L’implacable répétition des fusillades à l’école aux États-Unis


Une autre fusillade aux États-Unis dans une école en Floride, cela ne fait pas les grand titre, car c’est rendu tellement répétitif. Les pro-armes veulent armer les enseignants au lieu d’aller dans le fond du problème. Comment se fait-il que des enfants puissent avoir accès aussi facilement à des armes ? Comment il se fait que ce soit le seul pays qui a le plus de fusillades dans le milieu scolaire qui sont le plus souvent meurtrières parmi les pays développés. Et ils sont encore attaché a ce droit de porter des armes !!!
Nuage
 

 

L’implacable répétition des fusillades à l’école aux États-Unis

 

Une mère serre son fils dans ses bras,... (Photo MARK WILSON, archives Reuters)

Une mère serre son fils dans ses bras, après une fusillade à l’école secondaire de Roswell.

PHOTO MARK WILSON, ARCHIVES REUTERS

 

Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis sont le seul pays développé du monde où se répètent désespérément les fusillades en milieu scolaire, comme celle qui a endeuillé mercredi la Floride: il y en a déjà eu 18 en 2018, et nous ne sommes que le 14 février.

«Il s’agit de la 291e fusillade en milieu scolaire depuis le début de 2013», a réagi Shannon Watts, fondatrice de «Moms Demand Action For Gun Sense In America», une organisation qui lutte contre la prolifération des armes à feu.

Les écoles américaines sont de moins en moins des sanctuaires épargnés par la violence armée et les Américains semblent fatalistes face à la situation.

La plupart de ces fusillades ne font d’ailleurs même pas les gros titres de la presse nationale, étant donnée leur banalité répétitive.

Il y a environ une fusillade en milieu scolaire par semaine, selon Everytown for Gun Safety, une autre organisation militant pour le durcissement des lois sur les armes individuelles.

Un tireur a fait mercredi plusieurs morts, selon un bilan encore provisoire, dans une école de Parkland, dans le sud-est de la Floride, avant d’être interpellé.

Un élève porteur d’une arme de poing avait lui ouvert le feu le 23 janvier dans son école de l’État du Kentucky, à l’heure du début des classes. Il avait tué deux adolescents, une fille et un garçon, âgés de 15 ans comme lui.

Au total, 18 autres jeunes victimes avaient été prises en charge par les secours, dont 14 blessées par balle.

La veille, une adolescente avait été blessée par balle dans la cantine de son lycée du Texas.

Le 22 janvier, un garçon de 14 ans avait lui été éraflé par une balle sur le stationnement d’un collège de La Nouvelle-Orléans. Dans les jours précédents, des tirs avaient visé un bus scolaire dans l’Iowa, un lycée de Seattle, un campus de Californie…

Ces drames relancent invariablement un débat qui tourne à vide: faut-il équiper toutes les écoles de portiques de sécurité ? Faut-il au contraire armer (davantage) les enseignants ? Au fond chacun sait que, comme d’habitude, aux réactions outrées succédera l’inaction d’un Congrès contrôlé par les républicains.

Pourtant la tendance sur le long terme offre des motifs d’inquiétude.

Dans une étude sur des «tireurs en action» des années 2000 à 2013, la police fédérale américaine constate une «fréquence en hausse» de ces événements sur la période.

Dans 70 % des cas, l’irréparable est commis en cinq minutes ou moins, ce qui relativise la réaction que peuvent avoir les forces de l’ordre. Dans 24,4 % des cas, les tirs concernent des sites éducatifs.

Les tireurs ayant ouvert le feu à l’intérieur d’un collège ou d’un lycée sont, dans la majorité des faits recensés, élèves de l’établissement. Enfin, note le FBI, les fusillades en milieu scolaire sont souvent les plus meurtrières.

Certaines de ces tragédies ont durablement traumatisé l’Amérique, comme celles de Columbine en 1999, de Virginia Tech en 2007, ou le massacre de Sandy Hook, une école primaire du Connecticut où furent abattus il y a cinq ans 20 enfants âgés de 6 et 7 ans.

Depuis ce dernier drame, les procédures d’alerte et les exercices d’entraînement se sont multipliés dans les établissements scolaires.

L’objectif de ces formations est d’apprendre aux écoliers comment réagir face à un individu tirant à l’aveugle dans le but de faire un maximum de victimes.

http://www.lapresse.ca/

Les États-Unis face à la litanie des fusillades à l’école


Depuis 2013, 283 fusillade qui veut en moyenne une fusillade par semaine dans une école américaine. En 2018, le mois de janvier n’est pas terminé et ils sont déjà rendus à 11 fusillade toujours dans des écoles. Qu’est-ce que le gouvernement américain attend pour protéger les enfants ? Cela arrive tellement souvent que c’est rendu un fait banal. !! Les armes sont trop présent et trop accessibles, qu’est ce qu’ils ne comprennent pas là-dedans ? Au Québec, il n’y a pas eu de fusillade dans les écoles, pour le moment, mais les écoles ont fait une pratique pour les élèves au cas qu’il y aurait ce genre d’évènement tragique. C’est important, mais je trouve cela grave qu’on soit rendu là
Nuage

 

Les États-Unis face à la litanie des fusillades à l’école

 

«Depuis janvier 2013, il y a eu au... (REUTERS)

«Depuis janvier 2013, il y a eu au moins 283 fusillades à travers tout le pays, ce qui revient à une fusillade en milieu scolaire par semaine», souligne Everytown for Gun Safety, une organisation qui lutte contre la prolifération des armes aux États-Unis.

REUTERS

 

SÉBASTIEN BLANC
Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis ont enregistré 11 fusillades en milieu scolaire en 2018, et nous ne sommes que le 24 janvier: les écoles y sont de moins en moins des sanctuaires épargnés par la violence et les Américains semblent fatalistes face à la situation.

Un élève porteur d’une arme de poing a ouvert le feu mardi dans son lycée de l’État du Kentucky, à l’heure du début des classes. Il a tué deux adolescents, une fille et un garçon, âgés de 15 ans comme lui.

La veille, une adolescente avait été blessée par balle dans la cantine de son lycée du Texas.

Ce même lundi, un garçon de 14 ans a lui été éraflé par une balle sur le stationnement d’un collège de la Nouvelle-Orléans. On pourrait également citer, dans les jours précédents, les tirs qui ont visé un bus scolaire dans l’Iowa, un lycée de Seattle, un campus de Californie…

Au lycée de Marshall County dans le Kentucky, 18 autres jeunes victimes ont été prises en charge par les secours, dont 14 blessées par balle. Le tireur, interpelé de façon non violente, va être inculpé de meurtres et tentatives de meurtres et poursuivi comme s’il était majeur.

Un tel fait divers ferait les gros titres de la presse dans beaucoup de pays développés, mais pas aux États-Unis où il s’inscrit dans une banalité répétitive.

Le président Donald Trump n’a d’ailleurs fait aucune allusion au drame durant plus de 24 heures, alors que le premier ministre canadien, Justin Trudeau, avait présenté mardi ses condoléances par téléphone au gouverneur du Kentucky, Matt Bevin.

M. Trump a finalement également appelé M. Bevin et témoigné sa sympathie aux victimes. «Nous sommes avec vous», a-t-il tweeté mercredi après-midi.

Canada 0, USA 11

«Depuis janvier 2013, il y a eu au moins 283 fusillades à travers tout le pays, ce qui revient à une fusillade en milieu scolaire par semaine», souligne Everytown for Gun Safety, une organisation qui lutte contre la prolifération des armes aux États-Unis.

«Pour l’instant zéro fusillade en milieu scolaire au Canada cette année», a relevé de son côté Shannon Watts, la fondatrice de Moms Demand Action, une association militant également pour un renforcement de la législation sur les armes.

L’énième drame dans le Kentucky a relancé un débat qui tourne à vide: faut-il équiper toutes les écoles de portiques de sécurité? Faut-il au contraire armer (davantage) les enseignants ? Au fond chacun sait que, comme d’habitude, aux réactions outrées succédera l’inaction d’un Congrès contrôlé par les républicains.

Pourtant la tendance sur le long terme offre des motifs d’inquiétude.

Dans une étude sur des «tireurs en action» des années 2000 à 2013, la police fédérale américaine constate une «fréquence en hausse» de ces événements sur la période.

Dans 70% des cas, l’irréparable est commis en cinq minutes ou moins, ce qui relativise la réaction que peuvent avoir les forces de l’ordre. Dans 24,4% des cas, les tirs concernent des sites éducatifs.

Limites de la prévention

Les tireurs ayant ouvert le feu à l’intérieur d’un collège ou d’un lycée sont, dans la majorité des faits recensés, élèves de l’établissement. Enfin, note le FBI, les fusillades en milieu scolaire sont souvent les plus meurtrières.

Depuis le massacre de Sandy Hook, une école primaire du Connecticut où furent abattus il y a cinq ans 20 enfants âgés de 6 et 7 ans, les procédures d’alerte et les exercices d’entraînement se sont multipliés dans les établissements scolaires américains.

L’objectif de ces formations est d’apprendre aux écoliers comment réagir face à un individu tirant à l’aveugle dans le but de faire un maximum de victimes.

La police du Kentucky a fait savoir qu’elle avait récemment assuré une telle formation au lycée de Marshall County. Peut-être que sans cela le bilan humain y aurait été pire.

http://www.lapresse.ca

Une chorale de vieux monsieurs sympathiques à bord d’un avion cloué au sol


Il n’y a pas juste les plus jeunes qui peuvent épater des passagers dans un transport quelconque. Ces messieurs ont sûrement de la pratique à chanter ensemble et font profiter ainsi les autres de leur talent
Nuage

 

Une chorale de vieux monsieurs sympathiques à bord d’un avion cloué au sol

 

Rien de plus frustrant que d’apprendre que l’avion dans lequel vous prenez place doit rester sur le tarmac pendant un long moment pour une inspection mécanique.

Les passagers d’un avion d’US Aiways en partance vers la Nouvelle-Orléans ont dû prendre leur mal en patience il y a quelques semaines alors que leur vol a été longuement retardé.

Mais heureusement pour eux, un quatuor vocal composé de vieillards sympathiques se trouvait parmi les passagers. Ils ont eu la gentillesse d’interpréter quelques classiques pour divertir leurs compagnons d’infortune.

Kari Mann, agente de bord pour US Airways, a filmé la scène et l’a partagée sur YouTube. Sa vidéo a été vue plus de 2 millions de fois depuis sa mise en ligne, le 7 janvier dernier.

http://www.francoischarron.com/

Nouvelle-Orléans Un chien survivait en mangeant des roches et des brindilles


La misère, la famine est présente même chez les animaux. Ce chien a quand même une grande force de caractère pour avoir manger même des roches pour oublier la faim. Heureusement pour lui, il a pu être sauvé
Nuage

 

Nouvelle-Orléans

Un chien survivait en mangeant des roches et des brindilles

 


(Crédit photo: gracieuseté, Daily Mail)

 

Un chien a été sauvé par un refuge après avoir été retrouvé en très mauvais état alors qu’il arpentait les rues de la Nouvelle-Orléans.

Il était effrayé, émacié, il avait la peau sur les os, et malgré tout, Alex était vraiment aimant et gentil, rapporte le Daily Mail.

«Il était tellement gentil et indulgent, malgré tout ce qu’il avait traversé», raconte Deanna Theis, la directrice de la Southern Animal Foundation.

L’organisme a vu une photo du Braque de Weimar et a réalisé qu’il allait être euthanasié si quelqu’un ne le sauvait pas.


(Crédit photo: gracieuseté, Daily Mail)

Sur une radiographie, on ne voyait dans son estomac que des roches et des brindilles. Du coup, il a fallu l’opérer pour replacer son estomac qui s’était retourné dans son torse.

L’opération a été un succès et Alex prend maintenant du mieux, il pèse 43 livres et devient de plus en plus fort.


(Crédit photo: gracieuseté, Daily Mail)

http://tvanouvelles.ca

New York | Funérailles : Des funérailles où le mort a l’air bien vivant


Une autre affaire glauque ! Avons-nous si peur de la mort que nous refusons de la voir en face quand elel frappe une personne aimée. Comment peut-on faire son deuil en montrant un mort, qui semble être vivant. Bon, je peux comprendre la tristesse, le désarroi de perdre un être cher, mais pourtant … Je pense alors qu’il est mieux de ne pas exposé du tout le défunt et garder nos souvenirs intacts
Nuage

 

New York | Funérailles

Des funérailles où le mort a l’air bien vivant

 

Des funérailles où le mort a l’air bien vivant

Photo Reuters

Marie-Joëlle Parent

NEW YORK | Une tendance étrange émerge de la Louisiane. De plus en plus de salons funéraires exposent le corps des défunts non pas couché dans un cercueil, mais assis ou debout dans des situations de la vie quotidienne.

Cette tendance hétérodoxe trouverait son origine à Porto Rico, mais elle gagne en popularité à La Nouvelle-Orléans.

«Nous sommes déjà connus pour avoir des funérailles très colorées et musicales, à La Nouvelle-Orléans, explique Louis Charbonnet, directeur du salon funéraire Charbonnet-Labat. C’est une façon de rendre le processus de deuil moins lourd.»

Plus tôt ce mois-ci, son salon a organisé les funérailles de Miriam Burbank, morte à l’âge de 53 ans. On a assis la femme à une table de salon avec ses lunettes de soleil et une cigarette au menthol entre les doigts. Sur la table, on a installé des objets chers à la défunte. C’était une demande de sa famille.

Depuis, le salon funéraire est inondé de demandes pour ces funérailles non traditionnelles.

«Certaines personnes ont demandé à être exposées chez un fleuriste, devant un étang en train de pêcher ou en train de cuisiner devant un four», dit M. Charbonnet.

Critiques

En 2012, il a exposé le corps embaumé du musicien Lionel Batiste, une vedette locale, debout comme s’il se trouvait à un coin de rue, appuyé sur sa canne.

M. Charbonnet dit avoir reçu quelques plaintes d’autres directeurs de salons funéraires mécontents de cette pratique peu orthodoxe.

«On n’enfreint aucune loi. Ce genre de rituel existe déjà dans des tribus d’Afrique et je ne suis pas le premier à le faire aux États-Unis», dit M. Charbonnet, ajoutant avoir reçu l’approbation du prêtre de sa paroisse.

http://www.journaldequebec.com

Les inondations pourraient coûter jusqu’à 1000 milliards par an


Vivre près des côtes, voir la mer à tous les jours, c’est le rêve de bien des gens. Cependant avec le réchauffement climatique, nous savons que la météo n’est pas toujours de bonne humeur et nous montre de sa colère de façon désastreuse. Tout cela a des coûts. Et comme cela ne suffisait pas … ca risque de coûter encore plus cher
Nuage

 

Les inondations pourraient coûter jusqu’à 1000 milliards par an

 

Un taxi est stationné dans les rues de Coney... (PHOTO EMMANUEL DUNAND, ARCHIVES AFP)

Un taxi est stationné dans les rues de Coney Island, à New York, après le passage de l’ouragan Irene, le 28 août 2011.

PHOTO EMMANUEL DUNAND, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
PARIS

New York, Guangzhou, Bombay… Le coût des inondations pourrait dépasser en 2050 les 1000 milliards de dollars par an pour les 136 plus grandes villes côtières de la planète si elles ne se protègent pas mieux, selon une étude parue dimanche.

La mise en place de mesures d’adaptation permettrait toutefois de limiter ces pertes à quelque 60 milliards de dollars par an en 2050, dans ces agglomérations côtières, appelées à devenir de plus en plus vulnérables face aux inondations, selon cette étude parue dans Nature Climate Change.

Au regard du montant astronomique de l’inaction, «ne rien faire pour s’adapter n’est pas une option», indique à l’AFP l’un des auteurs, Stéphane Hallegatte, économiste à la Banque mondiale.

En se basant sur les données de ces 136 villes côtières abritant plus d’un million d’habitants chacune, la facture cumulée due aux inondations (logements, commerces, industries, etc.) atteignait en 2005 quelque 6 milliards US.

Selon cette étude, quatre villes – Miami, New York et la Nouvelle-Orléans aux États-Unis et Guangzhou (ou Canton) en Chine – concentrent 43 % des pertes économiques. Et pour deux d’entre elles, Guangzhou (687 millions de dollars) et la Nouvelle-Orléans (507 M), ces pertes représentent plus de 1 % de leur PIB.

Les chercheurs ont tenté de chiffrer l’évolution de cette facture dans les prochaines décennies à partir de scénarios socio-économiques (évolution de la population, des économies et de l’urbanisation), mais aussi de l’affaissement du sol dans certaines régions et de la montée du niveau de la mer due au réchauffement.

Dans le pire des cas, sans nouvelles mesures de protection dans les villes, les pertes cumulées exploseraient à plus de 1000 milliards de dollars par an, écrivent les auteurs.

Ce chiffre «n’est pas une prédiction», précise néanmoins M. Hallegatte, car il implique des hypothèses pas forcément réalistes dans certains cas.

Si des investissements sont faits pour maintenir le risque d’inondations au même niveau qu’aujourd’hui (soit environ 50 milliards USD d’investissements par an), la facture augmenterait aussi par rapport aujourd’hui, en raison de l’accumulation attendue d’habitants et de biens dans ces villes. Mais de façon plus raisonnable: de 60 à 63 milliards de dollars par an.

«Si on investit dans des protections, on peut réduire le risque, mais on a de plus en plus de gens qui dépendent de ces protections. Cela veut dire que en cas de rupture de digues, on a globalement des catastrophes plus importantes», souligne Stéphane Hallegatte.

Dans un tel cas de figure, les villes économiquement les plus vulnérables aux inondations seraient en 2050 Guangzhou (13,2 milliards USD) et Bombay (6,4 milliards USD).

Les chercheurs ont par ailleurs constaté que, avec la hausse du niveau de la mer due au réchauffement, les endroits où le risque va le plus augmenter ne sont pas forcément les zones les plus à risque aujourd’hui, comme le bassin méditerranéen.

http://www.lapresse.ca

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage


En voyage, nous aimons bien rapporter a la maison des souvenirs de notre séjour. Il y a des souvenirs qui font fureur par leur aspect des fois inquiétant, troublant, ou complètement loufoque. Cependant, nous devrions faire attention sur certains objets insolites que nous rapportons pour ne pas avoir des problèmes aux douanes
Nuage

 

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage

Frédérique Sauvée

Oubliez la traditionnelle boule à neige ou la Tour Eiffel miniature, voici 10 souvenirs parmi les plus insolites à ramener dans votre valise.

Snake Tonic d’Hanoi

Top - 10 souvenirs insolites à rapporter de voyage

Photo Khuong Viet Ha / Wikicommons

Une petite gorgée de vin de serpent?

Parmi le nombre incalculable de croyances traditionnelles que l’on trouve en Asie, les pouvoirs attribués aux serpents sont certainement les plus anciennes. Le Vietnam en a fait un réel business au fil des années et ses boutiques de souvenirs vendent des dizaines de produits dérivés des reptiles. Le plus populaire d’entre eux est la bouteille de Snake Tonic, un alcool de riz très fort dans lequel baigne un vrai serpent. Cette décoction, à l’origine médicinale, est censée apporter pouvoir et puissance à celui qui la boit… Si vous osez en rapporter, assurez-vous que le reptile n’appartient pas à une espèce en danger, sans quoi vous pourriez avoir de gros problèmes aux douanes.

Tête réduite d’Équateur

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage - Tête réduite d'Équateur

Photo Frédérique Sauvée / Agence QMI

Les (fausses) têtes réduites d’Équateur sont un souvenir… troublant à rapporter

Souvenirs parfaits pour épater vos amis ou objets de décoration dans votre salon, les têtes réduites des Indiens Jivaro d’Amazonie se vendent encore dans quelques marchés artisanaux d’Équateur. Il ne s’agit pas de véritables têtes, qui sont habituellement rares et très chères, mais bien de reproductions. Reconstituées en peau et poil de chèvres, elles sont réalisées en suivant les méthodes traditionnelles des Jivaro qui avaient l’habitude, jusqu’à il y a moins de 60 ans, de décapiter leurs ennemis avant d’extraire le crâne et rapetisser la peau dans une décoction de plantes. Le résultat est une tête réduite chevelue de 10 centimètres de hauteur, à accrocher autour du cou à l’occasion d’une soirée d’Halloween, par exemple.

Crottes d’orignal du Canada

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage - Crottes d'orignal du Canada

Photo Pub thegreatcanadiangiftcompany.com

Les «moose droppings» se déclinent en différentes saveurs.

Rien de plus exquis que quelques crottes d’orignal en guise de digestif… Si votre belle-famille vous fait les gros yeux, expliquez-leur qu’il ne s’agit là que de friandises. Vendues dans la plupart des boutiques d’aéroports du Canada, les crottes d’orignal se déclinent sous différentes formes et saveurs. Molles ou croustillantes, au chocolat, caramel ou érable, ces sucreries se révèlent très appétissantes. À la recherche d’un souvenir encore plus authentique des forêts canadiennes? Ramenez un cahier de papier recyclé à partir de véritables crottes d’orignal (poopoopaper.com). Idéal pour vos amis écolos qui prônent la récupération. 

Morceau du mur de Berlin d’Allemagne

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage - Morceau du mur de Berlin d'Allemagne

Photo AFP

Duos carte postale et morceau de mur à vendre.

Beaucoup de gens souhaiteraient posséder chez eux un morceau d’histoire. Un rêve maintenant accessible à bas prix dans n’importe quelle boutique souvenir de la capitale allemande où l’on peut se procurer un fragment coloré du célèbre mur de Berlin. Un ancien ouvrier a eu l’idée il y a quelques années de récupérer de gros blocs du mur et de les réduire en fragments afin de les vendre dans de petites boites transparentes. L’idée lucrative a fait de lui un homme fortuné, au grand bonheur des touristes qui s’arrachent ses morceaux d’histoire comme des petits pains.

Phallus colorés de Bali

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage - Phallus colorés de Bali

Photo Benoît Rioux / Agence QMI

Les souvenirs en forme de phallus sont nombreux à Bali.

L’organe sexuel masculin fait l’objet d’un important culte en Asie du Sud-Est, notamment en Indonésie. Symbole de fertilité et de puissance, le phallus est vénéré partout au pays, y compris dans les temples bouddhistes où l’on peut voir des statues érigées en l’honneur du sexe masculin. Laissez-vous donc séduire par l’une des nombreuses reproductions colorées et originales de phallus dont regorgent les échoppes à touristes. Et si vous êtes trop gênés pour ramener un souvenir à votre moitié, pensez au moins à vos ami(e)s!

Parapluie «gourmand» d’Angleterre

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage - Parapluie «gourmand» d'Angleterre

Photo Pub http://www.londonundercover.co.uk

Des «beans» pour se protéger de la pluie…

Dans la catégorie du souvenir le plus quétaine, une mention spéciale revient au parapluie à motif de chou-fleur, en provenance directe de Londres! Cet accessoire si emblématique de la météo britannique est sans nul doute un cadeau empoisonné à ramener à un ami. Dans la même collection, on trouve également le parapluie à l’effigie des «beans» tant appréciées des Anglais ainsi que les «bangers and mash», un plat typique composé de saucisses et de purée de pommes de terre.

Coco-fesse des Seychelles

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage - Coco-fesse des Seychelles

Photo Courtoisie Gérard Larose

Un coco-fesse (ou coco de mer) à l’état naturel.

Toujours dans les souvenirs à connotation érotique, mais issus de la nature cette fois, vous pourriez ramener de votre voyage cette célèbre noix de cocotier de mer aux formes… suggestives. Endémiques du superbe archipel des Seychelles, situé au beau milieu de l’océan Indien, les cocos-fesses peuvent atteindre un poids d’une vingtaine de kilos et ils produisent des graines parmi les plus grosses au monde. Les artistes locaux les récoltent directement sur la plage avant de les tailler, les polir et les décorer ou les transformer en œuvre d’art. Les touristes peuvent s’en procurer sur les marchés locaux (demandez un certificat officiel de vente, exigé par les douaniers) à condition d’avoir encore de la place dans la valise.

Tasse et babiole Dracula de Roumanie

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage - Tasse et babiole Dracula de Roumanie

Photo Fotolia

Parmi les régions plus touristiques d’Europe de l’Est, la Transylvanie figure en bonne position. Renommée pour la chaîne de montagnes des Carpates et ses châteaux médiévaux, cette région de la Roumanie véhicule à souhait de mystérieuses légendes depuis des centaines d’années. Le comte Dracula et ses sbires vampires sont les héros de ces histoires fantastiques et ils ornent aujourd’hui la plupart des souvenirs qui trônent dans les boutiques des villages. Parmi les plus populaires, on retrouve la tasse à thé de laquelle dépassent les canines acérées des vampires mais également des pieux et des gousses d’ail comme armes de défense contre les buveurs de sang. Pour réveiller la Buffy qui sommeille en vous.

Poupée vaudou de La Nouvelle-Orléans

10 souvenirs insolites à rapporter de voyage - Poupée vaudou de La Nouvelle-Orléans

Photo Fotolia

Dans le French Quarter de La Nouvelle-Orléans, on peut acheter des poupées un peu partout dans les boutiques thématiques

Souvenirs en voie de disparition

10 souvenirs incongrus à rapporter de voyage - Souvenirs en voie de disparition

Photo AFP

L’importation d’objets provenant d’espèces menacées, comme les statuettes en ivoire d’éléphant par exemple, est un grave délit Sac en peau de crocodile, statuette en défense d’ivoire, coraux et coquillages, ces souvenirs sont magnifiques, insolites et… interdits!

Il faut savoir que l’importation d’objets provenant d’espèces menacées est un grave délit. En voyage dans des pays exotiques, faites donc très attention à vos achats (Snake Tonic vietnamien ou autre!) car les douaniers sont à l’affût de tous produits dérivés de telles espèces.

Peut-être vaut-il mieux, finalement, se procurer une traditionnelle boule à neige pour s’épargner de bien mauvais souvenirs.

http://fr.canoe.ca/