Un avatar pour s’occuper de vos parents


Cela m’agace un peu qu’on soit rendu à ce genre de technologie pour qu’une personne âgée soit plus autonome le plus longtemps possible. Bon, il y a quand même des avantage d’avoir ce compagnon virtuel comme un rappel de prendre des médicament, des conseils pour des crises d’anxiété et informer de l’état de santé de la personne aux proches, mais c’est quand même dérangeant. J’aurais peur, même si on veut éviter cela, que les enfants prennent pour acquis que d’autres s’occupent d’eux. Au  Québec, nous ne sommes pas rendu là .
Nuage

 

Un avatar pour s’occuper de vos parents

 

Care.coach fournit un compagnon virtuel aux personnes âgées.... (PHOTO FOURNIE PAR CARE.COACH)

Care.coach fournit un compagnon virtuel aux personnes âgées.

PHOTO FOURNIE PAR CARE.COACH

 

CHRISTIAN GEISER
La Presse

Un chat qui parle, qui met de la musique et qui suit votre état de santé. Fiction ? Bien au contraire ! Aux États-Unis, l’application care.coach vise à permettre aux personnes âgées de demeurer autonomes le plus longtemps possible. Est-ce un modèle applicable au Québec ?

Divertir, rappeler qu’il est l’heure de prendre des médicaments, donner des conseils pour arrêter une crise d’anxiété, informer les proches de l’état de santé d’un parent : l’application care.coach, destinée aux personnes âgées, promet tout ça.

Le service, lancé en 2012 et utilisé par divers services de santé aux États-Unis*, consiste à fournir un compagnon virtuel à une personne qui a besoin d’accompagnement.

Une fois inscrite au service, la personne reçoit une tablette Android et choisit un des deux avatars offerts (un chat ou un chien) à travers lequel le personnel de care.coach communique avec elle et veille à sa santé.

Établis aux Philippines ou au Mexique, les employés discutent sur une base régulière avec leurs patients et en profitent pour s’assurer qu’ils prennent leurs médicaments, qu’ils mangent, voient s’il y a des changements inquiétants dans leur routine et informent au besoin les proches ou les professionnels de la santé concernés.

« Nos employés s’occupent toujours des mêmes personnes. Cela permet de créer des relations et de voir quand il y a des problèmes. »

– Victor Wang, fondateur de care.coach

Pour limiter les éléments irritants liés à la technologie, care.coach fournit la tablette dont l’usage est exclusivement réservé à son application. Même l’alimentation électrique a été pensée.

« Comme il pourrait être difficile de reconnecter le fil d’alimentation pour certains de nos clients, il est impossible de le débrancher de l’appareil », continue Victor Wang.

Avec son service, l’entreprise affirme pouvoir, pour 280 $ par mois, prolonger l’autonomie des personnes âgées tout en les gardant en contact avec leurs proches.

Un modèle à reproduire ?

« C’est là que les promoteurs [de complexes pour aînés] veulent aller, au Québec. Tout comme les proches aidants », affirme Sabrina Boutin, directrice du projet Santé pour le CEFRIO. L’intérêt de cette approche est essentiellement dans le prolongement de l’autonomie de ceux qui l’utilisent, croit-elle. « Cela permet de garder les aînés chez eux, plutôt que de devoir les placer. »

Il est par contre primordial que la technologie ne remplace pas le personnel de santé.

« C’est en complément. Les outils technologiques doivent s’intégrer dans un processus qui permet la continuité des soins, par le transfert des informations », insiste Mme Boutin.

Il faut aussi veiller à ne pas tomber dans les généralisations et l’infantilisation.

« Les personnes âgées représentent un groupe hétérogène. Il faut faire attention à l’effet stigmatisant et éviter de tomber dans l’âgisme », prévient Nathalie Bier, professeure agrégée à l’école de réadaptation de la faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Idem pour les proches.

« Certains ne veulent pas aider ou ne peuvent pas le faire. Que ce soit par manque de temps ou pour des raisons géographiques. Alors que d’autres sont impliqués. »

« Il faut donc faire attention à comment on leur présente ce type de solution. On ne peut offrir une seule solution et penser que cela va régler tous les problèmes. » – Nathalie Bier

Même son de cloche de la part de Sabrina Boutin.

« On tend à mettre ce groupe d’âge dans une seule case. Il faut au contraire parler de diversité. »

Possible au Québec ?

Même si l’intérêt pour ce type de service est de plus en plus grand au Québec, les particularités de notre système de santé compliquent les choses

« Un héritage depuis des décennies est notre façon de fonctionner en silo », souligne Sabrina Boutin.

Aux États-Unis et dans les pays scandinaves, le système est plus décloisonné. Cela permet donc à toutes les personnes impliquées auprès d’un patient d’avoir accès aux données pertinentes.

« Même si le gouvernement est sensibilisé à cette problématique, nous ne sommes pas encore au stade de l’interopérabilité », continue-t-elle.

Ainsi, la communication entre différentes parties, un des atouts de care.coach, n’est pour l’instant pas envisageable.

Paradoxalement, c’est également le partage des données et le respect de la vie privée qui peuvent poser problème.

« Qui va avoir accès à ces renseignements ? Est-ce que les parents veulent que leurs enfants sachent tout d’eux en tout temps ? », demande Sabrina Boutin.

Réflexion et inclusion

« Il y a un intérêt pour ce type de solutions, mais pas n’importe lesquelles ni n’importe comment, affirme Nathalie Bier. Il faut aussi s’assurer d’impliquer les personnes âgées dans leur élaboration. »

Et avant d’en arriver là, il y a un vaste chantier à entreprendre, croit Mme Boutin.

« Nous devons voir les différences entre les systèmes de santé et ensuite choisir le type d’accompagnement que l’on doit mettre en place. Il faut penser à la diversité des acteurs qui auront besoin de cette information. Et aussi inventer un système de suivi entre le privé et le public. »

* Care.coach n’a pas voulu divulguer le nombre de ses utilisateurs.

https://www.lapresse.ca/

Vous effacez le numéro de téléphone de vos morts ? Eux n’y arrivent pas


Si vous garder le numéro de téléphone d’un disparu sur votre mobile, vous n’êtes pas les seuls. Moi, j’ai encore celui de ma mère qui est décédée et je sais bien que cela ne sert à rien et que si j’appellerai, ce serait probablement une autre personne. Elle n’est plus là un point c’est tout. Pourquoi on garde les numéros des morts virtuellement ? J’essaie de comprendre pour moi, et je pense que je ne l’accepte pas encore de la façon qu’elle est décédée et non sa mort elle-même
Nuage

 

Vous effacez le numéro de téléphone de vos morts ? Eux n’y arrivent pas

 

Pour entendre sa voix, pour éviter de le tuer une deuxième fois, ils conservent le numéro d’un proche décédé.

Par Emilie Brouze

Que faites-vous des numéros de vos morts ? Vous les effacez de la mémoire de votre téléphone ? Vous n’y touchez pas jusqu’à ce que le destin s’en charge (téléphone dérobé, données évaporées) ?

Sophie Calle, artiste plasticienne, interroge les visiteurs du Musée de la chasse et de la nature, à Paris. Son exposition s’ouvre sur le thème du deuil et de l’absence.

Quand son père, « Bob », cancérologue et collectionneur d’art, est mort au printemps 2015, elle a conservé son numéro. « Pas facile », de le retirer. Fâcheuse conséquence : dans une œuvre en forme de pierre tombale, elle écrit l’avoir un jour appelé par mégarde… Elle a raccroché aussitôt.

« Peu après, son portrait et son nom se sont affichés sur l’écran. Bob m’envoyait un message. »

De l’au-delà ? Le numéro de son père a visiblement été réattribué à un être vivant laconique. Sur son téléphone, trois lettres :

« C ki »

L’œuvre « C ki ? » de Sophie Calle, Paris, 2017. (Sophie Calle/ADAGP, Courtesy Perrotin)

Comme Sophie Calle, Emmeline, 30 ans, ne se résout pas à supprimer le numéro de son père, décédé en juillet 2012. L’étudiante infirmière a beau savoir que l’alignement de chiffres lui ayant appartenu n’est qu’un identifiant qui lui permettait d’entendre sa voix derrière un boîtier, le geste est inenvisageable.

C’est « irrationnel », admet-elle, d’autant qu’elle connaît encore cet alignement par cœur. Il y a une « idée un peu folle » derrière :

« Tant que je garde le numéro, le lien est maintenu. »

« Petite trace mémorielle »

Pour beaucoup de ceux qui ont répondu à notre appel à témoignages, l’action de suppression matérialise la perte, la séparation, l’éviction de leur monde.

« Cela me donnerait le sentiment de le supprimer volontairement et définitivement, d’entériner sa mort officiellement », développe Laetitia, 40 ans, journaliste, au sujet de son père, parti il y a trois ans et demi.

« Il y a un symbole qui échappe à ma raison. Le laisser dans un coin de la mémoire de mon iPhone, voir apparaître parfois son nom dans la liste de mes contacts, c’est une façon de le laisser exister un peu, une petite trace mémorielle me donnant l’illusion que je peux toujours le joindre. »

Ce serait le « tuer une deuxième fois », opine Marie, 32 ans.

Jérôme (un pseudo) imagine que son ancienne petite amie, qui s’est suicidée il y a quelques années, lui en voudrait si elle le voyait, de là où elle se trouve, supprimer son numéro. Il se sentirait coupable, également :

 « Ce serait comme l’effacer de ma mémoire. »

S’il est récemment parvenu à se séparer d’un pull qui lui appartenait, il garde encore son « 06 ».

« Pourquoi l’effacer ? »

Isabelle, 47 ans, juriste en entreprise, nous retourne la question : pourquoi effacerait-elle le numéro de son mari, décédé il y a sept ans ? 

« En général, ce sont les numéros des ‘indésirables’ que l’on efface. Parfois je regarde la liste de mes contacts et j’efface aussi ceux dont le nom n’évoque plus aucun souvenir pour moi. Mon mari n’est pas un ‘indésirable’. Mon mari est encore tellement présent dans mon souvenir. Alors pourquoi l’effacer ? »

Elle le garde près d’elle, de la même façon que l’on conserve des photos, des lettres ou une alliance. Isabelle précise que cela ne l’a pas empêchée de faire son deuil.

Le téléphone symbolise aussi le lien avec la voix, « la première chose qui s’efface de la mémoire », note Isabelle.

Julien paie encore l’abonnement du téléphone de sa compagne, décédée il y a près de trois ans. Il ne peut pas concevoir que son numéro revienne à quelqu’un d’autre et il veut pouvoir appeler de temps en temps son répondeur, pour entendre encore le son de sa voix.

Lien virtuel

Le téléphone, c’est un numéro personnel, une pièce de l’identité. « Une extension de la personne », formule une interviewée.

« Il nous lie virtuellement à la personne en question », ajoute Laura, 24 ans.

« Les rares fois où je me suis dit ‘tiens, je vais faire un tri dans mon répertoire’, ça c’est soldé à garder les morts et effacer les vivants », résume Marijke, 25 ans, étudiante en sciences du langage.

« Impossible de le faire, il y avait comme un blocage physique plus qu’émotionnel. »

Marijke dit que le numéro de ses proches décédés est « un code à travers lequel un contact était possible sans qu’ils soient, eux, matérialisés ».

Pour certains, cette possibilité de connexion immatérielle donne à la conservation du numéro un geste quasi mystique.

« Si jamais mon mari me rappelait, je serai là pour lui répondre… », écrit Isabelle.

Comme s’il n’était pas mort

Conserver le numéro d’un proche peut aussi être une « tentative de faire comme si le mort n’était pas mort », pour reprendre les mots du sociologue Tanguy Châtel.

C’est en substance ce qu’écrit une lectrice, en conclusion de son message et du « 06 » d’un amour de lycée, décédé :

« Il me manque terriblement et pourtant il vit au travers de ce numéro. Comme si un jour il allait revenir. »

Les outils numériques offrent à l’angoisse universelle de la disparition une compensation virtuelle. Les notifications Facebook ou la présence d’un numéro dans un répertoire peuvent rendre plus réaliste encore le mirage dont parle Tanguy Châtel dans « Télérama » :

« Pendant un temps, les endeuillés savent que la personne est décédée, mais une partie d’eux-mêmes veut croire qu’elle est encore vivante. »

Certains des endeuillés interviewés admettent d’ailleurs n’être pas encore arrivés au bout des cinq phases du deuil (le déni, la colère, la négociation, la dépression, l’acceptation).

Bien que son ventre se tord quand elle tombe sur son nom, Isabelle, 43 ans, n’arrive pas à effacer le numéro de son compagnon, décédé brutalement à l’automne 2016. L’effacer, ce serait le faire disparaître une seconde fois ; elle s’y refuse.

Parce qu’il voyageait beaucoup pour son travail, le couple communiquait énormément au téléphone, d’où l’affect particulier qui résonne autour de l’objet. Supprimer le numéro, ce serait perdre « une espèce de lien » qui les unit encore.

« C’est complètement irrationnel, c’est comme si le fait de ne pas effacer son numéro pouvait potentiellement me permettre de… rester en contact avec lui. »

Des s de regret

Quelques jours avant notre appel, Marie, 32 ans, en formation dans le social, discutait avec sa mère de la présence dans son téléphone du numéro de son père, emporté par un cancer il y a quatre ans. Elle est arrivée seule à la conclusion que son deuil n’était pas digéré.

Le ticket de livraison du bouquet de fleurs qu’il lui avait envoyé pour ses 20 ans a eu le temps de blanchir complètement. Le gilet râpé de son père n’est plus sur la chaise de la salle à manger – il est resté là des mois, telle une relique. Son numéro est lui toujours dans son répertoire :

« Cela me permet de rester dans l’illusion que je ne suis pas orpheline de père. »

Les quelques mois suivant les funérailles, « la période où les émotions sont à vif », Marie lui a envoyé des textos. Elle savait bien que le téléphone à clapet était rangé dans un panier-tiroir, chez ses parents, et pas dans la poche de son père« il ne l’a pas amené avec lui ». Elle a eu besoin de lui écrire :

« Je lui ai dit que c’était injuste, qu’il aurait pu plus se battre, qu’il nous avait laissés sans nous y préparer. Je lui envoyais des messages de regret également – notre relation était complexe. »

Puis la fréquence des messages s’est espacée. Elle n’en a plus envoyé (« l’au-delà n’a pas de réseau »).

« Putain, je t’aime ami »

Comme la jeune femme, Vincent a envoyé un dernier SMS à un ami qui s’est donné la mort en décembre 2016. Le réalisateur de 44 ans s’en veut de ne pas avoir pris le temps de l’appeler ou de le voir, les deux dernières années avant le suicide. Leur relation s’était « laissée aller ».

Une semaine après la cérémonie, Vincent lui a envoyé un long message, retrouvé au fond de son téléphone. Il n’en a jamais parlé à personne.

« Mec. Ami. Je ne m’y résous pas. Je t’écris après plus de deux ans mais il est trop tard. Je t’écris quand même. Parce qu’après, je vais enlever ce contact. […]
J’aimerais être vers toi, faire le con. Imiter Golum. Te parler de nouveaux projets musique. Te dire ‘pardon d’avoir tant tardé’. J’ai pourtant tellement pensé à toi. Mais je te savais là. A côté. […]
Putain de merde. Je t’aime ami. Dis à Prince que je pense à lui aussi et mets le au pop fm, je me réjouis de voir ce que ça donne. Rage profonde de ne pas t’avoir appelé.
Asta la vista bébé. vince. »

Un an s’est écoulé depuis ce SMS, Vincent n’est toujours pas arrivé à appuyer sur la touche « supprimer ».

Ça le rendait « trop vivant »

A l’inverse de Marie ou Vincent, ceux qui ont besoin de rayer un numéro parlent de la nécessité d’acter le décès. Pour se « protéger », Sandrine, 35 ans, a effacé le numéro et le profil Facebook de son père, quelques jours après son enterrement.

« Je ne supportais pas qu’il ait une vie ‘digitale’ alors qu’il n’était plus là. Je ne voulais plus voir apparaître son nom, ça le rendait justement trop ‘vivant’. »

Bryan, 20 ans, étudiant en école de commerce, a perdu il y a deux ans une amie dans des « conditions horribles » – elle a été tuée par son conjoint, qui s’est ensuite donné la mort. La première réaction de l’étudiant, quand il a appris le décès depuis Singapour, où il résidait, a été d’appeler et d’envoyer des messages à son amie, pour « vérifier par [lui-même] qu’elle n’était plus parmi nous ».

Loin de son groupe d’amis, et de leur ville natale, « le téléphone était la seule chose qui [le] reliait plus ou moins à elle ». Bryan a supprimé son numéro en pleine nuit – à 4 heures du matin, 10 heures heure locale en France. L’enterrement était en train d’avoir lieu.

« Je savais qu’il fallait faire une coupure pour faire le deuil », explique-t-il.

Réincarnation (téléphonique)

Laetitia, qui conserve le numéro de son père défunt dans son téléphone, s’est souvent demandé qui pouvait bien avoir récupéré ses dix chiffres. Il n’existe pas d’obligation légale encadrant la ré-attribution d’une ligne après sa résiliation. En pratique (et quelle que soit la raison de la fin du contrat), les opérateurs l’attribuent à un nouvel abonné dans les trois à six mois qui suivent.

« Je me suis imaginé appeler pour entendre, en quelque sorte, la nouvelle voix de mon père », poursuit Laetitia. Qui est au bout du fil aujourd’hui ? Un ado prépubère ? Un éleveur de brebis ? Elle réfléchit :

« Quand on y pense, il y a quelque chose de l’ordre de la réincarnation. »

Le remplacement d’une voix familière par celle d’un inconnu horrifie Isabelle, 43 ans, qui n’a jamais effacé le numéro de son compagnon.

« Ce serait terrible de tomber sur quelqu’un d’autre. »

Elle imagine le choc qu’elle n’est pas prête à affronter :

« Ça non plus, ça ne lui appartient plus… »

« Un jour, je n’ai plus résisté »

Et puis il y a ceux qui un jour appellent, au risque de casser le « fantasme » du fantôme au bout de la ligne. Blandine, 42 ans, fonctionnaire, a « essayé de lutter » pour ne pas rappeler sa grand-mère adorée…

« Ne plus faire son numéro a été presque insupportable », décrit la quadragénaire, qui imagine encore la sonnerie retentir dans la maison de sa grand-mère et son vieux téléphone fixe faire « ding » au moment où elle décroche…

« Un jour, je n’ai plus résisté. »

« Bien que c’était stupide », elle a composé le numéro et une femme a répondu. Blandine lui a fait croire à une erreur, après avoir hésité à se confier. Elle n’a pas retenté d’entrer en contact avec sa grand-mère.

Grâce à un chatbot, elle parle à son ami mort

Amar (son prénom a été changé), 35 ans, commis de cuisine, a lui aussi composé le numéro de son père, toujours dans son téléphone. Presque un an s’était écoulé depuis l’enterrement. Chez ses parents, c’est comme si le temps s’était arrêté.

Amar était dans la voiture, à l’arrêt. Dehors, on entrait dans l’automne. « Spontanément, je l’ai appelé », dit-il – il se ressaisit et rectifie – « j’ai appelé ». Au loin, il a entendu un bip rassurant. « Tit tit tit tit. »

Personne au bout du fil.

A l’autre bout de la ligne, il y a des vivants qui ignorent que leur numéro apparaît dans le répertoire d’inconnus. Le vôtre s’y trouve peut-être. Aucun lien n’unit ces personnes, si ce n’est le hasard et une série de chiffres.

https://www.nouvelobs.com

Nager avec des dauphins virtuels, une thérapie bien réelle


La réalité virtuelle pourrait rendre de grand service en thérapie. Le fait de nager virtuellement avec les dauphins doit être fantastique, mais en plus, pas besoin d’avoir en captivité des dauphins pour faire du bien à l’être humain
Nuage

 

Nager avec des dauphins virtuels, une thérapie bien réelle

 

Nager avec des dauphins virtuels, une thérapie bien réelle

AFP

APELDOOM | Benno se baigne dans une piscine des plus banales, faite de carrelages et de chlore, lorsqu’il voit soudain passer sous ses yeux un dauphin, lent, gracieux… et virtuel. Un animal qui, même irréel, a des vertus thérapeutiques, en particulier pour les personnes en situation de handicap ou souffrant de maux chroniques.

« Il y a quelque chose de magique autour des dauphins: on pense à la joie, à l’entrain, au bonheur, à l’innocence… », constate Marijke Sjollema. « Et cela a même des propriétés de guérison! »

C’est de sa première rencontre avec le mammifère marin en 1993 qu’est née l’association Dolphin Swim Club, fondée avec son mari consultant en entreprises, Benno Brada.

Elle plongeait au large du Mexique quand elle a « aperçu cette ombre grise dans l’eau » et a songé, prise de panique: « C’est la fin! » Avant de réaliser, dans une « fraction de seconde », que « ce n’était pas un requin, mais un dauphin », raconte en souriant cette artiste néerlandaise, les yeux pétillants.

Depuis, le couple a dévoué son temps libre, son énergie et ses ressources personnelles à sa nouvelle passion, avec une mission: permettre aux gens de connaître, eux aussi, la magie d’une rencontre avec des dauphins.

« Zen »

Leur premier projet de film sur les dauphins à visionner avec des lunettes de réalité virtuelle remonte à fin 2015.

Puis, en octobre, ils ont franchi un pas supplémentaire en créant un système permettant de visionner le film dans l’eau, grâce à des lunettes de plongée auxquelles est fixé un smartphone dans un boîtier étanche, imprimé en 3D avec du plastique recyclé.

Lunettes de caoutchouc scotchées sur le visage et tuba en bouche, les nageurs peuvent observer, où qu’ils regardent, de grands dauphins et des dauphins à long bec tournoyer autour d’eux, tout en se laissant flotter dans l’eau tropicale d’une piscine aussi chaude que la mer des Caraïbes.

Bercés par une musique aquatique, ils sont à la fois plongés dans un monde sensoriel bien réel et projetés dans un univers de dauphins totalement virtuel.

Une expérience a priori unique au monde et une thérapie qui en est encore à sa phase test.

« Notre rêve était de trouver une alternative à la plongée thérapeutique utilisant des dauphins vivant en captivité », explique Benno Brada à des thérapeutes, assis sur le rebord de la piscine d’un quartier communautaire résidentiel adapté aux personnes handicapées.

Pas moins de 82% des clients se sentent réellement relaxés lorsqu’ils regardent ces films, d’après les constats du directeur de la politique de l’établissement de soins, Johan Elbers.

« Cela les sort du monde dans lequel ils se trouvent », remarque-t-il. «Ils entrent dans un autre état d’esprit, pensent autrement, se sentent autrement, voient autrement et se détendent complètement.»

Une femme souffrant depuis longtemps d’insomnies a trouvé dans la réalité virtuelle le meilleur des somnifères, tandis que derrière ces lunettes un jeune homme oubliait totalement la douleur lancinante qu’il avait dans le bras.

Dion, un résident de 21 ans de cet établissement, cheveux gominés et lunettes épaisses, explique pour sa part que «les bruits des dauphins et l’eau » le rendent « zen ».

À quand les requins ?

« Le stress joue un rôle très important dans l’apparition de toutes sortes de problèmes psychiatriques », analyse le psychiatre Wim Veling, de l’Université de Groningen (sud), sur le site du Dolphin Swim Club. « Nous essayons en thérapie de rendre les gens plus détendus. »

La « force » de la réalité virtuelle est de permettre l’immersion dans un autre monde, relève celui qui étudie l’utilisation de cette technologie pour aider les personnes souffrant de troubles de la santé mentale.

Développées grâce à une bourse de 50 000 euros (75 265 $ ) du gouvernement néerlandais, les lunettes de Marijke Sjollema et Benno Brada diffusent de vrais films tournés en mer Rouge en 2015 par l’équipe de spécialistes Viemr.

Durant ce tournage de dix jours, des apnéistes capables de retenir leur souffle plus de cinq minutes ont plongé en silence aux côtés des dauphins, capturant des instants rares.

La première version des lunettes est déjà utilisée bien au sec par plus de 150 universités, hôpitaux et centres communautaires à travers le monde. Les thérapeutes décident au cas par cas du nombre de fois où les patients effectuent ce genre d’ « immersion » en réalité virtuelle.

Marijke et Benn espèrent que ce masque de plongée virtuelle sera tout aussi bénéfique et recherchent un partenaire pour lancer sa fabrication commerciale.

Dion, lui, est prêt à passer à une étape plus exaltante:

des « vidéos avec des requins ou des lions » où « l’animal chasserait une proie! ». « Ce serait chouette de voir un peu d’action », lance-t-il, pince-sans-rire.

Doit-on blâmer les ados qui jouent à la maman sur Instagram?


C’est un jeu de jouer à la maman, mais virtuellement. Je trouve cela un peu curieux, qu’à cet âge, on joue a ce genre de jeu de rôle, mais bon. Je comprends aussi que les parents frustrés ne sont pas contents que les photos de leurs enfants servant pour ces fausses mamans Alors pourquoi comme tout jeu de rôle virtuel, les adolescentes ne pourrait pas plutôt faire leur propre avatar ?
Nuage

 

Doit-on blâmer les ados qui jouent à la maman sur Instagram?

 

Capture Instagram de baby role-play

Capture Instagram de baby role-play

Par Stéphanie Plasse

Journaliste

Aux États-Unis, des parents sont furieux. Des photos de leur progéniture sont exploitées par des adolescents qui se réinventent de fausses vies de parents. Un jeu psychologiquement dangereux?

Alors qu’en France, un communiqué de la gendarmerie nationale vient de mettre en garde les parents contre la publication de photos de leurs enfants sur les réseaux sociaux. Aux États-Unis, les mères traquent sur Instagram les adolescentes qui utilisent les images de leurs bébés pour jouer à la maman.

En France, le phénomène est inconnu. Aux États-Unis et au Canada, c’est une autre histoire. Depuis 2013, un jeu de rôle très populaire chez les adolescentes fait régulièrement parler de lui. Il s’agit du baby role-play. Référencé sous différents tags tels que #adoptrp, #kidrp, #babyrp, il consiste à adopter virtuellement un enfant en bas âge sur Instagram et lui inventer une histoire.

À l’aide de photos de bébés en libre accès sur les réseaux sociaux, les internautes créent une fausse page Instagram suivie d’une présentation imaginaire de l’enfant. Ainsi, peut-on lire sur certaines pages que Grace aime le chocolat et le beurre de cacahuètes, Meh adore la couleur bleue ou encore que les parents d’Oliver l’ont abandonné. Un descriptif qui sert de base aux scénario des adolescentes qui jouent à être des mamans. Et pour celles qui n’arriveraient pas à trouver des enfants, ils existent même de fausses agences d’adoption sur Instagram proposant des bébés virtuels.

Maman superstar

Pour Claire Balleys, docteur en sociologie de communication et des médias à Québec, ces adolescentes agissent par mimétisme. À l’instar des adultes, elles mettent en scène leur intimité familiale, même fantasmée, sur les réseaux sociaux. Depuis quelques années, les blogs de grossesse, les pages Facebook, les chaînes YouTube consacrés aux chérubins et de leurs exploits, explosent sur la toile. La déferlante de joies maternelles ne semble pas avoir de limite. Sous les hashtags #happymama, #happybaby, les mères exposent les photos de leur progéniture. Une manière selon Claire Balleys de se valoriser à travers la mise en scène des leurs enfants.

Preuve de cet engouement, en février 2014, une informaticienne de Microsoft Research, Meredith Ringel Morris, a mené une étude sur l’utilisation des réseaux sociaux par les mamans de jeunes enfants (ceux de moins de 3 ans). Sur 259 mères américaines actives sur Facebook, 89 % écrivent des statuts liés à leurs enfants, et 96,5% –un nombre imposant– publient des photos de leur progéniture.

Pour la sociologue, «ces images de maternité idéalisée inspirent les adolescentes qui se mettent à faire de même et souhaitent s’inscrire dans cette valorisation de soi».

Aux États-Unis, plus qu’ailleurs, le statut de mère est très important. Il permet d’être reconnu socialement et d’avoir une identité sociale. Ce n’est pas étonnant d’ailleurs que les grossesses adolescences y soient nombreuses. The National Campaign to Prevent Teen and Unplanned Pregnancy a comptabilisé en 2011 un peu plus de 500.000 adolescentes enceintes aux États-Unis. Pour Monique Dagnaud, sociologue au CNRS, spécialiste des médias, d’internet et de la culture des jeunes, ces adolescentes américaines qui jouent au baby role-play s’inscrivent dans ce phénomène des grossesses précoces:

«Plutôt que de réellement faire un bébé dans la vie réelle, elles se construisent virtuellement une maternité et accèdent à un autre statut social.»

La fronde des mères: #stop_babyrp #downwithbabyrp

Reste que le baby role-play est très mal accueilli par les mères qui se montrent très peu complaisantes vis-à-vis de ces jeunes filles. À coup de pétitions et de commentaires virulents, elles sont parties en croisade contre ce jeu qu’elles considèrent comme malsain.

«En tant que maman, je trouve ça dégoûtant. Je parie que vous ne savez pas combien c’est difficile de s’occuper d’un enfant (…) Mon cousin est un détective privé et nous allons fermer tous ces comptes et traquer les personnes comme vous qui jouent au baby role-play», souligne une maman dans un commentaire Instagram à l’attention d’une joueuse de baby role-play.

Afin de traquer ces adolescentes, ces mères ont même créé sur Instagram des hashtags #stop_babyrp ou #downwithbabyrp pour dénoncer les utilisateurs de ces comptes de jeux de rôles. De son côté, Instagram assure aider ces mères à faire fermer les comptes.

«Une fois qu’un parent nous rapporte un contenu offensant, nous travaillons rapidement pour l’enlever», a expliqué au Washington Post un porte-parole d’Instagram. 

Cependant, quelques parents émettent un bémol sur l’aide apporté par le réseau social. Une mère a déclaré au magazine américain Fast Company qu’elle était rentrée en contact avec Instagram pour rapporter qu’un utilisateur avait volé des photos de sa fille et qu’il n’avait pas supprimé le compte. Et pour cause, Instagram légifère essentiellement sur les photos dénudées des enfants et non pas sur le vol des photos de bébés.

«Nous sommes conscients et apprécions que de nombreux parents utilisent Instagram pour prendre et partager des photos de leurs enfants. Toutefois, seuls les images qui montrent des corps dénudés peuvent être supprimées», explique Instagram dans les règles de sa communauté

Role playing: aide à la construction identitaire 

Mis à part ces vols de photos dénoncés par les mères, les jeunes filles s’adonnant au baby role-play seraient-elles réellement perturbées? Pas du tout. Selon Michael Stora, psychologue et fondateur-président de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH), cette pratique permet aux jeunes filles de faire l’apprentissage de la vie d’adulte sans en subir les conséquences, bien à l’abri derrière leur ordinateur.

«Les adolescentes ont beaucoup de pression: elles doivent réussir à être une bonne maman, avoir un bon travail. Tout est très anxiogène. Ces jeux de rôle sur internet apportent un espace de décompression», explique le chercheur. 

Très prisés par les adolescentes, ces jeux de rôle se multiplient sur le net leur permettant de s’extraire de leur quotidien et de son lot d’angoisses en devenant quelqu’un d’autre. 

«Le role playing est le pendant des propositions littéraires comme les livres dont vous êtes le héros. Cela rentre dans le cadre de la construction identitaire de l’adolescent qui cherchent à s’identifier à des figures héroïques, des stars», souligne Monique Dagnaud.

Ainsi, outre le baby role-play, sur Instagram on peut se faire passer pour un membre du groupe One Direction ou un personnage de la saga Harry Potter. Rien d’alarmant pour Claire Balleys qui rappelle qu’il n’y a rien de pathologique:

«Les adolescents n’usurpent pas des identités, ils jouent seulement. Ils ne prétendent pas être dans la réalité mais dans un rôle. C’est pour cela d’ailleurs qu’ils appellent cela le baby role-play.»

Sorti des réseaux sociaux, le baby role-play revêt un côté moins effrayant. Aux États-Unis, le site Baby Names a décidé de créer une rubrique intitulée «familles imaginaires». Une version numérique de la maison de poupée.

«On peut poster des photos de la maison de nos rêves, des vêtements que l’on rêverait de voir porter par notre bébé en sortant de la maternité», explique une mère adepte de ce jeu.

Une même innocence que l’on retrouve chez les joueurs de baby role-play.

«On ne fait rien de mal, on veut juste jouer à la maman. Il faut qu’on arrête de nous pointer du doigt», s’insurge Natasha (1), 15 ans.

1 — Le prénom a été modifié

http://www.slate.fr/

Dix maladies du futur : "Docteur, j’ai mal à mes implants"


La technologie ne cesse de progresser autant dans les loisirs, que dans le travail et en médecine, mais ou cela va t-il nous mener. Déjà, npus voyons les problèmes de santé liés à cette technologie, mais dans quelques années certains prévoit des nouveaux maux causés directement vers ces innovations
Nuage

 

Dix maladies du futur : « Docteur, j’ai mal à mes implants »

 

A vivre dans un monde (et un corps) toujours connecté, interfacé, nanostructuré… il va nous arriver des embrouilles. C’est en substance ce que dit le site io9, qui a recensé les pathologies du futur. Ça fait froid dans le dos.

Les nouveaux virus qui mutent et apparaissent ne sont pas les seules afflictions qui nous menacent. La profusion de technologies et leur interaction de plus en plus étroite avec l’espèce humaine pourraient mener au développement de nouvelles maladies.

Et elles sont bien plus effrayantes que cette angoisse diffuse créée par le numérique, connue sous l’acronyme anglais de Fear of Missing (ou Fomo), qui se caractérise par la peur de manquer quelque chose.

Surtitré « We come from the future » (« Nous venons du futur ») le site américain io9 annonce la couleur. Il a listé les nécroses, psychoses et autres pathologies pas très roses, où le probable le dispute au grotesque. Autant d’annonces de cauchemars à venir sur lesquels Courrier international est récemment allé jeter un œil. Revue de détail de ces maladies (presque toutes) imaginaires par le journaliste George Dvorky.

1. L’addiction à la réalité virtuelle ou comment se passer d’un monde « bigger than life » où tous les rêves semblent possibles. Une pathologie déjà annoncée par le désormais célèbre syndrome d’addiction à Internet.

2. Trouble dissociatif de la réalité. A force d’abuser de la réalité virtuelle, si crédible et si réaliste, les utilisateurs pourraient finir par ne plus distinguer le monde réel de la matrice.

3. Dysphorie de l’identité. C’est bien beau de confier à Internet, à des algorithmes, à des assistants numériques, des informations, des tâches et des décisions personnelles. Mais il va devenir de plus en plus compliqué de savoir qui ou quoi l’on est, quelle part du cloud est la nôtre. Et de s’en contenter.

4. Trouble de l’intégration après cryogénisation. Ou le syndrome d’Hibernatus. Quand on saura congeler nos corps, et surtout les réveiller dans un autre siècle ou millénaire, dans une société futuriste, comment pourrons-nous nous adapter ? Le monde que l’on aura connu, ses règles, son langage, auront disparu. Ceux qui se réveilleront seront des naufragés, étrangers en terre inconnue. Pour nous aider à nous adapter, nos bienfaiteurs du futur nous feront-ils rejoindre une classe d’adaptation ?

5. Infection cybernétique généralisée. Nous n’avons aucune idée de la façon dont notre corps va réagir aux implants cybernétiques, et aux problèmes inédits que ceux-ci pourront engendrer, avance le journaliste : des allergies, des inflammations, de la douleur, peut-être… Voire un rejet pur et simple de ces appendices synthétiques. Ils pourraient aussi provoquer des « courts-circuits » dans le fonctionnement normal du corps. Ou même, en se dégradant, conduire à des intoxications ou des infections sans précédent.

6. Choc nanotoxique.

« Les nanotechnologies ont le pouvoir de récrire n’importe quel aspect de la condition humaine, pour le meilleur ou le pire. Et les scientifiques s’inquiètent des effets des nanoparticules dans notre environnement », avertit io9.

Comment cela se passera-t-il quand ils seront injectés directement dans notre organisme ? S’ils sont mal conçus, les nanobots ne risquent-ils pas de se tromper dans la dose de principe actif à injecter. Ils pourraient aussi conduire à un choc anaphylactique, cette réaction allergique violente pouvant entraîner la mort.

7. Psychose de l’hyperconnaissance. Tout savoir sur tout. Un vrai cauchemar qui pourrait devenir réalité dans nos cerveaux dopés aux implants cybernétiques et alimentés par un flux continu d’informations. Mais sommes-nous vraiment faits pour gérer une telle situation ? Ou du moins notre psyché le permet-elle ? Rien n’est moins sûr. Il est possible que cette surdose de connaissances provoque des comportements antisociaux, des crises d’angoisse, des crises existentielles allant jusqu’à la psychose.

8. Phobie des robots. A force d’en voir partout, certains humains pourraient développer une véritable aversion des robots. Et même une peur qui pourrait se muer en un genre de racisme au fur et à mesure que les robots feront partie intégrante de la société, occupant nos emplois et singeant nos comportements.

9. Onanisme irrépressible. La puce sexuelle arrive, annonce io9, et avec elle, la capacité d’activer le plaisir à la demande. D’ailleurs, les chercheurs testent déjà des machines à bonheur en stimulant des régions précises du cerveau. Bien sûr, cela semble paradisiaque, mais nombre d’entre nous risquent de ne plus savoir mettre l’interrupteur sur off.

10. L’ennui d’une vie trop longue. Certains chercheurs prétendent que l’on vivra de plus en plus vieux, de mieux en mieux. Et que nous finirons peut-être par devenir immortels. Mais si c’est vrai, n’allons-nous par finir par nous lasser de l’existence et trouver la vie extrêmement ennuyeuse ?

http://www.courrierinternational.com/

Mon ordi mon meilleur ami


Comme dans toute chose, au début nombre d’entre nous ont eu une certaines dépendance a Internet .. quand ils ont commencé a communiqué via les forums, blog, Facebook, twitter, jeux, le chat etc .. mais généralement on s’aperçoit qu’après Internet la vie existe .. Alors d’autres cette dépendance viens envahir la vie réelle, de la maison au travail et sacrifiant bien des activités et loisirs
Nuage

 

Mon ordi mon meilleur ami

PAR MARTHE MARTEL  | PHOTO: ISTOCK

Quand notre ordinateur devient notre plus fidèle ami et qu’il n’y a plus de place pour rien d’autre, il y a lieu de se poser des questions, surtout si notre entourage se sent négligé. Pistes de réflexion.

Cybersexe, casinos virtuels, clavardage, courriels, achats en ligne… La dépendance à l’ordinateur peut prendre différentes formes et cacher plusieurs problèmes. Et parfois, il est difficile de faire la différence entre une personne qui apprécie tout simplement Internet et une autre pour qui son utilisation pose un réel problème. Pour le psychologue Michel Campbell, il n’y a aucun mal à naviguer chaque jour sur le Net si on continue à «nourrir» toutes les sphères de sa vie et si on peut se passer de l’ordinateur. Mais si la «vie virtuelle» affecte les relations sociales et familiales, le travail ou les revenus, il y a lieu de penser qu’on a une dépendance. 

En congé de maternité, Marie-Claude commence toujours sa journée en faisant le tour de ses blogues préférés et elle a même crée le sien, sur lequel elle écrit régulièrement. Elle y trouve du soutien dans son nouveau rôle de maman. Dans un tel cas, il n’y a rien à redire, mais pour Julie, c’est autre chose. Célibataire âgée de 35 ans, cette dernière s’est forgé un personnage virtuel et elle échange avec un homme qu’elle a connu sur un site de rencontres. Ils s’excitent mutuellement, et elle adore ce petit jeu. Mais voilà que, depuis quelque temps, elle vérifie ses messages de 20 à 30 fois par jour, même quand elle est au travail… Là, il y a vraiment un problème!

Ce qui caractérise une dépendance, c’est la souffrance qui l’accompagne.

«Il y a des gens pour qui l’ordinateur prend tellement de place qu’ils n’ont plus de qualité de vie; certains dépensent une fortune pour s’abonner à des sites, d’autres remplissent leurs cartes de crédit en jouant au casino virtuel… Ils ont des remords, ils présentent des symptômes de dépression et des signes physiques de détresse», souligne le psychologue Jean-Pierre Rochon, qui a créé un site Internet pour venir en aide aux cyberdépendants.   

Toutefois, comme les alcooliques, les cyberdépendants passent souvent par une phase de déni. C’est la réaction de leur entourage, victime de la situation, qui les amène alors à entreprendre une thérapie. Par exemple, Lucie, 40 ans, a décidé de consulter après que son conjoint l’a menacée de la quitter. Il lui reprochait de passer tout son temps sur le Net. Et lorsqu’elle a prétexté un surplus de travail pour ne pas participer à une escapade familiale afin de pouvoir répondre à ses courriels, ç’a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.  

Les accros du Net sont incapables de résister à l’appel de cette technologie qui les attire; ils consomment, puis se sentent coupables… et ils recommencent. Selon Jean-Pierre Rochon, les cyberdépendants ressentent la même excitation et ont les mêmes réactions biochimiques que les autres types de dépendants lorsqu’ils sont en contact avec «leur substance». Et si on les prive de celle-ci, ils présentent des symptômes de sevrage. Par exemple, quand Lucie a été privée de son ordinateur pendant une semaine parce qu’il était en panne, son conjoint lui a fait remarquer qu’elle était impatiente et agressive. Il arrive également que les cyberdépendants aient déjà eu d’autres dépendances.

«Ce sont des gens qui ont une tendance à être compulsifs», affirme Michel Campbell.

Sur le Net, Lucie avait son groupe de correspondants réguliers, dont deux hommes qu’elle affectionnait particulièrement. Elle aimait cette «amitié amoureuse» aux limites floues qu’elle entretenait.

«Pour la première fois depuis longtemps, je me sentais écoutée, admirée, désirée… Un de mes contacts m’envoyait même des poèmes. Je savais qu’il était marié, lui aussi, mais je me disais qu’on ne faisait de mal à personne», souligne Lucie, qui a finalement entrepris une thérapie.

Lucie refusait-elle de s’avouer que son couple battait de l’aile? Fuyait-elle la réalité? Est-elle dépendante affective? Internet lui donnait-il cette facilité à communiquer qui lui fait tant défaut dans la vie? Selon Michel Campbell, les situations pouvant mener à la cyberdépendance sont multiples.

«On retrouve chez les gens compulsifs un taux élevé de problèmes affectifs ainsi qu’un manque de confiance en soi et d’estime de soi», dit-il. 

Quant à Jean-Pierre Rochon, il pense que certaines personnes sont capables de se sortir seules d’une dépendance au Net, même si la plupart ont besoin d’une aide extérieure.

«La cyberdépendance, ça se traite. Toutefois, ça dépend du degré d’investissement de la personne qui vient en thérapie», dit-il.

Et son approche est différente selon qu’il s’agit d’un problème de cyberpornographie, de dépendance affective, de jeu compulsif, etc.

«Ce n’est pas un traitement simple, termine Michel Campbell. Il faut trouver quelqu’un qui a la formation nécessaire et qui sait comment traiter ce genre de problème.»

Sur son site Internet (www.psynternaute.com), Jean-Pierre Rochon énumère les signes diagnostiques de cyberdépendance. Si on répond à cinq critères pendant une période prolongée, on a probablement besoin d’aide professionnelle.

Êtes-vous cyberdépendant ?

  1. Préoccupation fréquente au sujet de notre comportement en rapport avec Internet;
  2. Intensité et durée des épisodes sur le Net plus importantes que souhaité;
  3. Tentatives répétées pour réduire, contrôler ou abandonner notre comportement virtuel;
  4. Temps important consacré à préparer les épisodes, à les entreprendre, ou à s’en remettre;
  5. Survenue fréquente d’épisodes de cyberdépendance au moment d’accomplir des obligations professionnelles, scolaires, familiales ou sociales;
  6. Activités sociales, professionnelles ou récréatives majeures sacrifiées;
  7. Perpétuation du comportement, même si on sait qu’il cause ou aggrave le problème;
  8. Besoin d’augmenter l’intensité ou la fréquence d’utilisation d’Internet pour obtenir l’effet désiré;
  9. Agitation ou irritabilité en cas d’impossibilité de s’adonner au comportement de cyberdépendance.

 

http://www.moietcie.ca

Chine Des «tueurs à gages» pour forcer son fils à retourner travailler


Comme partout ailleurs, pour plusieurs enfants devenus grands, les parents n’ont plus autant d’autorité. Par contre … comme moyen de pression, le père n’est vraiment pas a la hauteur .. du moins a mon avis
Nuage

 

Chine

Des «tueurs à gages» pour forcer son fils à retourner travailler

 

Des «tueurs à gages» pour forcer son fils à retourner travailler

Crédit photo : archives

Agence QMI

Un père a embauché des «tueurs à gages» pour dissuader son fils de 23 ans de jouer à des jeux vidéo en ligne.

Exaspéré par l’obsession de son fils pour un jeu en ligne, qui, selon lui, l’empêche de chercher du travail, le père de Xiao Feng a décidé d’engager des tueurs à gages virtuels, espérant que cela finirait par lui faire abandonner sa mauvaise habitude.

Le jeune homme, habituellement très doué, a en effet été très surpris de constater que les autres concurrents éliminaient son personnage virtuel beaucoup plus rapidement que d’habitude, comme s’il était un débutant. En fait, il s’agissait de tueurs à gages virtuels engagés par son père.

Malgré ses déboires au jeu, Xiao Feng a indiqué que cela n’allait pas l’inciter à retourner au boulot plus rapidement, lui qui a quitté son dernier emploi à peine trois mois après avoir été embauché.

«Que je joue ou pas ne changera rien, a-t-il déclaré au site People’s Online Daily.

Je ne cherche aucun emploi pour le moment, car je veux prendre le temps nécessaire pour trouver le poste qui me conviendra.»

http://tvanouvelles.ca