Le débris retrouvé à la Réunion provient bien du vol MH370


Les scientifiques ont parlé à propos du débris d’avion trouvé à l’Île de la Réunion, il semble que c’est bien un morceau de l’avion disparu mystérieusement. D’après cette découverte, on peut enlever l’hypothèse d’une bombe volante , mais ne savent pas pour autant la cause.. Maintenant, grâce à ce débris, pourront-ils reprendre leur recherche en délimitant une zone plus propice à d’autres indices ?
Nuage

 

Le débris retrouvé à la Réunion provient bien du vol MH370

 

Le morceau d'aile retrouvé à la Réunion

Le morceau d’aile retrouvé à la Réunion Photo :  Reuters

Le morceau d’aile retrouvé fin juillet sur une plage de la Réunion provient du vol MH370 de la Malaysia Airlines disparu l’année dernière avec 239 personnes à bord, a annoncé mercredi le premier ministre malaisien Najib Razak.

« C’est avec un coeur très lourd que je dois vous dire qu’une équipe internationale d’experts a conclu que le débris trouvé sur l’île de la Réunion provient effectivement du vol MH370 », a déclaré le premier ministre en point de presse à Kuala Lumpur.

Pour sa part, le procureur adjoint de Paris, Serge Mackowiak, est demeuré plus prudent sur l’origine de la pièce.

« Il existe de très fortes présomptions que le flaperon retrouvé sur une plage de l’île de la Réunion appartienne au Boeing 777 du vol MH370 », a-t-il précisé en point de presse à Paris.

Les enquêteurs français, malaisiens et australiens disent qu’ils disposent de « preuves physiques » qui démontrent que l’avion malaisien aurait sombré dans le sud de l’océan Indien en mars 2014. Le débris se serait ensuite échoué sur les côtes de la Réunion à des milliers de kilomètres de l’endroit où il se serait écrasé, au large des côtes de l’Australie.

Des analyses complémentaires du morceau d’aile se poursuivront jeudi. Des pièces de métal et des valises doivent aussi être inspectées pour obtenir plus d’indices sur les causes de l’écrasement de l’avion.

Les familles des victimes pas satisfaites

Pour les familles des victimes, cette annonce n’est qu’un début. Ils ne sont toujours pas satisfaits du travail du gouvernement malaisien.

« Maintenant, je veux savoir où est la carlingue de l’avion pour que nous puissions en extraire les passagers et obtenir la boîte noire de manière à savoir ce qui s’est passé. Seul cela, pour nous, mettra un point final » à cette affaire, a déclaré Jacquita Gonzales dont le mari était l’un des membres de l’équipage.

Le premier ministre Najib Razak a réitéré que la Malaisie faisait « tout en son pouvoir » pour éclaircir les circonstances entourant la disparition mystérieuse de l’avion. 

Les autorités malaisiennes continuent de croire qu’un geste délibéré serait à l’origine de l’écrasement.

Jean Lapointe, pilote et expert en aviation, a expliqué à Radio-Canada qu’une analyse plus poussée du débris aidera les chercheurs à mieux définir une zone où relancer les recherches dans l’espoir de retracer les deux enregistreuses de vol.

De plus, il ajoute que l’analyse du flaperon élimine certaines hypothèses entourant l’écrasement, « dont celui que l’avion aurait pu s’être posé ou utilisé comme bombe volante ».

« On sait que l’avion s’est écrasé. Les spécialistes pourront voir comment ce flaperon s’est fragmenté et ils pourront dire si l’avion s’est écrasé en vol plané ou en vol piqué », a-t-il ajouté.

http://ici.radio-canada.ca/

Les débris d’avion retrouvés à la Réunion seront analysés à Toulouse


Le morceau d’avion ainsi des tissus qui semblerait appartenir à un sac de voyage ont été retrouvé a Île de la Réunion. Ces trouvailles vont peut-être relancer les recherches pour retrouver d’autres débris du Boeing 777 de la Malaysia Airlines. Rien n’est encore confirmé si ce morceau viens bien et bien de l’avion mystérieusement disparu, donc une histoire à suivre
Nuage

 

Les débris d’avion retrouvés à la Réunion seront analysés à Toulouse

 

Le morceau d’aile d’avion retrouvé mercredi sur les rivages de l’île de la Réunion appartient « très probablement » à un Boeing 777 et sera envoyé à Toulouse pour vérifier s’il provient de l’appareil de la Malaysia Airlines disparu en mars 2014, a déclaré jeudi le premier ministre malaisien Najib Razak.

« Le lieu est cohérent avec l’analyse de la dérive fournie à l’équipe d’enquête malaisienne, qui a montré une trajectoire allant du sud de l’océan Indien à l’Afrique », a-t-il dit.

Il a émis l’espoir que la lumière pourrait être faite sur l’un des épisodes les plus mystérieux de l’aviation civile, l’appareil ayant disparu alors qu’il effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin avec 239 personnes à bord.

La chaîne de télévision française France 2 a montré des images du débris retrouvé à Saint-André, dans l’est de La Réunion. On y lit distinctement l’inscription « 657 BB », qui correspond dans un manuel d’entretien du Boeing 777 à une pièce de l’aile appelée « flaperon », une sorte de volet, ce qui semble prouver qu’il appartient à ce type d’avion.

« Il est pratiquement certain que ce flaperon provient d’un Boeing 777. Notre chef d’enquête me l’a dit. » le vice-ministre malaisien des Transports, Abdul Aziz.

Ce débris sera transféré près de Toulouse, dans une antenne de la Direction générale de l’armement (DGA) spécialisée dans les techniques aéronautiques, a-t-on appris jeudi de source proche de l’enquête.

Le laboratoire de Balma est notamment spécialisé dans les « investigations après accidents ou incidents sur matériaux, cellules et systèmes ».

Des lambeaux de sac

Des lambeaux de tissu avec des fermetures éclair pouvant appartenir à un sac de voyage et trouvés au même endroit seront également expédiés vers la métropole française, potentiellement au service scientifique de la gendarmerie à Cergy-Pontoise, près de Paris, où sont notamment effectuées les recherches ADN.

« Tout sera mis en oeuvre pour faire partir le débris d’aile et le sac le plus vite possible, si possible vendredi, avec une arrivée probable samedi », a-t-on dit à Reuters de même source.

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) a refusé de son côté jeudi de confirmer que la pièce provenait d’un Boeing 777.

« Il n’y a aucune confirmation officielle à ce stade », a dit un de ses responsables à Reuters, selon qui cette information sera donnée par les autorités malaisiennes ou Boeing.

« Le BEA a un rôle de coordination mais pas de direction de l’enquête », a-t-il ajouté en précisant qu’il n’y avait pas d’équipe du BEA à la Réunion.

Dans un communiqué, le préfet de La Réunion et le ministère français de la Justice ont souligné mercredi qu’aucune hypothèse ne pouvait être exclue dans cette enquête confiée au pôle d’instruction du tribunal de grande instance de Paris.

« À ce stade, la provenance du débris n’est pas identifiée. Aucune hypothèse ne peut être exclue », dit ce document.

Abdul Aziz a précisé qu’une équipe malaisienne était en route pour la Réunion et qu’il faudrait deux jours environ pour vérifier que la pièce provient ou non du vol MH370.

Quatre accidents graves impliquant un 777 ont été recensés en 20 ans et a priori un seul, celui du MH370, s’est produit au sud de l’équateur.

« Nous n’avons perdu aucun autre 777 dans cette partie du monde », note Greg Feith, ancien enquêteur du NTSB, l’équivalent américain du BEA.

Disparition mystérieuse

Cette découverte reste pour l’heure la seule susceptible de relancer l’enquête sur la disparition du Boeing de la Malaysian Airlines, une des plus mystérieuses de l’histoire de l’aviation.

Depuis janvier, par décision de l’aviation civile malaisienne, la disparition du vol MH370 le 8 mars 2014 est considérée comme un accident.

L’avion avait décollé de Kuala Lumpur pour Pékin mais a disparu des écrans radars après avoir inexplicablement dévié de plusieurs milliers de milles nautiques de sa trajectoire de vol. Les enquêteurs pensent que le transpondeur de l’appareil a été délibérément mis hors service.

Aucune trace de l’appareil, et notamment ses enregistreurs de vol, n’a été retrouvée malgré des mois de recherches. Les opérations se sont concentrées sur une vaste zone océanique au large de Perth, sur la côte occidentale de l’Australie.

Selon Robin Robertson, océanographe à l’université de Nouvelle-Galles du Sud, à Sydney, la date et l’endroit de la découverte du débris rendent tout à fait plausible la thèse de sa provenance du Boeing de la Malaysia Airlines. Il s’appuie sur les mouvements connus des courants de l’océan Indien.

Le morceau d’aile retrouvé mesure 2 à 2,5 mètres de long. Il semble dans un état relativement correct et ne laisse apparaître aucune trace d’incendie ni d’impact.

« Si le débris est identifié comme provenant du MH370, cela serait cohérent avec les analyses précédentes et avec les modèles bâtis sur l’endroit où il se serait abîmé, dans le sud de l’océan Indien.  » — le vice-premier ministre australien, Warren Tuss, dans un communiqué

Selon un ancien responsable de l’agence américaine de la sécurité dans les transports (NTSB), il convient d’élargir considérablement la zone de recherche de l’épave du MH370, qui se trouve actuellement à environ 3 700 km de la Réunion.

« Il pourrait se trouver dans une zone très vaste », a-t-il dit, expliquant que le débris retrouvé à la Réunion pourrait avoir dérivé sur une très longue distance. « La zone de recherche pourrait devoir être élargie plus à l’ouest ».

http://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► Le top des avions disparus


Généralement quand un avion s’écrase ou autre, il y a toujours des indices pour le retrouver, mais dans l’histoire de l’aviation, il y a eu des disparitions inusitées qui ni l’appareil, ni les passagers ont été retrouvés
Nuage

 

Le top des avions disparus

Avion Malaysia Airline

Deux semaines après sa disparition, le mystère qui entoure le vol 370 de la Malaysia Airlines et ses 239 passagers reste entier. Bien qu’il ne soit pas courant que des avions se volatilisent ainsi en plein vol, le cas du vol 370 n’est pas unique. Voici notre top des avions disparus.

Le vol 739 de la Flying Tiger Line

avion Lockheed - similaireFlying Tiger

Un Lockheed semblable à l’appareil disparu

La disparition a eu lieu le 16 mars 1962. L’avion, affrété par l’armée américaine à la base militaire de Tavis en Californie, avait pour destination finale Saigon, au Vietnam. À son bord : 107 personnes, dont 93 soldats américains. C’est après être reparti de Guam, où il s’était posé pour un ravitaillement, que le vol 739 a disparu sans laisser de trace. Une opération de recherche parmi les plus importantes jamais déployée (1 300 personnes y ont pris part) n’a pas porté fruit. À ce jour, aucune pièce de l’appareil n’a été retrouvée.

La disparition d’Amelia Earhart

Amelia Earhart

En 1937, la pionnière de l’aviation Amelia Earhart est disparue à bord de son Lockheed 10 Electra quelque part au-dessus du Pacifique alors qu’elle tentait de faire le tour du globe. Elle s’était rendu célèbre en 1932 en devenant la première femme à avoir traversé l’Atlantique en avion en solo. Son avion est disparu alors qu’elle tentait de se rendre à Howland Island pour un ravitaillement. Malgré tous les efforts de recherche déployés, on n’a jamais retrouvé de trace de Earhart, de son copilote ou de son appareil. Elle a été officiellement déclarée morte en 1939. Les adeptes des théories de conspiration font d’elle une espionne pour le président Roosvelt et croient qu’elle aurait été capturée par les Japonais.

Le Boeing 727-223

Boeing American Airlines

Le Boeing 727-223 à l’aéroport de Chicago, 14 ans avant l’incident

L’ancien appareil d’American Airlines était cloué au sol en Angola depuis 14 mois quand il a été volé le 25 mai 2003. Malgré des recherches effectuées par la CIA et le FBI, l’emplacement de l’appareil demeure un mystère. Tout ce qu’on sait c’est que l’ingénieur et pilote Ben Charles Padilla était à bord de l’appareil au moment du vol, probablement dans la cabine de pilotage. Les autorités estiment qu’il était seul.

Le Boeing 707-323C de la Varig

Boeing Varig Airlines

Un Boeing 707-379C semblable à l’appareil disparu

Le 30 janvier 1979, l’avion-cargo de la compagnie aérienne brésilienne Varig quitte Tokyo en direction de Rio. Trente minutes après le décollage, on perd toute trace de l’appareil. L’avion transportait six personnes et 153 toiles évaluées à plus de 1,5 million de dollars. L’avion, les passagers et les toiles n’ont jamais été retrouvés.

Les disparitions attribuées au Triangle des Bermudes

Avion similaire au star Tiger

Un avion semblable au Star Tiger

Entre 1948 et 1949, deux vols commerciaux de la British South American Airways ont mystérieusement disparu dans la région dite du Triangle des Bermudes. Des enquêtes menées plus tard ont avancé l’hypothèse que la disparition du Tiger en 1948 serait attribuable à une panne de carburant alors que celle de l’Ariel en 1949 serait due à une erreur technique. Aucun des appareils n’a été retrouvé.

Il n’en fallait pas plus pour alimenter les rumeurs entourant la zone «maudite». Rumeurs qui avaient commencé à circuler en 1945 quand les cinq appareils du vol d’entraînement 19 de la Marine américaine ont disparu dans l’Atlantique. L’hydravion chargé d’aller à leur secours s’est aussi abîmé en mer. Dans le film Rencontre du troisième type de Steven Spielberg, ce sont ces cinq appareils qui sont retrouvés dans le désert du Mexique.

http://www.canald.com/

La sortie d’un film qui présente des similarités avec le vol MH370 est reportée


Il y a des événements qui se contre toutes attentes se croisent dans la fiction et la réalité. La similitude du drame de la disparition du MH370 et d’un film d’un crash d’avion en mer près de l’Australie est troublante
Nuage

 

La sortie d’un film qui présente des similarités avec le vol MH370 est reportée

 

Les yeux se tournent vers de nouveaux débris du possibles du MH370.

Les recherches pour retrouver le Vol MH370 se poursuivent Photo :  Rob Griffith

La réalité et la fiction peuvent se rejoindre à l’occasion. Le film Deep water, dans lequel un avion s’abîme en mer au large de l’Australie, a été mis sur la glace.

Selon les documents promotionnels de Deep water, qui est à l’étape de la préproduction, le film suit les survivants d’un écrasement d’avion en mer qui luttent pour leur vie pendant que l’appareil coule au fond des eaux infestées de requins.

Le thriller est chapeauté par la maison de production Arclight Films, qui a notamment des bureaux à Toronto.

Le réalisateur Alister Grierson, à qui l’on doit un autre thriller des fonds marins, Sanctum (produit par James Cameron), a été chargé de mener la production de Deep water.

« Par respect pour la situation du vol de Malaysia Airlines, nous avons décidé de mettre la production en pause pour le moment », a indiqué au Hollywood Reporter Gary Hamilton, directeur d’Arclight Films.

Puis, la semaine dernière, la campagne de promotion d’un autre thriller d’action qui raconte le vol périlleux d’un avion commercial a été écourtée. La grande première du film chinois Last flight, prévue à Pékin, a notamment été annulée.

L’avion de Malaysia Airlines a décollé de l’aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie, le 8 mars dernier, à destination de Pékin. Le Boeing 777 a mystérieusement disparu des écrans radars une heure après le décollage.

L’appareil n’a jamais été revu depuis, et aucun des débris retrouvés dans l’océan n’a confirmé hors de tout doute l’écrasement en mer de l’appareil.

http://ici.radio-canada.ca/