Le mystérieux virus responsable de la pneumonie en Chine a été identifié


L’épidémie qui a affecté 59 personnes de Wuhan d’un virus inconnu, enfin plus maintenant. Il a été identifié comme une nouvelle souche de coronavirus. Cette nouvelle souche peut provoquer un simple rhume allant jusqu’au syndrome respiratoire aigu sévère.
Nuage


Le mystérieux virus responsable de la pneumonie en Chine a été identifié


Julie Kern
Rédactrice scientifique

Les chercheurs chinois ont identifié le virus qui a infecté 59 patients au centre de la Chine. Il s’agit d’une nouvelle souche de coronavirus, une famille virale riche et diverse, qui peut causer des maladies allant du simple rhume au Syndrôme respiratoire aigu sévère (SRAS).

Le virus qui fait trembler la ville de Wuhan en Chine, depuis quelques jours, a été identifié par un chercheur de l’Académie chinoise d’ingénierie selon un communiqué du bureau chinois de l’OMS. Le virus incriminé fait partie de la famille des coronavirus. S’agissant d’une souche jusqu’alors inconnue,

Gauden Galea, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine, a précisé que « des études plus approfondies sont nécessaires pour déterminer la source, les modes de transmission, l’ampleur de la contamination et les mesures mises en place pour contrer la maladie ».

Le virus inconnu appartient à la famille des Coronaviridae

Les Coronaviridae regroupent des virus, dont le génome est une molécule d’ARN (de sens positif) entourée par une capside virale hélicoïdale, et possèdent une enveloppe virale. Cinq souches sont identifiées comme pathogènes pour l’Homme, celle qui sévit actuellement en Chine pourrait être la sixième, les autres infectent des mammifères et des oiseaux.

Parmi ces cinq souches, deux sont particulièrement redoutées : un coronavirus du groupe 2, le SRAS-Cov, et le MERS-Cov. Une fois dans l’organisme, les coronavirus infectent les cellules tapissant les muqueuses respiratoires supérieures et digestives. Ils provoquent des troubles respiratoires bénins mais aussi des détresses respiratoires pouvant être mortelles. Ils se transmettent par des aérosols contaminés produits lors d’éternuements ou de toux. Rappelons que, pour le moment, aucun vaccin n’est disponible pour prévenir les infections du SRAS-CoV et du MERS-CoV.

Parmi les 59 contaminés, « un total de 15 cas positifs au nouveau type de coronavirus ont été détectés », a précisé M. Xu, chef de l’équipe d’experts qui a étudié le microbe.

Pour le moment, aucune mort liée à cette épidémie n’a été annoncée par la Commission municipale de l’hygiène et de la santé de Wuhan. Les autorités chinoises semblent avoir écarté la possibilité d’une nouvelle épidémie de SRAS. La précédente, qui a eu lieu entre fin 2002 et l’été 2003, avait fait 600 morts sur le seul territoire chinois.

Des mesures d’hygiène renforcées pour le Nouvel An lunaire

Cette épidémie intervient alors que les Chinois se préparent à fêter le Nouvel An lunaire. Beaucoup d’entre eux vont quitter les grandes villes pour la campagne. Les autorités chinoises ont prévu des mesures pour limiter la transmission du virus durant ce grand évènement. 

Un haut responsable du ministère des Transports a indiqué jeudi que des mesures de « désinfection, de contrôle et de prévention » auront lieu dans les endroits les plus fréquentés, comme les gares.

.

https://www.futura-sciences.com/

Une ville chinoise plongée dans un mystérieux nuage


Est-ce la pollution du aux industries ou des brulis .. j’ai déjà vu une brume brumeux qui donnait au temps une couleur jaune … et je ne crois pas du moins a cet endroit et a cette époque que cela soit du a la pollution .. donc l’histoire de brulis ou d,un feu quelconque serait probable sauf que .. la-bas  avec la pollution et les normes presque inexistants …… on se méfie 
Nuage

 

Une ville chinoise plongée dans un mystérieux nuage

 

Une résidante de Wuhan est photographiée avec sa fillette dans ses bras. Face au nuage jaunâtre qui enrobe la capitale du Hubei, la maman a décidé de masquer sa fille avant de sortir.

PHOTO: AFP

Agence France-Presse
Pékin

La grande ville chinoise de Wuhan s’est brusquement retrouvée lundi plongée dans un épais nuage jaunâtre qui a provoqué de nombreuses rumeurs et inquiétudes chez les habitants, les autorités affirmant que la pollution trouvait son origine dans des feux agricoles.

« Nous sommes très inquiets, car nous ignorons de quoi il s’agit », a confié par téléphone Li Yunzhong, un résidant de Wuhan, qui est la principale agglomération de Chine centrale avec plus de dix millions d’habitants.

La brume polluante est soudainement apparue lundi matin, selon des témoins. « Vers 10 h -10 h 30, j’ai regardé par la fenêtre de mon bureau. Je ne pouvais pas en croire mes yeux. Au début, j’ai pensé qu’il allait se mettre à pleuvoir, mais il ne s’agissait pas de brouillard », a relaté à l’AFP Li Yunzhong.

« En 31 ans à Wuhan je n’ai jamais connu une chose pareille », a-t-il poursuivi. Il a décrit le nuage comme une brume opaque d’apparence sulfurée avec des teintes verdâtres et jaunâtres.

« L’origine de l’épais nuage qui recouvre la ville de Wuhan depuis le début de la journée n’est, pour l’heure, pas connue », a indiqué sur son site internet le consulat général de France à Wuhan.

« Les autorités locales se sont engagées à nous la communiquer dès que possible. Il est conseillé, dans la mesure du possible, de demeurer à la maison, de fermer les fenêtres et de limiter l’usage de la climatisation », a ajouté le consulat.

Les autorités ont réfuté, dans un communiqué, les rumeurs évoquant un accident industriel. Des internautes ont en effet avancé l’hypothèse d’une pollution consécutive à une explosion dans un complexe chimique situé au nord-est de Wuhan.

Un épais nuage jaunâtre s’est formé ce matin autour de Wuhan, ville de plus de 10 millions d’habitants.

PHOTO: AFP

Le Bureau de protection de l’environnement, cité par l’agence officielle Chine nouvelle, a assuré que le nuage avait été causé par des paysans brûlant la paille restée dans leurs champs après les récoltes.

Mais cette affirmation a continué à susciter les doutes.

« C’est le sujet le plus débattu ici aujourd’hui », a souligné M. Li, qui s’est aussi dit sceptique vis-à-vis de l’explication officielle. « Notre région ne pratique traditionnellement pas la culture sur brûlis à grande échelle ».

Ce nuage « m’a semblé différent de la pollution que l’on observe habituellement à Wuhan », a commenté à l’AFP un Français résidant dans la ville. Il a précisé qu’il n’avait pas constaté de mouvements de panique.

Une autre résidente a, elle, déclaré lundi soir à l’AFP qu’elle quittait la ville en raison du nuage. Les habitants se sont rués vers des masques filtrants, ont indiqué d’autres témoins.

Capitale de la province du Hubei, Wuhan est une mégapole industrielle où se sont établies de nombreuses entreprises étrangères.

Le groupe automobile français PSA Peugeot Citroën y a installé depuis 20 ans ses usines en partenariat avec le groupe Dongfeng. Alstom y fabrique également des chaudières pour centrales thermiques au charbon.

Le problème de la pollution atmosphérique est de plus en plus aigu dans les grandes villes chinoises, où les autorités sont fréquemment accusées d’en sous-estimer la gravité.

Les habitants ont appris à se méfier des mesures officielles, qui sont parfois en contradiction avec d’autres relevés non gouvernementaux.

La Chine voit son environnement menacé par ses très nombreuses industries polluantes, son trafic routier en constante expansion et son laxisme pour protéger les écosystèmes.

http://www.lapresse.ca

2011: Année de la Fureur de Mère Nature


Une rétrospective des catastrophes naturelles de 2011 en photos dans le monde. Cette année a été désastreux et ce n’est qu’une infirme parti de ce qui s’est passé car, les tremblements de terre ne figure pas sur la liste, ni ce que nous avons vécu aussi au Québec
Nuage

2011: Année de la Fureur de Mère Nature


Glissement de terrain, le Brésil, le 21 janvier 2011

Felipe Dana / AP

Cette voiture a été traînée dans une église par la force des coulées de boue qui ont frappé la municipalité de Nova Friburgo.


Blizzard, le Missouri, le 1 février 2011

LG Patterson / AP

Camions qui disparaissent dans la neige sur l’autoroute I-70 près de Boonville.


Tsunami, Miyako, Japon, Mars 11, 2011

Mainichi Shimbun / Reuters

La force d’une vague déclenchée par un séisme de magnitude 8,9 se lave les automobiles d’une autoroute.


Tornade, Tuscaloosa, en Alabama, le 27 avril 2011

Custy Compton / Tuscaloosa Nouvelles / AP

Cet énorme tornade a coûté la vie de dizaines de personnes.


Inondations Le Caire, Illinois, le 4 mai 2011


Xinhua / Landov

Record pluies au sud de l’Illinois et les États voisins.


Tornade, Joplin, Missouri, 24 mai 2011

Charlie Riedel / AP

Une vue aérienne d’un complexe d’appartements frappés par une tempête qui a coûté la vie à plus de 100 personnes.


Inondation, Yazoo County, Mississippi, le 23 mai 2011


Mario Tama / Getty Images

Les cultures sont inondés par l’eau apportée par les pluies excessives et la montée affluents de la rivière Mississipi.


Eruption volcanique, le Chili 5 Juin 2011


Claudio Santana / AFP / Getty Images

Un nuage de fumée s’échappait du volcan augmente au cours Puyehue sa première éruption en un demi siècle.


Inondation, Wuhan, en Chine, Juin 21, 2011

FeatureChina / Newscom

Étudiants du Collège  une promenade dans un parc inondé par les lacs et les rivières gonflées apporté par de fortes pluies.


Tempête de poussière, Phoenix 5 Juillet 2011


Rick D’Elia / Polaris

Un nuage de poussière enveloppe massive d’une banlieue de la ville en Arizona.


Vague de chaleur, New York, Juillet 21, 2011

Mary Altaffer / AP

Les enfants se rafraîchisssent devant une bouche d’incendie ouverte après une journée où la température atteint les 100 ° F (38 ° C).


Inondation, Séoul, Corée du Sud, Juillet 27, 2011

Lim Hun-jing / Yonhap / Reuters

Des voitures sont piégés sur une route inondée par des pluies abondantes.


La sécheresse, au Texas, le 1 août 2011

George Steinmetz pour TIME

Quais du ruisseau asséché qui alimentent le lac Travis, plus de 26 pi (8 m) en dessous de son niveau normal après un manque important de pluie.


Eruption volcanique sous-marine, les îles Canaries, le 17 octobre 2011


Gelmert Finol / EPA

De lave et des émissions de gaz en couleur sur la surface de l’océan au large de la côte de l’île d’El Hierro.


Les inondations, à Bangkok, le 30 octobre 2011


Aaron Favila / AP

Travailleurs thaïlandais et les soldats fixant une brèche sur une digue provisoire construite pour retenir la marée montante.


Vents violents, Pasadena, en Californie, le 1 décembre 2011


Jonathan Alcorn / Le New York Times / Redux

Un arbre abattu par des vents inhabituellement violents Des milliers de Californiens ont eu des pannes de courant  et l’aéroport local a été fermé en raison des vents.

http://www.time.com

Triche : enfin une réponse !


Tous les moyens sont bons pour éviter la tricherie lors des examens, en autant que tout appareils technologique soient aussi proscrit. Mais c’est une chose qu’on ne peut pas faire partout, surtout pas en hiver et encore dans nos villes ou les étudiants risquent d’être distrait, par l’extérieur de la cour
Nuage

Triche : enfin une réponse !
 

 

Aux grands maux les grands remèdes.

Pour lutter contre la triche, les professeurs du lycée Si Huang, dans la ville de Wuhan, en Chine, ont organisé les examens trimestriels dans la cour de récré, rapporte le site What’s on Xiamen.

Avec des pupitres espacés de plusieurs mètres et des surveillants placés en hauteur pour repérer tout mouvement suspect, difficile de lorgner sur le voisin ou de lui souffler la bonne réponse.

http://www.courrierinternational.com