Cette Viet­na­mienne a vécu trois mois avec une sang­sue dans la gorge


Une femme se rend à l’hôpital suite a des maux de tête et des agréments au niveau de la gorge. Une tumeur peut-être ! Non une sangsue de 15 cm qui aurait été avalée accidentellement. Ce parasite aurait élu domicile possiblement il y a 3 mois.
Nuage

 

Cette Viet­na­mienne a vécu trois mois avec une sang­sue dans la gorge

 

par  Ulyces

 

Une Viet­na­mienne de 63 ans qui a récem­ment subi une cœlio­sco­pie pour se faire enle­ver une tumeur de la gorge a été choquée d’ap­prendre qu’il s’agis­sait en vérité d’une sang­sue de 15 centi­mètres.

Le para­site vivait dans la gorge de la femme depuis envi­ron trois mois, racon­tait le Daily Mail le 10 janvier. Un soula­ge­ment doublé d’un fris­son de dégoût.

Cela faisait plusieurs semaines que la femme, restée anonyme, se plai­gnait de graves maux de tête et d’une sensa­tion constante de liquide muqueux s’écou­lant dans sa gorge. Elle s’est fina­le­ment rendue dans un hôpi­tal local où des méde­cins ORL (oto-rhino-laryn­go­lo­gie) ont effec­tué divers tests et décou­vert une masse non iden­ti­fiée dans sa gorge. La soixan­te­naire a alors dû subir une opéra­tion chirur­gi­cale pour enle­ver la masse – que les méde­cins pensaient être une tumeur –, mais au cours de la procé­dure, ils ont décou­vert qu’il s’agis­sait d’en fait d’une épaisse sang­sue.

Dans une vidéo filmée par le Dr Nguyen Thanh Nam, direc­teur adjoint de l’hô­pi­tal à Ha Giang, et parta­gée avec le consen­te­ment de la patiente, on peut voir la sang­sue de 15 cm se tortiller sur un plateau médi­cal après avoir été extir­pée de la gorge de la femme. Les méde­cins soupçonnent la patiente de l’avoir avalée acci­den­tel­le­ment en se baignant ou en buvant de l’eau de source. À en juger par la durée des symp­tômes décrits par la patiente, le Dr Thanh Nam estime que la sang­sue y avait élu domi­cile depuis trois mois.

Il ajoute que ce type de cas est extrê­me­ment rare et diffi­cile à diagnos­tiquer correc­te­ment. Si elle n’était pas reti­rée, la sang­sue aurait pu remon­ter les sinus de la femme et lui causer des maux de tête atroces, ou bien s’être dépla­cée vers le larynx, entraî­nant des problèmes respi­ra­toires menaçant son pronos­tic vital.

Source : The Daily Mail

https://www.ulyces.co/

Cette maison vietnamienne a une barrière faite entièrement de vieux téléviseurs


Ce serait peut-être une idée pour Donald Trump et son mur. Le matériel serait sûrement moins cher, quoique pour la solidité, cela est moins certain.
Nuage

 

Cette maison vietnamienne a une barrière faite entièrement de vieux téléviseurs

 

Crédits : Thanh Tien

par  Malaurie Chokoualé

Sur l’île vietnamienne de Hon Thom, une clôture de maison réfléchit le ciel, la pelouse et les passants, mais surtout, attire les regards. Constituée entièrement de vieux téléviseurs, elle a d’abord concentré sur elle l’attention des voisins avant de faire le tour du monde.

Depuis le 3 août dernier, elle est virale sur les réseaux sociaux, Facebook en tête avec le groupe très populaire « Khong so cho » (les Chiens sans peur). En vacances à Hom Thom avec sa famille, un certain Thanh Tien a pris des photos de cette demeure unique. Il est également l’auteur de la première publication, celle qui l’a révélée au reste du pays et du monde.

Désormais, l’enceinte d’écrans est très populaire auprès des touristes et n’en finit pas d’étonner. Tout d’abord, ce qui surprend le plus les gens, c’est ce choix de matériau, qui n’est pas réputé comme étant le plus incassable qui soit. Les gens sont aussi ébahis de voir que cela fonctionne et que la clôture tient toujours debout, résistant aux vents ou aux casseurs.

Si tout le monde est d’accord pour saluer l’inventivité de ces habitants, certains ne peuvent s’empêcher de se demander si ces vieux téléviseurs ne représentent pas un danger pour la santé des occupants de la maison qu’elle est censée protéger. Ils parlent par exemple des éléments toxiques, comme le mercure ou le plomb, encore contenus dans les appareils. Pour les propriétaires, les gens qui grincent des dents sont uniquement animé par la jalousie.

Sources : Khong so cho

http://www.ulyces.co/

Vietnam: des ciseaux retirés de son estomac 18 ans après l’opération


Heureusement, c’est rare, mais cela arrive quelquefois en chirurgie que des choses sont oubliées, c’est une raison de recomptage de ce qui a été utilisé. Cependant, oublier un ciseau, ce n’est quand même pas anodin, le patient a quand même été chanceux malgré tout
Nuage

 

Vietnam: des ciseaux retirés de son estomac 18 ans après l’opération

 

Des chirurgiens vietnamien ont dû extraire de l’estomac d’un homme vivant près d’Hanoï une paire de ciseaux, oubliés 18 ans plus tôt lors d’une opération.

Ce dernier avait subi en 1998 une intervention chirurgicale à la suite d’un accident de voiture. Mais ce n’est que lors d’une récente échographie destinée à comprendre l’origine de nouveaux maux de ventre que la présence de ciseaux longs de 15 centimètres ont été détectés.

L’homme de 54 ans a été opéré pendant trois heures pour permettre l’extraction de l’instrument, a expliqué à l’AFP Ngo Trung Thang, responsable de l’hôpital de Gang Thep Thaï Nguyen, situé à 80 kilomètres au nord de la capitale vietnamienne.

« Il se remet bien », a-t-il ajouté. D’après le porte-parole du ministère de la Santé, cité par la site Suc Khoe va Doi Song, Nhat a vécu près de deux décennies en ayant « une vie normale », pouvant manger et boire sans problème.

Les autorités vietnamiennes sont maintenant à la recherche des médecins qui ont pratiqué l’opération en 1998 dans la province de Bac Kan en 1998.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Championne de poésie à 7 ans malgré un handicap visuel


Une jeune fille de 7 ans a réussi a gagné le  Concours pancanadien de création littéraire braille, c’est un enfant débrouillard qui grâce à ces parents, elle pourra avoir un avenir
Nuage

 

Championne de poésie à 7 ans malgré un handicap visuel

 

Le reportage de Nicole Germain

Malgré son jeune âge, la petite Amélie Boucher a toute une histoire de vie. Née au Vietnam, complètement aveugle, elle a été adoptée par des parents québécois, eux aussi atteints d’un handicap visuel. Aujourd’hui âgée de 7 ans, elle vient de remporter un concours grâce à un poème écrit en braille.

Atteinte du syndrome de Peters, la petite Amélie a une vue très limitée.

« J’ai un œil qui ne voit pas, mais mon autre œil voit un peu. Je ne suis pas capable de lire avec mes yeux. Je lis avec mes doigts », explique-t-elle.

Son texte Les fleurs lui a valu le premier prix dans la catégorie Poème du Concours pancanadien de création littéraire braille de l’organisme INCA, qui vient en aide aux personnes aveugles.

« J’étais contente parce que je ne savais pas que j’allais gagner, se remémore la jeune fille de Québec. Mais quand je l’ai su, j’étais heureuse. »

Amélie Boucher lit le poème qui lui a permis de remporter un prix

Amélie Boucher lit le poème qui lui a permis de remporter un prix Photo : Radio-Canada

Sa mère, Véronique Vézina, explique que cet honneur a permis à sa fille de se sentir proche d’une communauté, elle qui ne côtoie pas d’autres enfants aveugles.

« C’était un sentiment d’appartenance parce que souvent à l’école, c’est régulier qu’elle nous dit « Pourquoi il n’y a pas d’enfants comme moi à l’école? » »

Malgré son handicap visuel, Amélie fréquente l’école ordinaire et y réussit très bien. Elle se déplace à l’aide d’une canne blanche et reçoit le soutien d’un orthopédagogue et d’un éducateur spécialisé pour l’apprentissage du braille.

« Si elle n’avait pas appris le braille, ce serait difficile de la scolariser, explique sa mère. On pourrait presque dire qu’elle serait analphabète. »

Ça lui donne accès à une multitude d’informations et à une multitude d’options pour son futur, en fonction de ce qu’elle voudra faire comme travail. Véronique Vézina, mère d’Amélie Boucher

Véronique Vézina, mère d'Amélie Boucher

Véronique Vézina, mère d’Amélie Boucher Photo : Radio-Canada

« On la comprend »

 

Lorsque Véronique et son conjoint ont entamé le processus d’adoption au Vietnam, ils avaient spécifié qu’ils étaient disposés à accueillir un enfant avec des besoins particuliers.

Peu de temps après, le service d’adoption leur a proposé de recevoir une jeune fille aveugle, un hasard pour les deux parents qui ont eux-mêmes une vue limitée.

« C’était quelque chose qu’on connaissait déjà donc je pense que ça nous a facilité la tâche pour s’embarquer dans cette aventure-là et pour être capable de soutenir Amélie dans son quotidien pour le futur », croit Mme Vézina.

On la comprend. On sait ce qu’elle vit […] Ça nous a facilité la vie, je pense, d’avoir un enfant qui avait les mêmes limitations que nous. Véronique Vézina, mère d’Amélie Boucher

Une vue qui décline

À son arrivée au Québec, Amélie a subi plusieurs chirurgies, dont une greffe de cornée dans l’espoir d’améliorer sa qualité de vie.

Les gains ont cependant été temporaires. Sa vue s’est détériorée depuis et sa mère indique qu’aucune autre greffe de cornée n’est possible pour l’instant.

Malgré son handicap, la jeune fille connaît bien peu de limites.

« Je fais du violon, du piano, de la flûte. »

Amélie Boucher joue du violon malgré son handicap visuel

Amélie Boucher joue du violon malgré son handicap visuel Photo : Radio-Canada

Amélie Boucher dit néanmoins qu’elle aimerait un jour retrouver complètement la vue.

http://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► Thai Ngoc l’insomniaque


Si on fait des recherches sur Google, il semble que ce Vietnamien n’est pas le seul au monde à souffrir d’insomnie depuis plusieurs années. Étranges quand on sait que le sommeil fait partie d’une bonne hygiène de vie, de santé et d’apprentissage
Nuage

 

Thai Ngoc l’insomniaque

 

Thai Ngoc l’insomniaque

Thai Ngoc l’insomniaque

Par  Jean Baptiste

Thai Ngoc est un insomniaque. Ngoc, un vietnamien, né en 1942, prétend ne pas avoir connu le sommeil depuis plus d’une trentaine d’années. Bien que cela paraisse très difficile à croire, mais ce cas existe bel et bien et touche plusieurs personnes dans le monde. Ngoc Thai est un cas parmi d’autres. Il est connu pour être l’homme qui n’a pas dormi depuis plus de 30 ans.

Son histoire a commencé quand il a soufflé sa 31ème bougies. Après un problème de santé où il avait souffert d’une très forte fièvre, l’homme ne pouvait plus fermer les yeux pour s’endormir.

Etonnamment, aucun signe de faiblesse ou des séquelles physiques n’ont été constatés. D’après les médias locaux qui ont rapportés cette information dont le média vietnamien Thanh Nien, ne comprenant pas ce qui lui arrivait, il a tenté plusieurs remèdes dont des traditionnels, mais rien.

Les médecins qui l’avaient examiné à l’époque n’ont trouvé aucune anomalie ni dysfonctionnement des hormones sauf une légère faiblesse de ses fonctions hépatiques. Cette dernière revient essentiellement aux différents traitements qu’il avait ingurgité pour pouvoir s’endormir. A part cela, l’homme se comportait normalement, était en très bonne santé et effectuait normalement ses taches au sein de sa ferme.

http://www.journalducanada.com

Se faire couper les cheveux au sabre est possible Au Vietnam


Se faire couper les cheveux avec une lame de rasoir, c’est ok, mais un sabre en essayant d’avoir un style dans le mouvement, hummm pas sûr
Nuage

 

Se faire couper les cheveux au sabre est possible Au Vietnam

 

(capture d’écran, YouTube)

Se faire couper les cheveux, surtout par un nouveau coiffeur, peut-être une épreuve plutôt stressante pour un client. Toutefois, ce l’est certainement encore plus pour ceux qui fréquentent un coiffeur qui joue au samouraï.

Nguyen Hoang Hung, dont le salon est situé au Vietnam, propose des coupes de cheveux exécutées avec un sabre Wakizashi. Un peu plus court que le Katana, ce sabre tranche autant, sinon plus qu’une lame de rasoir.

Le coiffeur vietnamien, qui semble posséder une dextérité digne d’un guerrier japonais, coupe les cheveux de ses clientes comme s’il s’agissait d’une sculpture.

Il ose et ne craint pas de travailler rapidement tout près du cuir chevelu, du cou et même du visage de ses clientes.

 

http://tvanouvelles.ca/

Le Saviez-Vous ► Un prisonnier glissa du morse dans un message de propagande


La torture a été présente et est encore utilisé par les gouvernements pour avoir des informations. Même si on essaie de nous faire croire le contraire. Cependant, il faut avouer que ce soldat a eu l’esprit bien présent pour envoyer un message a l’insu de ses tortionnaires
Nuage

 

Un prisonnier glissa du morse dans un message de propagande

 

.

Jeremiah Denton fut un prisonnier de guerre américain détenu 8 ans par le Viêt Nam.

Alors qu’il participait contre son gré à une émission de propagande télévisée, il cligna plusieurs fois des yeux en formant en morse le mot « Torture ». Il confirma ainsi l’emploi de cette méthode par les vietnamiens sur les prisonniers

par HVY-Vince

http://secouchermoinsbete.fr