Etats-Unis : un couple achète une maison sans savoir qu’elle est déjà habitée… par 6000 araignées !


C’est vice caché, je ne sais pas quelles sont les lois aux États-Unis, mais au Québec, les acheteurs pourraient avoir gain de cause
Nuage

 

Etats-Unis : un couple achète une maison sans savoir qu’elle est déjà habitée… par 6000 araignées !

 

Brian et Susan Trost avaient acheté en 2007 un ranch de 2500 m² dans la petite ville de Weldon Spring, dans le Missouri, sans être au courant que la propriété était infestée d’araignée violonistes, rapporte le site Gawker.

Dans la cheminée, derrière le papier peint, dans les volets…

Un remake du film Arachnophobia ? Malheureusement, pour cette famille du Missouri, c’était bien la réalité. Quelques temps après avoir acheté la maison, les nouveaux propriétaires ont découvert que des araignées y avaient déjà élu domicile. Dans la cheminée, derrière le papier peint, dans les volets, les petites bêtes étaient partout. Le couple a donc décidé de faire un procès aux anciens propriétaires, qui ne les avaient pas prévenu que des milliers d’araignées violonistes avait envahi la maison, espèce qui mord et peut causer de graves douleurs et infections. Susan Trost n’avait pas remarqué la présence des arachnides dans la maison lors de la visite, mais elle a précisé avoir vu « une grande toile d’araignée autour d’une applique » lors de son premier jour dans la maison.

4500 à 6000 araignées dans la maison l’hiver

« Les jours suivants, elle voit des araignées et leurs toiles tous les jours. Elles se trouvent dans les stores, le système d’aération, le garde-manger, la cheminée. Leurs exosquelettes tombent des plafonniers. Une fois, sous la douche, elle esquive une araignée alors qu’elle tombe du plafond et tombe dans le siphon de la douche », rapporte le journal local St.Louis Post-Dispatch.

Selon un professeur de l’université du Kansas qui a visité la maison, entre 4500 et 6000 araignées se trouvaient dans la maison en période hivernale. Plusieurs tentatives de désinfection et plusieurs plaintes contre les compagnies d’assurance plus tard, Susan et Brian Trost ont baissé les bras et laissé la maison aux araignées. La propriété appartient aujourd’hui à une société d’hypothèque gouvernementale. 

http://www.ladepeche.fr/