La tortue géante la plus menacée du monde perd sa dernière femelle


Une espèce de tortue est probablement en train de s’éteindre en Chine par la mort d’une femelle. Il resterait deux autres tortues de cette espèce au Viêtnam, sauf qu’on croit que ce sont deux mâles
Nuage

 

La tortue géante la plus menacée du monde perd sa dernière femelle

 

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Le zoo de la ville de Suzhou, en Chine, vient d’annoncer le décès de sa femelle tortue appartenant à une espèce en danger critique d’extinction. Il ne reste que trois spécimens dans le monde. Probablement que des mâles.

La tortue à carapace géante du Yangtze (Rafetus swinhoei) est considérée comme la tortue la plus menacée au monde. Il y a quelques jours encore, il ne restait que quatre individus. Cette population est malheureusement tombée à trois ce samedi. La (probable) dernière femelle connue de l’espèce est en effet décédée à l’âge honorable de 90 ans dans un zoo de Suzhou, en Chine, rapporte la BBC. Une tragédie qui pousse encore un peu plus l’espèce au bord de l’extinction.

La cause du décès indéterminée

Une tentative d’insémination artificielle avait été tentée avec un mâle quelques heures avant sa mort. Infructueuse, encore une fois, en partie à cause du pénis endommagé de ce dernier. Malgré tout, la procédure semble s’être déroulée sans encombre. Les causes de ce décès restent donc encore floues et l’enquête suit son cours. Le mâle, âgé d’environ 100 ans, devra donc faire son deuil, désormais seul dans son enclos du zoo chinois de Suzhou.

Les deux dernières tortues R. swinhoei connues dans le monde évoluent dans des étangs séparés au Vietnam. Leurs genres sont inconnus, mais les chercheurs sont quasiment sûrs qu’il s’agit de deux mâles. Si tel est effectivement le cas, cette espèce autrefois répandue dans les eaux douces de Chine et du Vietnam aura disparu dans quelques années, tout au plus. La grande majorité de ses effectifs ont été décimés par les problèmes de braconnage et de pertes d’habitats.

Le déclin alarmant des tortues d’eau douce

Nous y sommes tristement habitués.

Selon un rapport publié en 2018 par la Zoological Society of London, les tortues terrestres représentent en effet 29 des 100 reptiles les plus menacés au monde, « bien qu’elles ne représentent que 3,3 % de la richesse en espèces de reptiles », peut-on lire.

Outre la tortue géante du Yangtze, sont également particulièrement concernées la tortue angonoka (Astrochelys yniphora), endémique de Madagascar, et la tortue chinoise à trois bandes (Cuora trifasciata), dont la propriété est devenue un symbole d’investissement financier et de statut en Chine.

tortues

Cuora trifasciata
Crédits : Wikimedia Commons / Torsten Blanck

On rappelle que les tortues terrestres et d’eau douce jouent un rôle écologique vital dans leurs environnements naturels. Ces reptiles participent en effet à façonner les rivières et les cours d’eau, dispersent les graines et champignons, et n’hésitent pas nettoyer les eaux en “s’occupant” des animaux morts.

https://sciencepost.fr/

Vivons-nous dans un zoo galac­tique créé par des extra­ter­restres ? C’est possible, selon ce scien­ti­fique


Les scientifiques ont émis plusieurs hypothèses pour comprendre pourquoi nous n’avons pas encore communiqué avec une vie intelligente. Parmi eux, il y a ceux qui croient que nous sommes dans une sorte de zoo gérer par les extraterrestres. Oh la la ! Bien qu’il existe probablement une vie intelligente ailleurs et peut-être plus intelligente que nous, je doute vraiment que nous sommes dans une sorte de réserve naturelle … Pourquoi pas être des sujets de laboratoire tant qu’à être. Si la vie est aussi ou plus intelligente que nous, espérons qu’elle ne fasse pas la même chose qu’on fait à nos animaux …
Nuage

 

Vivons-nous dans un zoo galac­tique créé par des extra­ter­restres ? C’est possible, selon ce scien­ti­fique

 

Crédits : NASA/Ulyces

par  Laura Boudoux

 

De la même manière qu’il existe des animaux en cage dans des zoos, les êtres humains pour­raient être captifs de la Terre, au sein de la galaxie

Des scien­ti­fiques ont évoqué l’hy­po­thèse du « zoo cosmique » lors d’un congrès orga­nisé le 18 mars dernier à La cité des sciences et de l’In­dus­triede Paris. L’idée géné­rale était d’abor­der le Para­doxe de Fermi, et de comprendre pourquoi les humains n’ont toujours pas décou­vert de vie intel­li­gente dans l’uni­vers, rapporte Forbes.

« Peut-être que les extra­ter­restres regardent les humains sur Terre, tout comme nous regar­dons les animaux dans un zoo », envi­sage Douglas Vakoch, le président du METI (messa­ging extra­ter­res­trial intel­li­gence). La ques­tion reste dès lors pour lui : « Comment faire en sorte que ces gardiens de zoo galac­tiques se révèlent ? » Il faut d’après le scien­ti­fique conti­nuer d’ « envoyer des signaux radio puis­sants, inten­tion­nels et riches en infor­ma­tions vers les étoiles proches ».

L’hy­po­thèse du zoo est un concept qui remonte aux années 1970, et notam­ment aux recherches du scien­ti­fique du MIT John Ball

« La vie intel­li­gente extra­ter­restre pour­rait être pratique­ment omni­pré­sente », écrit-il ainsi en 1973. « L’in­ca­pa­cité appa­rente d’une telle vie à inter­agir avec nous peut être expliquée grâce à l’hy­po­thèse selon laquelle [les extra­ter­restres] nous ont mis de côté, comme dans le cas d’une réserve natu­relle ou d’un zoo », estime John Ball à l’époque.

Souriez, on est obser­vé·e·s.

Source : Forbes

https://www.ulyces.co/

Ces chim­pan­zés ont fabriqué une échelle avec des branches pour s’éva­der d’un zoo


Ces chimpanzés rêvent aussi de liberté et un zoo n’est pas l’endroit que la liberté a du sens. Des singes ont été capables d’imaginer et d’installer le nécessaire pour prendre la fuite. Malheureusement pour eux, peine perdue … Les murs se referment.
Nuage

 

 

Ces chim­pan­zés ont fabriqué une échelle avec des branches pour s’éva­der d’un zoo

 

Crédits : Chan­tal Baxter

par  Laura Boudoux

Un groupe de chim­pan­zés du zoo de Belfast, en Irlande, a tenté de s’éva­der samedi 9 février 2019. Les primates ont réuni de grosses branches avant de les ados­ser au mur d’en­ceinte de leur enclos. Seul l’un d’entre eux est parvenu à l’es­ca­la­der, lais­sant ses compères dans leur prison à ciel ouvert, rapporte la BBC. Hélas, il a été rattrapé peu de temps après.

Les respon­sables du zoo, qui ont récu­péré l’évadé, ont expliqué qu’une tempête récente avait dété­rioré le mur d’en­ceinte, permet­tant aux chim­pan­zés de le grim­per plus faci­le­ment. Une vidéo enre­gis­trée par des visi­teurs montre l’ani­mal se prome­nant dans le zoo, visi­ble­ment perplexe et ne sachant pas vrai­ment où aller. Un « événe­ment très inha­bi­tuel », d’après la porte-parole du zoo.

« Ce sont des primates intel­li­gents, ils savent qu’ils ne sont pas censés se retrou­ver en dehors de cette enceinte, et ils y retournent d’eux-mêmes », a assuré la porte-parole du zoo. « Nous aimons leur offrir un envi­ron­ne­ment natu­rel dans leur enclos, notam­ment avec des arbres, mais nous allons les véri­fier », a-t-elle déclaré suite à l’in­ci­dent, préci­sant que les arbres envi­ron­nant seraient arra­chés si néces­saire. Les chim­pan­zés savent surtout qu’ils n’ont aucune envie de rester enfer­més.

Sources : BBC/ Face­book

https://www.ulyces.co

Pour la Saint-Valen­tin, on peut donner le prénom de son ex à un cafard


 

Une vengeance ? Peut-être !!! Donner un nom de son ex à un cafard pour aider a financer un zoo est un bien drôle d’idée …
Nuage

 

Pour la Saint-Valen­tin, on peut donner le prénom de son ex à un cafard

 

par  Ulyces

 

En Angle­terre, le Centre de conser­va­tion de Hemsley propose à ses visi­teurs de donner à des cafards le prénom de leur ex, à l’oc­ca­sion de la Saint-Valen­tin le 14 février prochain.

Contre 1,70 euro, les inter­nautes ou les touristes se rendant au zoo reçoivent ainsi un certi­fi­cat, sur lequel le prénom en ques­tion n’ap­pa­raît tout de même pas, afin de « ne pas mettre de l’huile sur le feu », précise le site.

« Pour ceux qui n’ont pas besoin d’une vengeance, voilà un autre moyen de vous sentir mieux vis-à-vis de votre ex pour la Saint-Valen­tin », explique le site, qui propose aussi ce service pour les amis.

 Le prénom donné au cafard appa­raî­tra ensuite dans les fichiers de recen­se­ment du centre.

La campagne « Donne un nom à un cafard » a été lancée le 11 janvier 2019 pour faire connaître le centre, mais aussi pour lever des fonds, qui finan­ce­ront les nouveaux projets du zoo. Sur Insta­gram, plusieurs personnes ont déjà confié avoir succombé à la tenta­tion de prénom­mer un cafard avec le prénom de leur ex.

« C’est fait ! Ça fait un bien fou ! Même si je suis déso­lée d’avoir appelé un cafard aussi mignon comme mon ex », explique ainsi une inter­naute.

Sources : Hemsley Conser­va­tion Center

https://www.ulyces.co/

Un lion tue une jeune stagiaire dans un zoo


Un zoo n’est pas vraiment un endroit pour un animal sauvage tel qu’un lion, mieux vaut des refuges, même s’il est plus difficile de les protéger des braconniers. C’est vraiment triste pour cette perte humaine, alors que le lion n’a agi que par instinct.
Nuage

 

Un lion tue une jeune stagiaire dans un zoo

 

Le zoo demeurera fermé jusqu'à nouvel ordre.... (Photo d'archives)

Le zoo demeurera fermé jusqu’à nouvel ordre.

PHOTO D’ARCHIVES

 

Agence France-Presse
Washington

Un lion a attaqué et tué une jeune Américaine qui travaillait dans un parc zoologique de Caroline du Nord, aux États-Unis, a annoncé dimanche le Conservators Center.

Alexandra Black, 22 ans, était passionnée d’animaux sauvages et travaillait depuis 10 jours comme stagiaire au sein du Conservators Center à Burlington, en Caroline du nord. 

« Le Conservators Center est dévasté par la perte d’une vie humaine aujourd’hui. Alors qu’une équipe guidée par un gardien professionnel procédait au nettoyage habituel d’un enclos, un des lions a réussi à s’échapper de l’endroit où il était enfermé et a pénétré l’espace où se trouvaient les humains et a rapidement tué une personne », a expliqué le Centre dans un communiqué. 

« La manière dont le lion a pu quitter l’enclos fermé reste inconnue pour le moment. Le lion n’est à aucun moment sorti du périmètre clôturé du parc », a ajouté le Centre, qui a présenté ses condoléances à la famille de la victime et annoncé que le parc resterait fermé temporairement. 

Le lion a été abattu pour que le corps de la jeune femme puisse être récupéré, a-t-il précisé. 

Alexandra Black était une jeune diplômée de l’Université de l’Indiana. Le parc zoologique où elle avait commencé à travailler abrite des dizaines d’animaux et 21 espèces différentes.

https://www.lapresse.ca

Un gardien de zoo tué par un tigre blanc au Japon


Je trouve que la famille a fait le bon choix malgré l’horrible façon qu’est mort un membre de leur famille qui était gardien de zoo et qui s’occupait du tigre qui l’a attaqué. Le tigre vivra malgré tout, il ne fait que suivre son instinct et il ne sera donc pas pénalisé pour sa nature. Sauf qu’il sera encore enfermer dans un zoo.
Nature

 

Un gardien de zoo tué par un tigre blanc au Japon

 

Photo d'archives

OLGA_GL VIA GETTY IMAGES

À la demande de la famille de la victime, le tigre ne sera pas abattu.

Un tigre blanc a attaqué et tué un gardien dans son enclos, dans un zoo du sud du Japon, qui laissera l’animal en vie à la demande de la famille de la victime, ont indiqué mardi la police et le zoo.

Akira Furusho, âgé de 40 ans, « a été retrouvé à terre dans la cage, en sang », a expliqué un représentant des forces de l’ordre à l’AFP.

Il a été transporté à l’hôpital, mais les médecins n’ont pu que constater son décès.

L’attaque est survenue lundi soir au parc zoologique de Hirakawa, à Kagoshima, où se trouvent quatre tigres blancs, une espèce menacée.

Les secouristes sont rapidement arrivés sur les lieux et ont neutralisé l’animal, un mâle âgé de cinq ans et prénommé Riku, à l’aide d’un fusil hypodermique permettant d’injecter des tranquillisants à distance, a précisé le zoo.

Nous n’avons pas l’intention d’abattre Riku et comptons le garder car c’est ce que nous a demandé la famille de la victime.

« Nous n’avons pas l’intention d’abattre Riku et comptons le garder car c’est ce que nous a demandé la famille de la victime », a déclaré à l’AFP Takuro Nagasako, un des responsables du zoo.

Le parc zoologique est resté ouvert mardi mais le secteur des tigres a été isolé car « la police continuait d’enquêter », a précisé M. Nagasako.

Riku, d’environ 1,8 mètre de longueur et qui pèse 170 kg, est né dans ce zoo, de même que deux autres tigres blancs.

Les attaques de tigres sont extrêmement rares au Japon, la dernière datant de 2008, lorsqu’un tigre de Sibérie avait tué un employé de zoo qui essayait de l’encourager à s’accoupler.

En 1997, un couple de Japonais avait été attaqué et tué par des tigres dans un parc de safari du centre du Japon.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

L’orang-outan le plus âgé du monde meurt dans un zoo australien


Un orang-outang est décédé à un âge très honorable de 62 ans. Elle a passé sa vie au zoo d’Australie pendant 50 ans et a eu plusieurs descendant dont certains on pu regagner la nature. Dommage qu’elle ne soit pas morte en liberté
Nuage

 

L’orang-outan le plus âgé du monde meurt dans un zoo australien

 

Puan, l’orang-outan le plus vieux du monde, s’est éteinte à l’âge de 62 ans. © afp

  Source: AFP

L’orang-outan de Sumatra le plus vieux du monde, une femelle ayant eu 11 petits et comptant 54 descendants éparpillés de part le monde, est mort à l’âge de 62 ans dans un zoo australien, a annoncé l’établissement mardi.

Puan, qui signifie « Dame » en indonésien, est décédée lundi au zoo de Perth où elle vivait depuis un don de la Malaisie en 1968.

« Elle a tant fait pour la colonie du zoo de Perth et la survie de son espèce », a déclaré Holly Thompson, responsable des primates de l’établissement.

« En dehors du fait qu’elle était la membre la plus âgée de notre colonie, elle était également une membre fondatrice de notre programme de reproduction connu dans le monde entier et laisse derrière elle un héritage incroyable ». « Ses gènes se retrouvent dans un peu moins de 10% de la population des zoos mondiaux ».

Puan a eu 11 bébés. Elle compte un total de 54 descendants aux Etats-Unis, en Europe, en Australie et dans la jungle de l’île indonésienne de Sumatra. Son arrière petit-fils Nyaru est le dernier spécimen à avoir été relâché dans la nature. Née en 1956, elle avait fait son entrée au livre Guinness des records au titre vérifié de l’orang-outan la plus âgée du monde. Dans la nature, les femelles vivent rarement au-delà de 50 ans.

D’après Mme Thompson, elle avait une personnalité indépendante et une attitude un peu distante.

« On savait à quoi s’en tenir avec Puan. Si elle était mécontente, elle tapait carrément du pied ».

Deux de ses filles vivent toujours au zoo, de même que quatre petits-enfants et un arrière petit-fils.

https://www.7sur7.be/