Le chat endormi, et l’oiseau très bavard


Si on met un chat et une perruche ensemble, en principe, on craint pour l’oiseau. Quand on voit la témérité de cet animal a plume pour aller picorer près de la gueule ornée de dents aiguisées ou des aux pattes dont les griffes sont affilées, on s’aperçoit que l’amitié malgré les différences ça existe …
Nuage

 

Le chat endormi, et l’oiseau très bavard

 

On ne se lasse pas des duos improbables, comme celui formé par ce matou et son quelque peu envahissant copain l’oiseau, par exemple.

Avoir un ami aussi bavard et collant que cette boule de plumes, ça n’est vraiment pas l’idéal quand ce qu’on aime tout particulièrement faire, c’est la sieste. Le pauvre chat ne vous affirmera certainement pas le contraire.

Il reste pourtant incroyablement calme et patient, même quand la perruche lui raconte de folles histoires, lui grimpe dessus, lui chatouille les coussinets, et s’amuse à le picorer. Sans doute est-ce sa façon à elle d’embrasser son meilleur ami.

La pauvre a seulement mal choisi son moment pour jouer avec son copain à 4 pattes…

 

http://wamiz.com

Les 5 canulars les plus inoubliables d’internet


 

Que ce soit en partage sur Facebook ou dans les blogs ou encore par courriel quoi de plus choquant de voir qu’on s’est fait avoir par un canular. En voici 5 que surement, vous en souviendriez
Nuage

Les 5 canulars les plus inoubliables d’internet

Stéphanie Godbout

Les poissons d’avril, les gadgets des magasins de farces et d’attrapes ou encore les émissions de télé qui prennent par surprise des passants…

Toutes les occasions sont bonnes pour faire des blagues et se moquer de son prochain.

Et si Internet était une autre bonne façon de jouer des tours?

Voici la petite liste des 5 canulars les plus inoubliables qui ont circulé sur internet!

ENFANT ATTAQUÉ PAR UN AIGLE (2012)

L’«attaque» d’un aigle royal |  Photo capture YouTube

Peu de personnes sont restées insensibles devant les images d’un bambin se faisant attaquer par un aigle royal dans un parc montréalais.

La vidéo, qui a rapidement fait le tour de la toile, montre un oiseau de proie qui vole, se dirige vers l’enfant, l’agrippe par les vêtements avant de le relâcher dans l’herbe.

La réaction est immédiate, en seulement quelques heures, Golden Eagle Snatches Kid est vue plus d’un million de fois.

Alors que plusieurs internautes s’inquiétaient de l’état de santé du jeune garçon, les 4 étudiants du Centre NAD pouvaient rire dans leur barbe.

Le film de fiction d’un peu plus d’une minute, réalisé dans le cadre du cours Atelier de simulation de production, aurait nécessité plus de 400 heures de travail.

BILL GATES VEUT VOUS DONNER DE L’ARGENT (1997)

Bill Gates |  Photo AFP

 

Il est vrai que Bill Gates est d’une grande générosité, surtout lorsqu’il est question de sa fondation Bill & Melinda Gates.

Par contre, il serait utopique de penser que le fondateur de Microsoft, désormais philanthrope, versera quoi que ce soit aux internautes qui participent à une chaîne de courriels dans le but, soi-disant, de tester un nouveau programme de pistage de courriels.

S’il y a quelques années vous avez cru dur comme fer que Bill Gates vous écrivait personnellement pour vous offrir un montant d’argent toutes les fois où vous transfériez son courriel… vous devez malheureusement toujours attendre le chèque…

RECETTE DE BISCUITS À 250 $ (1996)

Très peu d’internautes ignorent l’histoire de la femme qui prend une bouchée au café du grand magasin Neiman Marcus de Houston et tombe sous le charme de leur délicieux biscuit.

Croyant se procurer la recette pour 2,50 $, elle s’aperçoit 30 jours plus tard que son compte Visa a été débité de 250$.

Ne pouvant obtenir de remboursement, la dame décide de se venger de la cupidité du grand magasin en faisant circuler la recette et en demandant de transférer le courriel à toutes ses connaissances.

Si plusieurs amateurs de biscuits ont cru à la véracité de l’histoire et ont salivé en regardant la liste d’ingrédients, Neiman Marcus confirme qu’il s’agit d’un mythe, allant jusqu’à publier la fameuse recette sur leur site pour prouver leur bonne foi.

CHATONS BONSAÏS (2000)

Plusieurs amis des animaux ont été offusqués en voyant les photos provenant du site bonsaikitten.com.

Ce dernier, s’inspirant du principe des bonsaïs, proposait des chatons qui avaient grandi dès leur naissance dans une bouteille.

Élaborée par un groupe d’anciens étudiants du MIT, cette blague s’est rapidement répandue sur le Web.

Loin de faire rire tout le monde, elle a été la cible de plusieurs pétitions et même, d’investigations de la part du FBI, le contraignant à migrer vers d’autres serveurs que ceux de l’université.

Si ce canular était de mauvais goût, rassurez-vous, il n’y a pas plus de chats dans une bouteille que de génie prêt à exaucer vos vœux.

HERCULES LE CHIEN (2007)

Wow! Un chien aussi gros qu’un cheval… incroyable, mais vrai?

Hélas, Hercules le chien de 282 livres, dont la photo s’est rapidement infiltrée dans toutes les boîtes de réception de messagerie électronique, n’était autre chose qu’un canular.

Si un jour, il y a bel et bien eu une bête canine prénommée Hercule qui détenait le record du chien le plus gros du monde, il ne s’agit pas du molosse de la fameuse photo.

En regardant attentivement l’image, on peut notamment remarquer que les ombres ne sont pas cohérentes, ce qui confirme que la folie des grandeurs peut rapidement prendre de l’expansion sur internet!

http://fr.canoe.ca

Les secrets de la viande embaumée des momies égyptiennes


La momification dans l’Égypte ancienne est un procédé qui a pu préserver les momies depuis des siècles quand elle était bien faite. Nous savons que les défunts étaient souvent accompagnés d’animaux, mais aussi de nourriture pour leur voyage de l’au-delà, il y a des aliments dont la conservation est un peu plus compliquée, mais pourtant, c’est possible
Nuage

 

Les secrets de la viande embaumée des momies égyptiennes

 

Comment étaient préparés les morceaux de viande inhumés avec les momies ? Une partie du mystère vient d’être levée par des chercheurs britanniques. Plusieurs techniques d’embaumement plus ou moins complexes ont été identifiées. L’une d’elles nécessite une coûteuse résine végétale qui a également été utilisée sur des corps humains quelques siècles plus tard.

Ces côtes de bœuf ont été spécialement préparées pour des membres de la belle-famille d’Amenhotep III décédés entre 1386 et 1349 avant J.-C., pour qu’ils ne meurent pas de faim dans l’au-delà. © Pnas

Au temps de l’Égypte antique, l’élite ne lésinait pas lorsqu’il s’agissait d’enterrer l’un des leurs, car il fallait assurer l’immortalité du défunt. Ainsi, le corps était momifié avant d’être inhumé dans un tombeau aux murs richement gravés et peints, parfois avec des animaux de compagnie eux aussi embaumés à ses côtés. Le site funéraire était ensuite scellé, non sans avoir reçu divers objets dont le mort pourrait avoir besoin dans l’au-delà, comme des meubles, des vêtements et des bijoux.

Ne l’oublions pas, les momies devaient également manger ! Ainsi, certaines ont été inhumées avec des denrées alimentaires devant les accompagner dans l’au-delà. Pour le pain, les fruits et les légumes, aucun problème de conservation ne se posait. En effet, l’environnement sec des tombes favorisait leur dessiccation progressive. En revanche, la situation était plus délicate pour la viande rouge et la volaille. Heureusement, les Égyptiens de l’époque ont trouvé la solution : ils les ont momifiées !

La momification de la viande est connue depuis longtemps, mais peu d’études ont été réalisées pour comprendre les techniques et les produits utilisés par les embaumeurs de l’époque. Il est probablement plus excitant de travailler sur un corps humain ou animal que sur une entrecôte, même si elle a plus de 3.000 ans. Néanmoins, des chercheurs menés par Richard Evershed (université de Bristol, Royaume-Uni) se sont attelés à la tâche. Ils viennent de livrer leurs observations dans la revue Pnas. Visiblement, des pièces de bœuf, de veau, de chèvre ou de canard n’avaient parfois rien à envier au traitement reçu par les momies.

En tout, 48 récipients en forme d'œuf qui contenaient de la viande momifiée ont été retrouvés dans la tombe du pharaon égyptien Toutankhamon.
En tout, 48 récipients en forme d’œuf qui contenaient de la viande momifiée ont été retrouvés dans la tombe du pharaon égyptien Toutankhamon. © Harry Potts, Flickr, cc by sa 2.0

De la simple dessiccation à l’utilisation d’une résine végétale

Les trois scientifiques ont commencé leurs travaux en prélevant des tissus (de la chair), des bandelettes et des baumes organiques sur quatre morceaux de viande conservés au musée du Caire (Égypte) et au British Museum (Londres, Royaume-Uni). Les échantillons ont ensuite été analysés au moyen d’un spectromètre de masse afin de déterminer la composition, notamment enlipides, des substances qui les recouvraient, et ainsi révéler la disparité des techniques d’embaumement employées.

Entre 1064 et 948 avant J.-C., le veau mis à la disposition de la momie d’Isetemkheb D (XXIedynastie) a par exemple été recouvert de bandelettes, qui ont ensuite été enduites de graisse animale. Cette même substance a également été trouvée sur une jambe de chèvre non enveloppée découverte dans la tombe de la princesse Henutmehyt (décédée en 1290 avant J.-C.). Toutefois, il n’a pas été possible de confirmer son origine : produit d’embaumement ou sécrétion naturelle ? En l’absence de bandelettes, la graisse pourrait avoir été produite par l’animal. Précisons que dans la même sépulture, un morceau de canard n’a fait l’objet d’aucune préparation particulière.

La surprise est venue du quatrième prélèvement, sur des côtes de bœuf retrouvées dans la tombe de Yuya et Tjuiu, des membres de la belle-famille d’Amenhotep III morts entre 1386 et 1349 avant J.-C. Leur particularité : elles ont été recouvertes de bandelettes et d’une résine très onéreuse extraite d’une plante du genre Pistacia. Or, ce produit, qui entrait aussi dans la composition d’encens et de vernis, a été utilisé pour conserver des corps humains embaumés 600 ans plus tard. Ainsi, cette découverte suggère que les techniques de momification voici 3.300 ans sont plus sophistiquées que nous le pensions. Cependant, de nouvelles analyses menées sur des corps humains ou d’animaux sont requises pour l’affirmer avec certitude.

http://www.futura-sciences.com

Chouchoutez votre langue


Notre langue est d’une très grande utilité pour le langage et pour se nourrir. Mais quand elle souffre, cela peut devenir un problème pour la mastication, la déglutition …. et aussi pour l’élocution
Nuage

 

Chouchoutez votre langue

Chouchoutez votre langue

PAR LUCIE TURGEON  | PHOTO: SHUTTERSTOCK

 

On ne lui accorde guère d’attention, mais notre langue est un organe indispensable. À quoi sert-elle exactement? Et quels maux peuvent l’affecter?

La langue est un organe étonnant. Elle est en effet composée de 17 muscles! Elle se divise en deux parties: une zone mobile — celle qu’on fait bouger facilement dans sa bouche — et la base, située dans l’oropharynx, c’est-à-dire dans la première partie de la gorge. La limite entre ces deux régions est visible dans le fond de la bouche: il s’agit du V lingual, marqué par une série de grosses papilles qu’on peut apercevoir en tirant la langue.

«La langue a plusieurs fonctions», explique la Dre Nathalie Rei, professeure adjointe et chercheuse clinicienne au département de stomatologie à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal.

Elle a une très grande importance pour goûter grâce aux papilles gustatives qui la recouvrent. Elle sert à la mastication en refoulant les aliments vers les dents. Elle est également indispensable à la déglutition, car c’est grâce à son mouvement de reflux vers l’arrière que les aliments sont envoyés dans le pharynx. Enfin, elle est utile à la phonation. Sans elle, nous serions incapables de parler!

Les aphtes

«Ces ulcérations apparaissent souvent sur le pourtour de la langue», explique la Dre Rei.

Elles se présentent généralement sous la forme d’un cratère rond ou ovale, blanc jaunâtre encerclé d’un halo rouge.

«Quand les aphtes apparaissent, ils s’installent en général pour 7 à 10 jours», poursuit la dentiste.

On ne connaît pas l’origine de ces bobos de la bouche, mais certains facteurs favorisent leur apparition, comme le stress, la fatigue, l’approche des règles, le port d’un appareil orthodontique ou d’un dentier, certains aliments (mets acides ou épicés, etc.), les boissons alcoolisées, une carence vitaminique ou un système immunitaire affaibli.

Comment les traite-t-on? On traite les aphtes en se gargarisant avec de l’eau salée. Certains anesthésiques et rince-bouches antimicrobiens en vente libre procurent également un soulagement.

«Dans les cas sévères, les dentistes prescrivent des médicaments en crème ou en rince-bouche pour atténuer la douleur ou espacer la fréquence des épisodes, indique la spécialiste. Cela dit, toute lésion ulcéreuse persistante ou récidivante devrait inciter les gens à consulter un dentiste.»

La candidose buccale

«Cette affection est due à la prolifération de champignons du genre candida albicans dans la bouche», dit la Dre Rei.

Elle se caractérise généralement par l’apparition de taches blanchâtres sur la langue, mais elle peut aussi se présenter sous forme de zones rougeâtres. Certains facteurs peuvent augmenter les risques que ces champignons prolifèrent dans la bouche, comme l’utilisation d’antibiotiques pour traiter une infection bactérienne ou d’une pompe de cortisone pour soigner l’asthme.

«Cela dit, la candidose buccale est très fréquente chez les personnes qui ont la bouche sèche en raison de leur médication», souligne la dentiste.

La sécheresse de la bouche provoque un déséquilibre de la flore buccale, ce qui favorise l’apparition de cette maladie.

«Cette infection à champignons est aussi très fréquente chez les porteurs de prothèses dentaires.»

Comment la traite-t-on?

«La candidose buccale est une affection qui se traite habituellement très bien», affirme la Dre Rei.

Le dentiste peut prescrire des médicaments antifongiques sous forme de crème ou de rince-bouche pour venir à bout de l’infection à champignons. Il est aussi important d’agir sur la cause, lorsque c’est possible, sinon le problème réapparaîtra.

«Par exemple, on peut atténuer la sécheresse de la bouche en buvant beaucoup d’eau, en suçant des bonbons sans sucre, en utilisant des produits d’hygiène dentaire neutres, et en évitant la consommation d’alcool, de café et de thé, qui ont un effet déshydratant», dit la spécialiste.

Si le port d’une prothèse dentaire est en cause, il faut traiter la candidose avec un antifongique.

Le syndrome de la bouche qui brûle

«Ce syndrome, aussi appelé «stomatopyrose» ou «burning mouth syndrome», est une affection complexe qui touche souvent la langue», indique la Dre Rei.

Il cause des sensations de brûlure dans la bouche, le plus souvent à la langue.

«Les femmes à tous les stades de la ménopause, soit âgées de 40 à 60 ans, sont les personnes les plus à risque.»

La cause exacte du syndrome est indéterminée, mais elle semble liée à un problème au niveau des terminaisons nerveuses. On sait également que la douleur peut durer plusieurs années.

Comment traite-t-on ce syndrome?

«Le dentiste peut prescrire des médicaments pour diminuer la douleur», indique la dentiste. On parle toutefois de diminution de la douleur et non de guérison.

Le cancer de la bouche

«La langue est l’organe le plus souvent affecté par le cancer de la bouche», affirme la Dre Rei.

Ce dernier apparaît en effet le plus souvent sur le côté de la langue. S’il est visible, il prend souvent la forme d’une tache rouge ou blanche qui persiste. Ce cancer figure parmi les plus meurtriers. Comme il est peu douloureux au début, il passe souvent inaperçu. S’il est découvert à un stade avancé, il présente un risque de mortalité passablement élevé. II peut entraîner des séquelles importantes, comme des incapacités fonctionnelles majeures — sur les plans de la mastication, de la déglutition et de l’élocution — et une altération de l’apparence. Les principaux facteurs de risque sont le tabagisme et la consommation excessive d’alcool qui, combinés, ont des effets considérables.

Comment le traite-t-on?

«Le traitement est semblable à celui des autres cancers: on combine chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie, selon le cas», mentionne la dentiste.

Le traitement principal reste la chirurgie avec l’ablation de la tumeur, d’où l’importance de le détecter tôt.

http://www.moietcie.ca/

Comment reconnaître une personne bipolaire ?


Il y a tellement de troubles au niveau de la psychiatrie qu’il est difficile pour un profane d’en faire la différence. Cependant, quand on côtoie des personnes ayant certains symptômes, une consultation serait une priorité
Nuage

 

Comment reconnaître une personne bipolaire ?

 

Phase d’exaltation puis de dépression… Comment identifier une personne bipolaire ?

Medisite a interrogé le Dr Rapahël Giachetti, psychiatre à Toulouse et auteur de La maladie bipolaire expliquée aux souffrants et aux proches.

Deux phases bien distinctes

La maladie bipolaire se caractérise par deux phases distinctes : la phase maniaque et la phase de dépression. Parfois elles peuvent être séparées par des périodes de calme, où la personne est capable de vivre, de travailler, de mener sa vie sans trouble apparent.

 « Certaines circonstances peuvent déclencher une « crise » : un changement professionnel, qu’il s’agisse de chômage ou de promotion, un deuil, une séparation, mais aussi, chez les femmes, la période de post-partum. Elles sont aussi plus sensibles au syndrome prémenstruel » note le Dr Rapahël Giachetti, psychiatre.

L’exaltation : un signe de la phase maniaque

« L’exaltation est la caractéristique de la phase maniaque, ou « chaude » », explique le Dr Rapahël Giachetti.

Les signes :

« La personne éprouve un sentiment de toute-puissance, l’impression d’une extrême fluidité, plus rien n’est compliqué. Elle multiplie également les contacts sociaux, engageant la conversation facilement, avec tout type de personnes, de façon désinhibée. Un autre symptôme caractéristique est le réveil nocturne en mode « on-off » : la personne se lève d’un coup vers 4 h ou 5 h du matin et se sent immédiatement opérationnelle : elle peut se mettre à travailler ou à faire le ménage, par exemple. »

Une alternance rapide entre la dépression et l’exaltation

La phase dépressive passe souvent pour une dépression « classique », alors qu’elle est le versant « froid » de la maladie bipolaire.

Les signes :

« La dépression bipolaire s’installe plus rapidement qu’une dépression classique et bien souvent elle fait suite à une phase d’exaltation » explique le Dr Rapahël Giachetti, psychiatre.

« Parfois en 48 heures, la personne va se sentir ralentie, triste, vidée de toute son énergie. On observe également, plus souvent, de la culpabilité, des idées d’indignité. Mais bien sûr, le médecin devra également rechercher des antécédents d’épisodes maniaques ou hypomaniaques en interrogeant les proches. »

Ce dépistage est important car le traitement médicamenteux est différent : les antidépresseurs fonctionnent rarement ou provoquent des réponses indésirables.

Hypomanie ou simple joie de vivre ?

L’hypomanie est la forme légère de la phase maniaque, pour autant peut-on la confondre avec un banal sentiment de bien-être et de plénitude ? « C’est une question difficile, car la frontière peut sembler fine en effet entre les deux. C’est pourquoi l’aide des proches est précieuse » explique le psychiatre.

Les signes :

« Ce qu’il faut repérer c’est une rupture avec le fonctionnement habituel : en effet, la personne va présenter de plus en plus d’énergie, d’envies, d’idées, de projets, elle va parler sans cesse, passer du coq à l’ane. Le patient n’a pas conscience de la dimension pathologique de cet état, l’inquiétude du proche est précieuse pour poser le diagnostic dans ces cas là. »

Des comportements à risque

La phase maniaque est caractérisée par des comportements à risque.

Les signes :

« On observe une augmentation des consommations de stupéfiants, d’alcool ou de tabac, une multiplication des partenaires sexuels avec rapports non protégés, des dépenses compulsives mais aussi parfois, dans les phases délirantes, des conduites aberrantes : comme par exemple ce patient qui d’un seul coup a senti son épouse comme une menace, a pris ses enfants sous le bras et est parti à 200 km /h sur la route », illustre le Dr Rapahël Giachetti.

Rappel : La maladie bipolaire touche entre 1 et 3% de la population et multiplie par 10 le risque de suicide.

Psychose maniaco dépressive, trouble bipolaire ou maladie bipolaire ?

On a longtemps nommé « psychose maniaco dépressive » pour décrire cette maladie où une même personne présentait une alternance de dépression sévère et de période d’exaltation intense.

Pourtant comme le souligne le Dr Rapahël Giachetti, psychiatre « d’un point de vue psychiatrique, le terme psychose suppose l’existence de symptômes psychotiques c’est-à-dire de délire. C’est le cas pour certaines personnes qui en crise maniaque par exemple, pensent même avoir le pouvoir de voler. Beaucoup de patients ne présentent pas de délire mais ont néanmoins une authentique maladie maniaco-dépressive, c’est pourquoi l’on parle aujourd’hui de trouble bipolaire ou de maladie bipolaire et non plus de psychose. Généralement, on retrouve des symptômes psychotiques dans le trouble bipolaire de type 1 qui alterne manie et dépression, mais pas dans le trouble bipolaire de type 2 qui alterne hypomanie (petite manie) et dépression.

http://sante.planet.fr/

Jack, le chaton né dans un cactus


Quelle idée que maman chatte a été de mettre au monde ses petits dans un tas de cactus. Un seul a survécu mais aux prix d’innombrables aiguilles qui ont dû être douloureuses pour un chaton.
Nuage

 

Jack, le chaton né dans un cactus

 

 

Par Sophie Le Roux
Crédits photo : Facebook – Cactus Jack

Cactus Jack, c’est le nom d’un adorable chat rouquin, dont les premiers jours dans ce monde furent aussi difficiles que douloureux. La boule de poils est née dans un plant de cactus. C’est couvert d’épines, très maigre et faible, qu’il a été découvert par celle qui est devenue sa famille.

 

Le seul survivant

« Sa mère ne voulait pas nous laisser approcher. Ses frères et soeurs n’ont pas survécu. Mais ce bébé l’a fait et nous avons finalement réussi à le sortir de là«  raconte son humaine.

« Nous n’avons pas pris de photos de lui avant de l’emmener aux urgences vétérinaires, parce que nous étions sûrs qu’ils allaient l’endormir«  confie-t-elle.

Jack n’avait que 3 semaines quand il a été secouru. Il souffrait d’une sévère infection l’empêchant d’ouvrir les yeux. Les vétérinaires qui l’ont pris en charge ont ôté le plus d’épines possibles de son petit crops frêle.


C’est ici que Jack est né…

Mais ses humains ont tout de même passé des heures chaque matin pour enlever les centaines d’épines qui restaient, une par une.

« Il s’asseyait sagement, et commençait même à ronronner«  racontent-ils.

Un petit chat, mais un grand battant

Quand Jack a enfin ouvert les yeux, personne ne pensait qu’il pourrait voir. Et les vétérinaires, très pessimistes, ont mis en garde les sauveteurs du chaton.

« Les vétérinaires qui l’ont vu ont tous dit « vous pourriez le perdre à n’importe quel moment ».

Mais Jack est un battant. Plus d’un an après, grâce à tout l’amour et à tous les soins qu’il a reçus, il est bel et bien en vie, en pleine forme qui plus est ! Il a retrouvé la vue, et mène une vie de matou paisible et heureuse.

Sur la page Facebook qu’elle a créée rien que pour lui, la maîtresse de Jack publie régulièrement des photos de l’adorable matou, nous laissant ainsi suivre son évolution. Le minuscule être que Jack était est devenu un beau chat bien dans ses poils et ses pattounes !

Une vidéo de Jack il y a maintenant plus d’un an :

http://wamiz.com