Un an après avoir eu le cancer, ce petit garçon de 5 ans reçoit une belle surprise


C’est le genre de vidéo qui vient nous chercher. Quand on vieillit c’est normal que la maladie nous rattrape, mais quand ce se sont des enfants qui se battent pour vivre, sont des véritables héros qui sont mieux que tous les batmans, supermans, woderwomans que l’industrie du film a crée
Nuage

 

Un an après avoir eu le cancer, ce petit garçon de 5 ans reçoit une belle surprise

 

La fondation Sick Kids a organisé une surprise à Antonio, 5 ans, à qui un cancer a été diagnostiqué il y a un an. La rédaction de meltyBuzz vous en dit plus.

 

Le 23 octobre dernier, dans un cinéma de Toronto, la Fondation Sick Kids a organisé une surprise pour Antonio, un petit garçon de 5 ans, ayant développé une leucémie un an plus tôt.

Avant le début du film, une bande-annonce se lance sur le grand écran, laissant penser à un nouveau film sur un super héro. Pourtant après quelques secondes, le trailer se coupe et laisse place à la question : « N’est-il pas temps de célébrer les héros de la vraie vie ? ».

Puis un enregistrement se lance à propos du petit Antonio. Un spot qui fait l’éloge de ce garçon courageux ayant affronté la maladie, les chimiothérapies et les rayons, en continuant à sourire et à faire des blagues. Une vidéo qui en profite pour remercier les membres de la Fondation Sick Kids, tout en rappelant qu’il est important de faire un don pour aider les enfants malades. A la fin de celle-ci, la voix OFF explique que Antonio – extrêmement surpris – est dans la salle, le public se lève alors pour applaudir ce héros de la vraie vie.

Une vidéo émouvante – disponible ci-dessous – et qui nous rappelle celle de l’association Make A Wish, qui avait transformé San Francisco en Gotham City pour un enfant de 5 ans atteint d’un cancer

http://www.meltybuzz.fr

Le Saviez-vous ►Top 6 des trucs horribles qu’on mange sans le savoir, les pires secrets de la bouffe industrielle


  • Ce n’est pas la première fois que je mets un billet du même genre, car il a déjà été question de poil, bois, etc. mais encore quelques nouveautés pas très ragoutantes … On jalouse un peu la cuisine des grands-parents ou tout était fait maison
    Nuage

  •  

  • Top 6 des trucs horribles qu’on mange sans le savoir, les pires secrets de la bouffe industrielle

  • Et si c’était vrai qu’on bouffe « que de la merde » et que le moindre aliment entouré de plastique est artificiellement conservé avec des saloperies, non seulement chimiques, mais provenant des parties les plus dégueulasses des animaux les plus dégueulasses (oui à ce point).
  • D’après ce qu’on a pu en lire, c’est un peu vrai, et on a presque envie de se mettre aux pommes vertes. Parce que souvent on mange…

     

    1. De la glande anale de castor

      757px-Castoreum_01

      Crédits photo (creative commons) : H. Zell

      Et on ne parle pas de cette soirée arrosée où vous avez joué à action ou vérité et que vous ne vouliez pas passer pour « un mec qu’est pas cap », mais bien d’un additif bien crado qu’on retrouve dans les sucreries. La prochaine fois que vous mangez un bonbon, pensez au scientifique qui a broyé une glande anale de castor pour en extraire une huile odorante afin d’en badigeonner votre sucrerie, vous verrez, c’est plus efficace qu’un régime. Si vous voulez repérer les aliments qui en contiennent, cherchez « castoréum » -c’est écrit en petit-petit sur l’étiquette (en même temps ils n’allaient pas mettre huile de fion de castor… ça aurait fait un peu brut).

      2 Des insectes

      cochenille

      Crédits photo (creative commons) : indiabirds

  • Les M&M’s rouges sont vos préférés ? Vous adorez Timon et Pumbaa ? Rendez-vous à l’évidence mon vieux vous raffolez des insectes, ou en tout cas de l’acide carminique E120. Présent dans les sucreries type Malabar et M&M’s, cette petite saloperie provient en fait de cochenilles et d’autres petites bestioles. Pour faire simple, il n’est pas rare qu’on mange de la bouillie d’insectes. Vraiment peu rare d’ailleurs, puisqu’on en retrouve aussi dans certains yaourts, les chips, la charcuterie, le tarama, et même… le dentifrice. Oui, même quand on essaie de faire un truc sain, on se fait avoir: si ça c’est pas vicieux…

  •  

  • 3. Du poil de porc ou de canard. Voire du cheveux

  • 800px-Sow_with_piglet

    Crédits photo (creative commons) : Scott Bauer, USDA

  • Cystéine » dit comme ça le mot est plutôt joli, on aurait tort de s’en méfier. Et pourtant si vous le voyez sur une étiquette de pain ou de bagel ou d’un aliment du genre, vous aurez vite fait envie de recracher ce que vous avez dans la bouche. Car la cystéine est un acide aminé obtenu à partir de poils d’animaux ou de cheveux. Vous vouliez du pain qui ne durcit pas au bout d’un jour ET ne pas bouffer de poils… Restez sérieux on ne peut pas tout avoir dans la vie.

     

  • 4. Du bois..

  • bois

    Crédits photo (creative commons) : Jos.

  • En minuscule fragments certes mais du bois quand même. La « cellulose » est utilisée pour donner aux aliments un aspect plus crémeux. Donc si un yaourt onctueux, c’est un yaourt qui envoie du bois… en vrai. On en trouve aussi dans le gruyère puisqu’il sert à ce que les bouts de fromages ne s’agglutinent pas entre eux. Un problème capital donc.

     

  • 5. Du sable

  • sable

    Crédits photo (creative commons) : Urban

  • Le sable est utilisé dans les plats industriels, sous l’appellation « dioxyde de silicium ». Comme pour le bois, il a une action « antiagglomérat », c’est-à-dire qu’il empêche les plats d’être tout collés. Cet additif est notamment très utilisé dans les chili con carne vendus en boite. On se demande pourquoi ils se donnent tout ce mal. Quand on achète du chili en boite c’est juste que c’est la fin du mois, pas qu’on a super envie d’en manger et qu’on risque d’être déçu s’il est tout collé. Il faut leur dire aux mecs : « on le mange parce qu’on a rien d’autre, donc allez y mollo sur le sable ».

     

  • 6. Des « flavor pack » (oui nous non plus on savait pas ce que c’était mais c’est expliqué en dessous)

  • orange

    Crédits photo (creative commons) : Tropicana

  • Les jus de fruits vendus comme 100% naturels proviennent la plupart du temps de fruits vieux d’une bonne année qu’on laissé dans des cuves sans air afin qu’ils soient conservés. Le problème étant qu’au bout d’un an, ils ont plus le goût de vieux slips que de fruits, et c’est là qu’on vient y ajouter des petits additifs appelés « flavor pack ».

  • Ces « flavor pack » sont en fait produit par les laboratoires qui fabriquent artificiellement les parfums et ne sont pas considérés comme des « ingrédients »… Et donc on ne prend pas la peine de le préciser et de les faire apparaître sur la boite. Vous vous êtes déjà demandé comment un produit entièrement constitué de fruits frais pouvait toujours avoir le même goût ? Ben voilà, maintenant vous savez.

     

  • Bonus : Pas de crabe (du tout)

  • surimi

    Crédits photo (creative commons) : Frrrrred

  • « Miam miam le bon poisson, c’est important les protéines, pour devenir comme papa ! ». Vous mangerez beaucoup de choses en ingérant du surimi, mais ne pensez pas manger du crabe. Le mot « surimi » provient du japonais et signifie « poisson haché ». Ce qui décrit bien le produit : des chutes de poisson (n’importe lequel) reconstituées et du colorant orange. Ni plus, ni moins. Alors oui, ça passe avec de la mayonnaise, mais on devrait ça du pudding

  • http://www.topito.com

Un chiot aveugle et son frère guide bouleversent le web


Il suffit de peu pour changer les choses, malgré les inconvénients des réseaux sociaux, du bon en ressort. Le fait partager les locataires d’un refuge, les gens s’y intéressent et cela permet à des animaux a trouvé une famille
Nuage

 

Un chiot aveugle et son frère guide bouleversent le web

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Facebook – Chester County SPCA

Depuis quelques jours, les images d’un duo adorable font le tour du web. Jeffrey et Jermaine sont frères. Ces deux Labradors croisés Pit Bull sont âgés de seulement 8 mois, et c’est dans un refuge qu’ils grandissent, à Philadelphie aux Etats-Unis. Mais lorsqu’ils seront adoptés, ce qui arrivera très vite, ce ne sera pas l’un sans l’autre.

Il devient son guide, ses yeux

Hors de question de séparer ces deux jeunes chiens, qui sont tout l’un pour l’autre. Il existe entre eux un lien unique, que les employés du refuge ont très vite remarqué, raconte Ray Little, le directeur  de l’organisation Operation Ava.

Jeffrey marchait toujours derrière son frère Jermaine, sa tête posée sur son dos. C’est ainsi qu’ils se sont rendus compte que le jeune chien est aveugle, et que son frère, tout naturellement, est devenu son guide, ses yeux, son plus précieux soutien.

Lorsque le refuge a publié une photo des deux chiots blottis l’un contre l’autre, il n’a suffit que de quelques heures pour que des dizaines de personnes craquent pour le duo, et appellent pour adopter Jeffrey et Jermaine. Des habitants des 4 coins des Etats-Unis, et même du Canada, d’Angleterre, de Belgique et d’Afrique du Sud ont contacté le refuge.

Un élan de générosité

Mais la magie des réseaux sociaux ne s’est pas arrêtée là. Les photos de Jeffrey et Jermaine ont attiré l’attention de nombreux internautes sur le refuge. Et ceux ne pouvant accueillir chez eux deux chiens ont commencé à s’intéresser aux autres animaux attendant eux aussi un foyer.

D’autres ont offert de l’argent pour prendre soin des chiots, et financer, si besoin, leur voyage jusqu’à leur nouvelle maison.

Operation Ava n’a pas encore choisi les futurs maîtres des deux frères. Mais ils seront confiés à une famille très spéciale, affirme Ray Little.

« Imaginez deux ados dans votre maison «  s’amuse-t-il. « Ils débordent d’énergie.  Il leur faudra un grand terrain et une famille active« .

http://wamiz.com/

Apparue au sud de Tokyo La nouvelle île grossit à vue d’oeil


La naissance d’une île du a des activités volcaniques dans la région de Tokyo est tout un évènement. Même si cette île grossit rien ne dit dans un avenir rapproché qu’elle ne repartira pas se terrer dans les flots
Nuage

 

Japon: une nouvelle île grossit à vue d’oeil

 

Vendredi, la présence non pas d'un seul mais... (PHOTO FOURNIE PAR LA GARDE CÔTIÈRE JAPONAISE)

Vendredi, la présence non pas d’un seul mais de deux cratères crachant à fréquence très régulière de la fumée et des cendres a été confirmée par les gardes-côtes qui ont fait de nouveaux repérages.

PHOTO FOURNIE PAR LA GARDE CÔTIÈRE JAPONAISE

Agence France-Presse
TOKYO

Une nouvelle île apparue il y a deux jours à un millier de kilomètres au sud de Tokyo grossit quasiment à vue d’oeil, selon les informations et images fournies par les autorités japonaises.

Alors qu’elle était de forme circulaire avec un diamètre de 200 mètres mercredi, la nouvelle île, qui n’a pas encore de nom, s’est allongée en forme de pomme de terre de 400 mètres de long sur 200 de large, a expliqué à l’AFP un porte-parole des gardes-côtes.

Vendredi, la présence non pas d’un seul mais de deux cratères crachant à fréquence très régulière de la fumée et des cendres a été confirmée par les gardes-côtes qui ont fait de nouveaux repérages.

La hauteur des projections était de 750 mètres vendredi, contre 900 mètres jeudi et 600 la veille, une indication que l’activité volcanique qui a donné naissance à l’île est très intense, selon la même source.

Il est possible que l’éruption dure longtemps, ont indiqué des experts aux médias.

Selon le porte-parole joint par l’AFP vendredi midi (heure de Tokyo), les gardes-côtes effectuent des missions régulières de reconnaissance pour vérifier l’état de l’îlot situé à quelque 500 mètres de Nishinoshima, une île inhabitée du petit archipel Ogasawara.

«Il est possible qu’elle grossisse encore», a indiqué Yoshihiko Tamura, du Centre japonais de recherche océanographique.

C’est la première fois depuis 40 ans qu’un îlot émerge dans cette zone. Ce nouveau-né est toutefois fragile et pourrait bien disparaître sous la surface à cause des vagues.

Le gouvernement a décidé d’attendre de voir s’il était susceptible de rester avant de lui donner un nom.

Le service de cartographie en ligne japonais de Yahoo! Japan, lui, n’a pas patienté plus d’un jour pour l’inscrire sur sa carte du Japon et de ses déjà très nombreuses îles.

Terre de séismes et de volcans, quatre à cinq apparitions soudaines d’îles s’y seraient produites depuis la fin de la guerre du Pacifique, dont une en 1986, qui a disparu en l’espace de deux mois, et une en septembre 1973 également dans les parages de Nishinoshima. Elle a en grande partie été démantelée par les vagues mais il en reste toujours un morceau visible aujourd’hui.

Le pays du Soleil-Levant n’a toutefois pas l’apanage de ces phénomènes surprenants. Une île a ainsi soudainement émergé il y a deux mois en mer d’Arabie à la faveur d’un puissant séisme de magnitude 7,7 au Pakistan, à des centaines de kilomètres de là.

http://www.lapresse.ca

Des neutrinos piégés sous les glaces antarctiques


Une découverte a des kilomètres dans les profondeurs de la glace de l’Antarctique peut ouvrir vers d’autres horizons sur l’origine de l’univers, des trous noirs en astrophysique
Nuage

 

Des neutrinos piégés sous les glaces antarctiques

 

Les 28 neutrinos à très haute énergie venant de toutes les directions de l’univers ont été capturés entre 2010 et 2012 à plus d’un kilomètre sous les glaces antarctiques à l’aide du détecteur IceCube Neutrino Observatory doté de plus de 5000 capteurs optiques.

PHOTO ISSUE DE REDORBIT.COM

JEAN-LOUIS SANTINI
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un groupe international de physiciens est parvenu à piéger dans un énorme capteur sous les glaces de l’Antarctique des particules cosmiques, appelées neutrinos, d’une énergie sans précédent qui pourraient ouvrir une nouvelle fenêtre sur l’évolution de l’univers.

Jusque-là, on était surtout parvenu à piéger des neutrinos, une des particules fondamentales du modèle standard de la physique, provenant de l’atmosphère terrestre ou du soleil dont les masses sont infiniment plus faibles.

Toutefois avant cette expérience dans l’Antarctique, des détecteurs aux États-Unis et au Japon avaient capturé pour la première fois une vingtaine de neutrinos cosmiques qui provenaient de l’explosion d’une supernova à 165 000 années-lumière (une année-lumière équivaut à 9460 milliards de km) de la Terre.

Les 28 neutrinos à très haute énergie — un milliard de fois plus que les neutrinos d’origine terrestre ou solaire– venant de toutes les directions de l’univers ont été capturés entre 2010 et 2012 à plus d’un kilomètre sous les glaces antarctiques à l’aide du détecteur IceCube Neutrino Observatory doté de plus de 5000 capteurs optiques.

Étant donné que ces neutrinos interagissent peu avec la matière, il faut un gigantesque capteur qui protège aussi des autres particules du cosmos pour multiplier les chances d’une capture ou d’une collision, soulignent les chercheurs.

«Les neutrinos sont dépourvus de charge électrique et interagisssent de ce fait très peu avec la matière ce qui leur permet de voyager sur de vastes distances intergalactiques sans quasiment jamais être absorbées ou déformées par des champs électromagnétiques», explique à l’AFP Gregory Sullivan, professeur de physique à l’Université du Maryland.

Il est un des principaux participants à cette expérience dont les premiers résultats sont publiés jeudi dans la revue américaine Science.

Ces neutrinos ont des niveaux d’énergie qui sont des millions à des milliards de fois plus importants que ceux des photons qui forment la lumière et les rayons X, relève le professeur Sullivan.

Ainsi «les neutrinos devraient nous permettre d’observer l’univers à des niveaux d’énergie sans précédent et de mieux comprendre le mécanisme des super trous noirs qui émettent des radiations au coeur des galaxies ou les explosions de rayons gamma, les plus puissantes dans l’Univers, qui se produisent à de très grandes distances et libèrent de gigantesques quantités d’énergie».

«Nous cherchons à comprendre la physique de ces mécanismes astrophysiques en les regardant à des niveaux d’énergie auxquels nous n’avions pas accès jusqu’alors», résume-t-il.

Naissance de l’astronomie des neutrinos

«Les neutrinos sont un des éléments de base de notre univers», relève Kara Hoffman, professeur adjointe de physique à l’Université du Maryland, un des coauteurs de cette recherche.

«Des milliards de neutrinos traversent notre corps chaque seconde tout en maintenant leur vitesse et leur direction et la plupart proviennent du soleil ou de l’atmosphère terrestre tandis que les neutrinos cosmiques sont beaucoup plus rares», ajoute-t-elle.

Une meilleure compréhension de ces neutrinos «est cruciale» pour faire avancer la physique des particules, l’astrophysique et l’astronomie», insistent-ils notant que les scientifiques travaillent depuis plus de 50 ans pour concevoir et construire un détecteur de neutrinos cosmique comme le Icecube Neutrino Observatory.

«Nous assistons peut-être à la naissance de l’astronomie des neutrinos», a par ailleurs commenté Markus Ackermann, un physicien au Deutsches Elektronen-Synchrotron, un centre de recherche en Allemagne, qui a participé à ce projet.

«Nous travaillons maintenant à mieux comprendre la signification de ces observations de neutrinos et leurs origines dans l’univers», a déclaré Olga Botner de l’université Uppsala en Suède.

Le Neutrino Observatory est le fruit d’une collaboration internationale comptant plus de 250 physiciens et ingénieurs de plusieurs pays, dont les États-Unis et l’Allemagne.

http://www.lapresse.ca/

Des piétons innocents agressés aux États-Unis


Les personnes qui attaquent sans raison, des gens sans défenses qu’ils soient jeune ou vieux, ou qu’ils soient d’une autre confession, d’une autre origine, ces personnes donc, sont des lâches Je pense aussi que des travaux vers des causes humanitaires pourraient peut-être changer les choses
Nuage

 

Des piétons innocents agressés aux États-Unis

 

L’attaque d’un passant à Jersey City a été captée et retransmise sur YouTube. Photo :  youtube

Les forces policières de New York, Washington et Jersey City enquêtent pour déterminer si de récentes attaques gratuites contre des piétons font partie d’un jeu violent appelé « Knockout », dont le but est de cibler des passants qui ne se doutent de rien et de les frapper d’un coup afin qu’ils perdent connaissance.

Les autorités estiment que ce jeu existe depuis des années et qu’il implique généralement des adolescents impulsifs qui veulent impressionner leurs amis. Au moins deux décès ont été rapportés cette année en lien avec ce jeu, et la police a constaté une récente hausse d’attaques de ce genre.

À New York, une femme de 78 ans qui marchait dans son quartier a été frappée à la tête par un inconnu et est tombée au sol. À Washington, une femme de 32 ans a été encerclée par des adolescents en vélo et l’un d’eux l’a frappée au visage. À Jersey City, un homme de 46 ans est mort après avoir été frappé et s’être cogné la tête sur une clôture en fer.

« Il est difficile d’excuser un tel comportement », affirme Jeffrey Butts, psychologue spécialisé en délinquance juvénile au John Jay College of Criminal Justice. « Quand quelqu’un entre dans un magasin et réclame de l’argent, on peut en quelque sorte comprendre pourquoi il agit ainsi, que ce soit par désespoir ou autre chose. Mais frapper quelqu’un simplement pour la brève excitation de voir qu’on peut le faire est tout simplement puéril. »

À la police de New York, l’enquête a été confiée à l’unité des crimes haineux, parce que certaines attaques visaient des juifs orthodoxes. L’une des victimes à Washington, Phoebe Connolly, a raconté avoir été frappée au visage par un adolescent alors qu’elle roulait à vélo vendredi.

« Je ne sais pas quel était son but », a-t-elle affirmé. « Il n’a même pas tenté de me voler quoi que ce soit. »

Le récent emballement médiatique autour de cette tendance n’arrange pas les choses, estiment Mme Connolly et des experts.

« Ce comportement d’attaquer subitement une personne qui semble sans défense a toujours séduit le caractère impétueux et idiot des adolescents », estime M. Butts. « Mais depuis une dizaine d’années, ils donnent un nom à ce phénomène et s’en vantent au-delà de leur cercle immédiat, quand cela apparaît à la télévision ou sur Internet. »

Paul Boxer, professeur de psychologie à l’université Rutgers qui se spécialise dans les comportements violents, estime que la couverture du phénomène par les médias contribue peut-être à alimenter les attaques, mais selon lui, la plupart de ces adolescents ne sont pas des sociopathes insensibles.

« Il y a des jeunes influençables qui ont une propension à la violence et qui pourraient être affectés » par les images qu’ils voient, affirme-t-il. « Ce n’est pas qu’ils souhaitent faire du mal à quelqu’un, cela concerne plutôt la prise de risques et des façons nouvelles, différentes et excitantes de s’attirer des ennuis. »

Les experts de la délinquance juvénile pensent que la meilleure punition à infliger à ces jeunes serait un « entraînement à l’empathie », comme par exemple en faisant du bénévolat dans des centres pour personnes itinérantes. Mais un élu de l’État de New York a proposé cette semaine un projet de loi qui renforcerait les peines non seulement pour ceux qui commettent ces attaques gratuites, mais aussi pour ceux qui publient des images sur Internet et qui assistent aux attaques.

« Ces petits voyous tordus et lâches s’attaquent à des passants innocents et ils se foutent de savoir si leur victime est jeune, âgée, s’il s’agit d’un homme ou d’une femme », a déclaré le député Jim Tedisco à l’Associated Press pour expliquer son projet de loi, qui sera le premier du genre aux États-Unis. « La vie n’est pas un jeu vidéo. »

http://www.radio-canada.ca

Des Amérindiens aux origines en partie européennes


L’origine des amérindiens semble ouvrir les secrets de leur généalogie grâce a un minuscule échantillon d’un jeune homme qui a vécu, il y a 24 mille et un autre plus récent enfin .. Tout dépend ce que l’on appelle récent.
Nuage

Des Amérindiens aux origines en partie européennes

 

Les restes du garçon de Mal'ta Photo :  Texas A&M

 

Les Amérindiens ne sont pas exclusivement d’origine asiatique, montre le séquençage complet du plus vieux génome humain connu à ce jour. Les analyses montrent qu’ils partagent aussi des gènes avec les Européens.

Les artéfacts découverts avec le corps du garçon incluent une représentation de VénusLes artéfacts découverts avec le corps du garçon incluent une représentation de Vénus

En effet, ce génome montre des similitudes avec ceux des populations autochtones des Amériques de même que ceux des populations vivant aujourd’hui en Eurasie occidentale, mais pas en Asie orientale.

L’analyse a été effectuée à partir de l’os d’un enfant mort il y a 24 000 ans près du lac Baïkal, dans le site paléolithique russe de Mal’ta, en Sibérie.

L’équipe internationale dirigée par Eske Willerslev, généticien au Muséum d’histoire naturelle du Danemark, a prélevé un minuscule échantillon (0,15 gramme) du squelette de l’enfant dont les restes ont été retrouvés en 1920 sur le site paléolithique de Mal’ta.

Elle est ainsi parvenue à en extraire de l’ADN pour analyser son génome,

« le plus ancien jamais décrypté à ce jour pour un homme anatomiquement moderne », conclut-elle dans son étude publiée dans la revue Nature.

Le groupe de chercheurs a ensuite comparé l’ADN au génome des humains actuels, en particulier des populations amérindiennes, dont la généalogie reste mystérieuse.

Contexte

La théorie dominante depuis près de 100 ans laisse à penser que les premiers humains à avoir occupé l’Amérique sont des tribus asiatiques qui auraient franchi le Pacifique en passant par le détroit de Béring, lors d’une glaciation qui avait fait baisser le niveau de la mer entre les côtes sibériennes et l’Alaska.

 

Les récentes données montrent maintenant que les Amérindiens semblent en effet être génétiquement proches des populations d’Asie orientale, mais ouvrent également d’autres perspectives. Notamment, des crânes présentant des caractéristiques incompatibles avec une morphologie asiatique et appartenant à des hommes vivant bien avant l’arrivée des Européens suivant la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb.

En outre, l’ADN mitochondrial de l’enfant sibérien, transmis exclusivement par la lignée maternelle, a pratiquement disparu aujourd’hui, mais il était fréquent (plus de 80 %) chez les chasseurs-cueilleurs européens de la fin du paléolithique et du mésolithique.

Pour ce qui est de son ADN nucléaire, transmis par le père via le chromosome Y, il précède celui des populations occidentales actuelles et est à la base de la plupart des lignées amérindiennes, sans ressemblance forte avec les populations asiatiques.

« Nous estimons que 14 % à 38 % des ancêtres des Amérindiens peuvent avoir pour origine génétique cette population sibérienne du paléolithique. »— Eske Willerslev

Ces nouvelles informations laissent à penser que les ancêtres des Amérindiens avaient déjà probablement divergé de ceux des Asiatiques lorsque ce croisement avec les chasseurs-cueilleurs sibériens est survenu. De plus, cette filiation précède le moment où les populations amérindiennes se sont diversifiées dans le Nouveau Monde.

« La signature génétique occidentale présente chez les Amérindiens actuels ne provient pas seulement de croisements survenus après la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, comme on le pense souvent, mais aussi de l’héritage même des premiers Américains. »— Auteurs

L’analyse d’un second échantillon d’ADN, prélevé sur un autre individu sibérien vieux de 17 000 ans, a confirmé leurs résultats en aboutissant à une signature génétique similaire.

Le saviez-vous?

En juillet 2012,  une équipe internationale avait  montré que les deux continents américains ont été peuplés à partir de trois vagues distinctes en provenance de Sibérie.

 

L’extrait vidéo qui suit explique en anglais ces travaux.

http://www.radio-canada.ca