Manger de la weed vous rendra plus parano que de la fumer


Bien que le cannabis est légal au Canada, il y a quelques jours, le Québec a interdit la vente de friandises à base de cannabis pour la protection des enfants. Certains s’en offusque, mais je trouve que cela est une bonne chose. De plus, il semble que fumer ou ingérer le cannabis n’a pas le même effet sur le corps. D’abord qu’il ne prend pas le même chemin qu’il soit fumer ou manger. De plus les effets sont plus longs à se manifester, mais plus fort s’il est ingéré. Raison de plus que, à mon avis de ne pas vendre des friandises fait avec de la marijuana. Imaginer les conséquences pour un enfant, ou même un animal.
Nuage


Manger de la weed vous rendra plus parano que de la fumer

Avec un space cake, les effets du cannabis mettent plus de temps à survenir, mais ils sont plus puissants. | RyanMcGuire via Pixabay

Avec un space cake, les effets du cannabis mettent plus de temps à survenir, mais ils sont plus puissants. | RyanMcGuire via Pixabay


Repéré par Robin Lemoine

Quand il est ingéré, le cannabis n’emprunte pas le même chemin dans notre corps.

Les space cakes, ces gâteaux fourrés à la weed et vendus dans certains territoires ayant légalisé le cannabis, comme Amsterdam ou la Californie, pourraient bien vous faire perdre la tête –et bien plus qu’un simple joint.

Si leurs effets semblent être plus importants sur notre cerveau, c’est parce que le THC, la principale molécule active du cannabis, n’est pas assimilé de la même façon par notre corps quand il est avalé.

«Quand on consomme en combustion, on absorbe du delta-9-THC qui passe dans notre bouche, puis dans nos poumons et agit directement sur notre cerveau. L’effet est très rapide et varie en fonction des doses fumées», indique Aurélien Bernard, spécialiste du cannabis et fondateur du site Newsweed.

«En revanche, quand on en mange, le THC contenu dans le space cake va être assimilé par les intestins et le foie, poursuit-il. Ce dernier va dégrader la molécule de delta-9 THC en un composé appelé 11-OH THC, qui va se déplacer dans le sang et atteindre le cerveau. Le processus est beaucoup plus long. La molécule met plus de temps à agir et les effets sont généralement plus forts.»

Espace de sécurité

Confirmée par une étude de 2016, cette analyse est également partagée par Nick Jikomes, chercheur pour le site web sur le cannabis Leafly, et Mike Tagen, un consultant scientifique chez Verdient Science, tous deux interrogés par The Atlantic. Selon eux, pas de doute: le responsable serait bien le 11-OH THC.

Si les spécialistes se mettent d’accord sur l’effet plus puissant d’un space cake par rapport à un joint, Aurélien Bernard ajoute que «la weed nous affecte également différemment en fonction de notre morphologie, de notre état de fatigue et psychologique, mais aussi en fonction de la quantité de THC présent dans ce que l’on consomme».

À ce titre, l’étude de 2016 insiste sur fait qu’une plus grande quantité de THC pénètre dans l’organisme lorsque l’on ingère de la marijuana.

Si vous souhaitez malgré tout tester, vous pouvez mettre en place un espace de sécurité pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

«La priorité est de connaître le dosage de THC dans ce que vous consommez et d’y aller doucement. Ne dépassez pas 10 milligrammes pour un space cake et n’en reprenez pas. L’effet arrive trente minutes, une heure après. Comme pour toutes drogues, essayez d’être entouré par des personnes de confiance», conseille Aurélien Bernard.

http://www.slate.fr/