La cycliste qui avait fait un doigt d’honneur à Trump remporte une élection


Non que j’approuve le geste, du moins en public, il est clair que certaines personnes sont horripilé de voir un président tel que Donald Trump. Cette mère monoparentale a perdu son emploi à cause de son geste qui a été capté par les médias. Malgré tout, elle a accepté une nouvelle carrière en politique et elle a gagner une élection locale. Il semble que les républicains perdent de plus en plus de plumes.
Nuage


La cycliste qui avait fait un doigt d’honneur à Trump remporte une élection

PHOTO BRENDAN SMIALOWSKI, AFP

Âgée de 52 ans et mère célibataire de deux adolescents, Juli Briskman avait perdu son travail d’analyste en marketing pour un sous-traitant du gouvernement et de l’armée après la diffusion de la photo montrant son geste dans les médias en 2017.

(Washington) Une cycliste qui avait été licenciée parce qu’elle avait fait un doigt d’honneur au cortège du président américain Donald Trump a remporté une élection locale en Virginie, dans l’est des États-Unis, selon des résultats quasi définitifs.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Juli Briskman, dont le geste de défi avait été immortalisé par une photo de l’AFP devenue virale, a battu son adversaire républicain et remporté un siège au Conseil des autorités de surveillance du comté de Loudoun – l’équivalent d’un gouvernement du comté -, lors d’élections locales qui ont apporté une série de défaites au parti du président américain.

Âgée de 52 ans, cette mère célibataire de deux adolescents avait perdu son travail d’analyste en marketing pour un sous-traitant du gouvernement et de l’armée après la diffusion de la photo montrant son geste dans les médias en 2017, et elle avait été insultée et menacée.

Mais se faire renvoyer lui a aussi « ouvert beaucoup de portes », a-t-elle expliqué à l’AFP pendant sa campagne, dont une invitation du Parti démocrate à se présenter à cette élection locale.

Sa décision de concourir a porté ses fruits mardi soir. Elle a notamment célébré sa victoire en postant un tweet avec un lien vers la fameuse photo.

« Hâte de représenter mes amis et voisins du district d’#Algonkian qui m’ont soutenu aujourd’hui ! Fière que nous ayons pu #reprendreLoudoun », a-t-elle écrit.

Elle a remporté 52 % des voix dans 99 % des circonscriptions, ne laissant aucun espoir à la républicaine Suzanne Volpe.

Durant sa campagne dans le comté de Loudoun, le plus riche des États-Unis, Mme Briskman n’avait pas utilisé la photo qui lui avait apporté son éphémère et encombrante notoriété, sauf quand les habitants eux-mêmes évoquaient ses péripéties cyclistes.

À la place, la coureuse d’ultra-marathon a voulu montrer qu’il y avait « du fond » derrière sa candidature, parlant éducation, droits des femmes, transports et environnement, et qu’elle n’était « pas juste cette personne sur son vélo qui un jour a fait un doigt d’honneur au président ».

Sa victoire s’inscrit dans un contexte de déroute des républicains en Virginie, où ils ont perdu le contrôle des deux chambres de la législature d’État (Chambre des délégués et Sénat), selon des projections des médias américains.

Les démocrates détiennent désormais tous les postes de pouvoir en Virginie et en contrôlent l’Assemblée générale, un renversement inédit depuis les années 1990.

https://www.lapresse.ca/

KFC lance un nouveau sand­wich avec des donuts à la place du pain


Ça prend bien les Américains pour faire une telle innovation alimentaire, si on peut appeler une innovation. Alors qu’on pointe du doigt la malbouffe, il faut que la restauration rapide invente des mets de plus en plus calorique et gras.
Nuage


KFC lance un nouveau sand­wich avec des donuts à la place du pain


Crédits : KFC

par  Mathilda Caron

La célèbre chaîne de fast-food KFC propose une nouvelle recette à ses clients améri­cains : un hambur­ger de poulet frit entre deux donuts, rapporte CNN ce 18 septembre.

Pour l’ins­tant, l’étrange combi­nai­son sucrée-salée est réser­vée aux habi­tants de Norfolk, en Virgi­nie et Pitts­burgh en Pennsylvanie, pour une durée limi­tée.

« Dans le cadre de sa stra­té­gie d’in­no­va­tion alimen­taire, KFC est toujours à la recherche de moyens de servir ses clients avec de nouveaux choix déli­cieux et inno­vants », explique l’en­tre­prise dans un commu­niqué.

Rempla­cer les buns par des donuts, ça se pose là ques­tion inno­va­tion.

Si ce nouveau sand­wich est un succès, il pour­rait bien arri­ver dans tous les restau­rants améri­cains… voire même en Europe.

Source : CNN

https://www.ulyces.co/

Le Saviez-Vous ► Aux Etats-Unis, des archéologues exhument le passé d’Angela, l’une des premières esclaves africaines


Angela serait une des premières esclaves venu d’Afrique vers les États-Unis. Un voyage pénible pour un sort inhumain. Plus de 1 million Africain sont devenus esclaves pendant 250 ans suivi de ségrégation qui malgré l’évolution de ce pays, continu de subir le racisme. Les amércains ne doivent pas oublier que c’est eux qui sont aller les chercher et qu’ils ont participer a la construction du pays. Le racisme n’a pas sa place !
Nuage


Aux Etats-Unis, des archéologues exhument le passé d’Angela, l’une des premières esclaves africaines


Par AFP

Angela fait partie des premiers esclaves africains amenés sur le territoire des futurs Etats-Unis. Quatre cents ans plus tard, les USA se souviennent de leurs origines et des débuts de l’esclavage, ainsi que des inégalités qui persistent aujourd’hui.

Grattant la terre dans une chaleur suffocante, Chardé Reid, jeune archéologue noire américaine, tente de remonter le temps jusqu’aux vestiges de la vie d’Angela, débarquée, après une atroce traversée, il y a 400 ans parmi les premiers esclaves africains arrivés sur le territoire des futurs Etats-Unis.

« Je ressens beaucoup de liens entre mon histoire familiale et ce qui a commencé ici, en 1619 », explique la jeune femme de 32 ans à l’AFP, se disant elle-même descendante d’une servante blanche et d’un esclave africain.

Ces premiers Africains « sont nos aïeux. Non seulement les ancêtres de la culture afro-américaine mais aussi plus largement de toute la culture américaine », confie-t-elle.

Archéologie de l’esclavage

Sous sa truelle, des briques apparaissent : les restes de constructions édifiées sur le site de la riche demeure où vivait, esclave, Angela à Jamestown, première colonie anglaise permanente établie en Amérique, dans ce qui est devenu par la suite l’Etat de Virginie.

Ce terrain verdoyant coulant en pente douce vers la rivière James n’est pas si différent aujourd’hui de ce qu’ont vu les premiers Africains arrivés sur cette même rive en août 1619. A l’époque, Portugais et Espagnols arrachaient des Africains à leurs terres depuis près d’un siècle pour les envoyer vers les Amériques.

Originaire du royaume de Ndongo, dans ce qui est aujourd’hui l’Angola, Angela avait d’ailleurs au départ été embarquée dans un navire portugais parti de Luanda à destination de Veracruz.

Voyageant dans des conditions effroyables, environ un tiers des 350 esclaves à bord périrent durant la traversée. Et avant qu’ils n’arrivent à destination, deux bateaux pirates attaquèrent le navire et séquestrèrent une soixantaine d’Africains, explique l’historien James Horn, président de l’association Jamestown Rediscovery en charge des fouilles.

Où l’on reparle de Pocahontas

Le navire White Lion arriva le premier « vers la fin août », rapporta à l’époque John Rolfe, riche colon anglais célèbre pour avoir été l’époux de Pocahontas, fille du chef des Powhatan, une tribu des environs de Jamestown.

Arrivés à Point Comfort, aujourd’hui Fort Monroe, les pirates échangèrent « vingt et quelque » Africains contre des victuailles.

Quelques jours plus tard, le Treasurer accostait à son tour, livrant un autre petit groupe. Parmi eux figurait Angela, « la première femme africaine dont on ait jamais recensé le nom en Virginie », souligne Bly Straube, commissaire au musée de Jamestown Settlement. « Son histoire, c’est un peu celle d »Eve’, aux origines de tout », avance-t-elle.

Leur arrivée marque le début d’un funeste pan de l’histoire des Etats-Unis : 250 années d’esclavage, la traite de millions d’Africains, suivies d’une longue période de ségrégation dont les séquelles marquent encore la société américaine.

« Paradoxe » historique, selon James Horn, les premiers Africains sont arrivés à Jamestown peu après la tenue, dans la petite église du village, de la première assemblée législative du Nouveau Monde le 30 juillet 1619.

Etrange confluence entre la « première expression de notre expérience démocratique » et de nouveaux arrivants « privés de leurs droits, de leurs identités », souligne James Horn.

« Dans leurs pas »

L’histoire de l’esclavage aux Etats-Unis, c’est « en fait la plus puissante histoire de survie jamais contée », juge Terry Brown, premier responsable noir américain du monument national de Fort Monroe.

Avec son équipe, il prépare un grand week-end de cérémonies, du 23 au 25 août, pour célébrer notamment la « contribution » des Africains à la société américaine.

« Plus nous parlons tous ensemble, plus il est aisé de lutter contre le poison du racisme », poursuit-il sous son chapeau de ranger.

Terry Brown lui-même est parti en quête de son passé disparu, découvrant, à travers un test ADN, ses racines camerounaises.

« C’est très émouvant parce que tous les jours, je franchis le pont menant au Fort et qu’à chaque fois je pense au fait qu’ils sont arrivés ici. Il y a 400 ans, qui aurait imaginé que je serais un jour ici, marchant dans leurs pas ? »

Alors que les autres premières Africaines – « 17 femmes et 15 hommes originaires de Ndongo ou Kongo vivaient en Virginie début 1620 » selon James Horn – sont restées anonymes à jamais, Angela apparaît sur deux rares documents recensant la population de la petite colonie en 1624 et 1625, sous le nom d' »Angelo ».

Angela ou Angelo : les historiens débattent sur ce qui était vraiment son prénom, probablement donné par les Portugais. Mais tous s’accordent à dire qu’elle était esclave de la riche famille Pierce. Elle devait travailler aux tâches domestiques et dans le verger.

Esclavage « héréditaire »

Angela était probablement logée avec les servants blancs, selon les historiens. Ce n’est en effet qu’une quarantaine d’années plus tard, autour de 1660, que plusieurs colonies britanniques en Amérique décrétèrent que le statut d’esclave serait désormais transmis par la mère, apportant une nouvelle dimension héréditaire, et foncièrement raciale, à l’esclavage.

Elles interdirent à la même époque les mariages mixtes. Une prohibition qui perdurera dans certains Etats américains jusqu’au XXe siècle.

Après 1625, Angela disparaît des registres. Mais son nom est aujourd’hui plus que jamais à l’honneur à Jamestown.

Les recherches sur les premiers Africains « permettent de refléter un histoire plus complète du passé des Etats-Unis, avec laquelle nous sommes encore aux prises », estime Chardé Reid, en se disant toutefois « optimiste ». « Nous assistons à un changement profond. Et c’est vraiment incroyable d’y participer. »

https://www.geo.fr/

De rares nuages en forme de vagues dans le ciel de Virginie


Un phénomène rare a orné le ciel de Virginie aux États-Unis. Des nuages en forme de vagues. Les conditions pour avoir ces formes de nuage, un temps instable et du vent …
Nuage


De rares nuages en forme de vagues dans le ciel de Virginie

Des nuages en forme de vagues ont été aperçus dans le ciel de Virginie, aux États-Unis.

Des nuages en forme de vagues ont été aperçus dans le ciel de Virginie, aux États-Unis. © Facebook

Une rare formation de nuages ​​a été aperçue mardi au dessus du lac de Smith Mountain, en Virginie, aux États-Unis.

Mardi, alors qu’elle se trouvait aux abords du lac de Smith Mountain, en Virginie, Amy Hunter a découvert avec surprise des nuages ressemblant étrangement à des vagues.

Ce phénomène rare porte le nom d’”instabilité de Kelvin-Helmholtz”. Ces nuages apparaissent lorsqu’il y a des variations de vitesse et de densité à la frontière entre les nuages et l’air clair. L’air en altitude se déplace plus rapidement que celui au niveau inférieur et crée cette forme étonnante.

Ces nuages ​​sont plus susceptibles d’apparaître lorsque le temps est instable et venteux.

https://www.7sur7.be/

L’ouragan Florence s’essouffle mais menace de graves inondations


Les Américains dont les états sont directement concernés par l’ouragan Florence doivent être stressés, depuis des jours ont annonce que Florence sera un ouragan destructeur, puis baisse d’intensité, mais les pluies seront par contre diluvienne et ils prévoient donc de grandes inondations.
Nuage

 

L’ouragan Florence s’essouffle mais menace de graves inondations

 

AP

La côte est des États-Unis n’a plus que quelques heures à attendre avant l’arrivée de l’ouragan Florence, qui s’est encore un peu essoufflé mais qui reste extrêmement dangereux car il draine des pluies diluviennes et un risque d’inondations catastrophiques.

«Des bandes de pluies accompagnées de rafales de vents dignes de la force d’une tempête tropicale arrivent sur les côtes des Outer Banks en Caroline du Nord», a indiqué jeudi le Centre national des ouragans (NHC) dans son bulletin de 8h00 (12h00 GMT).

«Une montée des eaux et des chutes de pluies potentiellement mortelles sont attendues», a-t-il prévenu.

L’oeil de l’ouragan, qui a été rétrogradé dans la nuit de mercredi à jeudi en catégorie 2 (175 km/h), sur une échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, «va approcher les côtes de Caroline du Nord et du Sud plus tard aujourd’hui».

Il menace des millions d’habitants sur les côtes et à l’intérieur des terres car, outre la hausse du niveau de l’océan (jusqu’à près de 4 mètres), il est gorgé d’eau (jusqu’à un mètre de pluie). Il se déplaçait à 20 km/h mais devrait ralentir, donc déverser ses pluies au-dessus des mêmes zones.

«Nous sommes totalement prêts pour l’ouragan Florence, tandis que la tempête grossit encore et est plus puissante. Soyez prudents!», a tweeté jeudi matin le président Donald Trump.

Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l’abri loin du littoral de la Caroline du Sud, de la Caroline du Nord et de la Virginie. Ces trois États de la côte atlantique sont les plus menacés, mais la Géorgie a aussi décrété, mercredi, l’état d’urgence pour débloquer des moyens matériels par précaution.

Wilmington, station balnéaire de Caroline du Nord comptant un peu plus de 100 000 habitants, s’est préparée à l’impact. Jeudi matin, Florence se trouvait à 275 km des côtes.

Les rues étaient quasi désertes mercredi déjà, les commerces et les habitations calfeutrés derrière des planches de contreplaqué, les supermarchés vidés et les pompes à essence à sec.

«Wilmington reste soudée», «Flo, tu n’es pas la bienvenue ici», pouvait-on lire sur la devanture du bar Tavern Law.

«Evacuez»

Les appels à évacuer rapidement les zones à risques se sont multipliés mercredi.

«Après aujourd’hui, il sera vraiment trop tard. N’attendez pas la dernière minute», a lancé Brenda Bethune, la maire de Myrtle Beach, célèbre station balnéaire de Caroline du Sud.

Dans un camp de mobil-homes de la banlieue de Wilmington, les habitants s’apprêtaient à partir après avoir protégé portes et fenêtres.

«J’ai deux enfants et je veux les emmener aussi loin que possible d’ici et des dangers de l’ouragan», a expliqué à l’AFP Alondra Espinoza.

Solange Iliou Thompson, propriétaire du restaurant Indochine, a choisi de rester même si son établissement est fermé, faute de main d’oeuvre.

«Moi je reste ici, le bâtiment est solide, je n’ai aucune inquiétude, le bouddha va nous protéger», a témoigné cette Vietnamo-Bretonne, installée depuis plus de 40 ans aux États-Unis.

«Il n’y a rien à faire, on ne peut pas arrêter Mère Nature», a-t-elle ajouté, alors que le vent a commencé à se lever sur Wilmington en début d’après-midi mercredi.

«J’ai téléchargé des films coréens pour passer le temps et nous avons de quoi faire avec le vin et les réserves du restaurant», a-t-elle expliqué.

À 300 km plus au sud, Charleston comptait aussi des irréductibles.

«J’ai fait Hugo», a dit à l’AFP un électricien de 50 ans rencontré à une station-essence de Charleston, ville touristique de Caroline du Sud, en faisant référence à l’ouragan qui avait ravagé l’État en 1989. «Il y aura un peu plus d’eau mais on va s’en sortir, j’ai confiance. On a tout ce qu’il faut, on est prêt».

Florence va «être comme un direct de Mike Tyson sur la côte» des Carolines, a prévenu Jeff Byard, responsable de l’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence (Fema).

Selon le fournisseur d’électricité Duke Energy, basé à Charlotte (Caroline du Nord), entre un et trois millions d’usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux Etats de Caroline et les réparations pourraient durer plusieurs semaines.

Le gouverneur de Géorgie Nathan Deal a expliqué vouloir «mobiliser toutes les ressources disponibles» pour faire face au vents violents et à la pluie intense.

http://journalmetro.com/

En Virginie, la police supplie les citoyens de ne pas tirer sur l’ouragan Florence pour le faire fuir


Preuve que ceux qui ont des armes à feu aux États-Unis ne sont pas tous des lumières. Lors de l’ouragan Irma, les propriétaires d’armes avaient suggéré de tirer sur la tempête. Bien, des gens ont cru que cela pouvait tirer sans risques .. Tellement, que les autorités veulent faire entendre raisons et d’éviter des accidents dû aux armes
Nuage

 

En Virginie, la police supplie les citoyens de ne pas tirer sur l’ouragan Florence pour le faire fuir


 

Crédits : National Geographic

par  Malaurie Chokoualé

 

L’année dernière déjà, près de 26 000 personnes avaient indiqué vouloir participer au programme épique que Ryon Edwards, jeune Floridien de 22 ans, avait partagé sur Facebook : tirer sur l’ouragan Irma pour lui faire tourner les talons et sauver les États-Unis

Edwards a ensuite expliqué que pour sa part, il plaisantait, mais l’affaire a pris des proportions incroyables. Près d’un an plus tard, les ouragans sont malheureusement de retour, de même que les Américains à la gâchette facile dans l’espoir de le faire fuir, entre le 11 et le 15 septembre à Richmond, en Virginie.

L’ouragan Florence se rapproche peu à peu des États-Unis et le pays se prépare à affronter des vents atteignant parfois 220 km/h. Désormais classé en catégorie 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson, l’ouragan a causé l’évacuation forcée de près d’un million d’habitants et devrait toucher la côte sud-est du pays autour du 13 septembre. Mais pendant ce temps, sur Facebook, les gens font des farces – et certains y croient.

Crédits : NASA

Celle de « Shooting Guns at Hurricane Florence » est déjà un franc succès : elle rassemble 30 000 participants et 75 000 personnes intéressées. Mais cette année, la présentation de l’événement se veut plus limpide :

« Prenez vos armes et vos parapluies ! […] Note : ne déchargez pas réellement vos armes à feu en l’air. Vous pourriez tuer quelqu’un et vous ne pouvez pas effrayer un ouragan. Je n’arrive pas à croire que je suis en train d’écrire cela. »

Déjà l’année dernière, les autorités avaient dû intervenir pour dissuader les gens de dégainer leurs armes face aux vents, en leur expliquant à quel point cela pouvait être dangereux. Le bureau du shérif du comté de Pasco s’était alors tourné vers Twitter pour présenter à ses concitoyens un diagramme expliquant que les balles tirées sur Irma pouvaient revenir vers le tireur. Blague ou pas, les risques de blessés étaient trop grands pour que le shérif se taise. Espérons que le message sera entendu cette année.

Les propriétaires d’armes à feu de Floride sont encouragés à «tirer sur la tempête» et à tirer avec leurs armes sur l’ouragan Irma

 

Harriet Alexander

Harriet Alexander

Le télégraphe

Suggestions du

 

Un homme de Floride qui a suggéré de tirer des coups de feu à l’ ouragan Irma par «stress et ennui» a trouvé que son idée avait capturé l’imagination des gens – avec plus de 46 000 personnes qui se sont inscrites .

L’ouragan Irma devrait frapper la Floride samedi et l’État connaît actuellement la plus grande évacuation de masse en raison d’un ouragan dans l’histoire américaine.

https://www.ulyces.co/

L’Ouragan Florence : la population fuit la cote est


 

L’ouragan Florence qui va s’abattre sur les États côtiers risque de faire de gros dégâts sur nos voisins américains. 3 états la Caroline du Sud, la Caroline du Nord et la Virginie, se préparent au pire, Washington subira aussi des conséquences pour plusieurs jours de la montée des eaux
Nuage

 

L’Ouragan Florence : la population fuit la cote est

Entrez la légende de la vidéo ici

De longues files de voitures se sont formées mardi sur les routes du littoral d’une vaste zone de l’est des États-Unis où la population fuyait vers l’intérieur des terres avant l’arrivée de Florence, un ouragan potentiellement dévastateur attendu avec des vents extrêmement violents et des pluies diluviennes.

Les opérations d’évacuation concernent 1,7 million de personnes en Caroline du Sud, Caroline du Nord et en Virginie. Les trois États sont les plus menacés par Florence, qui progresse vers l’ouest et le nord-ouest à une vitesse de 28 km/h et devrait atteindre jeudi les côtes américaines, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Mais l’ouragan, classé mardi en catégorie 4 (sur 5) sur l’échelle de Saffir-Simpson avec des vents atteignant 220 km/h, pourrait sévir jusqu’en Pennsylvanie, a mis en garde l’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence (FEMA).

Solidarité

À Charleston, certains ont pourtant ignoré les consignes d’évacuation alors que le Soleil baignait la grande ville touristique de Caroline du Sud, où de nombreux restaurants et magasins ont fermé.

Desiree Taylor, une infirmière, va rester dans son appartement de la banlieue de la ville. Elle compte sur ses voisins et leur générateur électrique pour alimenter son réfrigérateur.

«Tout le monde est solidaire», explique-t-elle.

D’autres habitants ont choisi de partir. Michael Kennedy, ingénieur chez Boeing, va rejoindre ses parents à Atlanta, en Géorgie.

Sa compagne, Emily Whisler, a été réquisitionnée par l’université de médecine de la ville.

«Ils m’ont dit d’apporter une couverture et un oreiller, je vais rester là-bas plusieurs jours», a-t-elle dit.

En Virginie, près d’un millier de détenus ont été transférés dans une prison de l’intérieur de l’Etat. Mais en Caroline du Sud, un millier d’autres vont rester dans leur centre de détention «pour leur sécurité», selon les médias locaux citant un porte-parole des services pénitentiaire.

Les supermarchés ont été pris d’assaut par la population qui faisait le plein d’eau, de nourriture et de produits de première nécessité. De nombreux habitants ont également calfeutré portes et fenêtres de leur logement en prévision des vents violents.

L’agence fédérale chargée du contrôle des armes à feu (ATF) a également recommandé aux armuriers de mettre à l’abri leurs stocks d’armes, d’explosifs et de munitions.

«C’est un ouragan puissant qui va frapper les côtes de Caroline comme les habitants n’en ont pas vu depuis des décennies», a affirmé Jeffrey Byard, un responsable de la Fema à Washington.

Ils doivent s’attendre à des coupures d’électricité, des destructions de bâtiments, de routes et de ponts, ainsi qu’à des inondations d’envergure, des dégâts qui peuvent «potentiellement faire des victimes», a-t-il averti.

Après les trois États côtiers et le Maryland, la capitale fédérale Washington a également déclaré l’État d’urgence, redoutant les précipitations portées par l’ouragan qui pourraient provoquer des crues soudaines alors que les sols sont déjà gorgés d’eau après plusieurs jours de pluie.

Le Potomac, qui longe la capitale fédérale, était déjà en crue mardi et inondait la vieille ville d’Alexandria, en Virginie, où les autorités ont fourni des sacs de sable aux habitants pour se protéger de la montée des eaux.

Dans son bulletin de 17h00, le NHC a mis en garde contre une «montée des eaux potentiellement mortelle sur les côtes» de Caroline du Nord et du Sud, jusqu’à la baie de Chesapeake, dans le sud du Maryland.

Une rue inondée dans la ville d'Alexandria, en... (AFP) - image 3.0

Une rue inondée dans la ville d’Alexandria, en Virginie.

AFP

Inondations majeures 

Les autorités s’attendent à des inondations majeures, avec des montées d’eau de 35 à 50 cm, et à des crues à l’intérieur des terres jusqu’en début de semaine prochaine.

«Nous n’avons été jamais aussi prêt» pour affronter l’ouragan, a assuré le président américain Donald Trump après avoir été informé des mesures mises en place.

«Il est terriblement gros, terriblement humide, un niveau d’eau terrible», a-t-il ajouté depuis le bureau Ovale.

Deux autres dépressions suivent Florence dans l’Atlantique.

Helene, un ouragan de catégorie 2, a pris une trajectoire nord-ouest et devrait perdre progressivement en vigueur au milieu de l’océan.

Avec des vents de 110 km/h, la tempête tropicale Isaac prenait pour sa part la direction des Petites Antilles, qui se remettent encore du passage de Maria.

Entre août et septembre 2017, les trois puissants ouragans Harvey, Irma et Maria ont causé la mort de milliers de personnes et provoqué des milliards de dollars de dégâts dans les Caraïbes et le sud-est des États-Unis.

http://www.lapresse.ca/