Le Saviez-Vous ►Témoignages immortels de soldats canadiens de Vimy


La guerre laisse des marques profondes. Des témoignages existent encore dans les lieux de bataille. En France, les Canadiens ont laissé des traces de leur passage dans une grotte quand ils se préparaient avec des alliés à surprendre l’ennemi pour le coup décisif à Vimy lors de la Première Guerre Mondiale
Nuage

 

Témoignages immortels de soldats canadiens de Vimy

Un coeur gravé dans la pierre porte la mention : 1917

Plusieurs coeurs ornent les murs des grottes de Vimy dont celui-ci, gravé en 1917   PHOTO : CATHERINE FRANÇOIS/RADIO-CANADA

C’est un aspect de la Première Guerre mondiale peu connu : dans les grottes des souterrains creusés sous la crête de Vimy, dans le nord de la France, des soldats canadiens ont gravé toutes sortes de messages pour témoigner de leur présence et de leur angoisse alors qu’ils attendaient de se lancer dans la célèbre bataille.

Un texte de Catherine François

Une exposition est consacrée à ces témoignages éternels au Musée de la guerre à Ottawa, alors qu’on s’apprête à commémorer, l’an prochain, le 100e anniversaire de cette bataille épique.

Laisser une trace

Ils sont des dizaines de milliers de Canadiens entassés dans ces tunnels qui sont d’anciennes carrières de craie creusées sous la colline de Vimy et ils attendent l’ordre de lancer l’assaut. Alors certains d’entre eux ont le réflexe de graver dans les murs le portrait de leur amoureuse, leur nom, des indications pour se repérer dans ce réseau de tunnels baptisé « le métro », des feuilles d’érable ou ce gros cochon bien portant, souvenir de temps meilleurs probablement pour le soldat qui l’a dessiné.

Un cochon gravé dans la pierre

Souvenir de temps meilleurs que ce dessin d’un cochon bien portant par un soldat canadien dans les grottes de Vimy.   PHOTO : CATHERINE FRANÇOIS/RADIO-CANADA

Une feuille d'érable gravée dans la pierre

Tout un symbole sur les murs des grottes des souterrains de Vimy.   PHOTO : CATHERINE FRANÇOIS/RADIO-CANADA

Autant de traces laissées par ces hommes, autant de témoignages de leurs angoisses, de leurs peurs, de leur envie de vivre et de survivre à ces atrocités. Un art souterrain pour ne pas oublier, ne pas les oublier.

Impact stratégique des tunnels

Les Alliés ont rapidement compris l’avantage stratégique que pouvaient leur offrir ces anciennes carrières de craie sous la colline de Vimy.

« C’était l’occasion de regrouper les troupes sans que les Allemands réalisent qu’une bataille se préparait, alors ils ont demandé à des soldats néo-zélandais qui étaient des mineurs d’élargir ces tunnels pour se rapprocher le plus possible du front », explique le directeur du Musée canadien de la guerre, Steven Quick.

Des noms gravés dans la pierre

Des soldats ont gravé leurs noms dans les grottes des souterrains de Vimy.   PHOTO : MUSÉE CANADIEN DE LA GUERRE/RADIO-CANADA

Pendant des mois, la bataille se planifie méticuleusement. On prépare les hommes, on apporte les armes que l’on stocke dans ces souterrains. Bien sûr, les Allemands se doutent bien qu’il se trame quelque chose, surtout qu’ils contrôlent les hauteurs de la colline de Vimy. Mais, quand les Canadiens donnent l’assaut le 9 avril 1917, ils prennent les Allemands par surprise. Le 12 avril, c’est la victoire : les Canadiens prennent le contrôle de la crête de Vimy.

Première grande victoire de l’armée canadienne

Le visage d'une femme gravé dans la pierre

Les murs des grottes des souterrains de Vimy sont ornés de portraits de femmes, amoureuse, mère, soeur, amie…   PHOTO : CATHERINE FRANÇOIS/RADIO-CANADA

La prise de la crête de Vimy aux Allemands a eu un efffet décisif dans ce conflit et a aussi marqué le Canada, car c’était la première fois que les quatre divisions de l’armée canadienne se battaient ensemble.

Les soldats canadiens ont réussi en quelques jours un véritable exploit. La première grande victoire de l’armée canadienne, à l’offensive, oui, c’est celle de Vimy. Serge Bernier, historien

C’est une victoire coûteuse en vies humaines : 10 500 Canadiens ont perdu la vie ou ont été blessés dans cette bataille. Un monument d’une blancheur immaculée se dresse maintenant sur la colline, à Vimy, en leur honneur et à la mémoire de tous les Canadiens tués lors de la Première Guerre mondiale.

http://ici.radio-canada.ca/