Le Saviez-Vous ► Le top des lieux interdits


 

Il y a des lieux qu’on ne peut visiter, soit à cause de légendes ou de sécurité ou pourquoi garder un lieu tout simplement mystérieux
Nuage

 

Le top des lieux interdits

L’interdit et le mystère vous fascinent? Si vous avez envie de jouer à Indiana Jones, voici quelques lieux interdits à ajouter à votre liste de destinations à visiter un jour!

1. L’île hantée de Poveglia en Italie

Poveglia

Cette petite île est située entre Venise et Lido dans la lagune. Elle appartient à l’état et est fermée aux touristes depuis les années 70. Elle a la réputation d’être hantée. Son passé sombre y est sans doute pour quelque chose. Poveglia  a servi à au moins quatre reprises de lieu de quarantaine pendant les épidémies de peste qui ont frappé la région depuis l’époque romaine. Plusieurs milliers de personnes y seraient donc mortes.  La légende dit que le sol est composé à 40% de cendres humaines.  Puis, en 1922, un hôpital psychiatrique y fut construit. On rapporte que des patients croyaient voir les esprits des victimes de la peste errer sur l’île. Le psychiatre en chef aurait enquêté sur ce phénomène, puis se serait lancé du haut de la tour d’observation.

2. Les archives secrètes du Vatican

Archives secrètes du Vatican

Photo: ©Giovanni Ciarlo

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les archives du Vatican ne sont pas «secrètes», mais plus plutôt fermées au grand public. Les archives ont été instaurées il y a 400 ans, mais ne sont ouvertes aux chercheurs et aux universitaires que depuis 1881. Ceux-ci doivent faire une demande écrite pour accéder aux milliers de documents d’archive qu’elles contiennent.

3. L’église Sainte-Marie-de-Sion en Éthiopie

Chapelle de l'Arche

C’est dans la petite chapelle adjacente à l’église Sainte-Marie-de-Sion, à Aksoum, en Éthiopie, que reposerait l’Arche d’alliance contenant les tables de la Loi (les dix commandements).  La seule personne admise à l’intérieur de la chapelle est le moine responsable de garder l’Arche. Celui-ci est nommé à vie et nomme lui-même son successeur avant sa mort. On raconte que l’arche aurait été gardée dans le Temple de Salomon à Jérusalem jusqu’à la destruction du temple en 600 av. J.-C. par Nabuchodonosor. Ce serait le roi éthiopien Ménélik, le fils de Salomon, qui aurait rapporté l’Arche dans son pays.

4. La zone 51 (Area 51) au Nevada 

Area 51

En juillet 2013, la CIA a enfin confirmé l’existence d’une base militaire sur le lieu appelé Area 51 par les ufologues.  Si ces derniers croient qu’il s’agit d’une base militaire vouée à l’étude des extra-terrestres, les sources officielles la décrivent comme une base d’essai pour le matériel militaire. Longtemps absente des cartes et effacée des photos satellites, la base est hautement surveillée. Même l’espace aérien au dessus de la zone est réservé uniquement aux appareils de la base. Pour y accéder, vous devez posséder la cote de sécurité nécessaire et être invité par les plus hautes instances militaires ou des services de renseignement.

5. Mount Weather Emergency Operations Center en Virginie

Mount Weather Emergency Operations Center

En activité depuis la guerre froide, c’est le bunker dans lequel les membres du gouvernement seraient mis à l’abri en cas de conflit ou de catastrophe majeure. C’est là qu’ont été évacués certains dirigeants américains pendant les attaques du 11 septembre 2001. Pour des raisons évidentes de sécurité, on sait peu de choses des installations du complexe, mais l’endroit possède son propre service d’incendie, son corps policer et ses dirigeants. La plus grande partie du centre serait sous terre.

http://www.canald.com/

L’Église punit les prêtres accusés d’abus sexuels en les transférant en Amérique Latine


Ce n’est pas contre la religion, (Il y a des gens qui ne font pas la différence entre  religion (qu’importe la religion) et ceux qui ‘disent l’appliquer)  mais bien contre les hommes qui abusent des enfants et de leur statut. Comme dans toute chose, il y a de bonnes personnes et de mauvaises personnes et que ces dernières sont protégées et pire, ces personnes peuvent même continuer leurs crimes ailleurs ou les lois sont encore moins sévères.
Nuage

 

L’Église punit les prêtres accusés d’abus sexuels en les transférant en Amérique Latine

 

Photos de victimes d'abus sexuels par des prêtres (REUTERS/Dylan Martinez)

Photos de victimes d’abus sexuels par des prêtres (REUTERS/Dylan Martinez)

Repéré par Claire Levenson

Sur place, certains sont soupçonnés de nouveaux abus.

Dans une longue enquête, le site GlobalPost a suivi les trajectoires de cinq prêtres accusés d’abus sexuels sur des enfants aux États-Unis et en Europe. Plusieurs ont admis les faits, et dans certains cas, ils faisaient l’objet d’enquêtes criminelles, mais plutôt que de les mettre hors de nuire, la hiérarchie de l’Église catholique les a transférés dans des paroisses en Amérique Latine.

Pour David Clohessy, le porte parole d’un réseau de victimes de prêtres, il s’agit d’une nouvelle stratégie de l’Église pour éviter de se confronter au problème des abus sexuels:

«Alors que dans les pays développés, la hiérarchie a du mal à continuer de faire travailler les prêtres prédateurs sexuels, les évêques les déplacent de plus en plus vers les pays en voie de développement, où les lois sont moins appliquées, où il y a moins de médias indépendants, et où les prêtres ont plus de pouvoir sur les paroissiens.»

De nouveaux soupçons d’abus

Au Paraguay, le journaliste Will Carless a notamment retrouvé le père Carlos Urrutigoity, accusé d’avoir agressé sexuellement des garçons en Pennsylvanie. L’évêque de la ville de Scranton l’avait qualifié de «sérieuse menace pour les jeunes», mais il dirige désormais le diocèse de Ciudad del Este.

Le père Francisco Montero, accusé d’agression sexuelle sur une fille de 4 ans dans le Minnesota, est désormais prêtre dans des paroisses d’Équateur. Quant au père Paul Madden, après avoir admis une agression sexuelle sur un garçon de 13 ans lors d’un voyage en Irlande dans les années 1970, il exerce désormais dans le diocèse de Chimbote au Pérou.

Certains de ces prêtres ont de nouveau eu des problèmes avec les autorités. C’est notamment le cas du père Jan Van Dael, qui avait été accusé d’abus sexuels en Belgique, avant de s’installer au Brésil pour fonder un orphelinat. Une enquête vient d’être ouverte contre lui pour abus sexuels au Brésil

Quant au père Federico Fernandez Baeza, qui avait été poursuivi pour viol au Texas (la famille d’une des victimes a obtenu plus d’un million de dollars en dédommagement de la part du diocèse), il a désormais un poste très haut placé dans une université catholique de Colombie.

Pas de réponse du Vatican

Le pape François dit prôner la «tolérance zéro» à l’égard des abus sexuels au sein de l’Église, mais aucun porte-parole du Vatican n’a souhaité parler au journaliste du GlobalPost de ce sujet.

Pour Peter Sanders qui a été nommé par le pape François pour diriger la commission sur la protection des enfants dans l’Eglise, la tolérance zéro doit s’appliquer à toute l’institution:

«Les plus gros problèmes sont dans des pays éloignés, en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie. Nous savons que c’est là que de nombreux prêtres fuient pour continuer leurs abus sexuels. C’est un scandale.»

http://www.slate.fr/