Ils déchiffrent un parchemin brûlé datant du XVIe siècle !


C’est étonnant, grâce à la technologie, un groupe de chercheur du Royaume-Uni ont réussi à lire un parchemin brûlé du 16 ème siècle sans le dérouler.
Nuage

 

Ils déchiffrent un parchemin brûlé datant du XVIe siècle !

 

parchemin rayons X

Crédits : Université de Cardiff

par Yohan Demeure

Des chercheurs britanniques sont parvenus à dérouler virtuellement un parchemin ancien, dont le degré de carbonisation était trop important pour être inspecté à la main de manière classique. Comment cette prouesse a-t-elle été possible ?

Il y a des siècles, il existait une technique courante pour éviter que certaines informations figurant sur un parchemin ne soient lues par d’autres personnes. Ainsi, le document était roulé puis brûlé à un degré avancé. Or, des chercheurs de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) ont réussi à déchiffrer un parchemin ayant subi ce sort, comme l’explique un communiqué publié le 3 octobre 2018.

La technique utilisée par les chercheurs se déroule en deux étapes. Premièrement, le document passe par un CT-scan (tomodensitométrie). Cette technique d’imagerie médicale consiste à mesurer l’absorption des rayons X par les tissus puis à numériser et reconstituer des images en 2D ou en 3D. Ensuite, un algorithme se charge de traiter ces images afin de déchiffrer les inscriptions du parchemin (voir ci-dessous).

parchemin rayons X

Crédits : Université de Cardiff

Après avoir pris connaissance des inscriptions figurant sur le document, les chercheurs ont compris qu’il s’agissait d’informations relatives à l’histoire du lieu d’où celui-ci provenait, à savoir le manoir de Diss Heywood de Norwich (Royaume-Uni).

« Nous savons qu’il existe dans les musées et les archives un grand nombre de documents historiques trop fragiles pour être ouverts ou déroulés. Nous serions donc ravis de pouvoir essayer nos nouvelles techniques. De plus, la méthode que nous avons mise au point est fortement automatisée, ce qui permet d’explorer un grand nombre de documents et même d’autres types de supports, tels que des films anciens ou endommagés », ont indiqué les meneurs de l’étude.

Cette même équipe de scientifiques avait déjà prouvé en 2013 l’efficacité de leur méthode en déchiffrant les inscriptions présentes sur un rouleau de parchemin gravement atteint par un dégât des eaux. En revanche, y parvenir avec un parchemin dont les pages sont brûlées est encore plus impressionnant, car il était tout bonnement impossible de l’ouvrir sans que celui-ci ne s’effrite presque totalement.

Sources : Phys.orgMotherboard

https://sciencepost.fr/

Elle discute par sms avec son ami mort


Je ne crois pas que cela soit une bonne chose de communiquer avec un avatar représentant une personne aimée, mais décédée, qu’utiliser des archives de conversation avec l’intelligence artificielle, n’aide pas à faire un deuil difficile
Nuage

Elle discute par sms avec son ami mort

 

Fantasme de l’immortalité ou dérive de l’intelligence artificielle?

La start-up américaine Luka travaille depuis quelques années sur l’intelligence artificielle et propose des services personnalisés à sa clientèle. Un jour, devant un épisode de Black Mirror, son CEO Eugenia Kuyda pense à son ami décédé et lui vient l’idée de reproduire le concept de la série: concevoir un avatar du défunt pour atténuer la souffrance du deuil, relate dans un article consacré L’Obs/Rue89

Conversation virtuelle

Elle récolte alors tous les sms, tous les courriels, tous les échanges avec son ami disparu et créé un « chatbot » de toutes pièces, soit une intelligence artificielle capable de dialoguer avec elle en s’inspirant des archives et du style développé tout au long de leurs années de communication. L’avatar de Roman Mazurenko prend vie, une étrange conversation à découvrir sur le site spécialisé The Verge.

Réflexion

L’expérience questionne avant tout le concept de la mort et l’incompréhension croissante de ce statut au sein de la société actuelle, sa non-acceptation à l’heure du monde ultraconnecté où les morts peuvent survivre virtuellement et donner l’illusion d’interagir d’outre-tombe. Une démarche qui ne facilite en rien le travail du deuil.

http://www.7sur7.be/