Vapotage: des poumons comme brûlés par des gaz toxiques


Aux États-Unis, des biopsies ont été faites sur des personnes mortes suite au vapotage. Il semble que leurs poumons aient subi des lésions similaires à une exposition à des gaz toxiques. Ils croient que ces substances dans les huiles pour les cigarettes électroniques seraient la cause comme du THC et de la vitamine E.
Nuage


Vapotage: des poumons comme brûlés par des gaz toxiques


(Washington) Les biopsies des poumons de 17 personnes frappées par les maladies pulmonaires liées au vapotage aux États-Unis, dont deux décédées, révèlent des lésions similaires à une exposition à des gaz toxiques, selon une étude médicale publiée mercredi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

« Il semble que ce soit une sorte de lésion chimique directe, similaire à ce qu’on pourrait voir lors d’une exposition à des émanations chimiques toxiques, des gaz ou des agents toxiques », explique le médecin Brandon Larsen, de l’hôpital Mayo Clinic Arizona, auteur de l’étude parue dans la revue médicale New England Journal of Medicine.

Les malades étudiés ne représentent qu’un petit échantillon des plus de 800 recensés à ce jour aux États-Unis.

Mais aucun de ces cas ne correspondait à l’un des diagnostics évoqués initialement, à savoir une « pneumonie lipidique », qui se produit quand des huiles pénètrent les poumons. L’huile de vitamine E a été citée par les autorités de l’État de New York comme une possible cause des maladies.

« D’après ce que nous avons vu dans notre étude, nous estimons que la plupart des cas impliquent des contaminants chimiques, des dérivés toxiques ou d’autres agents nocifs contenus dans les liquides de vapotage », poursuit Brandon Larsen.

Au 27 septembre, 12 décès ont été confirmés par les autorités fédérales.

Les autorités sanitaires enquêtent depuis le mois de juillet dernier pour déterminer la cause des maladies, qui frappent en majorité des hommes jeunes utilisateurs de cigarettes électroniques. 

Les trois quarts vapotaient des e-liquides au THC, l’agent psychoactif du cannabis, souvent achetés sur le marché noir. Les experts soupçonnent qu’un ou plusieurs additifs provoquent les maladies, qui provoquent des difficultés à respirer.

https://www.lapresse.ca/

Vapotage : un jeune Ontarien serait le premier Canadien atteint d’une maladie pulmonaire


Aux États-Unis, il y aurait 380 cas confirmés de problèmes respiratoires graves liés au vapotage, dont six décès. En Ontario, un cas s’est déclaré, heureusement pour cet adolescent, il a pu sortir de l’hôpital. Il semble que des fumeurs arrivent à arrêter ou du moins diminuer de fumer des cigarettes avec les vapoteuses, sauf ce que je me demande si les jeunes n’opte pas plus pour la cigarette électronique sans pour autant être des fumeurs, ce qui serait contre productif.
Nuage


Vapotage : un jeune Ontarien serait le premier Canadien atteint d’une maladie pulmonaire

Une jeune femme qui fume une cigarette électronique.

Les ministres de la Santé insistent sur l’importance de protéger les jeunes des dangers liés au vapotage.

PHOTO : ASSOCIATED PRESS / STEVEN SENNE

Un jeune Ontarien qui fumait des cigarettes électroniques s’est retrouvé aux soins intensifs et a été placé sur respirateur artificiel. Il s’est toutefois remis depuis et n’est plus à l’hôpital, a précisé le bureau de la santé publique de Middlesex-London, lors d’un point de presse mercredi après-midi.

Les responsables n’ont pas voulu dévoiler le sexe, l’âge ou le lieu de résidence du patient, pour préserver la confidentialité. Ils ont cependant précisé qu’il était d’âge à fréquenter l’école secondaire.

Le médecin hygiéniste de la région, le Dr Chris Mackie, a aussi déclaré, en réponse aux questions des journalistes, que cette personne vapotait tous les jours.

« Il est important que les gens comprennent que le vapotage présente un risque pour la santé au Canada également », a-t-il déclaré.

Signalement obligatoire

Cette nouvelle survient alors que la ministre provinciale de la Santé de l’Ontario a ordonné aux hôpitaux de signaler tous les cas de maladie pulmonaire liés au vapotage. Un décret ministériel oblige désormais les hôpitaux de l’Ontario à collecter des données statistiques qui seront ensuite remises au médecin hygiéniste en chef de la province.

La ministre de la Santé de l’Ontario, Christine Elliott, affirme vouloir davantage de détails sur les conséquences du vapotage sur la santé des Ontariens, un problème émergent.

Nous n’avons pas accès aux données et à l’information suffisantes pour comprendre l’ampleur potentielle de ce problème, indique la ministre de la Santé, Christine Elliott, par voie de communiqué.

Plus tôt ce mois-ci, les médecins en Alberta ont reçu une directive similaire.

À la lumière des preuves qui s’accumulent, je m’inquiète de plus en plus de la prévalence du vapotage et de ses possibles conséquences sur la santé.  Christine Elliott, ministre ontarienne de la Santé

Aux États-Unis, les responsables de la santé rapportent 380 cas confirmés ou probables de problèmes respiratoires graves liés au vapotage, dont six décès.

Jusqu’à présent, aucun cas semblable n’avait été signalé au Canada, mais plusieurs directions de la santé publique et Santé Canada surveillent étroitement les éclosions récentes de maladies pulmonaires qui seraient liées à l’utilisation de produits de vapotage aux États-Unis.

Le ministre Elliott avoue que les possibles dangers reliés au vapotage la préoccupent depuis des mois. Elle refuse pourtant de parler d’une crise de santé publique.

C’est effrayant pour les parents. Je prends la situation très au sérieux. Christine Elliott, ministre de la Santé de l’Ontario

Elle ajoute que le dossier de la cigarette électronique est devenu prioritaire pour son gouvernement et que son ministère passera à l’action aussitôt que les données recueillies seront concluantes.

« Nous étudions toutes sortes de solutions, mais c’est vraiment hypothétique jusqu’à ce que nous comprenions la nature du problème », explique la ministre.

Pas d’interdiction en vue

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, ne croit pas que bannir les cigarettes électroniques est la solution.

« Avant 2018, il n’y avait pas de réglementation, mais les gens avaient accès aux vapoteuses sur le marché noir », fait valoir la ministre qui compare la situation qui prévalait « au Far West ».

Elle insiste sur l’importance d’informer la société des risques liés au vapotage, mais rappelle aussi que des fumeurs parviennent à arrêter de fumer grâce aux cigarettes électroniques.

Mme Petitpas Taylor explique qu’Ottawa procède à des consultations pour améliorer la réglementation.

Elle insiste sur l’importance d’avoir « des règlements bien précis pour s’assurer que les enfants ne soient pas encouragés à vapoter et puis s’assurer qu’il va y avoir des avertissements ».

La ministre estime qu’il faut attendre le résultat des consultations pour déterminer si certains produits aromatisés seront interdits.

« Ma priorité est de protéger les jeunes. »

https://ici.radio-canada.ca/

Les États-Unis vont interdire les cigarettes électroniques aromatisées


Curieux que Donald Trump réagit rapidement après les morts relier au vapotage et un composant du cannabis pour les cigarettes électroniques en annonçant que bien bientôt, il sera interdit de vendre des liquides aromatisés. Peut-être que le lobbyisme du tabac est beaucoup moins pesant que celles des armes. Jamais, il n’irait pas interdire des armes qui sont choisies pour les tueries de masse. Bon, il n’est probablement pas un fumeur, mais sûrement un porteur d’arme.
Nuage


Les États-Unis vont interdire les cigarettes électroniques aromatisées 

Un jeune homme fume une cigarette électronique.

L’interdiction devrait entrer en vigueur dans les prochains mois.

PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / NAM Y. HUH

Agence France-Presse

Le gouvernement de Donald Trump a annoncé mercredi que les cigarettes électroniques aromatisées seraient interdites à la vente dans les prochains mois, pour contrecarrer leur succès croissant chez les jeunes Américains.

Beaucoup de gens pensent que le vapotage, c’est formidable. Cela n’a rien de formidable, cela crée plein de problèmes. Donald Trump, président des États-Unis

Les autorités sanitaires ont annoncé en même temps l’interdiction à venir des liquides aromatisés, par exemple au menthol, à la mangue ou à la fraise, non pas parce que les arômes sont jugés nocifs en eux-mêmes, mais parce qu’ils attirent toute une génération de jeunes qui deviennent dépendants à la nicotine présente dans ces liquides, effaçant des années de progrès contre la cigarette.

Un élève du secondaire sur quatre vapote en 2019 aux États-Unis contre un sur cinq en 2017-2018, selon une enquête publique annuelle, a annoncé le département de la Santé, en publiant des résultats préliminaires.

Tous les goûts autres que le goût du tabac seront prochainement retirés du marché, a expliqué le secrétaire à la Santé, Alex Azar.

Le texte de loi paraîtra dans « plusieurs semaines » et entrera en vigueur 30 jours plus tard.

Les produits aromatisés au tabac pourront continuer à être vendus, mais devront faire l’objet d’une demande d’autorisation de mise sur le marché d’ici mai 2020.

Nous avons l’intention de faire sortir du marché les e-cigarettes aromatisées afin de renverser l’épidémie très inquiétante d’usage d’e-cigarettes chez les jeunes. Alex Azar, secrétaire à la Santé

Jusqu’à présent, ces produits étaient distribués dans un relatif laxisme. La Food and Drug Administration (FDA) veut désormais contrôler strictement le marché.

Le secrétaire à la Santé a directement accusé l’administration de Barack Obama d’avoir laissé le champ libre aux fabricants dans l’espoir que les fumeurs optent plutôt pour le vapotage, cette méthode étant considéré comme moins nocive, comparable aux timbres et aux gommes à la nicotine.

Mais c’était sans compter sur son succès éclair chez les jeunes, qui ont été, surtout dans les premières années, abondamment ciblés par les fabricants sur les réseaux sociaux, voire dans les écoles.

La promotion des cigarettes ayant été axée sur la sensualité et la virilité du produit, les cigarettes électroniques ont plutôt été présentées comme une solution de rechange agréable et saine.

https://ici.radio-canada.ca/

Vapoter de l’huile de cannabis serait très dangereux


Même si le vapotage serait moins dangereux que la cigarette, il en demeure pas moins que cela peut devenir à la longue nocif. Ce qui est pire par contre, est que des personnes ont chauffer l’huile de cannabis en trafiquant leur cigarette électronique, ce qui peut entrainer une réaction pouvant provoquer la mort. Aux États-Unis, il y a eu d’autres morts, et il semble que probablement la cause THC serait la cause

Nuage


Vapoter de l’huile de cannabis serait très dangereux

Une femme fume une cigarette électronique.

L’usage de cigarettes électroniques peut être à l’origine de l’apparition de symptômes de maladies pulmonaires, prévient Santé Canada.

PHOTO : REUTERS / RONEN ZVULUN

Radio-Canada

6 h 18 | Mis à jour à 16 h 40

Des gens souffrent de graves problèmes pulmonaires après avoir ajouté de l’huile de cannabis à leur liquide de vapotage et inhalé le mélange.

D’après le docteur Martin Juneau, de l’Institut de cardiologie de Montréal, des personnes trafiquent leur cigarette électronique et ajoutent de l’huile de cannabis au mélange de vapotage.

C’est très dangereux, car si on fait chauffer de l’huile et qu’on l’inhale, on peut faire une sorte de réaction inflammatoire pulmonaire, qui peut provoquer la mort. Martin Juneau, cardiologue

Près de 300 cas ont été signalés aux États-Unis et deux décès ont été rapportés, dont au moins un en lien avec une telle pratique. Tous les cas rapportés jusqu’à maintenant concernent ce type de mélange, la nicotine n’étant pas la source de ces problèmes pulmonaires, selon le Dr Juneau.

Les symptômes sont une toux persistante, un essoufflement, même au repos, explique le cardiologue. C’est quelque chose de dangereux. Quelqu’un qui présente ces symptômes doit se présenter aux urgences, car il y a un problème pulmonaire aigu.

Santé Canada a publié jeudi une mise en garde à la suite des récents cas de maladie pulmonaire aiguë et aux mortalités, liées à l’utilisation de ce type de mélange.

À ce jour, le gouvernement du Canada n’a pas connaissance d’éléments probants concernant des cas de maladie pulmonaire similaires au Canada, affirme Santé Canada, disant collaborer étroitement avec les autorités américaines.

Le vapotage n’est pas sans risque, et ses possibles effets à long terme ne sont toujours pas connus. Les personnes qui ne fument pas, les personnes enceintes et les jeunes ne devraient pas vapoter. Santé Canada

Les liquides de vapotage – aussi appelés e-liquides – contiennent du glycérol ou propylène glycol qui servent de diluant pour la nicotine, ainsi que du diacétyle, utilisé pour les saveurs, des produits qui présentent des risques de toxicité, quoique beaucoup moins graves que ceux du tabac.

La nouvelle génération de cigarettes électroniques, elle, utilise ce que l’on appelle des sels de nicotine.

https://ici.radio-canada.ca/

Les cigarettes électroniques sont-elles la cause de maladies pulmonaires?


Bien que des fumeurs ont opté pour la cigarette électronique, on voit de plus en plus de jeunes qui s’adonnent au vapotage sans avoir nécessairement fumé des cigarettes auparavant. Il est clair que vapoter devient moins cher et certains arrivent à arrêter la cigarette. Cependant, à long terme, on redoute que des effets négatifs peuvent subvenir. Aux États-Unis, des maladies pulmonaires ont été rapportées dans 14 état qui pourrait être relié à la cigarette électronique.
Nuage


Les cigarettes électroniques sont-elles la cause de maladies pulmonaires?

Un homme utilise une cigarette électronique.

La semaine dernière, l’hôpital pour enfants du Minnesota a affirmé traiter deux cas de maladies pulmonaires, soit des adolescents de 16 et 18 ans.

PHOTO : AFP/GETTY IMAGES / EVA HAMBACH

Depuis le 28 juin, les autorités américaines ont rapporté 94 cas de maladies pulmonaires graves observées chez des adolescents et des jeunes adultes. Un phénomène qui pourrait être lié à la cigarette électronique.

Le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies enquête actuellement sur des cas de maladies pulmonaires survenus dans 14 États différents.

Les autorités tentent de confirmer l’hypothèse selon laquelle ces maladies seraient liées au vapotage.

La semaine dernière, l’hôpital pour enfants du Minnesota a affirmé traiter deux cas de maladies pulmonaires, soit des adolescents âgés de 16 et 18 ans. Selon les médecins, leurs poumons auraient subi des dégâts avant de commencer à lâcher.

Parmi les symptômes des dizaines de patients recensés, on note de la toux, le souffle court et de la fatigue. Dans certains cas extrêmes, les patients ont dû avoir recours à la respiration artificielle.

Les gens vapotent depuis des années, comment cela se fait-il que nous voyions ces dégâts maintenant?, s’est demandé la pneumologue pour enfants Anne Griffiths, sur les ondes de CBS News.

Ma plus grande peur est que c’était ça depuis le début et nous n’avons pas remarqué, parce que ces symptômes ressemblent tellement à ceux de maladies communes. Anne Griffiths, pneumologue pour enfants

Pas encore de cas au Canada

Selon une porte-parole de l’Association pulmonaire de l’Ontario, aucun cas de ce genre ne serait survenu au Canada, pour l’instant.

Le rythme par lequel les jeunes adhèrent à la cigarette électronique, autant aux États-Unis qu’au Canada, devrait être alarmant pour tout le monde. Monica Kocsmaros, porte-parole pour l’Association pulmonaire de l’Ontario

Nous commençons à voir les effets négatifs et très réels du vapotage sur les poumons. Mais puisque la cigarette électronique est une nouvelle tendance, les preuves de ces impacts sont limitées, explique Monica Kocsmaros, qui croit que des mesures devraient être prises pour limiter l’accès à la cigarette électronique, notamment chez les jeunes.

La cigarette électronique est considérée par plusieurs comme une option plus sécuritaire à la cigarette régulière, qui tue la moitié de ses consommateurs à vie, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Cependant, les effets à long terme de la cigarette électronique restent encore peu connus.

En avril, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux a amorcé une enquête, après que de nombreux utilisateurs réguliers eurent été victimes d’épisodes de convulsion.

Source : Reuters

Que fait le Canada ?

En février, Santé Canada considérait apporter des changements à sa Loi sur le tabac et les produits de vapotage pour limiter la publicité liée à la cigarette électronique.

Dans un résumé de ses conclusions publié en juillet, l’organisation indiquait que les 13 provinces et territoires du Canada recommandaient fortement que des mesures soient mises en place immédiatement pour réduire l’utilisation de produits de vapotage chez les jeunes.

Les gouvernements provinciaux proposaient, par exemple, que la publicité liée à la cigarette électronique soit encadrée par les mêmes règles que les produits du tabac.

À la suite de ces recommandations, de nouvelles mesures ont été adoptées, mais ne sont pas encore officiellement entrées en vigueur.

Santé Canada se penche aussi actuellement sur les caractéristiques qui rendent les cigarettes électroniques attrayantes pour les jeunes, comme les choix de saveurs.

https://ici.radio-canada.ca/

Un homme tué en Floride dans l’explosion de sa cigarette électronique


C’est le premier cas de mort causé par une cigarette électronique. Ceux qui aiment vapoter avec des cigarettes électroniques qu’ils s’assurent qu’ils soient réglementés pour éviter l’explosion. Et encore la, le risque de causer des incendies n’est pas exclus. Le problème, c’est que l’agence en charge de la sécurité alimentaire aux États-Unis ne sait pas pourquoi, mais ils ont un doute sur la batterie au lithium.
Nuage

 

Un homme tué en Floride dans l’explosion de sa cigarette électronique

 

 

 

Un homme a été tué en Floride dans l’explosion de sa cigarette électronique, dont deux éclats se sont fichés dans son crâne selon le rapport d’autopsie, premier décès connu aux Etats-Unis dans un accident de ce type.

L’homme de 38 ans avait été retrouvé mort le 5 mai à son domicile de St. Petersburg, sur la côte ouest de Floride, quand les pompiers sont entrés dans sa chambre en feu.

L’incendie avait été provoqué par l’explosion de sa cigarette électronique. L’homme présentait des brûlures sur 80% de son corps, selon le rapport d’autopsie de la médecine légale révélé cette semaine, qui conclut à une mort par « projectile à la tête ».

Selon le journal local Tampa Bay Times, les fragments de la cigarette électroniqueétaient de la marque Smok-E Mountain, dont le fabricant est basé aux Philippines.

D’après le rapport cité par le journal, l’appareil était de type « mod », à savoir une cigarette électronique modifiée dépourvue de certaines fonctions de sécurité.

« Un +mod mécanique+ n’est pas réglementé et fonctionne simplement en amenant la puissance de la batterie vers l’inhalateur », a expliqué jeudi à l’AFP Gregory Conley, le président de l’Association américaine du vapotage.

« Si la batterie d’un mod mécanique se décharge trop et que l’appareil ne contient pas assez d’air pour permettre à la batterie de se refroidir, il y a un risque d’explosion », a-t-il affirmé.

Selon lui, de tels appareils modifiés sont utilisés par des personnes qui pratiquent le vapotage comme hobby et qui « cherchent spécifiquement des produits non réglementés ».

Entre 2009 et 2016, 195 incendies et explosions liés à des cigarettes électroniques ont été enregistrés aux Etats-Unis, sans faire de morts, selon l’agence fédérale des situations d’urgence Fema.

La FDA, l’agence en charge de la sécurité alimentaire, avertit que les cigarettes électroniques peuvent exploser et provoquer des blessures graves, soulignant que « les causes de tels incidents ne sont pas connues » même si « certains éléments suggèrent qu’ils sont en lien avec les batteries » au lithium.

https://quebec.huffingtonpost.ca/