Danger 8 façons de mourir à cause des pirates informatiques


Ce n’est pas pour devenir paranoïa, mais on voit souvent dans les films comment des catastrophes peuvent arriver avec des gens qui ont une connaissance en informatique peuvent faire … L’informatique comme dans toutes choses, il y a des bons côtés, mais dans de mauvaises mains, cela peut devenir vraiment dangereux voir même mortel
Nuage

 

Danger

8 façons de mourir à cause des pirates informatiques

 

Danger - 8 façons de mourir à cause des pirates informatiques

Photo umbertoleporini / Fotolia

Agence QMI
Aude Boivin Filion

Le rôle de la technologie est de nous faciliter la vie en rendant plus rapide et moins laborieuse, l’exécution de certaines tâches. Or, il peut arriver qu’elle ne raccourcisse pas notre journée, mais notre vie.

Armés de connaissances, d’ordinateurs et d’un bon sens de l’opportunisme (souvent guidé par des gouvernements ou des organisations illégales), les pirates informatiques peuvent infiltrer à peu près n’importe quel système informatique.

Leur seule limite est leur patience, leur équipement et les moyens économiques pour mener à bien leur piratage. Bien qu’il existe toute sorte de protections pour les ordinateurs, il n’en existe pas pour tous les gadgets connectés à internet.

Même s’ils ont l’air inoffensifs ou qu’ils sont destinés à sauver des vies, ils peuvent aussi tuer!

Des appareils médicaux hors de contrôle

8 façons de mourir à cause des pirates - Des appareils médicaux hors de contrôle

Photo Dario Sabljak / Fotolia

Des pirates capables de prendre le contrôle à distance d’appareils médicaux installés dans le corps de patients? Ce scénario ne relève pas de la science fiction: la menace est bien réelle même si elle est sophistiquée et exige de grandes connaissances.

Lors d’une conférence sur la sécurité en Australie, relate SC Magazine, le directeur de la sécurité des appareils embarqués chez IO Active, Jack Barnaby, a démontré qu’il était possible d’une part d’affecter le fonctionnement d’un stimulateur cardiaque grâce à un virus informatique et d’autre part, de le faire se propager d’une personne à une autre.

Il suffit qu’elles soient dotées d’un cardiostimulateur et situées à moins de 30 pieds l’une de l’autre.

Équipé d’un portable, le chercheur a commandé à un cardiostimulateur d’émettre une série de décharges électriques mortelles de 830 volts, en utilisant une «fonction secrète» de l’appareil médical. Elle permet d’activer les cardiostimulateurs et les défibrillateurs dans un rayon de 30 pieds (9 mètres).

D’autres types d’appareils, installés ou non dans le corps, peuvent aussi tuer si piratés. C’est le cas des pompes à insuline, qui pourraient en injecter une quantité trop importante en une seule injection au patient, a prévenu un expert de la Galgate computer security.

Prendre le contrôle à distance d’un avion

8 façons de mourir à cause des pirates - Prendre le contrôle à distance d'un avion

Photo Scott Prokop / Fotolia

Si des pirates informatiques malintentionnés décident de prendre le contrôle de votre avion pour le faire s’écraser, il n’y a que peu de chance que vous puissiez y faire quoi que ce soit.

De nos jours, les avions sont conçus pour pouvoir voler seuls, presque sans assistance humaine, grâce à leur système automatisé. Armé de connaissances et sans même devoir être dans l’avion, un pirate n’aurait qu’à s’introduire dans le système informatique pour détourner l’appareil en vol.

Évidemment, les pirates pourraient s’attaquer à des vols commerciaux remplis de passagers, mais ce type d’appareil serait beaucoup moins vulnérable que les jets privés selon les experts.

Les têtes dirigeantes de grandes entreprises, des ministres ou des personnalités importantes voyagent souvent dans ce type d’avion privé, et pourraient devenir des cibles potentielles.

Par ailleurs, les pirates ont une autre option pour faire s’écraser des avions: pirater le système de contrôle du trafic aérien. Des experts ont dévoilé lors de conférences sur la sécurité que ces systèmes pourraient recevoir de faux signaux d’avions et causer bien des catastrophes dans le ciel.

Pirater une centrale nucléaire

8 façons de mourir à cause des pirates - Pirater une centrale nucléaire

Le virus Stuxnet a infecté 30 000 ordinateurs en Iran, dont ceux de la centrale nucléaire Bushehr.

Photo AFP / Atta Kenare

Certains pays comme les États-Unis, la Russie et la Chine recrutent les pirates les plus expérimentés, afin de les faire travailler à leur compte. Ils sont à l’origine des virus les plus sophistiqués jamais vus.

Par exemple, les États-Unis et Israël sont à l’origine du fulgurant virus informatique Stuxnet, qui avait pris pour cible le programme nucléaire iranien dès 2007.

Découvert seulement trois ans après ses débuts, l’opération virale «Jeux olympiques» a tellement perturbé le fonctionnement des centrifugeuses de la centrale de Natanz, qu’elle en a détruit quelques-unes.

Initiée sous Georges Bush, l’opération a été poursuivie sous Obama, même si des traces du virus avaient été découvertes dans des ordinateurs du monde entier (dont les États-Unis).

Les États-Unis estiment que Stuxnet, un logiciel destiné à espionner l’infrastructure informatique de la centrale nucléaire, a retardé le programme nucléaire iranien de 18 mois à 2 ans. Il avait été introduit involontairement dans le système par l’un des employés de la centrale.

Les deux pays impliqués ont démontré de belle façon que le piratage d’une centrale nucléaire était possible. Qu’est-ce qui empêcherait un gouvernement malintentionné d’élaborer un virus tout aussi virulent pour faire exploser une centrale nucléaire?

Même s’il ne vise que l’espionnage industriel, le virus pourrait accidentellement effacer un fichier ou le modifier d’une telle façon que les réactions s’enchaînent et la centrale explose.

Tuer grâce au réseau

8 façons de mourir à cause des pirates - Tuer grâce au réseau

Photo julylotte92 / Fotolia

Internet Identity, une entreprise d’analyse en sécurité, a fait des prévisions des plus surprenantes pour 2014.

D’après elle, les cybercriminels seront capables d’utiliser des périphériques ou des accessoires connectés au web pour commettre des crimes physiques, voire même des meurtres.

Les périphériques, connectés le plus souvent à internet, peuvent être contrôlés à distance, ce qui permettrait aux pirates de s’immiscer dans n’importe quel environnement en toute discrétion.

«Avec autant de périphériques connectés à internet, les meurtres à distance deviennent relativement simples à réaliser, au point de vue technique. C’est terrifiant», avait précisé le responsable technique d’IID, relayé par le site 01net.

Fantasme ou réalité?

La voiture meurtrière

8 façons de mourir à cause des pirates - La voiture meurtrière

Photo thieury / Fotolia

Depuis quelques années, les voitures sont dotées d’un système informatique. Il n’en fallait pas plus pour attirer les pirates.

En 2010, des chercheurs en sécurité électronique automobile ont démontré qu’il existait plusieurs façons de prendre le contrôle des commandes d’une voiture à distance par l’intermédiaire du sans fil, et la faire accélérer/ralentir, barrer/débarrer les portes, augmenter le volume du son, etc.

Des systèmes comme OnStar, qui peut désactiver le système d’une voiture si elle est déclarée volée, sont aussi accessibles via les réseaux cellulaires.

Les chercheurs ont aussi prouvé qu’un dispositif physique, installé dans un véhicule, peut autoriser l’accès à distance à un tiers malveillant.

Pirater le système électrique d’une ville ou d’une région

8 façons de mourir à cause des pirates - Pirater le système électrique d'une ville ou d'une région

Photo mario beauregard / Fotolia

Imaginez une interruption de courant généralisée à une métropole, en pleine canicule. Les hôpitaux ne fonctionnent plus que sur leurs réserves énergétiques limitées, les usines ne purifient plus l’eau, les magasins ferment, il n’y a plus d’air conditionné… 

Voici deux cas montrant la gravité de cette situation.

Lors de l’été caniculaire de 2003, les autorités estiment que près de 70 000 personnes sont décédées en Europe lors des 20 premiers jours du mois d’août. Durant cette période, il n’y a même pas eu de panne électrique.

D’après une étude portant sur la panne de New York ayant plongé dans le noir 55 millions d’individus pendant trois jours en 2003 à cause d’un bogue informatique, 90 personnes sont mortes de facteurs directement liés à l’interruption de courant.

Si ces deux événements – issus d’une cause naturelle et d’un «accident» – ont pu causer autant de morts, imaginez maintenant une attaque informatique réalisée par des pirates armés de mauvaises intentions et s’attaquant simultanément à plusieurs infrastructures essentielles!

Un piratage qui aurait pu mal tourner est survenu en septembre 2012.

Des pirates ont outrepassé les protections informatiques du spécialiste mondial de la gestion de l’énergie, Telvent Canada (devenu par la suite Schneider Electric), ont injecté un logiciel malveillant dans le système et ont volé quelques fichiers utilisés pour gérer le réseau électrique de différents pays.

Fort heureusement, ils n’ont rien fait de dommageable, mais ils ont prouvé que le système était vulnérable à une cyberattaque.

Le ciel nous tombe sur la tête

8 façons de mourir à cause des pirates - Le ciel nous tombe sur la tête

Photo apfelweile / Fotolia

Les petits modèles de drones ne sont pas que des jouets pour adultes, ils peuvent aussi se transformer en arme létale.

Certains modèles haut de gamme sont faits en métal et en résine très dure, ce qui les rend dangereux s’ils tombent du ciel.

Un pirate en mesure de détourner l’engin pourrait lui donner de nouvelles directions et le faire s’écraser sur la tête d’une victime en lui faisant de graves blessures.

Des étudiants de l’université du Texas ont montré que le piratage de drones est chose plutôt aisée. Ils ont été capables de détourner un drone du gouvernement, à la suite d’un défi lancé par le département de la sécurité intérieure.

La Federal Aviation Administration prévoit réserver un espace aérien aux drones (de taille plus imposante) dès 2015, ce qui montre à quel point ces appareils deviennent des incontournables tant du côté civile que militaire.

Le gouvernement d’Obama en fait usage pour mener à bien des missions de surveillance ou des bombardements un peu partout dans le monde, tandis que le maire de New York, Michael Bloomberg, croit que la surveillance des civils par les drones deviendra inévitable dans les grandes villes.

La mort par appareil mobile

8 façons de mourir à cause des pirates - La mort par appareil mobile

Photo Alex Hinds / Fotolia

Outre les pirates malintentionnés, une mauvaise utilisation de la technologie peut ne pas pardonner. 

Le meilleur exemple est l’utilisation des téléphones intelligents, des baladeurs ou des consoles de jeux portables par les piétons distraits.

Récemment, une jeune femme de 20 ans, trop absorbée par le contenu de son téléphone, est tombée dans l’espace vide entre deux voitures d’un métro de Montréal et est décédée.

Le problème est à ce point important que des projets de loi ont été proposés tant en Australie qu’à New York, afin de restreindre l’utilisation des téléphones dans les rues.

En Australie, l’État de Nouvelle-Galles-du-Sud a constaté une augmentation de 25 % du nombre de décès de piétons survenu dans un accident de circulation.

Selon le Conseil des Piétons d’Australie, ces «armes létales de divertissement», perçues comme un danger pour les piétons, car ces derniers ne feraient plus attention à la circulation en traversant la rue, expliqueraient en partie le phénomène.

http://fr.canoe.ca

Virus Flame Une nouvelle étape dans la cyberguerre


Nous voyons souvent des films ou il est question de d’espionnage informatique, ou de cyberattaque, est-ce vraiment de la fiction ? Et bien non, un nouveau virus coulent dans les veines virtuels Ah ce n’est certes pas les premiers virus mais celui ci selon les experts est très virulents et choisit ses cibles ..
Nuage

 

Virus Flame

Une nouvelle étape dans la cyberguerre

 

Virus Flame - Une nouvelle étape dans la cyberguerre

Photo maxkabakov – Fotolia.com

Agence France-Presse
Glenn Chapman

SAN FRANCISCO – La récente découverte du virus informatique «Flame», opérationnel depuis plusieurs années et dont le potentiel destructeur serait inégalé, confirme les craintes des experts d’assister dans le monde à une nouvelle étape dans la cyberguerre.

«Nous voyons apparaître des programmes informatiques malveillants et des attaques bien plus spécifiques» qu’auparavant, estime David Marcus, directeur de recherche en sécurité chez McAfee Labs, soulignant que la spécificité de ce nouveau virus est que «l’attaquant connaît sa victime et conçoit son logiciel malveillant en fonction de l’environnement dans lequel il va le lancer».

L’éditeur russe de logiciels antivirus Kaspersky Lab a annoncé lundi avoir identifié un virus informatique au potentiel destructeur inégalé, baptisé Flame ou Flamer et utilisé comme une «cyberarme» contre plusieurs pays.

Il a assuré que ce logiciel était «dans la nature depuis plus de deux ans».

Recueillir des informations sur les cibles visées pour ensuite pouvoir concevoir des virus qui s’en prennent à des réseaux spécifiques et aux personnes qui les utilisent est certainement une pratique «à la mode» et constitue un style d’attaque dont la naissance a été annoncée avec la découverte du virus Stuxnet, souligne M. Marcus.

Détecté en juillet 2010, Stuxnet a pris pour cible les systèmes de contrôle informatique fabriqués par le géant industriel allemand Siemens et utilisés en général pour gérer les systèmes de distribution d’eau et les plate-formes pétrolières. Le virus pourrait avoir été spécialement conçu pour s’en prendre aux moteurs qui fournissent l’énergie aux centrifugeuses iraniennes permettant d’enrichir l’uranium.

Flame est «vingt fois plus important que Stuxnet», selon la société Kaspersky.

Il est capable de «voler des informations importantes, pas uniquement contenues dans les ordinateurs, des informations sur des systèmes visés, des documents archivés, des contacts d’utilisateurs et même des enregistrements audio de conversations», a précisé l’éditeur russe.

Selon des médias occidentaux, Flame aurait été exploité pour attaquer le ministère du Pétrole iranien et le principal terminal pétrolier d’Iran.

Après les virus Stuxnet et Duqu, un autre programme semblable, Flame marque «une nouvelle étape» dans la cyberguerre, «et il est important de comprendre que de telles cyberarmes peuvent facilement être utilisées contre n’importe quel pays», a dit Evgueni Kaspersky, directeur général de la société russe.

Flame est particulièrement actif au Moyen Orient, mais sévit aussi dans d’autres zones du monde, a indiqué mardi à l’AFP Laurent Heslault, le directeur des stratégies de sécurité du groupe de sécurité informatique Symantec.

Le nouveau virus a été localisé «un petit peu partout, en l’occurrence plutôt au Proche et Moyen-Orient, notamment dans une banque palestinienne et en Iran, au Liban. Mais aussi, dans une moindre mesure, en Russie, en Autriche, à Hong-Kong, aux Émirats arabes unis», a détaillé M. Heslault.

Il a décrit «une menace très sophistiquée et très modulaire, c’est la boîte à outil du cyberespion dans toute sa splendeur».

«On a vraiment affaire à un outil d’espionnage, qui est capable d’enregistrer un tas de trucs, de voler plein de documents».

«On ne peut pas nier le fait que cette chose soit gigantesque», assure David Marcus.

«Quelqu’un s’est donné beaucoup de mal afin de déconcerter les chercheurs. Nous allons devoir démonter cet aspirateur (de données) pendant un bon moment avant de réussir à comprendre tout ce qu’il était capable de faire».

http://fr.canoe.ca