Agressions sexuelles: le pouvoir des mots


Un autre sujet tabou qui fait beaucoup de ravages chez les victimes ..l’agression sexuelle.  Une étudiante en photographie donne une occasion aux victimes avec des photos et des mots d’extérioriser les paroles de leur bourreau. Est-ce une bonne méthodes … ? Je crois que oui, c’est un peu comme des groupes de rencontre .. mais si elle suit son projet, elle pourra ainsi évoluer avec l’aide de professionnelle pour aider ces femmes et quelques hommes a dépasser leur peur, leur rage intérieure
Nuage

 

Agressions sexuelles: le pouvoir des mots

 

Agressions sexuelles: le pouvoir des mots

«Arrête de lutter. Tu ne te fais que du mal.»

Photo: Grace Brown, tirée de Projectunbreakabletumbr.com

Sophie Allard
La Presse

Étudiante de 19 ans, Grace Brown photographie des personnes ayant été victimes d’agressions sexuelles qui présentent sur un carton les mots prononcés par leur agresseur. Lancé en octobre dernier, son blogue Project Unbreakable a fait beaucoup parler de lui. Le Time vient de l’inclure parmi les 30 blogues Tumblr à surveiller. Troublant.

Agressions sexuelles: le pouvoir des mots

 

«Est-ce que c’est bon?»

Photo: Grace Brown, tirée de Projectunbreakabletumbr.com

Jusqu’à aujourd’hui, Grace Brown a photographié une centaine de victimes d’agressions sexuelles. Surtout des femmes. Elle reçoit également des clichés qu’elle diffuse sur le web.

«Je reçois jusqu’à 100 courriels par jour de femmes qui souhaitent partager leur histoire, à visage découvert ou non», indique Grace Brown, jointe par téléphone à New York.

Le résultat donne des images choquantes, mais toujours empreintes d’une grande tristesse.

«Ferme tes yeux. Ça risque de faire mal un peu», a écrit sur son carton une participante âgée de 13 ans. D’autres ont écrit: «Je t’aime.» «J’ai tellement envie de te faire mal.» «On se revoit demain.» «Ferme-la salope.» «Un chèque contre ton silence?» «On reste amis, hein?» «Si tu parles, je me tue.»

«Je pense sincèrement que mon projet peut aider. Plusieurs survivantes n’avaient jamais partagé leur histoire auparavant. C’est un soulagement pour elles de s’ouvrir», dit Grace Brown,

qui a reçu des témoignages des États-Unis, du Canada, d’Australie et même d’Abou Dhabi. Certaines femmes s’effondrent en pleurs devant l’étudiante.

Au départ, Project Unbreakable devait être une expérience artistique. Grace Brown a photographié une amie et exposé la photo sur son blogue. Celle-ci a été reprise sur le blogue de l’auteure féministe Jessica Valenti et ça a fait boule de neige. La jeune femme se sent maintenant investie d’une mission sociale.

«Avec ce projet, je veux sensibiliser les gens à la réalité de l’agressions sexuelle. On connaît les statistiques, mais au-delà des chiffres, il y a des visages et des mots. Ces photos, ça nous touche en plein coeur», dit-elle.

Agressions sexuelles: le pouvoir des mots

«C’est un test. Si tu le dis à maman, on saura tous les deux qu’on ne peut pas te faire confiance.»

Photo: Grace Brown, tirée de Projectunbreakabletumbr.com

Tabou tenace

Selon Statistique Canada, 34% des Québécoises ont été victimes d’au moins une agression sexuelle depuis l’âge de 16 ans.

«À peine 10% des victimes portent plainte. C’est encore très tabou, indique la sexologue Geneviève Parent, chargée de cours au département de sexologie de l’UQAM. On suggère souvent aux victimes d’agression sexuelle d’en parler, mais cela n’est pas bénéfique pour toutes. Certaines victimes sont prêtes à s’exprimer, d’autres non. Pour parler publiquement, on doit être avancé dans son cheminement. Sinon, il peut y avoir des répercussions négatives.»

Grace Brown reconnaît être dépassée par l’ampleur de son projet. En parallèle à ses études, la jeune femme consacre de 6 à 8 heures par jour au projet, surtout pour éplucher ses courriels, et trop peu à la photo.

«C’est beaucoup de travail. Ma famille commence à s’inquiéter», dit-elle en riant.

Mais elle veut en faire encore plus.

 «J’essaie maintenant de créer une organisation, avec une campagne de financement, pour m’adjoindre au moins une professionnelle qui pourrait répondre aux questions. On me demande souvent: «Pourquoi moi? Qu’est-ce que j’ai fait?» Je ne sais pas comment répondre, je les adresse à des professionnels, je n’ai pas les compétences.»

Grace Brown souhaite se concentrer sur ce qu’elle connaît: la photographie. Elle organise d’ailleurs des séances photo à Washington, à New York, dans le New Jersey et dans le Massachussetts, où elle a grandi. Elle présentera ce printemps quelques expositions sans prétention. Et à partir de cet été, elle compte voyager pour photographier des participantes jusqu’en Europe.

Agressions sexuelles: le pouvoir des mots

 

«Mets-toi sur tes putains de genoux.»

Photo: Grace Brown, tirée de Projectunbreakabletumbr.com

Pour sa part, Geneviève Parent reste un peu perplexe devant ce projet.

«Les intentions derrière ce site sont probablement bonnes, mais j’ai de la difficulté avec le fait qu’on axe sur les propos des agresseurs. Les victimes sont amenées à revivre les abus. Ne sont-elles pas ainsi «victimisées»?»

Pour Grace Brown, c’est plutôt une façon pour les survivantes «de reprendre le pouvoir des mots qui ont un jour été utilisés contre elles». Une façon de montrer qu’elles sont indestructibles.

projectunbreakable.tumblr.com

http://www.cyberpresse.ca/

Lois anti-piratage : Sous la pression, Washington fait machine arrière


On peut comprendre qu’une loi d’antipiratage pour les droits d’auteur, peut prendre forme, mais les USA ont semble t’il été trop loin … Les internautes, les sites tel que Google, Facebook et autre ainsi qu’Anonymous, se sont unis pour contester ce projet qui était trop drastique. Est-ce que la partie est gagnée .. l’avenir le dira
Nuage

Lois anti-piratage : Sous la pression, Washington fait machine arrière

Lois antipiratage - Sous la pression, Washington fait machine arrière

© AFP / Mario Tama

Agence France-Presse
Emmanuel PARISSE

WASHINGTON – Face à la levée de boucliers sans précédent contre des lois antipiratage controversées à l’examen au Congrès des États-Unis, le pouvoir politique à Washington a prudemment fait machine arrière cette semaine.

L’influence des géants d’internet Google et Wikipédia et de plusieurs dizaines d’autres sites est parvenue à entraver des projets de loi américains controversés destinés à combattre la piraterie en ligne.

«À la lumière des événements récents, j’ai décidé de reporter le vote de mardi» sur le PIPA («Protect Intellectual Property Act»), a annoncé vendredi le chef de la majorité démocrate du Sénat Harry Reid dans un communiqué.

M. Reid espère un «compromis» dans les semaines qui viennent.

Il a ajouté que «la contrefaçon et la piraterie coûtent à l’économie américaine des milliards de dollars et des milliers d’emplois chaque année» et qu’il revient au Congrès de légiférer sur la question.

Dans la foulée, le président de la commission Judiciaire de la Chambre des représentants Lamar Smith – auteur du SOPA («Stop Online Piracy Act»), le pendant du PIPA à la Chambre basse – a annoncé que sa commission allait «reporter tout examen du projet de loi jusqu’à ce qu’un consensus plus large sur une solution se dégage».

Ces rétropédalages interviennent après une vague de protestation en ligne inédite mercredi, qui a vu notamment la version anglaise de Wikipédia afficher un écran noir et Google.com masquer son logo.

Plusieurs sénateurs des deux partis, qui avaient accepté au départ d’associer leur nom à PIPA, ont demandé à ce qu’il soit retiré cette semaine. C’est le cas du républicain Orrin Hatch, qui dit avoir «écouté les inquiétudes» soulevées au sujet des projets de loi.

La Maison Blanche avait pris ses distances par rapport à ces textes dès le week-end dernier. Mercredi, le porte-parole de la présidence, Jay Carney, a défendu une lutte contre le piratage en ligne qui «ne vienne pas empiéter sur l’accès ouvert et gratuit à internet».

Jeudi soir, les quatre candidats à l’investiture républicaine pour la présidentielle de novembre 2012 – Mitt Romney, Newt Gingrich, Rick Santorum et Ron Paul – se sont aussi démarqués des deux projets de loi lors d’un débat télévisé.

Mais jeudi, la justice américaine a ordonné la fermeture du site Megaupload.com, plateforme emblématique et controversée du téléchargement direct sur l’internet.

Cette initiative a été applaudie par le sénateur Patrick Leahy, chef de la commission Judiciaire du Sénat, qui évoque la nécessité de rédiger «une loi significative» pour faire cesser la piraterie.

En représailles, les pirates informatiques d’Anonymous ont affirmé avoir bloqué jeudi des sites internet américains, dont celui du FBI.

De son côté, la commissaire européenne aux Nouvelles technologies Neelie Kroes a qualifié vendredi de «mauvais» les projets de loi antipiratage aux États-Unis, ouvrant un débat féroce au sein de l’exécutif européen avec le Français Michel Barnier, partisan de la répression.

Vendredi, Google a annoncé avoir collecté plus de sept millions de signatures pour sa pétition qui demande au Congrès de voter «non» aux projets de loi antipiratage.

Google, Wikipédia, Facebook, Twitter, Yahoo!, ou encore eBay, jugent que les textes donneraient suffisamment de pouvoir aux autorités américaines pour faire fermer à leur guise des sites accusés de piratage.

Face aux géants de la Silicon Valley, PIPA et SOPA ont en revanche reçu le soutien de Hollywood, de l’industrie musicale et de la Chambre de commerce américaine.

L’ex-sénateur démocrate Chris Dodd, désormais président de la Motion Picture Association of America qui défend les intérêts d’Hollywood, en a fait les frais, son site ayant été visé par un acte de représaille, selon Anonymous.

http://fr.canoe.ca

Un premier «coeur artificiel» pour enfants approuvé


Une belle avancée en cardiologie chez les enfant en attente d’un nouveau coeur. Un coeur artificiel qui pourrait augmenter les chances de survie jusqu’a temps qu’un donneur se dévoile
Nuage

 

Un premier «coeur artificiel» pour enfants approuvé

 

Santé - Un premier «coeur artificiel» pour enfants approuvé

Les enfants souffrent moins que les adultes de problèmes cardiaques, mais il est plus difficile de trouver un coeur à leur taille en vue d’une transplantation.

© Shutterstock / Boris Ryaposov

Agence France-Presse

WASHINGTON – L’Agence américaine des médicaments (FDA) vient d’approuver le premier dispositif d’assistance cardiaque mécanique destiné aux enfants en attente d’une transplantation cardiaque.

Ce coeur artificiel, baptisé EXCOR Pediatric System et fabriqué par la société allemande Berlin Heart, est disponible en plusieurs tailles afin de s’adapter aux adolescents, aux enfants et même aux bébés.

«Il s’agit du premier système d’assistance circulatoire mécanique pulsatile spécifiquement destiné aux enfants que la FDA approuve», a déclaré le Dr Susan Cummins du Center for devices and radiological health de la FDA.

«Les dispositifs précédents d’assistance cardiaque pour adultes étaient trop grands pour pouvoir être utilisés sur des enfants très gravement malades afin de les maintenir en vie pendant qu’ils attendent de recevoir un nouveau coeur», a-t-elle ajouté dans un communiqué diffusé en fin de semaine.

Le dispositif a été testé sur un groupe de 48 petits patients américains. Il a été déterminé qu’il améliorait les chances de survie des enfants en attente d’une transplantation cardiaque comparé à l’utilisation d’un dispositif traditionnel de circulation extra-corporelle.

Selon la FDA, entre 12 et 17% des enfants et 23% des bébés meurent en attendant une transplantation cardiaque.

Les enfants souffrent moins que les adultes de problèmes cardiaques, mais il est plus difficile de trouver un coeur à leur taille en vue d’une transplantation. Ainsi, ils attendent en moyenne 119 jours avant de recevoir le coeur d’un donneur.

http://fr.canoe.ca/