Développement du cerveau : un nutriment essentiel dans la viande


Il semble que l’absorption d’un acide animé serait indispensable au développement du cerveau, mais elle se trouve dans la viande.
Nuage

 

Développement du cerveau : un nutriment essentiel dans la viande

 

De la viande de boeuf 

Photo :  iStockphoto

Un acide aminé présent dans la viande est indispensable au développement normal du cerveau, ont découvert des chercheurs québécois de l’Université de Montréal et du CHU Sainte-Justine.

Jusqu’à aujourd’hui, l’asparagine contenue aussi dans les œufs et les produits laitiers était considérée comme non essentielle puisqu’elle est produite naturellement par le corps.

C’était avant les travaux du Pr Jacques Michaud et ses collègues.

« Les cellules du corps peuvent s’en passer, car elles utilisent l’asparagine fournie par l’alimentation. L’asparagine n’est toutefois pas bien transportée par la barrière hémato-encéphalique dans le cerveau. »— Pr Jacques Michaud

Ainsi, les cellules cérébrales dépendent de la synthèse locale de l’asparagine pour leur fonctionnement.

Ces images illustrent le cerveau d'un enfant touché par l'anomalie qui décédera par la suite.Ces images illustrent le cerveau d’un enfant touché par l’anomalie qui mourra par la suite. Photo :  Université de Montréal

Une maladie génétique rare

En 2009, une famille québécoise a perdu un troisième enfant en raison de la même maladie qui cause microcéphalie congénitale, déficience intellectuelle, atrophie cérébrale et convulsions réfractaires.

L’étude de ces cas a permis aux chercheurs de découvrir l’anomalie génétique responsable de ce désordre du développement.

Concrètement, leurs travaux ont révélé qu’un certain gène touché par des mutations code pour l’asparagine synthétase, l’enzyme responsable de la synthèse d’un acide aminé nommé « asparagine ».

Cette recherche est la première à associer une variante génétique spécifique du déficit de cette enzyme.

« Chez les sujets en santé, il semble que le niveau d’asparagine synthétase dans le cerveau est suffisant pour alimenter les neurones. Chez les individus qui en manquent, l’enzyme n’est pas produite en quantité suffisante et ce déficit en asparagine altère la prolifération et la survie des cellules durant le développement du cerveau. » Pr Jacques Michaud

Vers un traitement

Les nouvelles connaissances sur les mutations du gène pourront mener à la création de traitements. Cette meilleure compréhension des mécanismes moléculaires impliqués dans le développement du cerveau est un pas important pour la mise au point de médicaments, affirment les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Neuron.

Ainsi, un supplément d’asparagine pourrait être donné aux nourrissons chez qui on a décelé la maladie afin d’assurer un développement normal du cerveau.

Toutefois, comme les enfants naissent déjà avec des anomalies neurologiques, il n’est pas certain que cette supplémentation corrigerait les déficits neurologiques.

http://www.radio-canada.ca

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s