Ces jeunes brigadiers veulent que vous respectiez le code de la route en zone scolaire!


À chaque année, la plus vieille au primaire sont choisis pour appartenir à la brigade scolaire, (ainsi que des adultes) Cela fait longtemps que ça existe, même petite, il y avait des brigadiers qui nous aidaient a traverser autour de l’école. Mais aujourd’hui, nombres d’infractions à la sécurité routière surtout des automobilistes, mais aussi des cyclistes et des piétons. Il serait dommage que des enfants qui préparent leurs avenirs meurent à cause de distractions ou de bêtises sur la route
Nuage

 

Ces jeunes brigadiers veulent que vous respectiez le code de la route en zone scolaire!

 

a lancé le garçon qui entame sa deuxième année au sein de la brigade scolaire de CAA-Québec,

La vérité sort de la bouche des enfants!

Huit jeunes brigadiers scolaires ont participé mercredi à la traditionnelle activité d’observation en zone scolaire de CAA-Québec. Ils n’ont pas trop aimé ce qu’ils ont vu, si on se fie à la vidéo produite à la suite de l’événement…

Alexis Plante, un brigadier de 6e année, aurait même envie d’en chicaner quelques-uns, souligne l’organisation dans son communiqué.

«Parfois, t’as juste envie de les chicaner», qui compte environ 5000 jeunes membres.

Ces derniers assistent les brigadiers adultes ou sont postés, par exemple, à l’intérieur des écoles, dans les cours de récréation et dans les autobus.

« SVP, arrêtez de texter au volant, arrêtez-vous sur les lignes et attachez-vous! »Ariane De Repentigny-Villarroel, de l’école Saint-Jean-Vianney à Montréal

«Il y a encore trop de comportements à risque dans les zones scolaires, des zones sensibles par définition, a fait valoir Sophie Gagnon, vice-présidente communications et affaires publiques chez CAA-Québec. Alors, évitons les distractions, respectons la signalisation et levons le pied. Il en va de la sécurité, voire de la vie de nos enfants!»

Mercredi matin, les brigadiers ont constaté 861 comportements à risque près de 12 écoles situées un peu partout au Québec.

• 45 % Non-respect de la signalisation et manœuvres non-sécuritaires

• 28 % Vitesse excessive

• 13 % Comportements à risque des piétons et des cyclistes

• 10 % Sécurité à bord des véhicules

• 3 % Distractions au volant

• 1 % Comportements à risque envers un autobus scolaire

Pas moins de 84 % des parents interrogés récemment par la CAA, dans le cadre d’un sondage pancanadien, ont observé des comportements à risque en zones scolaires, et 55 % estiment que la problématique s’aggrave.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Zones scolaires Des automobilistes aux comportements à risque


Je n’ai pas de misère à croire que beaucoup d’automobilismes sont irrespectueux des lois dans les zones scolaires. Déjà que dans n’importe quelle zone de traverses des automobilistes se foutent carrément des piétons et te poussent dans le derrière pour passer presque sur les talons
Nuage

 

Zones scolaires

Des automobilistes aux comportements à risque

 

Non-respect des feux intermittents des autobus scolaires, vitesse excessive, changements de voie illégaux. Ces comportements à risque ont tous été observés dans les zones scolaires aux abords d’écoles primaires de la métropole dans le cadre d’une enquête annuelle du CAA-Québec.

Pour sensibiliser les automobilistes, l’organisme a regroupé plusieurs images éloquentes et témoignages dans une vidéo rendue publique sur son site web et partagée via les réseaux sociaux.

Le CAA a notamment interrogé des brigadiers qui travaillent au quotidien dans cette situation.

«Parfois, je me fais dire de manière très agressive par les automobilistes de me tasser de la voie. Ils se moquent des autres usagers et ne tiennent pas compte des feux de circulation», a raconté l’une d’elles, qui travaille dans le Plateau-Mont-Royal.

«Pire, certains ne se soucient pas des enfants autour d’eux. De plus, je dois composer avec la présence d’un grand nombre de cyclistes qui, eux aussi, transgressent régulièrement le Code de la sécurité routière. Je suis très inquiète pour les enfants et j’ai même peur pour moi, parfois. Il faut avoir des yeux derrière la tête», ajoute-t-elle.

Outre les entorses au Code de la sécurité routière, certains parents adoptent aussi des comportements à risque. Plusieurs déposent leurs enfants hors des zones prévues à cet effet au milieu d’une circulation lourde alors que d’autres effectuent des changements de voie illégaux

http://tvanouvelles.ca