Voici le Xenoceratops foremostensis!


Les paléontologues ont des collections d’ossements qui date de plusieurs decennies sans pour autant être étudier .. Tel est le cas des cornes fossiles qui ont révélé une nouvelle espèces de dinosaure
Nuage

 

Voici le Xenoceratops foremostensis!

 

Xenoceratops

Xenoceratops  Photo :  Julius Csotonyi

La récente analyse de cornes fossilisées mises au jour en Alberta dans les années 50 et entreposées depuis au Musée canadien de la nature a mené à l’identification d’une nouvelle espèce de dinosaures.

La bête à cornes, qui ressemblait à un rhinocéros, a été baptisée Xenoceratops foremostensis. Herbivore, elle mesurait 6 mètres de long et pesait environ deux tonnes.

Elle peuplait certaines régions des prairies il y a 80 millions d’années.

Les paléontologues David Evans et Michael Ryan, qui ont réalisé cette découverte, affirment que ce fossile appartient à l’un des plus vieux représentants de dinosaures à cornes retrouvés au Canada.

« La découverte d’une espèce inconnue illustre l’importance de l’accès aux collections scientifiques. Les collections sont une source inexploitée de nouveaux objets d’étude, et recèlent de nombreuses possibilités de nouvelles découvertes. » — Kieran Shepherd, conservateur au Musée canadien de la nature

L’identification de l’espèce est l’objet d’un article publié dans le Canadian Journal of Earth Sciences.

Ce dinosaure n’est que la dernière en liste d’une série de découvertes effectuées dans le cadre du Southern Alberta Dinosaur Project.

Le saviez-vous?

Le nom de Xenoceratops (xenos + ceratops) signifie « face cornue étrange », et fait référence à la disposition particulière des cornes sur la tête de l’animal et à la rareté des fossiles de dinosaures à cornes dans cette partie du registre des fossiles.

http://www.radio-canada.ca

Le Saviez-vous ► Expression : Un vent à décorner les boeufs


Au Québec on dit écorner au lieu de décorner "Un vent à écorner les boeufs" Bon on vise ici une pratique d’écornage qui j’espère qu’aujourd’hui on laisse tomber cette pratique barbare .. Mais bref … ce qui est sur c’est quand il fait un tel vent ..mieux vaut rester a la maison
Nuage

 

Un vent à décorner les boeufs 

 

Un vent très violent.

Je ne sais pas vous, mais moi j’imagine bien que, pour qu’il soit capable d’arracher les cornes de bovins, il faudrait que le vent soit extrêmement fort et emporte aussi les tuiles de toit et les antennes satellite, qu’il oblige même les hérissons et les hippopotames à s’accrocher très fort de leurs petits bras musclés aux branches des arbres où ils gambadent habituellement, pour éviter d’être emportés.

L’image est donc claire, mais à ma connaissance et à celle de Météo France, personne ne s’est jamais plaint de s’être pris une corne dans la figure un jour de tempête.


Comment une telle image a-t-elle donc pu germer dans l’esprit de ceux qui l’ont inventée ?

La seule explication plausible qui court les champs est la suivante :
Lorsqu’ils sont parqués en stabulation libre () dans une étable, les bovins sont susceptibles de se blesser mutuellement avec leurs cornes et d’être gênés pour accéder à leur nourriture. Pour leur éviter ça, il faut donc les écorner
[1].

Mais cette opération, qui se pratique alors que les animaux sont en liberté dans les champs, provoque des saignements qui attirent les mouches et autres insectes en grandes quantités, ce qui n’est pas très recommandé pour les plaies.

C’est pourquoi les paysans fûtés, profitant du fait que les mouches préfèrent faire une belote au chaud chez elles les jours de grand vent, pratiquent l’opération à ces moments-là, permettant ainsi à la plaie de sécher et cicatriser bien plus facilement.

Limpide, non ?

Mais alors que répondre lorsqu’un paysan vous assure à juste titre que l’écornage des boeufs pour la stabulation libre ne se pratique que depuis le milieu du XXe siècle et qu’on sait que l’expression est attestée depuis le XIXe ?

Eh bien il suffit de lui rétorquer que, même hors besoins liés à l’étable, l’écornage des animaux se pratique au moins depuis le XIIe siècle (date d’apparition du mot) et que, par conséquent, on peut imaginer que les paysans ont eu, depuis ce temps, largement le temps de constater l’influence du vent sur la présence des mouches et la cicatrisation des plaies.

[1] Il existe pourtant des voix qui s’élèvent contre cette mutilation des animaux qu’ils considèrent comme inutile car il existerait des élevages où des bovins à cornes sont en stabulation libre sans aucune gêne.

http://www.expressio.fr

Viet Nam La demande de corne «miracle» menace la survie des rhinocéros


Tuer des rhinocéros juste pour prendre sa corne et en faire un médicaments soit disant miraculeux, mais qui n’a pas de plus de propriété que nos propres ongles .. Alors si on y croit vraiment … aussi bien de se ronger les ongles
Nuage

 
Viet Nam → La demande de corne «miracle» menace la survie des rhinocéros

 

Viet Nam - La demande de corne «miracle» menace la survie des rhinocéros

© Shutterstock

Pour les Vietnamiens victimes du cancer ou d’attaques, la corne de rhinocéros est parée de toutes les vertus, soit-disant capable de tout soigner. Mais ce traitement "miracle", illégal et coûteux, menace la survie d’une espèce protégée.

 

Le désespoir de malades en stade terminal, dont se nourrissent les trafiquants vietnamiens, a fait exploser la demande et conduit à une véritable boucherie en Afrique du Sud.

Près de 160 animaux ont été braconnés au premier trimestre de cette année, après un record de 448 animaux tués en 2011, contre seulement 13 en 2007.

«On m’a diagnostiqué un cancer de l’estomac il y a neuf ans. J’ai tout essayé, y compris la corne de rhinocéros en poudre tous les jours. Maintenant, les docteurs me disent que je suis dans un état stable», raconte Nguyen Hung à l’AFP.

L’octogénaire, dont le nom a été changé, a largement les moyens d’acheter la corne qui se vend à Hanoï autour de 5000 dollars les 100 grammes.

Il ne voit pas pourquoi s’en priver.

«Je suis vieux, j’aime vivre (…) Je n’ai aucune raison de ne pas dépenser mon argent (…) si ça m’aide.»

Aucune propriété thérapeutique

 

Des études scientifiques ont pourtant montré que l’excroissance faite de kératine, la même matière que les ongles humains, n’a aucune propriété thérapeutique. Deux malades du cancer qui en consommaient, contactés par l’AFP pour cette dépêche, sont morts avant d’avoir pu être interrogés.

Mais les croyances ont la vie dure.

«La corne de rhinocéros est utilisée pour prévenir et guérir le cancer», assure Tran Thu Thao, spécialiste de médecine traditionnelle vietnamienne.

«Vous devez la réduire en poudre avant de la servir avec de l’eau ou de l’alcool», poursuit-elle, soulignant que les vendeurs ont des listes d’attente de plusieurs mois.

L’offre limitée a d’ailleurs encouragé l’émergence d’un marché de fausse corne.

"Les clients peuvent facilement acheter de faux produits au Vietnam", souligne Thao.

Trophée de chasse

Dans la rue Lan Ong, coeur de la médecine traditionnelle à Hanoï, presque tous les magasins proposent des plats avec une surface rappeuse sur laquelle la corne doit être doucement grattée.

L’appendice lui-même est vendu sous le manteau, parce que son commerce est interdit. Mais les poursuites sont rares et les trafiquants profitent de failles dans la législation, en particulier le fait que les chasseurs ayant tué un animal avec un permis en Afrique du Sud peuvent légalement rapporter leur «trophée».

Selon les groupes de défense des animaux, le Vietnam ne vérifie pas où finissent ces trophées après importation.

En outre, «il y a beaucoup moins de risques à faire passer clandestinement de la corne de rhinocéros que de la drogue, en terme de détection, de poursuites et de condamnations, et vous gagnez plus d’argent avec la corne de rhinocéros», explique Naomi Doak, de l’ONG Traffic.

Résultat, «c’est maintenant considéré comme une menace clé» pour le mammifère, insiste-t-elle.

Le Vietnam a vu s’éteindre en 2010 sa propre population de rhinocéros de Java, lorsque le dernier spécimen a été retrouvé mort avec sa corne coupée.

Des trafiquants vietnamiens sont régulièrement arrêtés en Afrique du Sud. Alors les autorités sud-africaines ont suspendu les délivrances de permis de chasse au Vietnam et demandé à Hanoï de s’assurer que les trophées étaient toujours en possession de leurs propriétaires légitimes.

Contre l’excès d’alcool

Mais Tran Huy Tu, policier et fervent utilisateur de corne, dont le nom a été changé, doute sérieusement du résultat.

«Les Vietnamiens vont en Afrique du Sud pour essayer de ramener de la corne de rhinocéros depuis des années».

Victime d’une attaque il y a trois ans, il raconte ingurgiter la poudre miracle pour contrer les effets d’un excès de boisson.

«Vous voyez que je peux boire beaucoup d’alcool et je suis toujours sobre et fort», assure le policier devant un verre de bière.

«Ça a certains effets, je pense», poursuit-il, bien au fait de l’illégalité de cette pratique.

«Ce n’est pas légal d’acheter ça», admet-il. «Mais au Vietnam vous pouvez acheter n’importe quoi avec de l’argent. Ou beaucoup d’argent.»

http://fr.canoe.ca

Le saviez-vous ► Origine de la licorne


Ayant vue chez mon amie lulla une licorne, l’idée m’est venue de chercher son origine .. Alors que beaucoup y voit un sens magique, un porte-bonheur, pour ma part ce n’est que par pure curiosité, étant plus terre a terre pour les grigris ou porte-bonheur … Nulle ne sait vraiment si cela viens de pure légende ou d’un animal qu’on aurait métamorphosé,  mais quelle fut ma surprise de voir qu’il existe plusieurs sortes de licorne .. et elles ne sont pas tous, d’après les légendes, gentilles
Nuage

 

Origine de la  licorne

 

La licorne est un animal légendaire qui a inspiré bon nombre de films, de livres et de contes.

Elle est appelé "  monokéros " par les savants grecs, " Re’em " en hébreux et " unicornus " par les auteurs latins qui la décrive comme un bœuf qui ressemble à un cerf ou comme un cheval aux pieds d’éléphant.

Elle est admirée et crainte en même temps. La couleur varie parmi les légendes mais avec une préférence pour la licorne blanche, symbole de pureté. La corne est de multiples facettes; on la compare très souvent à la corne de Narval.

" À la fin du Moyen-âge, chez le mammifère marin des mers arctiques, le narval, les males portaient une défense torsadée pouvant atteindre jusqu’à 3 mètres de long. "

Mais, c’est surtout pour des vertus médicinales que leurs cornes ont fait de ce splendide animal un trophée de roi auprès des chasseurs.

Sa corne représente aussi le symbole de la sainteté, du courage et de la chasteté. C’est pour ces raisons que bon nombre de chevaliers et seigneurs du Moyen-âge avaient le symbole de la licorne comme armoiries.

Ses sabots étaient d’une extrême dureté, ce qui lui permettait de parcourir de longs trajets et même de franchir des obstacles apparemment insurmontables.

Personne ne sait dire avec certitude si ce noble animal n’a jamais existé car après tout, n’est-il pas vrai que dans toutes légendes il se trouve une part de vérité?                 

 

Les licornes sont réputées très craintives toutefois, d’après les légendes, elles se laissaient approcher par Merlin (Grand prophète, magicien du Moyen-âge qui fit don de la Table Ronde et du Saint Graal).

Elles avaient aussi une fascination pour les jeunes vierges qu’elles parvenaient à sentir on ne sait comment.  Les chasseurs profitèrent de cette attirance particulière de la licorne. Ils conduisaient une jeune vierge à proximité de la demeure de la licorne et la laissait assise sur un siège, seule dans le bois.  Aussitôt que la licorne voyait la jeune fille, elle venait s’endormir sur ses genoux et les chasseurs pouvaient alors lui décocher une flèche en pleine poitrine, quitte à blesser ou tuer la jeune fille, l’attrait financier de la corne et des sabots étant plus important qu’une vie humaine.

Il est important de savoir aussi qu’à l’origine, la licorne ne ressemblait pas à un cheval mais plutôt à une espèce de gros chevreau avec des sabots fendus, une grosse corne et une longue barbe pareille à celle du bouc.

Ce sont au fil du temps que les licornes ont mutés en grand cheval majestueux d’une blancheur incroyable.

SYMBOLIQUE DES LICORNES :

La licorne est un symbole de puissance, de pureté et de chasteté. On retrouve sa trace dans la Chine médiévale, elle était comme le dragon, un animal vénéré et approprié à la royauté asiatique.

Sa présence est signe de bon augure. Il est dit aussi qu’avec son incroyable perception du vice qu’elle détectait chez les humains, qu’elle se devait de châtier d’un coup de sabot mortel les hommes coupables de crime envers autrui.

En Occident, au début de l’Ère chrétienne, la corne de la licorne symbolise aussi l’épée de Dieu.

Les alchimistes eux, voyaient en la licorne une image de l’hermaphrodisme " la coexistence des deux sexes chez le même individu ou le même animal ", puisque la licorne était de nature femelle, comment concevoir que celle-ci puisse féconder sans acte physique.

Reconnue mammifère au même titre que le cheval.

On retrouve aussi le passage de la licorne dans certains manuscrits de l’Empire musulman, le symbole ici représente l’attachement de toute unité réunie avec le Lotus symbole de la pureté, tout deux réunis dans la plus parfaite association permet l’entrée au Nirvana.

 " Nirvana qui vient du mot sanskrit qui signifie extinction, détachement universel "

Dans l’antiquité Scandinave, il est dit dans certains écrits que le roi des dieux, Odin chevauchait un cheval blanc ailé muni d’une corne frontale, ceci symbolise la grandeur et l’intégrité des Dieux.

LE BESTIAIRE DE LA LICORNE :

 

LICORNE SYLVESTRE : Licorne au pelage blanc, muni d’une corne frontale unique, sabot aussi dur que le diamant, des yeux du bleu profond au rose clair, une longue crinière blanche. La licorne sylvestre prend soin de la nature qui l’entoure. Elle ne prend qu’un compagnon dans sa vie et lui reste fidèle jusqu’à la mort.

 

ALICORNE : Elle ressemble en tous points à la licorne sylvestre, mais sa corne est noueuse et tordue et de couleur brun pâle. Elle préfère les forêts très anciennes où la moyenne d’âge des arbres est de 500 ans.

 

PYROCORNE : Pelage rouge sombre, yeux d’un rouge scintillant, crinière ressemblant à une rangée de flammes, c’est une des trois espèces maléfiques dans le monde des licornes. Elle est capable de cracher une longue et fine flamme brûlant vos chairs jusqu’aux os,  à qui passe à sa portée. Elle vit sous terre dans des galeries ou des cavernes.

 

LICORNE NOIRE : La plus maléfique et dangereuse des licornes, elle est entièrement noire, ses sabots sont incandescents, sa gueule est garnie de deux rangées de dents effilées comme des rasoirs, elle est carnivore et nocturne, elle ne supporte pas la lumière du jour. Un coup de sa corne vous tuerait car celle-ci a la capacité en vous touchant de vous empoisonner. Elle vit dans des forêts d’arbres pétrifiés.

ROUANICORNE : Elle vit dans les déserts les plus arides, son pelage est brun pâle, la crinière et les yeux d’un brun très foncé. Elle voyage en troupeau. Elle possède la capacité de s’enfuir pendant plusieurs heures afin d’éviter les prédateurs et pour se rafraîchir un peu, elle a en outre le don de télépathie, ce qui lui permet de placer une barrière mentale pour avertir les autres troupeaux de sa présence.

 

LICORNE DE FÉÉRIE : On ne sait pratiquement rien d’elle car elle possède la faculté de se fondre dans la nature grâce à son pelage vert. Elle protège son territoire tout comme la licorne sylvestre et semble inoffensive.

 

CRYOCORNE : Dernière espèce maléfique. Elle vit dans les régions arctiques, elle est de couleur blanche voire bleu clair, sa crinière ressemble à un amas de petits glaçons et sa corne a l’apparence d’un gros glaçon cristallisé. Elle attaque quiconque passe à sa portée. Elle peut cracher de sa gueule une petite quantité d’échardes de glace afin de vous défigurer. Elle prend conjoint une fois dans sa vie mais elle n’en éprouve pas le besoin et peut rester célibataire toute sa vie.

CHROMACORNE : Pelage tacheté de différentes couleurs, elle vit dans les plaines des régions tempérées. Elle ne prend qu’un seul compagnon dans sa vie mais reste en famille. Elle ne possède pas de territoire bien défini mais partage avec d’autres familles chromacornes. Elle est capable de créer des illusions et de lancer de sa corne des lueurs paralysantes pour quiconque semble vouloir s’en prendre à la nature ou s’attaquer à leurs troupeaux. Mais à part çà, elle est inoffensive. Elle protège la nature et ses petits.

 

LICORNE DE MER : Elle a la tête, le poitrail et les membres inférieurs d’une licorne mais avec une queue de dauphin en surplus, elle a un corps écailleux. Elle vit en solitaire sur un fond marin. On prétend que celle-ci aurait prit l’apparence des hippocampes que nous connaissons actuellement.

UNISUS : La licorne ailée, elle est identique à la licorne sylvestre à l’exception des ailes qui ornent ses flancs. Elle est l’union entre une licorne sylvestre et un pégase " cheval ailé ". Elle n’est pas mammifère car elle pond des œufs, en moyenne un par 10 ans mais tous n’éclosent pas.  Elle est herbivore.

ZÉBRACORNE : Elle vit en troupeau régi par un étalon dans les savanes équatoriales, elle ressemble au zèbre mais avec une musculature plus délicate, sa corne est identique à son pelage, deux lignes torsadées noires et blanches, elle est nomade.

Une légende raconte que les licornes, découragées par la méchanceté des hommes, ont disparu du jour au lendemain et qu’elles reviendront le jour où la paix et l’amour règneront sur terre.

 

 

http://norja.net