Fin du voyage aux États-Unis pour le robot canadien HichtBot vandalisé «à mort»


Ce matin, je vous parlais de HichtBot en visite au États-Unis, mais il semble que Philadelphie ai une mauvaise réputation selon le témoignage d’un Américain qui n’était pas surpris que le robot soit vandalisé. Et dire qu’il a traversé le Canada d’un océan à l’autre et il est retourné au bercail encore fonctionnel ………. Je n’aime pas qu’on humanise une machine, cependant, comme expérience sociale, c’est triste quand même de finir ce genre d’histoire de cette façon
Nuage

 

Fin du voyage aux États-Unis pour le robot canadien

HichtBot vandalisé «à mort»

 

HichtBot vandalisé «à mort»

Crédit photo : Twitter, gracieuseté @AndreaWBZ

Un peu plus de deux semaines après son départ pour une excursion aux États-Unis, le robot canadien voyageant «sur le pouce» et effectuant plusieurs expériences sociales, HitchBot, a été détruit par des vandales samedi soir, à Philadelphie.

«Oh dear, mon corps a été brisé, je retourne à la maison, mais continuerai à vivre dans le cœur de tous mes amis. Des fois, de mauvaises choses arrivent même aux meilleurs robots! Mon voyage doit se terminer ici pour l’instant, mais mon amour pour les humains ne mourra jamais. Merci, mes amis», pouvait-on lire sur le site officiel du populaire HitchBot.

Selon plusieurs abonnés Twitter, le robot aux bottes de pluie et gants de vaisselles aurait été retrouvé dans une ruelle de Philadelphie, démembré. Ses bras et sa tête auraient été arrachés, selon une photo publiée sur le réseau social par une journaliste de la chaîne CBS.

L’été dernier, HitchBot a parcouru le Canada d’un océan à l’autre grâce à la bonté de tous ceux qui ont croisé sa route. En plus de pouvoir échanger avec ceux qui acceptent de le faire monter à bord de leur voiture, le robot à la voix féminine pouvait également prendre des photos et les publier sur les réseaux sociaux. Il était d’ailleurs suivi par 44 000 personnes sur Twitter plus de 80 000 sur Facebook.

L’une des dernières personne à avoir vu le robot avant l’agression Jesse Wellens, derrière plusieurs comptes YouTube populaires, a affirmé sur son compte Twitter qu’il n’était pas surpris que des gens de Philadelphie soient derrière l’attaque du robot.

«Je vais vérifier si je peux mettre la main sur les images d’une caméra de sécurité de l’endroit où HitchBOT a été tué», a-t-il ajouté.

Plus tôt en soirée, il avait pris le robot en autostop et l’avait fait monter à bord de la voiture d’un ami.

Sur son site officiel, ses créateurs ont toutefois promis que l’expérience sociale n’était pas terminée.

«Pour l’instant, nous accorderons toute notre attention à la question suivante : «que pouvons-nous apprendre de cet événement? » Nous explorerons quelles aventures pour les robots et les humains nous pouvons réaliser», a écrit l’équipe de création du robot, identifiée comme sa «famille» sur le site.

Le petit HichtBot ne pourra donc pas «cocher» tous les items de sa liste de choses à voir aux États-Unis. Du moins, pas cette fois!

http://tvanouvelles.ca/

Photos des objets brisés et de leurs coûts Solution originale contre le vandalisme


Je pense que cette méthode a du bon, car les élèves peuvent prendre conscience des actions et conséquences plus facilement. Espérons que cela va responsabilisé les jeunes pour l’avenir
Nuage

 

Photos des objets brisés et de leurs coûts

Solution originale contre le vandalisme

 

L’École secondaire des Grandes-Marées de La Baie à Saguenay a trouvé un moyen pour dissuader les élèves de commettre des méfaits à l’intérieur de ses murs. Le concept, lancé l’an passé, vient des jeunes eux-mêmes, exaspérés de voir leur école vandalisée.

Les élèves utilisent des situations bien réelles pour décourager les actes de vandalisme. Des photographies d’installations brisées sont placées sur des affiches, accompagnées du montant de la réparation et d’une image de ce que l’école aurait pu acheter avec cet argent.

(Photo capture d’écran TVA Nouvelles)

Par exemple, une porte de salle de bain arrachée a coûté 800 $ à réparer. C’est donc un vélo stationnaire que l’école n’a pu se procurer. L’établissement a aussi dû débourser 1000 $ pour remplacer un matelas de cheerleading brisé. Ce qui représente vingt chandails d’équipe sportive que l’établissement n’a pas achetés.

(Photo capture d’écran TVA Nouvelles)

«On veut que les élèves comprennent que briser le matériel, ça ne fait pas juste faire du mal à l’école, ça leur fait du mal à eux aussi parce que ça les prive », a expliqué Alex Gagnon, élève de secondaire 3, qui a participé au projet.

Et le concept fonctionne vraiment. Les actes de vandalisme ont grandement diminué, selon la direction. Maintenant, les jeunes y pensent deux fois avant d’agir…

«On voit que ça donne des résultats, il y a moins de bris. Et maintenant, les jeunes sont conscients que s’ils brisent quelque chose, ça va coûter des sous pour réparer », a affirmé la directrice de l’école secondaire, Marie-Josée Tremblay.

(Photo capture d’écran TVA Nouvelles)

«Les garçons y pensent plus avant de cogner dans les casiers parce que ça peut avoir un impact sur leur équipement sportif », ajoute Alex Gagnon.

L’affiche, placée un peu partout dans les couloirs, montre aussi l’état du vestiaire des garçons versus celui des filles. Les deux endroits ont été rénovés en même temps, il y a quelques années, mais difficile d’y croire en voyant les lieux. Les méfaits sont plus nombreux du côté masculin.

Dernièrement, la polyvalente a été approchée par d’autres établissements afin d’exporter son concept dans d’autres écoles de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay.

Invités à dénoncer

Sur les affiches, les jeunes sont même invités à dénoncer de façon tout à fait anonyme. La polyvalente a créé une adresse courriel spécialement pour recevoir des informations de la part des élèves.

http://tvanouvelles.ca/

COATICOOK Des arbres «écorcés vivants»


Du vandalisme sur plusieurs arbres. Ce genre de méfaits est vraiment inconscient, car enlever toute l’écorce d’un arbre, c’est de le tuer ni plus ni moins
Nuage

 

COATICOOK : Des arbres «écorcés vivants»

ÉLYSABETH LAROCHE / AGENCE QMI

Des personnes se sont attaquées à une vingtaine d’arbres en bordure de la piste cyclable qui longe la rivière Coaticook.

JEAN-FRANÇOIS TREMBLAY  / AGENCE QMI

COATICOOK – «Geste incompréhensible, comportement délinquant et irresponsable, absence complète de jugement»; les mots ne manquent pas pour qualifier les gestes posés par ces personnes qui se sont attaquées à une vingtaine d’arbres en bordure de la piste cyclable qui longe la rivière Coaticook.

En tout, ce sont 26 Acer Negundo, communément appelés érables à Giguère, qui ont été écorcés, plusieurs sur une hauteur d’une quinzaine de pieds.

«Quel geste irréfléchi !» s’est exclamée France Paré, horticultrice à la ville de Coaticook.

«Certains diront qu’au premier coup d’œil, c’est beau, que ça ressemble à de l’art, mais ce qu’il faut réaliser, c’est qu’on vient de tuer 26 arbres, des arbres qui avaient 15 à 20 ans d’âge et qui embellissaient la piste cyclable.»

«Sans écorce, donc sans la sève pour les alimenter, ils vont sécher et mourir», a expliqué Mme Paré.

«C’est désolant de constater pareils actes de vandalisme», a commenté le maire de Coaticook, Bertrand Lamoureux.

«On investit des milliers de dollars dans l’aménagement de lieux publics pour les rendre beaux et agréables, puis des jeunes détruisent ce que l’on fait. Je ne veux pas généraliser, mais ce sont des jeunes qui ont posé ces gestes, sûrement pas des adultes responsables. On a plusieurs plaintes concernant des jeunes qui viennent faire des feux et passer leur soirée en bordure de la piste cyclable et de la rivière. On ne compte plus le nombre de tables à pique-nique que l’on s’est fait détruire, même brûler. Il me semble qu’ils auraient autre chose à faire de plus constructif ! J’invite les citoyens à être vigilants et à nous rapporter toute présence suspecte de jeunes les soirs aux alentours de la rivière et de la piste cyclable», a insisté le maire.

http://www.journaldemontreal.com

Plateau-Mont-Royal Des bornes-fontaines en or


Je n’avais jamais remarquer que les bornes fontaines avaient des couleurs différentes, et qu’en plus elles indiquent aux pompiers la pression de chaque bornes-fontaine … Mais quelle idée stupide de faire ce genre de vandalisme ..
Nuage

Plateau-Mont-Royal  Des bornes-fontaines en or

Des bornes-fontaines en or

Crédit photo : Agence QMI

Depuis près d’une semaine, un vandale a recouvert une dizaine de bornes-fontaines du nord du Plateau-Mont-Royal d’une épaisse peinture dorée, une situation qui nuit aux activités du Service de sécurité incendie de Montréal(SSIM).

Les pompiers se fient à la couleur des bornes pour connaître la pression d’eau de celles-ci.

«Ça permet de savoir rapidement quel est le type d’alimentation en eau et le type de conduite, si elle est principale ou secondaire. C’est une problématique», a indiqué Louise Desrosiers, chef de section à la prévention du SSIM.

Pour l’instant, près d’une dizaine de ces bornes ont été vandalisées dans les secteurs du Mile-End et de la limite nord du Plateau, selon le bureau du maire Ferrandez.

Certaines ont été aperçues sur les rues Laurier et Clark, par exemple. Les pompiers ont commencé à faire des inspections et à informer les travaux publics, qui auront la tâche de remettre les bornes en bon état.

«Ça peut paraître inoffensif comme geste. Certains peuvent trouver ça drôle et cute, mais ça a des conséquences. Lorsqu’on va attraper la personne qui fait ça, elle va avoir une amende et elle se verra facturer les frais de remise en état», a dit Michel Tanguay, porte-parole de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal.

«N’oublions pas que c’est un service essentiel. La personne qui fait ça pose un geste inconscient. J’espère que ça ne va pas se répandre», a-t-il ajouté.

Selon la police de Montréal, une attaque de vandale contre les bornes-fontaines est rarissime. Normalement, ce sont plutôt les bancs de parcs, abribus et autres matériels urbains qui sont visés.

http://tvanouvelles.ca