Se maquiller avant d’accoucher: la tendance qui fait débat


Qu’une femme se maquille pour aller travailler, sortir, visiter la famille est une chose, mais se maquiller quand les contractions lors d’un accouchement me semble un trop exagéré. Ce n’est pas une partie plaisir, ni pour épater la galerie, c’est de mettre au monde un bébé, c’est plus important que de bien paraitre pour des photos ou la visite. Ka femme n’a pas à être parfaite, mais simplement être elle-même
Nuage


Se maquiller avant d’accoucher: la tendance qui fait débat


© Getty Images.

Selon une étude britannique, 68% des femmes se maquilleraient avant de donner naissance à leur enfant. Une tendance qui fait réagir.

Si certaines n’envisagent pas de passer par la salle de bains pour une mise en beauté avant de donner naissance à leur enfant, d’autres n’imaginent pas accoucher sans un maquillage parfaitement exécuté. La preuve en est ces nombreuses vidéos intitulées « Mon make-up avant d’accoucher » qui ont vu le jour sur YouTube. 

De l’épilation au brushing

Et cette tendance se confirme à en croire une étude menée par l’enseigne de make-up Cosmetify auprès de femmes britanniques, et reprise par Harpers Bazaar. Selon cette enquête, 68% des femmes âgées de 18 à 31 ans affirment se maquiller une fois les contractions ressenties et le travail entamé. 65% s’épilent, 43% se font une pédicure, 37% s’appliquent de l’auto-bronzant et 32% se font un brushing.

Les photos en cause

Lorsque l’on demande à ces femmes pourquoi elles sont si préoccupées par leur apparence à leur accouchement, les principales raisons qui reviennent sont de vouloir être jolie sur les photos (31%), d’être présentable pour les visiteurs (26%) ou d’éviter de paraître malade, épuisée et fatiguée (22%).

Bien sûr, toutes les femmes sont libres de se préparer à leur accouchement comme bon leur semble. Mais pour certains, cette tendance souligne la pression de la société à laquelle sont soumises les femmes. Celle de devoir constamment paraître radieuse, à l’instar de Kate Middleton qui nous a habitués à afficher un look irréprochable quelques heures seulement après chacun de ses accouchements… Une image à laquelle sa belle-sœur Meghan Markle a refusé de coller, attendant deux jours après avoir donné naissance à son fils Archie avant de se montrer en public.

https://www.7sur7.be/

Le Saviez-Vous ► La vérité sur ce maquillage toxique et terrifiant


Même pendant la Renaissance, les femmes on chercher à cacher leurs défauts. L’Histoire de la reine Élisabeth 1 permet de découvrir en autre, que le fond de teint employé pour cacher les imperfections du visage était de la céruse. Une pâte qu’on appliquait pour donner un peau trop blanche et à cause du plomb accélérait le vieillissement de la peau
Nuage

 

La vérité sur ce maquillage toxique et terrifiant

© « Mary Queen of Scots ».

Par Catherine Delvaux.

Margot Robbie est la dernière actrice à interpréter le rôle de la reine Elizabeth I au cinéma.

Connue pour son charisme et son caractère déterminé, la fille d’Anne Boleyn est devenue reine d’Angleterre et d’Irlande à l’âge de 25 ans seulement. Surnommée la Reine Vierge, Elizabeth I ne s’est jamais mariée et la lignée des Tudor s’est éteinte avec elle, en 1603.

Dans le film « Mary Queen of Scots », qui sortira au ciné au mois de février, Margot Robbie est la dernière actrice à se mettre dans la peau de ce personnage fascinant, après notamment Cate Blanchett ou Helen Mirren. Sur le tournage, la jeune actrice australienne a passé des heures à se faire maquiller pour reproduire l’apparence unique et caractéristique de la reine: une perruque rousse et un visage extrêmement blanc.

Méconnaissable, Margot a confié: « Personne ne voulait s’approcher de moi sur le tournage. Je me suis sentie très seule mais c’était une expérience sociale intéressante. »

En attendant la sortie du film, le site de Slate s’est penché sur la vie d’Elizabeth et les rumeurs autour de sa mort. En 1562, à l’âge de 29 ans, la reine a attrapé la varicelle, qui lui a laissé des marques et des cicatrices sur le visage. C’est à partir de ce moment qu’elle a commencé à se maquiller, pour cacher ses imperfections. À l’époque, les femmes issues de la noblesse utilisaient de la céruse, un pigment blanc opaque à base de plomb, et du vinaigre, comme fond de teint. 

Pour les femme de la période élisabéthaine, le blanc représentait un idéal de beauté et un symbole de jeunesse. Il n’était pas rare d’appliquer une nouvelle couche de céruse tous les jours, sans se démaquiller. D’après Slate, les sources historiques ne permettent pas d’assurer que la reine Elizabeth I arborait un maquillage aussi excessif que dans le film, mais il est probable que le plomb ait accéléré le vieillissement de sa peau, ce qui l’a sans doute encouragée à se poudrer de plus en plus au fil des années. Les auteurs de l’époque n’hésitaient pas à critiquer durement cette habitude féminine décrite comme superficielle et « ridicule« , une manière aussi de décrédibiliser le pouvoir de la monarque.

Selon l’écrivain Ben Johnson, un dramaturge anglais de la Renaissance, Elizabeth refusait de se regarder dans le miroir à la fin de sa vie. Très mince, elle a perdu toutes ses dents. Elle est morte à l’âge de 69 ans, après 45 ans de règne. Certains estiment que la céruse a fini par l’empoisonner. D’autres évoquent un cancer ou une pneumonie. Dans son livre « Face paint: Une histoire du maquillage », Lisa Eldridge révèle que la mode de la céruse a duré jusqu’au 19ème siècle. C’est grâce au développement des journaux intimes que les femmes ont peu à peu découvert les dangers du plomb dans le maquillage. 

© « Mary Queen of Scots ».

 

https://www.7sur7.be/

Pendant 25 ans, elle n’a jamais ôté son mascara: voilà le résultat dégoûtant


C’est plus que dégoutant, l’hygiène du visage est important encore plus quand il y a du maquillage. Elle devait finir par avoir des cils épais, c’est incroyable de passer 25 ans à se mettre du mascara sans jamais l’enlever.
Nuage

 

Pendant 25 ans, elle n’a jamais ôté son mascara: voilà le résultat dégoûtant

 

Elle a failli perdre la vue.

On répète sans arrêt que nettoyer sa peau convenablement est indispensable quand on se maquille. Theresa Lynch, 50 ans, n’a jamais suivi les conseils des experts. Pendant 25 ans, elle n’a jamais pris la peine d’ôter son mascara.

Souffrant d’une irritation des yeux persistante, elle a consulté un médecin qui lui a découvert des petites bosses calcifiées sous les paupières, connues sous le terme de concrétions.

Le docteur a été horrifié de constater des années de maquillage incorporées dans ses paupières.  Image: Caters

Le docteur a été horrifié de constater des années de maquillage incorporées dans ses paupières. Photo: Caters Source: Agence de Nouvelles Caters

Theresa a failli perdre la vue. Elle a été opérée pendant 1h30 sous anesthésie générale

« J’avais pris la mauvaise habitude de me maquiller et de ne pas me démaquiller. Je n’aurais jamais dû laisser les choses aller aussi loin. Vous devez vous démaquiller tous les jours », insiste-t-elle aujourd’hui.

Le Dr Robaei qui a pris Theresa en charge a confié n’avoir jamais rien vu de tel.

« Chaque fois que Theresa clignait des yeux, ces bosses frottaient la surface de l’oeil et mettaient sa vision en danger. »

 Le docteur rappelle l’importance d’ôter soigneusement son mascara.

« C’est un risque que peu de gens connaissent. »

Theresa avait besoin d'une intervention chirurgicale pour enlever les bosses calcifiées dans ses paupières.  Image: Caters

Theresa avait besoin d’une intervention chirurgicale pour enlever les bosses calcifiées dans ses paupières. Photo: Caters Source: Agence de Nouvelles Caters

https://www.7sur7.be/

Être différent :Vitiligo


Bashir Azis est un noir. Pourtant, quand on le regarde, il est plus blanc que noir car il a une maladie chronique de l’épiderme, le vitiligo. Quand il était petit, sa mère cachait les tâches blanches assez apparentes de son visage avec du maquillage. Malgré tout, il a subi des humiliations. Heureusement, en grandissant, il a appris à garder sa bonne humeur et prendre ses couleurs particulières du bon côté
Nuage

 

Être différent : Vitiligo