Le zoo dont on peut manger les animaux


Une autre raison que je n’aime pas les zoos. Si ces animaux étaient dans leur environnement, ce seraient  leur milieu qui déciderait de leur sort. Je ne suis pas vraiment végétarienne, mais je suis contre de cette façon de faire
Nuage

 

Le zoo dont on peut manger les animaux

 

Au menu du zoo de Zurich : de la viande de chevreuil, des côtelettes de faon et du marcassin braisé. [CC / Traroth/Wikipedia]

Au menu du restaurant du parc animalier Wildnispark à Zurich, en Suisse, les clients peuvent trouver de la viande de « chevreuil », des « côtelettes de faon », ou encore du « marcassin braisé ».

Surprenant ? Encore plus lorsque l’on apprend que la viande des animaux provient du zoo lui-même.

Le porte-parole du zoo Wildnispark, Martin Kilchenmann, s’explique :

« Chaque année une centaine de marcassins et de faons viennent au monde. Faute de place, ils sont abattus et finissent dans l’assiette des visiteurs. »

Des centaines d’animaux sauvages au zoo de Zurich sont ainsi abattus puis servis aux clients du restaurant du parc.

Une pratique « écologique »

Le parc Wildnispark justifie cette pratique en déclarant qu’elle est « très écologique ». La présidente de la société protectrice des animaux de Horgen, Ruth Widmer, a déclaré quant à elle être « choquée ».

L’organisation de protection des animaux « Quatre Pattes » souligne que « de nombreux zoos et parcs animaliers en Allemagne et en Autriche réussissent à réguler l’effectif de leurs animaux sans les tuer. »

L’association « Quatre Pattes » évoque d’ailleurs les différentes méthodes qui permettent de réguler le nombre des animaux : le sevrage, le transfert des bêtes dans un autre zoo ou encore la séparation des mâles et des femelles.

http://www.directmatin.fr

Les hommes préhistoriques prenaient soin de leurs outils


Je connais certaines personnes qui auraient a prendre des leçons des hommes de la préhistoires pour mieux préserver leurs outils
Nuage

 

Les hommes préhistoriques prenaient soin de leurs outils

 

Reconstitution d'habitations sur pilotis en Allemagne <a title="By --Xocolatl

Reconstitution d’habitations sur pilotis en Allemagne
Photo : Xocolatl −
CC-BY-3.0 Source

Méticuleux, les hommes préhistoriques prenaient grand soin de leurs outils. C’est ce que révèle une étude de chercheurs suisses. Ils ont en effet analysé des outils en os, en bois de cerf et de chevreuil, datant de 3200 ans av. J.-C.

Pour cela, les archéologues ont bénéficié de circonstances particulièrement favorables. Car le site se trouvait à l’époque sur les berges du lac de Zurich. Or les lacs de Suisse et du Jura offre depuis longtemps une mine de découvertes pour les archéologues qui travaillent sur la fin de la Préhistoire, le Néolithique. Car des populations habitaient des maisons sur pilotis en bordure de ces lacs. Et les ruines de celles-ci ont souvent été extrêmement bien préservées dans de la vase humide et pauvre en oxygène.

Mais pour se représenter l’atmosphère bucolique des bords du lac à l’époque, les archéologues doivent faire preuve d’imagination. Car c’est en partie sous les néons blafards d’un parking zurichois en construction qu’ils travaillent. La moisson n’en est pas moins riche : bol en bois, couteaux, cuillères, poutres, pagaies, arcs, flotteurs de filet de pêche, cordes, bijoux, etc. L’équipe a même mis au jour une des plus anciennes portes en bois d’Europe,  quasiment intacte.

La préservation des objets se révèle en effet excellente. Les chercheurs décident de saisir l’occasion pour éclaircir un point intriguant relevé sur beaucoup d’objets de cette période, et en particulier sur ceux du site : beaucoup sont luisants, sur une portion importante de leur surface. Habituellement, les préhistoriens interprètent cet aspect lisse et brillant comme des traces d’usure. C’est le cas par exemple sur l’extrémité de poinçons en os, qui servaient vraisemblablement à percer le cuir. Le frottement des peaux en effet, en a peu à peu poli la pointe. Mais ici, les zones brillantes sont nettement plus grandes. Et elles sont présentes sur des outils qui supposent une utilisation différente, comme par exemple des sortes de ciseaux à bois.

Ciseaux à bois en os mis au jour sur le site.

Ciseaux à bois en os mis au jour sur le site. Photo : Joerg Schibler

C’est pourquoi, munis de gants et s’entourant de précautions pour éviter la contamination par des substances modernes, les chercheurs prélèvent sur le site huit outils. Ceux-ci sont représentatifs de diverses utilisations : ciseaux à bois, manche de couteau, poinçon et grattoir à cuir, peigne pour défibrer le lin. L’équipe les soumet alors à toute une batterie de tests.

Résultat : les hommes préhistoriques ont visiblement graissé leurs outils. L’aspect luisant de ces derniers vient de là. Les analyses ont en effet montré que la surface des outils était imprégnée de lipides. Certains viennent sans doute de l’animal, et n’ont donc pas une origine humaine. Mais il y a aussi des huiles végétales. Or les analyses permettent d’exclure qu’elles ne proviennent du sol.

Autrement dit, ce sont bien les hommes préhistoriques qui semblent avoir enduit d’huile leurs outils.

Pourquoi ? Parce que pour qu’un outil en os fonctionne, il lui faut une certaine élasticité. Il est en effet constitué d’un mélange de minéral − qui donne la dureté − et de matière organique (le collagène) − qui donne la souplesse. Or quand l’os sèche, il se craquelle et devient cassant. D’où l’intérêt de l’enduire régulièrement d’huile pour en prolonger la durée de vie.

NB : les archéologues suisses vont même plus loin : selon leurs analyses, il s’agirait d’huile de lin et de pavot, des plantes très fréquentes dans la région à l’époque.

Ce que tempère Alain Tchapla, de l’université Paris Sud à Orsay. « sur ce point leur étude est un peu inachevée. Leurs résultats montrent juste qu’une certaine classe d’huile végétale était bien présente. Mais il pourrait tout aussi s’agir d’huile de navette, d’euphorbe, de cornouiller, et d’autres encore. »

Des huiles que les chercheurs suisses ont écartées, car leurs graines n’ont jamais été trouvées dans la région à l’époque.

Nicolas Constans

http://archeo.blog.lemonde.fr/