Comment réagissez-vous à la critique ?


Il y a de bonnes et de mauvaises critiques, mais pour certaines qu’elles soient bonnes ou mauvaises, ils sont insultés, pourtant ceux qui sont constructive nous permet de nous améliorer
Nuage

 

Comment réagissez-vous à la critique ?

 

Ole Bull, le violoniste norvégien du siècle dernier, avait étudié avec de bons professeurs, mais pas d’excellents professeurs. Il était si doué qu’il décrocha, à 25 ans, une tournée européenne. Arrivé à Milan, un critique écrivit, après avoir assisté à son concert :

 
« C’est un musicien qui manque encore de formation. Certes, c’est un diamant, mais pour l’instant il n’est ni taillé ni poli. »

Lisant cette critique, il accusa le coup. Puis il se leva, se rendit au siège du journal, et demanda à parler au journaliste. C’était un musicologue de 70 ans, qui savait de quoi il parlait. Ole Bull écouta dans le détail tout ce que cet homme avait à dire sur son jeu, sur ses erreurs, sur ce qu’il pouvait encore améliorer.

Le lendemain, il annula le reste de sa tournée, retourna chez lui, changea de professeurs, et travailla son jeu pendant 6 mois. Il reprit ensuite les concerts et connut un succès sans précédent, toute sa vie.

Elle oublie un violon de 170 000 $ dans un autobus


Il existe encore des gens honnêtes dans ce bas monde, un violon perdu a été remit a sa destinataire …
Nuage

Elle oublie un violon de 170 000 $ dans un autobus

Elle oublie un violon de 170 000 $ dans un autobus

Photo: AFP

Agence France-Presse
Philadelphie

Une jeune violoniste taïwanaise de 18 ans a oublié dans un autobus aux États-Unis un rare violon d’une valeur de 170 000 $… qu’on lui avait prêté, a révélé vendredi la police, qui a finalement retrouvé l’instrument.

Jessica Muchen Hsieh, étudiante au New England Conservatory of Music, a réalisé qu’elle n’avait plus son précieux instrument après être descendue d’un autobus à Philadelphie jeudi soir.

La jeune fille a lancé un appel à l’aide afin de retrouver son violon, fabriqué à Naples, en Italie, en 1835. L’instrument comporte toujours le label de son fabricant Vincenco Jorio. Il lui avait été prêté par la Chi Mei Culture Foundation de Taïwan.

«J’étudie le violon, j’espère donc vraiment que la personne qui l’a pris voudra bien me le rendre afin que je puisse terminer mes études, parce qu’en ce moment je ne peux rien faire», a dit la jeune fille à la chaîne locale KYW-TV.

Vendredi après-midi, la police de Philadelphie a mis fin à ses tourments, un officier annonçant sur son compte Twitter que le violon avait été retrouvé

http://www.cyberpresse.ca