Responsabilité


C’est vrai que nous ne pouvons faire ce que l’on veut, certains prennent des moyens détournés pour arriver a leur fin, mais qu’importe ce que l’ont fait, ce que l’on dit, ce n’est pas les autres qui en sont responsable mais bien nous …
Nuage

Responsabilité

Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est..
 
Jean-Paul Sartre

Publicités

Murmuration


J’ai pu voir cela une fois dans ma vie, j’étais au Maroc, sur un balcon, c’est très impressionnant surtout quand on ne sait pas trop ce qui se passe dans le ciel en voyant des une masses d’oiseaux s’avancer en faisant des formes diverses
Nuage

Murmuration

Le saviez-vous ► Expression : Mettre à pied


L’origine de cette expression est très loin de ce que nous connaissons aujourd’hui de mettre a pied … Mais la signification d’aujourd’hui et d’hier est quand même une humiliation du moins la plupart du temps.
Nuage

« Mettre à pied  »

Renvoyer, congédier (un employé).

 
A partir du XVe siècle, cette expression signifiait "priver de son cheval" ou de ses chevaux.

Ainsi, le cavalier ou grenadier qui avait commis une faute et qu’on privait momentément de son cheval, lui faisant subir une double humiliation puisqu’il revenait au niveau de la "piétaille" et qu’on lui affectait des tâches ingrates.

La signification actuelle apparaît au XIXe siècle.

http://www.expressio.fr

Plaisir vs bonheur


Avoir et acquérir des choses matériels apportent peut-être un sentiment de bonheur, de satisfaction, mais comment éphémère. Le bonheur n’est donc pas dans les choses, mais quelque chose en nous que nous développons vers l’extérieur
Nuage

Plaisir vs bonheur

"Tous les hommes font la même erreur,
de s’imaginer que bonheur veut dire que tous les voeux se réalisent."
  Léon Tolstoï

Le besoin de trouver le bonheur est profondément inscrit dans l’être humain. C’est pourquoi nous investissons beaucoup d’effort dans la recherche de celui-ci. La société moderne ne cesse d’essayer de nous convaincre que notre bonheur se trouve principalement dans le plaisir. C’est le culte de la gratification individuel. Ainsi pour bien des gens, la tendance est de rechercher avec grande motivation les satisfactions narcissiques : manger, se vêtir, se procurer du luxe, sur-consommer, gagner beaucoup d’argent … Certains vont même jusqu’à compromettre leur intégrité pour assurer leur succès matériel.

Par exemple, pour obtenir un meilleur salaire ou une promotion, ils se lancent dans la manipulation et ils acceptent toutes sortes de compromis douteux.

"Les plaisirs obtenus de façon non raisonnable se termine toujours mal."

Pour un très grand nombre de personnes, le plus grand plaisir est de satisfaire leurs besoins instinctifs. Si cette motivation est mal orientée, elle aura avec le temps de tristes résultats. La recherche du plaisir est légitime. Mais cette vérité ne signifie pas qu’il est approprié de donner libre cours à toutes nos pulsions narcissiques. Le plaisir n’a rien de mauvais en soi ; mais il le devient quand il est mal orienté ou excessif, c’est-à-dire lorsqu’il ne fait pas intervenir le raisonnement et la sagesse.

"Les joies durables proviennent de notre monde intérieur."

Lorsque nous abusons des plaisirs physiques nous ressentons après coup un certain vide. Et pour combler ce vide, nous croyons devoir nous procurer une autre dose de plaisir. Cette course est sans fin, car on ne peut être heureux en focalisant principalement sur les satisfactions physiques. Celles-ci sont une sensation momentanément agréable qui nous pousse à croire que nous serons heureux en la prolongeant le plus longtemps possible. Ce qui est tout-à-fait faux. Les activités qui nous procurent rapidement et facilement du plaisir ne touchent que notre corps physique. Or, nous sommes beaucoup plus qu’une enveloppe matérielle. Si vous recherchez le vrai bonheur, alors partez à la recherche des éléments qui nourriront votre cœur et surtout votre âme. Impossible d’être heureux en ignorant ces éléments cruciaux de notre humanité.

"Le bonheur est un parfum qu’un ne peut verser sur les autres
sans en recevoir quelques gouttelettes."
Ralph Waldo Emerson

Finalement, une vie trop orientée vers le plaisir implique généralement d’être insensible aux besoins des gens qui nous entourent. Chaque fois que nous fermons nos yeux et notre cœur aux besoins des autres, nous semons en nous les graines de l’amertume et de la tristesse. Inversement, en nous ouvrant aux autres , nous éveillons en nous un bien-être intérieur. Faites-en l’expérience. Posez un geste significatif d’altruisme et observez-vous. Peu de temps après, il est fort probable que vous percevrez une certaine joie intérieure. Le véritable bonheur ne vient pas de l’extérieur mais de l’intérieur. Il est un état de conscience qui dépend de notre bonne compréhension des évènements et des situations.

"Il n’est pas facile de trouver le bonheur en soi.
Mais, c’est le seul endroit ou l’on peut le trouver."

Denis St-Pierre

Une technique chirurgicale qui ne laisse pas de cicatrice


Une belle avancer en chirurgie du cerveau. Déjà que se faire jouer dans le crane n’est pas rassurant mais si le médecin peut opéré sans  laisser cicatrice visible et autres séquelles les risques sont moins grand et l’hospitalisation moins longue
Nuage

Une technique chirurgicale qui ne laisse pas de cicatrice


© Agence QMI / Archives


BALTIMORE, Maryland — Des chercheurs américains ont développé une technique chirurgicale qui permet d’ôter des tumeurs à la base du crâne sans laisser de cicatrice visible.

La technique consiste tout simplement à passer par la bouche du patient. Selon les spécialistes du Johns Hopkins Hospital, à Baltimore, il existerait un orifice naturel derrière les molaires, au-dessus de la mâchoire et juste sous la pommette.

À l’heure actuelle, pour retirer une tumeur à la base du crâne, les chirurgiens doivent pratiquer une incision dans le visage du patient et retirer l’os. Cela peut endommager les nerfs, en plus de défigurer le patient et parfois créer une paralysie faciale.

Le Dr Kofi Boahene a réalisé cette chirurgie l’an dernier pour la première fois. Au départ, on évaluait la durée de l’opération à six heures, mais deux heures ont suffi, et le patient avait pu quitter l’hôpital le jour suivant l’intervention, alors que l’autre technique requiert une hospitalisation de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines.

Cette approche moins invasive pourrait donc constituer une avenue prometteuse pour les personnes souffrant d’un cancer du cerveau nécessitant une intervention chirurgicale.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans la revue scientifique Laryngoscope.

http://sante.canoe.com

Campagne de sensibilisation L’intimidation au féminin


L’intimidation a l’école devient de plus en plus un problème sérieux qu’il est important de réagir maintenant. Il n’y a pas si longtemps des femmes se sont battus pour que leur droit soient reconnu. Elles ont travailler pour qu’on les respecte alors que c’est-il passé pour que nos jeunes d’aujourd’hui subissent autant de violence verbale pouvant aller jusqu’au coup ?
Nuage

Campagne de sensibilisation L’intimidation au féminin

L’intimidation au féminin

Crédit photo : Gracieuseté

Valérie considère que sa fille Éloyse n’est plus la même depuis qu’elle a été victime d’intimidation de la part d’une camarade de classe

Par Sarah-Maude Lefebvre | Journal de Montréal

Alors qu’elle dévoilera cette semaine des capsules troublantes sur «l’enfer» vécu par des adolescentes à l’école, la Fondation Jasmin-Roy lance une offensive pour sensibiliser la population à la violence chez les filles, un phénomène méconnu, mais qui prend de plus en plus de place dans l’univers scolaire.

«T’es laide, méchante, menteuse et pas bonne. On t’haït. F… you

Ces mots, entendus pendant des semaines, hantent toujours la petite Éloyse, 7 ans. Dès son entrée en deuxième année, la fillette a été prise en grippe par une camarade. Le harcèlement a eu un impact sur ses notes, son humeur, sa joie de vivre. Aujourd’hui, elle ne veut plus aller à l’école.

«Ce n’est plus la petite fille que j’ai connue. On lui a enlevé sa joie de vivre», soupire sa mère, Valérie.

Comme beaucoup d’autres filles du primaire et du secondaire, Éloyse a été victime d’intimidation par des filles. Depuis quelques années, les cas se multiplient à un point tel que la Fondation Jasmin-Roy a décidé de lancer une offensive cet automne pour sensibiliser parents et enfants.

«Ça va trop loin»

«Nous n’avons pas le choix. Il faut faire quelque chose», dit Jasmin Roy, dont la fondation lutte contre l’intimidation en milieu scolaire.

«Ça se parle à coups de bitch et de salope entre filles à l’école. On a un problème. L’héritage féministe de nos mères et de nos grands-mères ne s’est pas rendu à nos filles.»

«Les filles s’intimident entre elles couramment, poursuit-il. Ça ouvre la porte à des agressions sexuelles quand on banalise certains mots. Certains gars finissent par se dire que ce n’est pas grave de tripoter telle fille si elle est considérée comme une salope de toute façon.»

Pour «réveiller les consciences», la Fondation lance une série de mesures, dont des capsules Web relatant des histoires d’intimidation entre filles.

«Je souhaite que tu crèves, salope»

Josée Roy espère de tout coeur qu’une telle initiative évitera à d’autres adolescentes de vivre le «calvaire» subi l’an dernier par sa fille Catherine-Alexandra.

La pré-adolescente de 13 ans a subi les foudres de son ancienne meilleure amie pendant des mois. Elle s’est fait traiter de tous les noms. Même Josée, sa mère, n’a pas été épargnée, l’intimidatrice se chargeant de répandre la rumeur voulant qu’elle soit une «pute».

Un jour, les choses sont allées trop loin. Sur Facebook, Catherine-Alexandra lit ce message:

«Je souhaite juste une chose, c’est que tu crèves, salope.»

«On a porté plainte, mais les policiers n’ont pu rien faire, étant donné qu’il s’agissait d’un souhait et non d’une menace. Mais ç’a été terrible, ma fille avait toujours peur et ses notes ont baissé. Aujourd’hui, des mois plus tard, elle voit encore un psychologue. Jusqu’où allons-nous laisser les choses aller?»

«ASSEZ, C’EST ASSEZ!»

Plusieurs personnalités publiques, dont Véronique Cloutier, Josée Lavigueur et Caroline Néron, ont accepté d’apparaître dans un court vidéo pour dénoncer la violence entre filles, inquiètes quant à l’ampleur du phénomène. Voici ce que quelques-unes d’entre elles ont à dire à ce sujet.

«J’élève des filles et je veux qu’elles puis-sent traverser la vie en se faisant respecter. Ma grand-mère, ma mère et moi, nous nous sommes battues pour nous faire respecter en tant que femmes. Il faut passer le message à nos filles.» -Guylaine Tremblay, comédienne

«Imaginez d’avoir à composer avec sa fille qui rentre de l’école en pleurs, qui s’enferme dans sa chambre, qui vomit le ma-tin avant de partir à l’école ou tout simplement qui vous dit qu’elle n’a plus envie de vivre.» -Nadja, chanteuse

«Dans nos écoles, les filles utilisent librement des expressions telles que «pute», «salope», «chienne» sans comprendre les conséquences que ces mots auront sur les autres et leur environnement.» -Roxane Gaudet-Loiseau , comédienne

«À cause de l’intimidation, plusieurs de nos filles perdent leur intérêt, elles perdent leur concentration et certaines abandonnent l’école. Ma fille a 11 ans et, déjà, on sent une certaine forme de compétition à l’école.» -Josée Boudreault, animatrice

http://tvanouvelles.ca/

Naissance d’un iceberg de la taille de New York


Grâce aux satellites, les scientifiques peuvent étudier la naissance d’un glacier, une naissance qui se fait dans le froid intense. Ils prévoient ce ces naissances se feront de plus fréquemment
Nuage

Naissance d’un iceberg de la taille de New York

Cette fissure dans le glacier de Pine Island dans la partie occidentale de l'Antarctique est longue d'au moins 30 kilomètres et profonde de 50 mètres.

Cette fissure dans le glacier de Pine Island dans la partie occidentale de l’Antarctique est longue d’au moins 30 kilomètres et profonde de 50 mètres.

Photo Reuters

Agence France-Presse
Washington, DC

Des scientifiques de la Nasa ont découvert une fissure dans un glacier de l’Antarctique qui continue de s’élargir et devrait donner naissance dans les prochains mois à un iceberg d’une superficie équivalente à celle de New York, a indiqué jeudi l’agence spatiale américaine.

Cette fissure dans le glacier de Pine Island dans la partie occidentale de l’Antarctique est longue d’au moins 30 kilomètres et profonde de 50 mètres.

La fracture, qui s’élargit de deux mètres par jour, produira un iceberg d’environ 880 km2, ont calculé les glaciologues, qui soulignent que ce phénomène ne résulte pas du réchauffement climatique, mais d’un cycle naturel.

L’iceberg devrait être complètement formé d’ici début 2012.

De tels icebergs se forment périodiquement dans l’Antarctique. Le dernier en date s’était détaché du glacier de Pine Island en 2001 et les scientifiques s’attendaient à ce que ce phénomène se reproduise rapidement.

La dernière fissure a été détectée pour la première fois fin septembre par les chercheurs de la Nasa, qui surveillent les changements dans les glaces antarctiques via des observations régulières par avion.

Ces observations aériennes visent à combler le fossé entre la fin du fonctionnement du satellite ICESAT (Ice, Cloud and land Elevation Satellite) en 2009 et le lancement de son successeur ICESAT 2 en 2016.

http://www.cyberpresse.ca