Île de Vancouver : un père sauve sa fillette de deux ans des mâchoires d’un cougar


Surement l’adrénaline qui a fait réagir le père de la sorte pour sauver sa petite fille. La petite fille va bien c’est l’essentiel. Cependant, la bête a agit par instinct. Il me semble qu’avoir déplacé cet animal très loin de la ville aurait été tout aussi bien
Nuage

 

Île de Vancouver : un père sauve sa fillette de deux ans des mâchoires d’un cougar

 

Le cougar a laissé des marques sur la petite Bree Nielsen.

Le cougar a laissé des marques sur la petite Bree Nielsen. Photo :  Anna and Travis Nielsen

Un homme de l’Île de Vancouver, Travis Nielsen, a frappé un cougar à la figure lundi pour sauver sa fillette de deux ans de ses mâchoires.

La petite Bree a des traces de morsure, mais autrement, elle se porte bien.

« Elle pleurait, mais elle est OK », a déclaré la femme de M. Nielsen, Andrea. « Elle a quelques plaies perforantes près de l’oreille droite, sur son dos et quelques-unes sur sa poitrine ».

Le cougar a attaqué la fillette alors que la famille était dans la cour arrière de sa maison de Tahsis, dans l’ouest de l’île de Vancouver.

« [Bree] était assise avec un chiot de six semaines et nous étions simplement en train de regarder l’océan et de profiter de la journée quand soudain ma fille a été attaquée de derrière le cabanon », a raconté Andrea Nielsen à La Presse Canadienne, en soulignant que les parents n’avaient pas tout de suite compris quel genre d’animal s’en prenait à l’enfant.

Travis Nielsen a frappé le félin à la figure et a mis sa fille en lieu sûr avant de réaliser que c’était un cougar.

« Il est resté à l’extérieur pour effrayer le cougar et le repousser dans la forêt une fois qu’on a tous été en sécurité dans la maison », précise sa femme.

Des agents de conservation de la faune ont par la suite euthanasié l’animal et patrouillé dans le secteur à la recherche d’autres félins.

http://ici.radio-canada.ca/

Vancouver : Gare aux voleurs rusés à l’aéroport, dit la police


Faut se méfier quand nous sommes en déplacement que ce soit dans les aéroports, les gares, et même dans la rue, les voleurs usent d’imagination pour acquérir des biens
Nuage

 

Vancouver

Gare aux voleurs rusés à l’aéroport, dit la police

 

Gare aux voleurs rusés à l'aéroport, dit la police

Crédit photo : Archives TVA Nouvelles

Agence QMI

Certains voleurs à l’aéroport de Vancouver ne manquent pas d’imagination pour distraire leurs victimes et s’enfuir avec leurs biens.

Les policiers ont demandé au public vendredi de faire preuve de vigilance parce que des voleurs utilisant diverses ruses pour détourner l’attention des voyageurs étaient à l’œuvre ces jours-ci à l’aéroport international de Vancouver, a rapporté le Williams Lake Tribune.

Selon la Gendarmerie royale du Canada, certains malfaiteurs ont éclaboussé avec de la moutarde, du ketchup ou même de la peinture leurs victimes avant de disparaître avec leur portefeuille, leur sac à main ou d’autres biens. D’autres voleurs font tomber de l’argent près d’une personne non méfiante qui croit l’avoir échappée. Lorsqu’elle se penche pour la ramasser, ils commettent leur larcin. Même des véhicules ont été volés en utilisant ces ruses.

Les autorités ont arrêté un homme en lien avec ces vols, a rapporté le journal local. La police demande l’aide du public pour mettre le grappin sur d’autres suspects.

http://tvanouvelles.ca/

Alberta : Une arnaque avec une touche de spiritisme sévit à Calgary


Est-ce que certaines cultures sont plus sensibles à des arnaques de spiritismes. Il est malheureux qu’encore à notre époque des gens puissent croire aux mauvais sorts et qu’en payant tout sera réglé
Nuage

 

Alberta : Une arnaque avec une touche de spiritisme sévit à Calgary

 

Une arnaque avec une touche de spiritisme sévit à Calgary

Crédit photo : Archives Agence QMI

Des courriels menaçants, affirmant que de mauvais esprits menacent les proches des victimes, forcent la police de Calgary à émettre un avertissement afin de prévenir une escalade de fraudes.

Le service des crimes économiques de cette province a précisé que l’arnaque ciblait plus particulièrement les membres de la communauté asiatique. Pour le moment, on ne rapporte aucune victime à Calgary, mais les informations reçues par la police tendent à démontrer que le stratagème se déplace au Canada et pourrait bientôt se pointer sur son territoire.

Les femmes âgées, d’origine chinoise, semblent plus à risque et les policiers craignent que les fraudeurs ne soient pas dénoncés par les victimes et ils appréhendent que les crimes restent impunis.

Une sorte de «sort de bénédiction» est envoyé aux victimes, à qui on mentionne que des esprits maléfiques s’en prendront à leur fils ou à leur petit-fils si ces personnes refusent d’envoyer de l’argent ou d’autres biens réclamés par les criminels.

Ce subterfuge a été observé à Vancouver où une série d’incidents ont été rapportés.

http://tvanouvelles.ca/

Au Canada, des bancs très ingénieux conçus spécialement pour les sans-abri ! Ça change d’Angoulême…


Ces jours-ci, on entend parler des bancs anti-SDF en France sans donner une alternative pour les sans-abris. Au Canada, spécialement à Vancouver, ils ont été assez étonnant pour aménager de façon intelligente des bancs avec une pancarte donnant une information pour de l’aide. Bon, ce n’est pas partout au Canada, mais c’est quand même un début face à l’indifférence et qui sait, si d’autres villes n’emboiteront pas le pas.
Nuage

 

Au Canada, des bancs très ingénieux conçus spécialement pour les sans-abri ! Ça change d’Angoulême…

 

C’est à Vancouver, au Canada, qu’une association a frappé un grand coup en mettant en place des bancs spécialement conçus pour les sdf. Vous allez voir, ce dispositif étonnant est vraiment très ingénieux.

A l’origine de cette initiative, une collaboration entre l’organisme à but non lucratif Raincity Housing et l’agence de pub Spring Advertising. Les bancs, d’apparence classique, se transforment en refuges temporaires, certains sont modulables et permettent à ceux qui n’ont pas de toit de se protéger au moins de la pluie.

De plus, on peut lire des inscriptions sur les bancs, ici par exemple (voir ci-dessus), un message qui permet aux sans-abri de prendre contact avec l’association afin de trouver mieux pour se loger réellement.

Un autre modèle (voir ci-dessous) affiche « ceci est un banc » le jour et « ceci est une chambre » la nuit. En bas, on peut lire : « Un endroit qu’on appelle maison devrait vraiment en être une », avec l’adresse du site d’hébergement de Raincity.

Et si cette initiative fait en ce moment la Une des médias européen, c’est parce qu’elle contraste avec une autre action beaucoup moins positive.

À Angoulême, en France, la mairie a trouvé bon d’interdire l’accès à neuf bancs du centre-ville en les entourant avec d’imposants grillages. Ces cages posées à la veille de Noël font parties d’un dispositif anti-sdf !

Comme s’ils avaient besoin de ça…

http://www.demotivateur.fr

Après l’Indonésie, le Canada?


Cela fait déjà 10 que le monde était effrayé par le tsunami en Indonésie. Ce phénomène n’est pas unique. Certains pays sont plus susceptibles d’être à la merci des humeurs de l’océan
Nuage

Après l’Indonésie, le Canada?

Photo AFP

10 ans après le tsunami dans l’océan Indien, la côte ouest canadienne n’est pas à l’abri d’une catastrophe

Anne Caroline Desplanques

Le 26 décembre 2004, un séisme de magnitude 9,1 sur l’échelle de Richter provoquait un tsunami dévastateur sur les côtes de l’Indonésie. Dix ans plus tard, ce désastre secoue toujours les scientifiques canadiens, qui craignent un évènement similaire chez nous.

«Le risque numéro un, c’est vraiment sur la côte ouest, dans le Pacifique», indique le sismologue Maurice Lamontagne, de Ressources naturelles Canada.

Un séisme de magnitude 7,7 a d’ailleurs secoué les îles d’Haïda Gwaii, au nord de Vancouver, en novembre 2012.

Bien que la secousse n’ait provoqué qu’une vague de moins d’un mètre, elle a été assez forte pour projeter des poissons hors de l’eau, souligne Jean-Sébastien Roy, de Ressources naturelles Canada.

Le secteur est situé à la jonction de deux plaques tectoniques, celle du Pacifique et celle de Juan de Fuca. Ces failles ont joué un rôle clef dans le séisme de magnitude 8,9 qui a secoué le Japon en 2011.

Maurice Lamontagne, sismologue

Sismologue à Ressources naturelles Canada et spécialiste de la sismicité de Charlevoix.

Photo Courtoisie

Sismologue à Ressources naturelles Canada et spécialiste de la sismicité de Charlevoix.

Le Québec moins à risque

À l’inverse de la côte ouest, le Québec est niché à l’intérieur d’une plaque tectonique et non pas sur une faille, indique M.Lamontagne. La province n’est donc pas à risque du fameux «Big One».

Toutefois, en raison des nombreuses failles profondes qui parsèment le Bouclier canadien, les Québécois sont secoués en moyenne 350 fois par an. Bien que ces secousses soient modérées, elles sont susceptibles de produire de dangereux glissements de terrain.

S’ils se produisent en terrain côtier ou sous l’eau dans l’estuaire du Saint-Laurent, ces phénomènes posent un véritable risque de tsunami, souligne M.Lamontagne.

«S’ils se produisent lentement, il n’y a pas de danger, mais s’ils se produisent rapidement ils peuvent causer une vague», explique le spécialiste de la sismicité de Charlevoix.

La pire catastrophe de l’ère moderne

Le 26 décembre 2004, un séisme de magnitude 9,1 sur l’échelle de Richter secoue les profondeurs de l’océan Indien, au large de l’île de Sumatra. 20 minutes plus tard, un tsunami allant jusqu’à plus de 30 mètres de haut frappe les côtes de l’Indonésie, du Sri Lanka et du sud de l’Inde, ainsi que celles de l’ouest de la Thaïlande. Le désastre fait plus de 230 000 morts.

Photo REUTERS

Le 26 décembre 2004, un séisme de magnitude 9,1 sur l’échelle de Richter secoue les profondeurs de l’océan Indien, au large de l’île de Sumatra. 20 minutes plus tard, un tsunami allant jusqu’à plus de 30 mètres de haut frappe les côtes de l’Indonésie, du Sri Lanka et du sud de l’Inde, ainsi que celles de l’ouest de la Thaïlande. Le désastre fait plus de 230 000 morts.

Le séisme le plus puissant enregistré sur Terre, à l’ère moderne, s’est produit en Alaska le 28 mars 1964. De magnitude 9,2 sur l’échelle de Richter, il a engendré un tsunami sur les côtes de la Colombie-Britannique, de la Californie et d’Hawaï.

 


► 8 octobre 2005 – Pakistan : magnitude 7,6 – 73 000 morts

► 15 août 2007 – Pérou : magnitude 7,7 – 913 morts, 1 039 blessés

► 12 mai 2008 – Chine : magnitude 7,9 – 70 000 morts, 18 000 disparus

► 6 avril 2009 – Italie : magnitude 5,8 – 308 morts, 1 500 blessés

► 12 janvier 2010 – Haïti : magnitude 7,0 – 222 570 morts

► 27 février 2010 – Chili : magnitude 8,8 – 521 morts, 12 000 blessés

► 11 mars 2011 – Japon : magnitude 8,9, tsunami – 15 776 morts, 4 225 disparus

http://www.journaldequebec.com/

La Colombie-Britannique a une nouvelle palourde


 

Une palourde lors d’une récolte dans les profondeurs de la mer, était cachée dans les tiroirs du musée attendant d’être catalogué, pour finir par être listé parmi les nouvelles découvertes
Nuage

 

La Colombie-Britannique a une nouvelle palourde

 

La palourde ascetoaxinus quatsinoensis découverte par le Musée royal de la Colombie-Britannique. Photo :  Musée royal de la C.-B.

Le musée royal de la Colombie-Britannique a découvert l’existence d’une nouvelle espèce de palourde vivant par 1000 mètres de profondeur au large des côtes du nord-ouest de l’île de Vancouver.

La nouvelle espèce a récemment été repérée par la conservatrice du musée responsable des invertébrés, Melissa Frey, parmi des spécimens récoltés par le ministère des Pêches et des Océans au large du détroit de Quatsino en 2004.

Les projections courbées inhabituelles sur le bord de la coquille indiquaient qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce.

« Quand je l’ai vu pour la première fois, je me suis dit qu’elle était extraordinaire. » — Melissa Frey, conservatrice des invertébrés, RCBC

« Après vérification, il ne semblait pas y avoir d’espèce semblable provenant de cette côte dans la littérature taxonomique existante, ce qui laissait entendre qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce pour la science », explique Melissa Frey.

D’autres éléments ont aussi été relevés par Graham Oliver, un expert en bivalves du Musée national de Galles. M. Oliver et Melissa Frey ont copublié un article dans un récent numéro du journal Zootaxa pour annoncer la découverte de la nouvelle espèce.

La découverte d’une nouvelle espèce dans la collection du Musée souligne l’importance des millions de spécimens qui sont récoltés et déposés dans les musées pour y être entreposés de façon sécuritaire, soutient le Musée royal de la Colombie-Britannique par voie de communiqué.

Ces spécimens peuvent rester dans les tiroirs pendant plusieurs années avant qu’un expert s’y intéresse, car des millions de spécimens sont récoltés et il y a un nombre limité d’experts.

L’attente en vaut la peine selon Melissa Frey.

« Caché au sein de nos collections il y a des occasions de découvertes […] et même de nouvelles espèces, explique-t-elle. En fin de compte, ces collections nous permettent de mieux comprendre et protéger l’incroyable diversité d’êtres vivants qui habitent nos océans. »

http://ici.radio-canada.ca/

Des hommes incitent un sans-abri à mettre le feu à ses cheveux


Ce n’est pas criminel d’inciter une personne sans-abri à mettre le feu dans ses cheveux !!! Alors, quoi ! On ne voit quelques secondes, comment ont-ils fiaient pour réussir à convaincre cet homme. Et le pire, c’est qu’ils en rient et s’en vantent en postant la vidéo.
Nuage

 

Des hommes incitent un sans-abri à mettre le feu à ses cheveux

 

Photo Fotolia

CALGARY — Les «imbéciles» de Vancouver qui ont filmé un sans-abri mettre le feu à ses cheveux, ont provoqué la colère au sein des réseaux sociaux.

Dans la vidéo affichée lundi sur le site liveleak.com sous le titre «Crackhead Lights Hair on Fire», on peut entendre plusieurs hommes qui encouragent le sans-abri à passer à l’acte.

«Tous les cheveux, tous, tous», dit un homme non identifié alors que le sans-abri place un briquet derrière sa tête.

L’homme, qui semble avoir la fin trentaine ou la quarantaine, approche la flamme et la fumée commence alors à apparaître à l’arrière de sa tête.

Alors que ses cheveux prennent feu, les hommes commencent à rire et à applaudir. Un autre homme intervient alors et supplie le sans-abri d’arrêter.

C’est alors qu’un jeune homme apparaît sur la vidéo et offre quelque chose au sans-abri, apparemment une cigarette, pour l’inciter à éteindre les flammes.

«Arrête de les brûler! Je vais te donner ceci si tu arrêtes de les brûler», dit-il alors qu’il s’approche du sans-abri.

Tout indique que l’événement s’est produit dans le quartier Gastown le 9 novembre. La vidéo a été vue plus de 49 000 fois.

La police a indiqué connaître l’existence de cette vidéo, ajoutant que rien dans cette séquence de 30 secondes n’indiquait qu’un geste de nature criminelle avait été posé.

http://www.journaldequebec.com

Les melons d’eau carrés sont de retour à Vancouver


Je veux bien croire qu’un melon carré serait idéal mais delà a le vendre près de 200 dollars, et qu’en plus, ils ne sont pas mûrs pour la consommation, c’est exagéré. Qui peut bien payer si cher !! Est-ce pour en mettre plein les yeux à son entourage ??
Nuage

 

Les melons d’eau carrés sont de retour à Vancouver

 

 

Chaque année, c’est un événement à Vancouver. Le moment où l’on peut acheter des melons d’eau carrés pour un prix exorbitant.

Les magasins Urban Fare proposent cette bizarrerie pour $199.99. Des photos sortent sur les blogues locaux et Reddit.

Les melons d’eau carrés, apparus pour la première fois au Japon, sont cultivés dans des boîtes en verre. Ils ont été cultivés pour être plus faciles à ranger que les melons normaux.

À cause du nombre d’heures que nécessite le processus, seules quelques centaines en sont produites par an.

Il y a quelques années, Urban Fare a importé le fruit à Vancouver pour le vendre à $99. Un prix qui a doublé depuis.

Mais tenez-vous bien: les melons d’eau carrés sont amers et ont mauvais goût parce qu’ils sont récoltés avant d’être mûrs.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Recueillir et sauver des chats abandonnés : un immense bonheur


Il est triste de voir que nombres d’animaux se retrouvent dans des refuges après avoir été abandonnée. Les refuges saturés, ils sont souvent euthanasiés. Alors que certains refuges prônent une solution de rechange : familles d’accueils pour animaux en attendant de leur trouver un foyer
Nuage

 

Recueillir et sauver des chats abandonnés : un immense bonheur

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Youtube – DrNworb

Ce n’est un secret pour personne, en France comme dans le reste du monde, les refuges animaliers sont bien souvent saturés, et manquent hélas de moyens pour s’occuper de tous leurs pensionnaires.

C’est pourquoi les associations de protection animale sont sans cesse à la recherche de familles d’accueil, prêtes à prendre soin de ces animaux sans foyer, jusqu’à ce qu’ils soient définitivement adoptés.Et pour convaincre les amoureux des animaux de rejoindre ses rangs, l’association canadienne VOKRA (The Vancouver Orphan Kitten Rescue Association), qui vient en aide aux chats et chatons abandonnés, a réalisé une vidéo très touchante.

Les regarder grandir, découvrir le monde, jouer, dormir, faire des bêtises, devenir de véritables ninjas, puis les confier aux bras aimants de leurs nouvelles familles… Ces images révèlent les joies que procurent ces animaux et le fait de leur sauver la vie en les recueillant, pour quelques jours, quelques semaines, ou quelques mois.

http://wamiz.com

VIDEO – Un chien à deux pattes découvre la mer


Voilà un chien qui donne une grande leçon aux humains. Malgré les obstacles que ce chien a rencontrés, il a su les surmonter et vivre comme n’importe quel chien.
Nuage

 

VIDEO – Un chien à deux pattes découvre la mer

 

CANADA – Un sympathique boxer à deux pattes vivant dans un refuge a découvert la mer pour la première fois ce week-end. Sa course sur le sable montre avec quelle vivacité et quel enthousiasme ce chien amputé se déplace, malgré son handicap.

Quelle joie de vivre ! En allant pour la première fois à la plage ce week-end à Vancouver au Canada, le jeune chien Duncan Lou Who a couru comme un fou dans tous les sens. Rien de plus normal, si ce n’est que ce boxer n’est pas un chien comme les autres : il n’a que… deux pattes.

Il refuse le fauteuil roulant

Pris en charge par un refuge pour animaux, le Panda Paws Rescue, Duncan a été amputé des pattes arrière à cause d’une malformation. Sa force de caractère – il a enduré plusieurs séances de rééducation – lui a valu plusieurs reportages dans les médias.

Duncan Lou Who peut aussi utiliser un fauteuil roulant adapté à son handicap mais qu’il n’aime pas du tout. Il a donc appris à tenir uniquement sur ses deux pattes.

« Il représentera la lumière dans les heures les plus sombres pour beaucoup d’entre nous, avait confié il y a quelques mois la directrice du refuge. Car il est la définition-même de la vie ». 

 

http://www.metronews.fr/