Meurtre de Diane Grégoire : Le dossier soumis pour accusations


Les fouilles pour trouver des indices pour le meurtre de Diane Grégoire, semblent avoir porter fruits. Espérons que cela sera suffisant pour qu’enfin son meurtrier puisse être accusé et juger
Nuage

Meurtre de Diane Grégoire

Le dossier soumis pour accusations

Meurtre de Diane Grégoire - Le dossier soumis pour accusations

La ferme Shefford, à Saint-Valérien-de-Milton.

©Agence QMI/ Maxime Landry

MONTRÉAL – La police a finalement soumis le dossier du meurtre de Diane Grégoire au Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec, a appris le chroniqueur de TVA, Claude Poirier.

Le Directeur des poursuites criminelles devra donc décider si la preuve est suffisante pour déposer des accusations contre quelqu’un ou s’il est nécessaire de recueillir d’autres éléments.

Tout porte à croire que les fouilles menées sur la Ferme Shefford, à Saint-Valérien-de-Milton, ont donc porté fruit et que de nouveaux éléments ont permis de faire progresser l’enquête, selon M. Poirier.

La semaine dernière, la police avait annoncé qu’elle mettait fin aux recherches à cet endroit après avoir passé les dernières semaines à tamiser la terre d’une partie du terrain. On avait affirmé que des éléments avaient été trouvés sur place et soumis pour analyse.

Le 12 septembre dernier, la police de Longueuil avait annoncé qu’elle traitait dorénavant le dossier de la disparition de Diane Grégoire comme étant un homicide. C’est d’ailleurs à ce moment qu’on avait entrepris les recherches à Saint-Valérien-de-Milton.

Diane Grégoire a été portée disparue par son conjoint, Paul Laplante, le 31 janvier 2008.

Il serait d’ailleurs le dernier à l’avoir vue vivante. Selon la version des faits de M. Laplante, il se serait rendu avec sa conjointe, ce jour-là, aux Promenades Saint-Bruno.

Il devait la retrouver en fin d’après-midi, mais cette dernière ne se serait jamais présentée.

http://fr.canoe.ca

Publicités

Vision du monde


C’est normale de changer d’idée sur la maniere qu’on voit la vie, car tout évolue et pour s’adapter il faut équilibrer nos idées pour ne pas faire du surplace
Nuage

Vision du monde

Qui a la même vision du monde à vingt ans qu’à cinquante, a perdu trente ans de sa vie.

Mohammed Ali

L’arbre disparu


Il y avait un vieux liard qui était entre la maison du dentiste (Quelle idée de rester à côté du dentiste) et la salle de quille de ma mère (le commerce faisait partie de la maison). Puis nous avons déménager un peu plus loin. La maison et le commerce furent vendus et plus tard démoli, l’arbre a subit son triste sort pour être abattu a son tour, le paysage de mon enfance avait disparu, une belle maison neuve, mais ce nouveau décor n’allait pas avec les vieilles demeures qui la côtoient
Nuage

L’arbre disparu


Sous un croissant de lune qui me sourit
Je cherche mon refuge tant aimé
Ce lieu d’Éden n’était qu’un vieil arbre soumis
Mais pourtant me procurait ce repos espéré

Cet arbre a disparu maintenant
Laissant en guise d’empreinte un tronc abîmé
La mort la reconnu à ses cent ans
Créant un vide de cet espace déguisé

Pourtant jadis, il était fort et vigoureux
Attirant les oiseaux et les écureuils
Écoutant les chants et les rires des amoureux
Calmant les déshérités en deuil

Brandissant ses branches vers le soleil
Dansant du nord au sud avec le vent
Laissant ses racines boire la source des merveilles
Cet arbre à vécu l’histoire du temps

Il ne laisse que de doux souvenirs
Et dans mon coeur s’est gravé l’amour de la vie
Cet arbre de mon enfance de tant de fantaisie
Vit en moi, nourri de sa sève d’espoir pour ma survie

Rachel Hubert (Nuage)
11 juillet 2000

Le saviez-vous ► Pourquoi se gratter soulage-t-il les démangeaisons ?


Quand ca nous pique, on se gratte, geste qui parait bien anodin mais en fait il y a une conversation qui se fait entre nos neurones et notre cerveau et ce à notre insu
Nuage

Pourquoi se gratter soulage-t-il les démangeaisons ?

Une question naïve, mais ô combien intrigante !

Nous avons beau savoir tous déjà fait l’expérience d’une intense séance de grattage pour apaiser  nos irritations cutanées, expliquer le mécanisme qui se cache derrière ce phénomène est plus compliqué qu’il ne parait.

En 2009, une équipe américaine de chercheurs en neurosciences s’est penchée sur la question, Par ses expériences, elle a réussi à démontré que le fait de se gratter supprime le signal de démangeaison envoyé au cerveau. L’activité des neurones est donc bloquée par le grattage, mais comment ?

Des neurobiologistes de l’Université de Californie à Davis viennent enfin de lever le voile sur ce mystère. Par exemple, lorsque nous nous faisons piquer par un moustique, les neurones qui signalent la démangeaison s’activent.

Réflexe : Nous nous grattons.

Lors de cette action, nous stimulons, des neurones responsables d’envoyer des signaux de douleur. Très légèrement, certes, mais suffisamment pour stimuler d’autres neurones situés dans la moelle épinière qui eux, bloquent alors l’activité des neurones responsables des signaux de démangeaison.

C’est donc dire que, pour remédier aux démangeaisons, rien ne vaut qu’une légère douleur!

7 Jours/La science à coeur/Comment ça marche ?/ octobre 2011

Archéologie – Découverte d’un site archéologique de culture Meadowood en Abitibi-Témiscamingue


C’est une très belle découverte faites dans ma région natale .. Je suis persuader que la région de l’Abitibi-Témiscamingue est riche en histoire des premières nations et que ce site a laissé beaucoup de trace intéressante
Nuage

Archéologie – Découverte d’un site archéologique de culture Meadowood en Abitibi-Témiscamingue

Archéologie - Découverte d'un site archéologique de culture Meadowood en Abitibi-Témiscamingue

Les archéologues d’Archéo-08 ont découvert le premier site archéologique de culture Meadowood au nord du Saint-Laurent en fouillant deux sites près de la rivière Kinojévis, à Rouyn-Noranda.

Près de 40 000 artéfacts tels que des pointes de flèches, différents types de grattoirs, de racloirs et des poinçons ont été retrouvés par l’équipe de Marc Côté.

La culture Meadowood était présente dans la Vallée-du-Saint-Laurent et aux États-Unis, de 800 à 300 avant Jésus-Christ.

Le directeur général d’Archéo-08, Marc Côté, affirme qu’il s’agit d’un mystère culturel.

« Beaucoup d’archéologues s’intéressent à cette culture là parce qu’elle était en apparence extrêmement hiérarchisée, avec des objets avec des formes définies », explique-t-il.

Les fouilles ont été réalisées à la demande d’Hydro-Québec, qui s’apprêtait à reconstruire une ligne électrique, mais désirait d’abord connaître le potentiel archéologique du site.

Le conseiller aux relations avec le milieu, Marc Laliberté, souligne que les trouvailles d’Archéo-08 ont obligé Hydro-Québec à ajuster ses travaux.

 « Par exemple, il y a peut-être des déviations ou des contournements de chemins d’accès déjà existants qu’on va protéger », dit-il.

Les archéologues d’Archéo-08 ont fouillé moins de 10 % des sites où l’on retrouve plus de 500 objets au mètre carré.

http://actualites.ca.msn.com/

Nouvelle-Zélande : 61 baleines pilotes échouées et mortes sur une plage


Quelle tristesse de toutes ces baleines sans savoir vraiment pourquoi elles sont mortes trop tôt. Es-ce qu’elles s’approchent trop du bord, ou qu’elles sont empoissonnées par certaines substances qui se retrouvent en mer ? Les scientifiques ont t’ils des pistes ? On ne le sait pas …
Nuage

Nouvelle-Zélande : 61 baleines pilotes échouées et mortes sur une plage

ushuaia.com


Agence France-Presse

WELLINGTON – Une soixantaine de baleines pilotes sont mortes après s’être échouées sur une plage isolée de l’île sud de Nouvelle-Zélande, un phénomène qui se produit deux à trois fois par an dans cette région du globe mais qui reste inexpliqué par les scientifiques, ont indiqué mercredi les autorités.

Des touristes ont trouvé en début de semaine 61 baleines pilotes échouées sur la plage de Farewell Spit, une langue de sable située à l’extrême nord de l’île du sud, a indiqué le ministère de la Protection de l’Environnement.

Beaucoup étaient déjà mortes. D’autres ont été ramenées vers le large lors de la marée haute, mais elles sont revenues s’échouer sur le sable, a raconté John Mason, le responsable régional du ministère.

Les 18 cétacés survivants, qui souffraient, ont été euthanasiés, a-t-il précisé.

«C’est la fin la plus malheureuse et ce n’est certainement pas un travail que nos équipes aiment faire», a-t-il déclaré.

Les baleines pilotes, appelées également globicéphales, appartiennent à la famille des dauphins. Elles peuvent atteindre, adultes, six à sept mètres de long et quatre tonnes.

Les scientifiques expliquent difficilement les raisons qui conduisent ces mamifères à s’échouer sur les plages. Parmi les hypothèses évoquées figurent un brouillage de leur sonar en eau peu profonde, ou le fait que tout le groupe suive un de ses membres malade.

Une centaine de baleines pilotes s’étaient échouées en février dernier, sur une plage près de l’île du sud de Nouvelle-Zélande.

http://fr.canoe.ca