L’ange gardien du stationnement


Donner sans attendre de la reconnaissance, c’est quelque chose de rare aujourd’hui. Et pourtant, cela existe encore, et cela rend la journée de celui ou celle qui reçoit plus belle
Nuage

 

L’ange gardien du stationnement

L'ange gardien du stationnement

Crédit photo : MonTopo / Janie L’Espérance

Si vous avez déjà reçu une contravention de stationnement, vous savez à quel point cela peut être frustrant. Il semble toutefois qu’il y ait un ange gardien du stationnement à Montréal.

Alors qu’elle a conduit sa fille d’urgence à l’Hôpital de Montréal pour enfants la semaine dernière, Janie L’Espérance a complètement oublié de payer le parcomètre où elle a stationné sa voiture près de la rue Tupper et de l’avenue Atwater.

À son retour une trentaine de minutes plus tard, la maman a non seulement trouvé une contravention de 53$, mais aussi une petite note manuscrite avec un billet de 10$ et un de 5$.

«C’est tout ce que j’ai sur moi, mais j’espère que ça rendra votre journée plus belle», a pu lire la femme à sa plus grande surprise.

«Ce n’est pas le 15$ qui me touche, mais le geste comme tel. De voir qu’il n’y a pas juste de mauvaises personnes avec de mauvaises intentions», a expliqué Mme L’Espérance à tvanouvelles.ca. «C’est le plus beau geste que j’ai vu dans ma vie», a-t-elle ajouté.

La mère a d’autant plus apprécié le geste du fait qu’il a été fait de façon anonyme.

«Merci à cette personne d’avoir rendu ma journée plus belle», a-t-elle conclu.

http://tvanouvelles.ca

La nouvelle malbouffe


J’ai trouvé les descriptions des nouvelles saveurs de la malbouffe très convaincante pour être dégoutée juste en lisant. Mais aussi, une horreur que quasi tout ce qu’on achète à l’épicerie est tout sauf bon pour la santé
Nuage

 

La nouvelle malbouffe

 

La malbouffe n’est plus ce que vous croyez.

Certes, les hamburgers dégoulinants de graisse, les frites saturées d’huile surchauffée et autres morceaux de poulet reconstitués font toujours partis du tableau des horreurs alimentaires mais la nature même de la malbouffe, celle qui nous engraisse et nous rend gravement malade, a changé.

Aujourd’hui, la vraie malbouffe est tous les jours dans nos assiettes.

Elle mélange des dizaines de produits chimiques- dont certains cancérigènes- sans que jamais vraiment personne n’ait mesuré l’effet d’accumulation dans nos organismes.

La nouvelle malbouffe se cache derrière le nom de produits impossibles à lire, est conçue en laboratoire, repose sur un redoutable assemblage de saveurs artificielles, à l’odeur de notre enfance, à le pouvoir de brouiller notre sens critique, est vendue par des champions du marketing et crée une forme d’addiction.

SAVEURS

Le phénomène n’est pas récent, il date de l’introduction dans notre alimentation de produits conditionnés par les géants de l’agro-alimentaires.

Des produits qui ne coutent pas grand chose à produire et dont la vente rapporte.  Ils représentent aujourd’hui la vaste majorité des étalages de vos supermarchés.

En gros, une fois élimé les fruits, les légumes et les produits frais, ils occupent tout le reste.

Ce qui est nouveau par contre, c’est cette course en avant des fabricants à renouveler sans cesse son offre.

L’idée est simple : sous le prétexte d’un nouveau format, de nouvelles saveurs, vous vendre un aliment qui, justement, en est de moins en moins un.

CHIPS

Aux États-Unis, le phénomène à une ampleur considérable. Mais que l’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas d’une tendance uniquement américaine.

L’envahissement de nos assiettes par la « frankein-food  »  va de pair avec la pandémie d’obésité. Et la planète entière est touchée.

Parmi ses nouveaux produits, les chips New Flavor  Lay’s (une marque de produits apéritifs qui appartient au géant Pepsico).

Le concept consiste à produire des chips – artificiellement – aromatisés avec les parfums les plus fous et suite aux suggestions décalées des fans du produit.

Pourquoi ? Pour attirer un public plus jeune (des consommateurs pour la vie) et capter l’attention des médias sociaux (publicité gratuite).

Après un coup d’essai il y a quelques mois, Lay’s vient de sortir ces nouveaux produits. Que, par curiosité, j’ai décidé de tester pour vous.

chips 1

SALSA MANGUE

Pour ma petite expérience gustative, j’ai demandé à mes enfants, deux adolescents, de me seconder puisque ils correspondent plus ou moins à la cible de Lay’s.

L’idée était de se concentrer sur l’odeur à l’ouverture, le premier sentiment en bouche, l’évolution du goût puis l’impression une fois avalée.

Nous avons décidé de débuter par les chips Salsa Mangue.

chips 2

Ce sont à priori les chips qui nous étonnent le moins. Les mélanges de sauces salsa sont très populaires aux USA et nous avons déjà dégusté – et aimé – plusieurs d’entre elles à la mangue.

A l’ouverture de paquet s’échappe un léger fumet d’orange.  En bouche, on retrouve d’abord – et presque exclusivement – la mangue. Du moins, une mangue outrancière, complètement artificielle et bien trop douce.

En quelques secondes, le premier sentiment disparait pour être remplacé par un mélange écoeurant d’ail et d’asperges. Du moins, je crois.

Mais le vrai problème est dans la consistance de la chips. Aucun croustillant, pire très rapidement, nous avons tous les trois le sentiment d’avoir un morceau de carton en bouche. Je n’exagère pas, la chips a vraiment la consistance du papier mâché.

Une fois avalée, mauvaise surprise, la chips continue de nous « habiter ». Du moins, ce sentiment de s’être brossé les dents avec du dentifrice à l’oignon. Une pâte à dent périmée en plus.

Plusieurs verres d’eau seront nécessaires pour libérer nos papilles gustatives. Et le plus fou, c’est la Salsa Mangue est la meilleure du lot.

BACON MAC & CHEESE

photo 3

Honnêtement, ce test a failli s’arrêter à l’ouverture du paquet. L’odeur qui s’en dégage m’a retourné le coeur et j’ai bien failli devoir me précipiter dans les toilettes pour vomir.

Un mélange repoussant de gras et d’odeur de pieds. Pas la petite odeur après une chaude journée mais celle de compétition, du gars qui ne s’est pas changé de chaussettes pendant trois semaines. Et qui n’a pas pris de douche non plus.

L’idée de mettre une de ces chips en bouche est repoussante. Mais justement, c’est ce qui fait rire mes enfants.

La première impression confirme l’odeur. Ce n’est pas du bacon mais directement un morceau de couenne, du gras pur que l’on aurait fait rissoler dans gras double. L’envie de cracher est – je crois- contournée par une quantité phénoménale de sel. Tellement que peu à peu, vos papilles gustatives ne sont pas en mesure de sentir autre chose.

Du moins pour quelques secondes, car ensuite, le « fromage » attaque. J’ai honte d’utiliser le terme de fromage moi qui suis un véritable amateur.

Là, immédiatement, on visualise un filament jaune et synthétique, celui qui sort des « bombes à fromage ».

Comme celui-ci :

can-of-cheese1

Si la consistance est meilleure que celle de la salsa mangue, son arrière-goût est encore plus étrange. Peut-être celui qui consisterait à un morceau de savon aromatisé à la graisse de porc ?

CAPPUCCINO

Nous avons donc gardé le « fleuron » de la nouvelle collection pour terminer. La chips aromatisé au Cappuccino.

chips 4

L’emballage nous apprend que la création a été envoyé par Chad Scott, un résident de la banlieue de Las Vegas et, dit-il, un accro des chips et du café.

A l’ouverture, le fumet qui s’échappe du paquet est clairement celui du cappuccino. On se croirait dans un Starbucks. Un Starbucks sans système d’aération tellement le tout est saturé.

En bouche, c’est l’horreur. Instantanée.

D’abord, le sentiment de prendre une bouchée de sucre en poudre.

Ici, si le salé a été remplacé par le doux, la quantité reste la même. On ne fait pas dans la dentelle. Ce n’est plus un produit apéritif, c’est un dessert. Un que l’on donnerait comme punition.

D’ailleurs, mon plus grand, se refuse d’aller plus loin.

Il faut dire que rapidement le sucre est remplacé par la « fameuse » saveur cappuccino. Un goût à vous dégouter à tout jamais de l’idée même de rentrer dans un Starbuck.

Imaginez un mélange qui aurait brûlé de café instantané, de lait qui aurait tourné et de pomme de terre rance. Le tout dominé par de la cannelle. Et du sucre. Encore et encore…

Une fois péniblement avalées, les chips cappuccino continuent à vous habiter. Vos doigts, vos lèvres, votre langue, votre bouche, votre haleine. Tout se retrouve contaminé par une odeur écoutante.

Donner une « note » au produit est tout simplement impossible. Du mois, sauf si l’on décide de vanter ses qualités répulsives.

GLACE

En réalité, le pire de l’expérience se déroule après l’étape de « dégustation ». Pendant plus de trente minutes – effet placebo ou pas – nous avons eu des nausées et des crampes d’estomac. Deux phénomènes que l’on retrouve parfois associés à la combinaison et l’ingestion de certains produits chimiques que l’on retrouve dans notre alimentation quotidienne.

Les frites Lay’s ne sont pas une exception. Il y a quelque jour, une mère de famille américaine a constaté qu’une glace de marque Walmart ne fondait jamais.

Oui, vous avez bien lu : une crème glacée, placée toute la journée au soleil du mois de juillet, ne fond pas. Pourquoi ? La présence de conservateurs et autres arômes artificiels.

Des produits chimiques vendus à bas prix que nous ingurgitons du matin au soir, sans vraiment nous préoccuper de leur origine et  leurs effets à long terme.

Pourtant l’enjeu est de taille : la survie, la santé et le bien-être de l’espèce humaine

William Reymond

http://blogues.journaldemontreal.com/

L’argent


L’argent est peut être un outil mais pas la solution miracle pour trouver le bonheur. Souvent, le bonheur, du moins, celle qui nous rends léger et une sensation profonde en nous ne s’achète pas.
Nuage

 

L’argent

 

L’argent n’est qu’un nombre et les nombres ne se terminent jamais … S’il te faut de l’argent pour être heureux, ta quête du bonheur ne se terminera jamais …

Albert Einstein

Nouvelle tendance sur les réseaux sociaux Se mettre en feu pour répondre à un défi


C’est quoi que les jeunes aient dans la tête de faire des défis stupides et dangereux voir mortel ? S’immoler pour épater la galerie en se dépêchant d’éteindre à temps n’est pas sans risque. C’est quoi le problème ? Ils veulent être les meilleurs sur YouTube ? Être populaire sur Facebook ? Il y a des moyens beaucoup moins dangereux et qui pourraient être même humanitaire ….
Nuage

 

Nouvelle tendance sur les réseaux sociaux

Se mettre en feu pour répondre à un défi

 


(Crédit photo: capture d’écran, YouTube)

 

Peu de personne choisisse délibérément de s’enflammer et pourtant, des jeunes qui suivent une nouvelle tendance sur les réseaux sociaux ont décidé d’en faire un jeu.

Les règles sont simples: on met une personne au défi de se filmer alors qu’elle s’enflamme. Ensuite, il suffit de téléverser la vidéo sur Facebook ou sur YouTube et attendre que ça devienne viral.

Dans une vidéo mise en ligne plus tôt ce mois-ci, le défi d’un adolescent originaire du Kentucky tourne mal.

On peut voir le jeune homme de 15 ans se verser du dissolvant à vernis à ongles sur l’abdomen. Avec la quantité qui coule, le liquide se répand sur son corps et imbibe le haut de son pantalon.

Même après la diffusion de la vidéo du jeune homme qui a subi d’importantes brûlures au second degré, cette dangereuse tendance semble tout de même prendre de l’ampleur.

Un porte-parole du service des incendies de Londes s’est dit particulièrement inquiet:

«Nous avons entendu parler d’actes dangereux et idiots, mais se mettre en feu pour un défi est plus que stupide.»

Le «fire challenge» vient s’ajouter aux autres mouvements comme avaler des poissons rouges vivants ou encore la «neknomination» qui consistait à boire le plus rapidement possible une très grande quantité d’alcool.

 

http://tvanouvelles.ca

Le Saviez-Vous ► Les enfants de l’Agent Orange, quarante ans après la fin de la guerre du Vietnam


Qu’est-ce que l’agent Orange, certains, on a entendu parler, d’autres ignorent totalement qu’un herbicide puissant avait été utilisé au Viêtnam. Mais, le pire, c’est qu’encore aujourd’hui, des enfants subissent les conséquences par de graves malformations congénitales. Ce sont les conséquences des apprentis sorciers que sont ceux qui luttent contre la nature par du chimique
Nuage

 

Les enfants de l’Agent Orange, quarante ans après la fin de la guerre du Vietnam

 

Hugo Joel via CrowdMedia

 

Pendant la guerre du Vietnam, l’armée américaine a employé l’herbicide Agent Orange au-dessus des forêts du pays, produit 50 fois plus puissant que celui utilisé pour tuer les plantes.

Agent Orange est un défoliant qui reste dans le système immunitaire, où il mue et se transmet de génération en génération. Quarante ans après la fin de la guerre, le produit continue de faire des ravages dans la population – les enfants naissent avec malformations congénitales plus inquiétantes les unes que les autres.

Voyez les photos prises en 2010 dans un hôpital vietnamien qui traite des petits souffrant des conséquences de l’Agent Orange.

Ces photos ont été prises par le photographe Hugo Joel dans un hôpital vietnamien qui traite les enfants souffrant des effets de l’herbicide Agent Orange.

 

Hugo Joel

Hugo Joel

Hugo Joel

Hugo Joel

Hugo Joel

Hugo Joel

Hugo Joel

Hugo Joel

Hugo Joel

http://quebec.huffingtonpost.ca

Il retrouve sa montre dans le ventre de son chien grâce à l’alarme


Un chien qui s’est pris pour une montre ambulante. Heureusement, pour lui, il a pu restituer la montre sans subir une opération
Nuage

 

Il retrouve sa montre dans le ventre de son chien grâce à l’alarme

 

Chien Terre-neuve (photo d'illustration) - ©WHITEWOLF/SIPA

Chien Terre-neuve (photo d’illustration) ©WHITEWOLF/SIPA

Le propriétaire d’un chien de race Terre-neuve a eu la drôle de surprise de découvrir que son chien avait avalé sa montre quand l’alarme s’est mise à sonner, rapporte Metronews.

Cet homme, retraité et ancien patron de bistrot à Devon (en Angleterre), avait perdu sa montre de plus de 600 euros chez lui. Après avoir fouillé toute la maison, il a compris que son chien l’avait avalée lorsqu’il l’a entendue sonner à l’intérieur de l’animal. En effet, l’alarme de cette dernière était programmée à 22 heures 55.

« J’ai d’abord pensé qu’il était couché dessus. Mais ce n’est que quand je l’ai fait roulé que j’ai réalisé qu’elle était à l’intérieur de lui » a expliqué le retraité à la BBC.

Le Terre-Neuve a « toussé » la montre

« Je fixais toujours l’alarme à 22 h 55 pour me rappeler que c’était l’heure de prendre les dernières commandes. Je ne me suis heureusement jamais donné la peine de l’arrêter » a précisé l’ancien patron de bistrot.

Il l’a ensuite directement amené chez le vétérinaire cependant le chien a fini par « tousser » la montre avant qu’une opération ne soit effectuée.

Cette mauvaise blague aura tout de même coûté environ 250 euros pour la radiographie qu’a dû subir le chien.

http://www.ladepeche.fr/

Les États-Unis réapprovisionnent Israël en munitions


C’est de la pure hypocrisie, je sais bien que les Américains vendent leurs armes et munitions peut importe si cela est juste ou non, c’est de leurs intérêts qui comptent. Mais, avec ce conflit  à Gaza, que des enfants et des civils meurent à tous les jours, les Américains sont complices par ces ventes de ces crimes
Nuage

 

Les États-Unis réapprovisionnent Israël en munitions

 

L'armée israélienne avait demandé un réapprovisionnement le 20... (Photo AFP)

L’armée israélienne avait demandé un réapprovisionnement le 20 juillet afin de remédier à la baisse de ses stocks, a indiqué le Pentagone. Le ministère américain de la Défense a approuvé la vente trois jours plus tard.

Photo AFP

Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis ont confirmé mercredi avoir réapprovisionné Israël en munitions, quelques heures après avoir fermement condamné l’attaque d’une école de l’ONU à Gaza.

L’armée israélienne avait demandé un réapprovisionnement le 20 juillet afin de remédier à la baisse de ses stocks, a indiqué le Pentagone. Le ministère américain de la Défense a approuvé la vente trois jours plus tard.

«Les États-Unis se sont engagés à garantir la sécurité d’Israël, et il est crucial pour les intérêts nationaux américains d’aider Israël à développer et à maintenir une capacité d’autodéfense forte et réactive», a déclaré John Kirby, un porte-parole du Pentagone, dans un communiqué.

«Cette vente d’armement est cohérente avec ces objectifs», a-t-il estimé.

Une partie des munitions provient d’un stock entreposé par l’armée américaine sur le sol israélien à l’usage de Tsahal pour les cas d’urgence, d’une valeur d’environ un milliard de dollars.

M. Kirby a souligné que ces munitions étaient stockées là «depuis plusieurs années, bien avant la crise actuelle».

«La décision de délivrer des munitions à partir de ce stock était purement ministérielle et ne nécessitait par l’approbation de la Maison Blanche», a-t-il précisé.

Mais le porte-parole n’a pas dit si la Maison-Blanche avait été impliquée dans la décision de vendre l’autre partie des munitions délivrées à Israël.

http://www.lapresse.ca