La dernière personne née au XIXe siècle est morte samedi


 

Il semblerait qu’il n’y a plus personne du soit né au XIXe siècle, la dernière, une Italienne est décédée samedi à l’âge de 117 ans et 137 jours. Sa vie s’est étalée sur 3 siècles. c’est quand même incroyable. Emma Morano n’a pas battu le record mondial de longévité détenu de Jeanne Calman, une française décédée à l’âge de 122 ans et 164 jours en 1997
Nuage

 

La dernière personne née au XIXe siècle est morte samedi

 

L’Italienne Emma Morano, doyenne présumée de l’humanité née en 1899, est décédée à l’âge de 117 ans.

Elle était née le 29 novembre 1899. L’Italienne Emma Morano, dernière survivante connue du XIXe siècle et doyenne présumée de l’humanité, est morte samedi à son domicile de Verbania, dans le nord de l’Italie, à l’âge donc de 117 ans et 137 jours, ont annoncé les médias italiens.

«Elle a eu une vie extraordinaire et nous nous souviendrons toujours de sa force pour aller de l’avant», a déclaré le maire de Verbania, cité par ces médias.

Emma Moreno était une ancienne ouvrière dans une fabrique de toile de jute, où elle a travaillé 47 ans. L’Italienne vivait seule dans la petite ville de Verbania, dans le Piémont. Une région qu’elle n’a pratiquement jamais quittée. À titre d’exemple, Emma Moreno, dont la vie court sur trois siècles, a connu onze papes, de Léon XIII à François, l’actuel souverain pontife, qui lui a accordé une bénédiction en 2016. Celle que les Italiens surnommaient «nonetta» (grand-mère, NDLR) n’a jamais voyagé à Rome mais se souvenait dans une interview au journal espagnol ABC «avoir vu la mer une fois».

Si elle a perdu un fils à l’âge de six mois, l’Italienne n’a jamais renoncé à «son optimisme», la clé de sa longévité, selon elle. Au-delà d’une joie de vivre à toute épreuve, elle s’attachait à manger «trois œufs par jour». Un régime alimentaire prescrit par un médecin quand elle avait… 20 ans. Elle souffrait alors d’anémie. Mais son alimentation n’explique qu’en partie une telle longévité. Selon elle, il y avait «sans nul doute» des facteurs génétiques: une de ses sœurs est morte à l’âge de 102 ans, et une autre à 100 ans.

Après la mort de son enfant, Emma Moreno a pris de la décision de quitter son mari, un geste inhabituel à l’époque, et de vivre seule jusqu’à la fin de sa vie.

«Mon mari me maltraitait. Après une énième humiliation, j’ai décidé de partir», confiait-elle à La Stampa.

Ce choix de vie lui aurait permis, selon elle, de gagner plusieurs années d’existence.

«Je ne voulais surtout pas être de nouveau sous l’emprise d’un homme».

En 2011, elle avait été faite chevalier de l’ordre du mérite de la République italienne par l’ancien président Giorgio Napolitano.

Le record mondial de longévité est toujours détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans et 164 jours.

Selon le Gerontology Research Group, on compte aujourd’hui 44 supercentenaires dans le monde. La France, elle, en compte trois. Le doyen de l’humanité est pour l’heure une Jamaïcaine, Violet Brown, âgée de 117 ans et 36 jours en ce samedi 15 avril 2017 à 19h30…

Emma Moreno, le jour de son 117e anniversaire.

http://www.lefigaro.fr

Cet homme n’a pas coupé ses ongles en 62 ans et vient de remporter un record du monde


Un record du monde qui a quand même limité les gestes de cet homme.Pendant toutes ses années, il a dû renoncée à des actes très simples, est-ce que cela en valait la peine ?
Nuage

 

Cet homme n’a pas coupé ses ongles en 62 ans et vient de remporter un record du monde

 

TozxxuT

Un Indien du nom de Shridhar Chillal ne s’est pas coupé les ongles depuis 1952.

Il avait 16 ans lorsqu’il a arrêté de se couper les ongles de sa main gauche, aujourd’hui il a 78 ans et il détient les ongles les plus longs du monde!

Ses ongles mesurent au total 909.6 centimètres ensemble, le plus long est celui de son majeur qui fait 186.6 centimètres à lui seul.

Tout a commencé lorsque lui et son ami se sont fait punir par l’un de ses enseignants pour lui avoir brisé un ongle, les adolescents ne comprenaient pas pourquoi ils avaient mérité une punition et l’enseignant leur a dit qu’ils ne comprendront pas tant qu’ils n’auront pas des ongles aussi longs.

Il ajoute qu’il a l’intention de les couper dans un avenir rapproché et d’en faire don à un musée.

 

UKSkxO4

EjsEfuk

http://www.insoliteqc.com/

L’Équateur établit un nouveau record de reforestation


Si battre des records Guinness donne une raison pour reforestation alors tant mieux ! Au moins, ce sont des records utiles pour l’environnement. Bravo à l’Équateur !
Nuage

 

L’Équateur établit un nouveau record de reforestation

 

L'Équateur a établi samedi un record mondial en matière de reforestation en... (PHOTO RODRIGO BUENDIA, AFP)

PHOTO RODRIGO BUENDIA, AFP

SANTIAGO PIEDRA SILVA
Agence France-Presse
CATEQUILLA

L’Équateur a établi samedi un record mondial en matière de reforestation en plantant 647 250 arbres de plus de 200 espèces différentes en un seul jour sur l’ensemble de son territoire, a annoncé samedi le président de ce pays latino-américain, Rafael Correa.

«Je viens d’être informé que nous avons battu le record du Livre des records Guinness pour la reforestation», a dit le chef de l’État dans son allocution hebdomadaire.

La ministre équatorienne de l’Environnement Lorena Tapia a écrit sur son compte Twitter que 44 883 personnes s’étaient mobilisées pour planter les arbres sur plus de 2000 hectares au total.

Une équipe travaillant avec Guinness était présente pour l’événement à Catequilla, une ville située non loin de la capitale Quito.

Le précédent record a été établi l’année dernière aux Philippines, a précisé Guinness.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► Record du nombre d’enfants


Avoir 3 où 4 enfants est considéré aujourd’hui comme une grosse famille, mais il fût un temps qu’avoir plus de 6 enfants n’était pas si rare. Mais en avoir 69 c’est vraiment un record. Imaginez toute l’organisation dans une maison pour s’occuper de toute la marmaille
Nuage

 

Record du nombre d’enfants

 

JPEG - 40.8 ko

69 : c’est le record du nombre de naissances pour une seule femme ! Il s’agit d’une Autrichienne (Bernard Scheinberg), elle est décédée à l’age de 58 ans. Elle et son mari, habitaient tout près de la frontière allemande. Son époux qui s’est ensuite remarié a eu 18 enfants avec sa nouvelle femme, soit 87 enfants au total.

27 grossesses et 69 enfants : un record mondial

Au 18ème siècle, une autre maman a elle aussi donné naissance à 69 enfants. C’est Fiodor Vassiliev (1707-1782), une femme russe particulièrement féconde.

Commençons le (long) décompte :

Mme Vassiliev a connu 27 grossesses, elle a mis au monde 4 quadruplés (4 x 4), 7 triplés (7 x 3), et 16 jumeaux (16 x 2) !

Cette femme a été enceinte durant plus de 20 ans ! Le tsar Alexandre II en personne avait souhaité rencontrer cette maman hors normes. Sur les 69 enfants, 67 ont atteint l’âge adulte ce qui est très étonnant car à cette époque la mortalité infantile faisait des ravages dans la plupart des familles.

http://www.bebetou.com

Record mondial de couvaison pour une maman pieuvre


C’est tout un record de couvaison de nourrir et protéger ses oeufs pendant près de 4 ans. Il semble que les animaux marins vivant aux profondeurs des mers prennent plus de temps pour la préparation des nouveaux bébés. Alors qu’en est-il des animaux marins vivant encore plus creux dans des eaux plus froides ?
Nuage

Record mondial de couvaison pour une maman pieuvre

 

Il est courant, chez ce céphalopode, d’avoir des durées de couvaison de un à trois mois. Crédits photo : Andreas Gradin/Andreas Gradin – Fotolia

Un poulpe s’est occupé de ses œufs durant quatre ans et demi avant leur éclosion.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il semble bien que ce soit vrai: une maman pieuvre (les chercheurs qui l’ont suivie pendant tout ce temps l’avaient baptisée «Octomom») a «couvé» sa progéniture pendant cinquante-trois mois, soit presque quatre ans et demi. C’est ce que soutiennent, preuve à l’appui, des chercheurs américains de l’Institut de recherche du Monterey Bay Aquarium dans des travaux publiés dans Plos One. Ce qui fait de cette mère poulpe la détentrice du record toutes catégories de durée de couvaison du règne animal.

L’histoire commence en avril 2007. L’équipe de recherche, sous la direction de Bruce Robison, dispose d’un bateau et d’un sous-marin télécommandé, guidé à distance par un fil, équipé de caméras, de bras articulés, de tuyaux de succion, etc. Dans le cadre de ses missions de surveillance et d’exploration, elle lui fait effectuer une plongée dans le Pacifique non loin de ses laboratoires, vers une vallée sous-marine s’enfonçant à 1397 mètres de profondeur. Ils savent que c’est un endroit où les pieuvres des profondeurs aiment à se reproduire. Et effectivement, ils en trouvent une, solitaire, de l’espèce Graneledone boreopacifica. Ils la prennent en photo.

Trente-huit jours plus tard, en mai 2007, ils replongent au même endroit. La pieuvre, aisément identifiable aux taches et cicatrices qu’elle porte, est encore là, sur un piton rocheux. Et est «accompagnée» d’un couvain de plus d’une centaine d’œufs qui mesurent 1,5 cm de long et 0,5 cm de large. Dans les quatre ans et demi qui vont suivre, les scientifiques retourneront dix-huit fois sur le site. Et retrouveront à chaque fois la même pieuvre, baptisée très vite «Octomom», et ses rejetons encapsulés.

  • Les pieuvres ne se reproduisent qu’une seule fois. Après la fécondation par un mâle, la femelle couve ses œufs et meurt après leur éclosion.

Il est courant, chez ces céphalopodes, d’avoir des durées de couvaison de un à trois mois, pendant laquelle la mère veille sur les œufs, les nettoie, les oxygène et les nourrit. Mais on ne connaît que très mal ce qu’il se passe chez ceux qui vivent en grande profondeur. Là, il ne fait que quelque 3°. Le développement des bébés pieuvres dans leur enveloppe est donc plus lent que pour des pieuvres vivant plus près de la surface. La dernière fois que les chercheurs ont vu les œufs, ils mesuraient 3,5 cm de long pour 1,5 cm de large.

Parallèlement, la maman poulpe qui, au départ, a une «robe violet pâle, très texturée» va voir celle-ci, au fil des mois, devenir blanche. Et son corps va se ratatiner progressivement, sa peau se plisse, ses yeux deviennent vitreux et ses tentacules se décolorent. Des transformations dues au fait qu’elle nourrit ses bébés avec ses propres réserves. Les chercheurs n’ont pas vu la femelle bouger ni se nourrir pendant leurs visites. Des bouts de crabe présentés à la pieuvre par le bras articulé du sous-marin ont été ignorés.

Si elle s’est nourrie, c’est de manière extrêmement frugale. Le fait qu’elle ne bouge pas fait que son métabolisme très bas ne doit pas consommer beaucoup d’énergie. En quelques occasions, les chercheurs ont pu noter un léger changement de position de la maman pieuvre, l’un ou l’autre de ses tentacules ayant légèrement bougé, sans cesser de protéger les œufs. Mais ni les vibrations occasionnées par les rotors du sous-marin (ils ne s’en sont rapprochés très près que rarement) ni les lumières des projecteurs ne l’ont fait bouger ou fuir.

En septembre 2011, elle est toujours là. Mais à la plongée suivante, en octobre de la même année, elle a disparu et il ne reste que quelque 160 enveloppes d’œufs vides. La mère pieuvre est vraisemblablement morte car il est de «tradition» qu’elle meure lors de l’éclosion.

Les annales avaient déjà enregistré le cas d’une pieuvre en captivité, vivant à 7 °C, qui avait couvé quatorze mois. Chez les poissons, le record d’incubation est de quatre à cinq mois pour une espèce vivant en Antarctique. Le manchot empereur couve sans interruption pendant deux mois. Et l’on dit que la salamandre alpine a une période de gestation interne de quarante-huit mois. Il sera pourtant désormais difficile de déloger Mme la Pieuvre de la plus haute marche de ce podium.

http://www.lefigaro.fr/

Un timbre vendu 9,5 millions $ à New York, un record mondial


Je peux comprendre la valeur de quelque chose qui a fait l’histoire. Je peux comprendre aussi qu’un philatéliste puisse vouloir très fort de posséder à un tel timbre. Mais de là à investir des millions, je trouve que cela est démesurée .. C’est gens ne savent pas quoi faire de leur argent, alors il le dépense pour des choses éphémères
Nuage

 

Un timbre vendu 9,5 millions $ à New York, un record mondial

 

Un visiteur jette un oeil sur le fameux... (Photo Reuters)

Un visiteur jette un oeil sur le fameux timbre adjugé à près de 10 millions de dollars.

Photo Reuters

Jennie MATTHEW
Agence France-Presse
NEW YORK

Un minuscule timbre octogonal datant du 19e siècle, le One-Cent Magenta, émis en ex-Guyane britannique, a été adjugé mardi soir à New York pour 9,5 millions de dollars, pulvérisant le précédent record pour un timbre aux enchères.

Exemplaire unique, il avait été estimé à entre 10 et 20 millions de dollars par la maison d’enchères Sotheby’s.

Devant une salle comble, il a démarré à 4,5 millions de dollars, et été adjugé en deux minutes à 7,9 millions de dollars, plus les frais associés, qui ne sont jamais inclus dans les estimations.

«Avec les frais, le timbre a juste atteint 9,5 millions de dollars, ce qui veut dire qu’il a battu un nouveau record mondial», a déclaré le responsable de la vente David Redden, ajoutant que l’acheteur avait demandé à rester anonyme.

Le précédent record datait de 1996, quand un timbre suédois de 1855, le «Tre Skilling», avait été vendu pour 2,2 millions de dollars, selon Sotheby’s.

Simplissime, mesurant 2,54 cm sur 3,18 cm, le One-Cent Magenta, imprimé en noir sur fond rouge magenta, arbore le dessin d’un bateau ainsi que la devise de l’ex-colonie: «Damus Petimus Que Vicissim» (Nous donnons et espérons en retour) et est signé du responsable des postes de l’époque.

Ce timbre exceptionnel, au destin tout aussi exceptionnel, avait été émis en 1856. A l’époque, quelques pays seulement avaient déjà des timbres.

La Guyane britannique, colonie d’Amérique du Sud, recevait ses timbres par bateau d’Angleterre. Mais en 1856, une cargaison avait été retardée, menaçant les envois postaux dans toute la colonie. Le chef des postes avait alors demandé aux imprimeurs du journal local Royal Gazette de lui fabriquer des timbres: des timbres d’un cent et quatre cents de couleur rouge magenta, et des timbres bleus à quatre cents.

Plusieurs timbres à quatre cents existent encore, mais il n’existe plus qu’un seul exemplaire connu du One-Cent Magenta.

David Redden, le responsable de la vente, avait souligné avant les enchères son «destin extraordinaire et son charisme», ainsi que sa condition remarquable, plus de 150 ans après son émission.

Le timbre est un habitué des records. Il avait auparavant été vendu trois fois aux enchères et avait «chaque fois, battu un record pour un timbre unique» selon Sotheby’s.

Trouvé en 1873 par un enfant

Ce One-Cent Magenta avait été redécouvert en 1873 par un Écossais de 12 ans d’un village de Guyane britannique (qui deviendra le Guyana à l’indépendance), dans des documents appartenant à sa famille.

Il le vend la même année pour quelques shillings à un autre collectionneur local qui l’envoie pour examen à Glasgow. En 1878, il est acheté par un premier collectionneur à Liverpool, puis par le comte français Philippe la Renotière von Ferrary, un grand collectionneur, qui le lègue à sa mort à un musée berlinois.

Mais au sortir de la Première Guerre mondiale, la France saisit le timbre, au titre des réparations dues par l’Allemagne. Il est revendu en 1922, déjà aux enchères, à Arthur Hind, un magnat new-yorkais du textile qui débourse 35 000 dollars de l’époque.

Le One-Cent Magenta changera de mains au moins encore deux fois. En 1970, il bat un record aux enchères, à 280 000 dollars. En 1980, toujours aux enchères, il est adjugé pour 935 000 dollars à John E. du Pont, héritier du groupe de chimie américain, philatéliste et millionnaire excentrique, décédé en 2010 en prison après avoir été condamné pour meurtre.

Ce sont les gestionnaires de son patrimoine qui mettaient le timbre en vente.

Il n’avait pas été vu en public depuis 1986. Mais avant sa vente, Sotheby’s l’a exposé à Londres, Hong Kong et New York.

http://www.lapresse.ca

Le Saiez-vous ► Quels sont les plus grands mots dans les dictionnaires internationaux ?


Je pense que plusieurs ont appris que le mot français le plus long était anticonstitutionnellement. Oui c’est un long mot, mais en médecine ou en chimie, ils en existent encore plus long et que dire dans d’autres pays …
Nuage

 

Quels sont les plus grands mots dans les dictionnaires internationaux ?

 

Par clo

On vous l’a fait cent fois quand vous étiez écolier : le mot le plus long en français serait anticonstitutionnellement (25 lettres).

Pas trop mal, mais ridicule par rapport aux Allemands, quand on connaît leurs capacités d’agglutination des suffixes. Par exemple, en 1999, le parlement de Poméranie a débattu d’un projet de loi sur le transfert des obligations de surveillance de l’étiquetage de la viande bovine appelé en toute simplicité Rindflei­schetike­ttierung­süberwachu­ngsaufga­benübertragu­ngsgeset­z (63 lettres).

Même Mary Poppins, auteur de la célèbre formule supercalifragililisticexpialidocious (34 lettres)aurait eu du mal à le prononcer ! Toutefois, ce qu’on ne disait pas quand on était petit, c’est qu’il existe des mots bien pire qu’anticonstitutionnellement, mais qu’ils ne figuraient pas dans les dictionnaires usuels.

Pour une vrai bonne pêche au mots géants, c’est dans les lexiques de médecine qu’il faut aller chercher.

Quoi de plus basique que le mot caca, par exemple, l’un des premier mots que l’enfantarticule ?

Et pourtant, le terme exact pour signifier la peur de la constipation est le suivant : apopathodiaphulatophobie (24 lettres).

Mieux : l’une des radiographies pratiquées sous la moelle épinière porte le joli nom de myélosaccoradiculographie (25 lettres).

Si c’est l’appareil intestinal que vous explorez, vous gagnerez encore 3 lettres en pratiquant une œsophagogastroduodenoscopie (28 lettres). Remarquez qu’en découpant le mot correctement, on comprend les composantes.

Et si ces nombres vertigineux ne vous font pas peur, peut-être vous sentirez-vous de taille à lire le mot désignant la peur du nombre 666 l’hexakosioihexekontahexaphobie (29 lettres).

La toponymie offre également de beaux spécimens exotiques, comme le village mexicain de Parangaricutirimicuaro (22 lettres), la bourgade hollandaise de Gasselterboerveenschemond (26 lettres) ou le lac américain Chargogg­agoggman­chauggag­oggchaub­unagunga­maugg (45 lettres).

Le pays de Galles fait encore plus fort avec la ville de llanfair­pwllgwyn­gyllgoge­rychwyrn­drobwlll­lantysil­iogogogo­ch (58 lettres), ou encore ce nom de gare, à peu près aussi long que le quai : Gorsafaw­ddacha’i­draigoda­nheddogl­eddollônpenrhyn­arerdrae­thceredi­gion (68 lettres).

Mais le record mondial est détenu par une colline de la Nouvelle-Zélande, affublée du sobriquet de Taumataw­hakatang­ihangako­auauotam­ateaturi­pukakapi­kimaunga­horonuku­pokaiwhe­nuakitan­atahu (85 lettres).

Mais c’est de la triche me direz-vous : en matière de nom propre, on peut toujours inventer plus long et plus compliqué sans se plier aux règles linguistiques, et puis, ce ne sont pas des mots français…

D’accord, revenons au français, mais ouvrons cette fois un manuel de chimie. Nous y trouverons par exemple un gaz lacrymogène appelé CS de son nom de scène, mais qui dans le privé, s’appelle orthochlorobenzalmalononitrile (30 lettres).

Quant à la bête vitamine B (riboflavine pour les intimes), si elle déclinait son identité complète, elle se révèlerait sous l’appellation de chlorure d’aminométhylpyri­midinylh­ydroxyth­ylméthythiaz­olium (49 lettres), ce qui mériterait bien un passeport néo-zélandais.

À partir de là, rien n’empêche les chimistes d’inventer des molécules complexes… et donc les mots à rallonge infinis qui les désignent. Un exemple extrême ? La molécule codifiée C1289H2051N343O375S8 : si elle était écrite en toutes lettres, elle occuperait pas moins de 1 878 lettres… La preuve ? Methionyl­glutamin­ylarginy­ltyrosyl­glutamyl­serylleu­cylpheny­alanylal­anylglut­aminylle­ucyllysy­lglutamy­larginyl­lysyglut­amylgycy­lalanylp­henylala­nylvalyl­prolylph­enylalan­ylvalylt­hreonyll­eucylgly­cylaspar­tylproly­lglycyll­isoleucy­lglutamy­lglutami­nylseryl­leucylly­sylisole­ucylaspa­rtylthre­onylleuc­ylisoleu­cylgluta­mylalany­lglycyla­lanylasp­artylala­nylleucy­lglutamy­lleucylg­lycyliso­leucylpr­olylphen­ylalanyl­serylasp­artylpro­lylleucy­lalanyla­spartylg­lycylpro­lylthreo­nylisole­ucylglut­aminylas­paraginy­lalanylt­hreonyll­eucylarg­inylalan­ylphenyl­alanylal­anylalan­ylglycyl­valylthr­eonylpro­lylalany­lglutami­nylcyste­inylphen­ylalanyl­glutamyl­methiony­lleucyla­lanylleu­cylisole­ucylargi­nylgluta­minyllys­ylhistid­ylprolyl­threonyl­isoleucy­lprolyli­soleucyl­glycylle­ucylleuc­ylmethio­nyltyros­ylalanyl­asparagi­nylleucy­lvalylph­enylalan­ylaspara­ginyllys­ylglycyl­isoleucy­lasparty­lglutamy­lphenyla­lanyltyr­osylalan­ylglutam­inylcyst­einylglu­tamyllys­ylvalylg­lycylval­ylaspart­ylsrylva­lylleucy­lvalylal­anylaspa­rtylvaly­lprolylv­alylglut­aminylgl­utamylse­rylalany­lprolylp­henylala­nylargin­ylglutam­inylalan­ylalanyl­leucylar­ginylhis­tidylasp­araginyl­valylala­nylproly­lisoleuc­ylphenyl­alanylis­oleucylc­ysteinyl­prolylpr­olylaspa­rtylalan­ylaspart­ylaspart­ylaspart­ylleucyl­leucylar­ginylglu­taminyli­soleucyl­alanylse­ryltyros­ylglycyl­arginylg­lycyltyr­osylthre­onyltyro­sylleucy­lleucyls­erylargi­nylalany­lglycylv­alylthre­onylglyc­ylalanyl­glutamyl­asparagi­nylargin­ylalanyl­alanylle­ucylleuc­yllysylg­lutamylt­yrosylas­paraginy­lalanyla­lanylpro­lylproly­lleucylg­lutaminy­lglycylp­henylala­nylglysy­lisoleuc­ylseryla­lanylpro­lylaspar­tylgluta­minylval­yllysyla­lanylala­nylisole­ucylaspa­rtylalan­ylglycyl­alanylal­anylglyc­ylalanyl­isoleucy­lserylgl­ycylsery­lalanyli­soleucyl­valyllys­ylisoleu­cylisole­ucylglut­amylglut­aminylhi­stidylas­paraginy­lisoleuc­ylglutam­ylprolyl­glutamyl­lsylmeth­ionylleu­cylalany­lalanyll­eucyllys­ylvalylp­henylala­nylvalyl­glutamin­ylprolyl­methiony­llysylal­anylalan­ylthreon­ylarginy­lserine.

Qui dit mieux ?

http://omnilogie.fr