Le Texas va exécuter un homme emprisonné depuis l’âge de 15 ans


Qu’on soit pour ou contre la peine de mort, si l’histoire de ce gars est vrai, la justice à des sérieux trous qui créer une réelle injuste. Avoir la même sentence en temps complice que l’auteur, être emprisonner avec des adultes a 15 ans et en plus d’être accusé du meutre d’un gardien alors que les preuves n’apportent rien concluant …  Une justice à 2 mesures
Nuage

 

Le Texas va exécuter un homme emprisonné depuis l’âge de 15 ans

 

GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO

A Jail Cell

Il avait alors été condamné à une peine de 99 ans derrière les barreaux, selon une loi très controversée du Texas

L’Etat américain du Texas se préparait à exécuter jeudi un homme condamné pour le meurtre d’un gardien de prison, malgré l’absence de preuves matérielles établissant l’implication directe du détenu dans cet homicide.

Robert Pruett, 38 ans, n’aura vécu pas un seul jour de sa vie d’adulte hors d’une prison. Il n’avait que 15 ans quand il a été arrêté pour complicité d’un homicide commis par son père.

Il avait alors été condamné à une peine de 99 ans derrière les barreaux, selon une loi très controversée du Texas qui fait encourir une sanction identique au principal acteur d’un homicide et à ses complices.

Cette sentence équivalant à une réclusion à perpétuité a été critiquée comme illustrant un système pénal ultra-répressif, n’offrant aucun espoir à un adolescent à l’enfance ballottée entre une mère toxicomane et un père souvent emprisonné.

Robert Pruett avait commencé à l’âge de 7 ans à consommer des stupéfiants, et il en vendait dès l’école primaire. Tout en étant mineur, il avait été incarcéré dans une prison pour adultes.

A l’âge de 20 ans, il s’est retrouvé accusé du meurtre d’un agent pénitentiaire. Daniel Nagle avait été retrouvé baignant dans son sang, ayant été poignardé avec une tige de métal. Il venait d’écrire un rapport disciplinaire sur Robert Pruett, qui a toujours clamé son innocence.

Les procureurs ont assuré que Pruett avait tué le gardien en représailles de ce rapport défavorable. Le détenu affirme de son côté avoir été victime d’un coup monté par des agents corrompus et d’autres prisonniers.

Depuis 2013, Robert Pruett a échappé à plusieurs reprises à une exécution programmée, en exigeant des analyses ADN sur les vêtements, l’arme du crime et le rapport disciplinaire déchiré.

Ces analyses se sont révélées non concluantes et n’ont pas prouvé la présence de Pruett sur le théâtre de l’homicide du gardien Nagle. Les résultats n’ont toutefois pas été jugés suffisamment probants pour remettre en question le verdict.

Les avocats du détenu ont lancé d’ultimes recours en clémence, notamment devant la Cour suprême à Washington. En cas de rejet de ces démarches, il recevra une injection létale jeudi soir.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Complicité multiple


Tout évènement, tout rencontre, nos actions, nos choix du passé font que nous sommes ici présentement
Nuage

 

Complicité multiple

 

La plupart des gens pensent que les choses qui leur arrivent sont fortuites. Ils ne voient pas les complicités entre les événements auxquels ils sont mêlés, les rencontres qu’ils font, leurs rêves…

Pierre Billon

Entre chien et homme : tout est dans la durée du regard


Une hormone serait responsable de l’attachement entre le chien et son maître qui augmente pendant un regard soutenu ainsi que par les caresses envers l’animal. Cette hormone est présente autant chez le maître que chez l’animal
Nuage

 

Entre chien et homme : tout est dans la durée du regard

 

 

Regarder son chien dans les yeux pendant une longue période resserrerait notre lien avec lui. © Olivier Morin/AFP

Regarder son chien dans les yeux pendant une longue période resserrerait notre lien avec lui. © Olivier Morin/AFP

Par Louise Horvath

Regarder dans la même direction ou plutôt échanger un long regard avec son chien ? Complicité, amitié, les yeux sont le miroir de l’âme.

Le regard fait partie intégrante de la communication sociale humaine et peut autant susciter la méfiance, par un regard fuyant par exemple, que son contraire. Le regard d’une mère à son enfant raffermit le lien qui les unit et entraîne chez les deux une sensation de bonheur. Du point de vue purement chimique, on parlera d’une production de l’hormone de l’attachement, l’ocytocine. Cette molécule, l’homme et le chien la produisent (avec d’autres comme l’endorphine et la dopamine) quand le maître caresse son animal.  Connaissant l’étroitesse du lien qui nous lie au canidé, Miho Nagasawa et son équipe de l’université d’Azabu au Japon, se sont demandés si  un regard maître-chien pouvait  avoir les mêmes effets que le regard mère-enfant, à savoir une sécrétion d’ocytocine.

À première vue, cela peut sembler étonnant, car le chien est loin d’avoir la même communication visuelle que nous. Il ne regarde pas ses compatriotes dans les yeux. Chez son cousin, le loup, un regard direct est signe de menace, car seuls les dominants arborent les autres membres de la meute ainsi et ces derniers s’empressent de baisser les yeux. En vérité, le chien possède une grande compréhension de notre mode de fonctionnement et a intégré une partie de notre mode de communication. Dans ce domaine, il s’en sort même plus brillamment que le chimpanzé, duquel nous sommes pourtant plus proches.  Ce sont ces différences de comportements qui ont incité les chercheurs à comparer les réactions des loups et des chiens à l’ocytocine, dans leur expérience.

Longs regards et liens étroits

Tout d’abord, les chercheurs ont étudié l’influence de la durée du regard et l’effet d’actions annexes (caresses, paroles) sur la production d’ocytocine chez l’homme et les deux canidés. 30 chiens et leurs propriétaires et 11 loups accompagnés de leurs soigneurs se sont regardés dans les yeux pendant des périodes longues ou courtes. Au sein de ces duos, les hommes étaient divisés en sous-groupes ayant chacun une attitude particulière : rester immobile, caresser son chien/loup ou lui adresser la parole.

Les taux d’ocytocine, mesurés dans l’urine des canidés et des hommes, ont révélé l’importance du regard. Les chiens et les maîtres partageant un long regard, ont des taux d’ocytocine 30% plus forts que la normale. Et ce temps d’échange visuel augmentait lorsque le maître prodiguait des attentions à son chien, sous  forme de paroles ou de caresses. Chez les loups par contre, ces sécrétions hormonales n’ont pas été détectées et les regards mutuels ont été peu nombreux. Une différence liée à la domestication ?

Une réponse différente selon le sexe du chien

Dans la seconde expérience, les chercheurs ont voulu tester l’incidence de l’ocytocine sur la durée du regard partagé par le maître et son chien. 27 chiens ont donc absorbé soit un peu d’ocytocine, soit une solution contrôle, par spray nasal. Puis, les animaux ont été mis en présence de leur propriétaire et de deux personnes inconnues. Le maître avait pour consigne de ne pas interagir avec son chien. Étonnamment, la prise d’ocytocine a augmenté le temps pendant lequel le chien a soutenu le regard de l’homme mais seulement chez les chiens femelles. Comme dans l’expérience précédente, cet échange de regard a provoqué chez l’homme une augmentation de la sécrétion d’ocytocine.

Si la question de la différence mâle/femelle reste à investiguer, l’étude confirme que le contact visuel prolongé entraîne une augmentation de la production d’hormones de l’attachement. Une production encore augmentée par un contact physique. Ce genre d’interaction ayant lieu fréquemment dans une relation chien-homme, il est donc normal que nous développions avec notre animal un lien à l’image de celui qui nous unit à un membre de notre famille. Au final, le secret du bonheur, ne serait-il pas dans les yeux de notre chien ?

http://www.sciencesetavenir.fr

Des chats et des bébés


On s’entends que les chats sont sûrement dégriffés et que des adultes surveille un chat avec un bébé. Il est conseillée de ne jamais laissé; un chat seul avec un bébé qui dors pour évité qu’il l’étouffe en se couchant sur son cou
Nuage

 

Des chats et des bébés

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : DrunkerFail – Youtube

Non, les chiens ne sont pas les seuls à aimer les enfants. Les chats aussi peuvent être de merveilleux compagnons pour les bambins, et des babysitters hor paire !

La preuve ? Découvrez-la dans cette adorable compilation de moments de tendresse, de jeu et de complicité entre des félins et des bébés. Une vidéo tout simplement baptisée « Cats love Babies » (les chats aiment les bébés), et qui fera sans aucun doute  fondre votre petit coeur !

Joueurs, câlins, taquins : ces duos sont tout simplement irrésistibles. Et quelque chose nous dit que nous assistons là à la naissance de belles et longues amitiés.

 

http://wamiz.com

Un chat, un bébé, et une belle histoire d’amour


Oui, c’est beau de les voir, mais je ne serais pas tenté par l’expérience surtout avec un bébé. J’espère par contre que le chat est dégriffé.
Nuage

 

Un chat, un bébé, et une belle histoire d’amour

 

Quel bonheur de voir que nos enfants et nos animaux s’entendent à merveille ! Ce ne sont pas les parents de ce bébé et propriétaires de ce chat qui diront le contraire. Entre leur bambin et leur félin, c’est une véritable histoire d’amour !

On se câline, on se fait des bisous… Bref, pour ce bébé, ce chat est bien mieux qu’un doudou ! Mais gare aux coups de griffes… Car même avec le chat ou le chien le plus gentil du monde, il ne faut jamais laisser un enfant seul avec un animal sans surveillance !

En tout cas, les parents de cet enfant ne sont pas les seuls à trouver que la complicité qui unit leurs deux « bébés » est vraiment touchante. En capturant les images de ce moment de tendresse et en y ajoutant une petite musique douce, ils en ont fait une adorable vidéo déjà vue plus de 4 millions de fois !

 

http://wamiz.com