui est grave, dangereux et illégal. On ne devrait pas assimiler ces agissements-là aux trolls.»

 

ILLUSTRATION LA PRESSE

Les professionnels

Il s’agit de personnes dont le travail consiste à manipuler l’information ou à s’acharner sur quelqu’un ou sur un groupe de gens – habituellement un personnage public ou une organisation reconnue – dans le but de la dénigrer ou de la discréditer.

On pense spontanément au scandale de Cambridge Analytica – qui aurait utilisé les données personnelles de 50 millions d’utilisateurs Facebook à des fins électorales – ou encore aux 13 Russes accusés récemment de s’être ingérés dans la campagne présidentielle américaine de 2016.

Dans une entrevue publiée par l’Associated Press, deux ex-employés de la bien nommée Internet Research Agency de Saint-Pétersbourg, mise en cause par la justice américaine, ont admis qu’il s’agissait d’une entreprise de «trollage» (troll factory).

«Ce phénomène-là est très inquiétant», estime Nellie Brière, parce qu’elle menace nos démocraties.

«Cette culture de non-transparence, qui vise à changer la perception que les gens ont d’un sondage d’opinion ou d’un article, est dangereuse, parce qu’il y a manipulation d’informations.»

«On parle entre autres de l’astroturfing, stratégie qui consiste à faire semblant qu’il y a une mobilisation de la population autour d’une idée, alors qu’il s’agit d’une mise en scène», explique Mme Brière.

Les journalistes sont particulièrement vulnérables, nous dit encore Nellie Brière, «parce qu’ils sont seuls face à une multitude anonyme qui cherche à détourner leurs propos. Les journalistes qui diffusent leurs articles sur les réseaux sociaux se livrent en pâture à tous ceux qui veulent les insulter. Et un commentaire négatif en entraîne toujours un autre. Ils n’ont pas d’aide pour modérer les commentaires, ils ne sont pas soutenus sur les réseaux sociaux. Ça contribue à les détruire et à les faire taire».

Selon Benoît Gagnon, la volonté d’influencer l’opinion publique n’est pas chose nouvelle, mais le web et les réseaux sociaux facilitent indéniablement sa mise en oeuvre.

«On le voit notamment auprès d’individus proches de groupes terroristes, illustre-t-il. Ils vont tenter de légitimer des discours qui mènent à des actions violentes avec des commentaires très incisifs. Des discours qui pourraient justifier des gestes violents ou leur donner un sens.»

Que faire?

Alors, faut-il répondre ou non à ces trolls?

«Le terrorisme gagne à faire parler de lui. C’est une guerre de communication, mais parfois, il est impossible de dialoguer avec certaines personnes. Margaret Thatcher disait: « Si vous voulez mettre fin au terrorisme, arrêtez d’en parler. » Il ne faut peut-être pas aller jusque-là, mais parfois ça ne sert à rien. Par contre, dans certains cas, la prise de parole est nécessaire et souhaitable.»

On a l’impression que ces trolls agissent impunément. Qu’ils sévissent sans craindre les conséquences.

«Je n’irais pas jusque-là, nous dit Benoît Gagnon. On l’a vu avec le cas de Jeff Sabres [connu pour avoir harcelé Véronique Cloutier et Guy A. Lepage], qui s’est finalement retrouvé devant les tribunaux. Quelqu’un qui tient des propos diffamatoires va finir par en payer le prix.»

Tout cela étant dit, qu’est-ce qu’on fait? Benoît Gagnon croit qu’il y a plusieurs acteurs qui ont une responsabilité dans la publication de commentaires.

«Tout le monde doit être plus conscient et plus vigilant, croit-il, que ce soit les gestionnaires de pages, les responsables des grands réseaux sociaux comme Facebook, les fournisseurs de services web, etc. Il y a à l’évidence un besoin de modération, parce que les mots ne sont pas gratuits.»

http://www.lapresse.ca/