Deux enfants aveugles sauvent la vie de leur mère


Ces petits vont être débrouillards dans la vie malgré leur handicap. Ils ont pu contacter le 911 et malgré leur peur, ils ont obéi aux indications de la répartitrice pour sauver leur maman
Nuage

 

Deux enfants aveugles sauvent la vie de leur mère

 

Deux enfants aveugles sauvent la vie de leur mère

Le garçon de 6 ans et sa sœur de 7 ans ont immédiatement appelé le 9-1-1.Capture d’écran YouTube

Une Américaine victime d’un arrêt respiratoire doit vraisemblablement la vie à ses deux enfants aveugles qui ont su la réanimer rapidement.

Mitchel Copeland et sa sœur Cora Copeland étaient seuls avec leur mère, Laura Copeland, lorsqu’elle a été victime d’une attaque à Hannibal, au Missouri.

Le garçon de 6 ans et sa sœur de 7 ans ont immédiatement appelé le 9-1-1, selon WGEM, une station locale affiliée au réseau NBC.

Sous les indications de la répartitrice, les deux enfants ont commencé à pratiquer les manoeuvres de réanimation cardiorespiratoire (RCR).

«J’ai vraiment été surprise de voir qu’elle [Cora Copeland] se débrouillait aussi bien et qu’elle en savait autant», a indiqué Laiken James, la répartitrice du service de police du comté de Marion/Lewis.

Cette dernière, mère de deux filles, a dit à la station WGEM qu’elle leur expliquait quoi faire comme si c’était ses enfants. Elle a expliqué qu’elle était claire dans ses instructions tout en tentant de calmer les petits.

«Nous étions calmes, mais effrayés», a de son côté confié Cora Copeland à la station.

Selon des membres de la famille, les enfants ont fourni des informations cruciales aux premiers répondants qui ont pu prendre le relais et transporter leur mère à l’hôpital.

«Ce sont mes petits héros, a dit la mère. Je me suis réveillée après avoir arrêté de respirer, ne me souvenant de rien, et mes enfants étaient devant moi.»

Laura Copeland a toutefois soutenu qu’elle n’était pas surprise de la réaction de ses enfants, puisqu’elle leur avait montré quoi faire en cas d’urgence. La mère a affirmé qu’il n’est jamais trop tôt pour informer ses enfants des urgences qui peuvent se produire.

«Quelque chose peut toujours arriver tout d’un coup», a-t-elle souligné.

Elle espère que sa mésaventure sera une leçon pour d’autres parents.

http://fr.canoe.ca/

À 2 ans, elle appelle la police… pour qu’on l’aide à enfiler son pantalon


De quoi à faire sourire ! Déjà à 2 ans, cette petite fille sait se servir du téléphone pour les urgences. Reste qu’une urgence peut-être bien des choses à cet âge. Une situation cocasse que la policière a accepté d’aider la petite fille en « détresse »
Nuage

 

À 2 ans, elle appelle la police… pour qu’on l’aide à enfiler son pantalon

 

La belle histoire du jour : à 2 ans, elle appelle la police... pour qu'on l'aide à enfiler son pantalon

URGENCE ABSOLUE – Aaliyah a composé le 911 pour une urgence un peu spéciale : elle n’arrivait pas à enfiler son pantalon toute seule. Une policière est venue l’aider.

Le 911, le numéro d’urgence de la police américaine, est réservé aux situations graves. C’est la leçon qu’Aliyah avait apprise auprès de son père. Il y a quelques jours pourtant, la police de Greenville, en Caroline du Sud, reçoit un appel étrange.

Personne au bout du fil

Lorsqu’il décroche, l’officier de police entend distinctement une voix de petite fille répéter plusieurs fois « Allô » avant de raccrocher. Pensant qu’il s’agit d’un enfant qui joue avec le téléphone, il décidé par acquis de conscience d’envoyer une voiture vérifier que tout va bien au domicile dont l’adresse s’affiche automatiquement sur son écran.

Arrivée sur place, l’agent Martha Lhones frappe à la porte et patiente. au bout de quelques secondes, une petite fille lui ouvre, pantalon aux genoux, visiblement ravie. Aliyah, 2 ans à peine, lui explique qu’elle a appelé parce qu’elle n’arrivait pas à enfiler son pantalon toute seule.

Martha a « rempli sa mission »

Sans hésiter, Marha Lhones se jette dans l’action, attrape la petite fille, l’assoit sur ses genoux et l’aide à mettre son pantalon. Un geste qui a beaucoup fait rire les parents de la petite Aliyah, qui ont tout de même rappelé à leur fille les règles d’utilisation du 911. De son côté, le shériff du Comté s’est dit ravi du comportement de la policière.

« Nous servons aussi à rendre service, alors d’une certaine manière, elle a rempli sa mission ».

http://www.metronews.fr/

Le Saviez-Vous ► 10 pires appels au 911


Le 911 a été instauré pour permettre a mieux cibler l’urgence et faire intervenir en priorité la police, ambulance, pompier ou autre, malheureusement, certaines personnes ne semblent pas comprendre l’importance de ne pas signaler le 911 pour n’importe quoi
Nuage

 

10 pires appels au 911

 

Un centre d'appels.

Un centre d’appels. Photo :  Radio-Canada

« Mon colocataire s’est servi de ma brosse à dents » : un des 10 pires appels au 911

Le plus grand centre des appels d’urgence de la Colombie-Britannique (E-Comm) a publié son palmarès des dix raisons les plus absurdes pour avoir composé le 911 en 2015.

Les « urgences » les moins urgentes signalées au 911 en 2015

1. Demander le numéro d’un concessionnaire automobile à proximité.

2. Signaler qu’une machine distributrice est défectueuse.

3. Réclamer le numéro de la ligne téléphonique pour non-urgence.

4. « Quelqu’un a stationné sa voiture trop proche de la mienne ».

5. « Mon fils refuse de mettre sa ceinture de sécurité ».

6. Signaler qu’un café « refuse de me donner une deuxième tasse de café ».

7. Demander si c’est permis de se stationner dans la rue.

8. « Mon colocataire s’est servi de ma brosse à dents ».

9. Réclamer de l’aide pour récupérer un ballon de basketball pris dans un arbre.

10. « Le système de ventilation dans mon immeuble fait trop de bruit et m’empêche de dormir ».

La porte-parole d’E-Comm, Jody Robertson, ne comprend pas comment autant de personnes ne savent pas qu’il faut seulement téléphoner au 911 en cas d’urgence.

« C’est un mystère. Des enfants de trois ans ont déjà sauvé des vies en plaçant des appels au 911, alors ils semblent comprendre », soutient-elle.

E-Comm reçoit quotidiennement jusqu’à 3400 appels provenant du Grand Vancouver, de la côte Sunshine, le district régional de Squamish-Lillooet et 21 autres communautés.

Mme Robertson tient à rappeler que lorsque les gens contactent le 911 pour des raisons non urgentes, ils mobilisent les ressources réservées aux résidents qui sont véritablement en détresse.

Définition d’une urgence selon E-Comm :

Une situation nécessitant une intervention immédiate de la police, des pompiers, ou des ambulanciers, car la santé, la sécurité, ou les biens de quelqu’un sont en danger ou encore parce qu’un crime est en cours.

http://ici.radio-canada.ca/

Un chevreuil blessé se rend à l’urgence


Un événement insolite, mais qui finis mal pour la bête. Je me demande par contre pourquoi ils n’ont pas choisi l’euthanasie
Nuage

 

Un chevreuil blessé se rend à l’urgence

 

Un chevreuil blessé se rend à l'urgence

Photo Fotolia

Un chevreuil blessé s’est rendu par lui-même dans un hôpital de Rochester, dans l’État de New York, lundi.

L’animal vraisemblablement heurté par un véhicule a réussi à entrer à l’intérieur de l’urgence du Strong Memorial Hospital, a rapporté TWC News, mardi.

Les employés ont réussi à maîtriser le chevreuil à l’intérieur, à 7 m de la porte d’entrée. La bête a été immobilisée sur une civière et sortie de l’établissement.

«C’est une situation très étrange, j’avais de la difficulté à croire ce que j’entendais sur les ondes lorsque l’appel concernant le chevreuil à l’hôpital est entré», a dit le chef de la sécurité publique Mark Fischer à TWC News.

Les blessures de l’animal étaient très sérieuses, mais il était assez mobile pour se traîner à l’urgence», a ajouté M. Fisher.

Il semble que l’animal ait subi des fractures sur plus d’une jambe. Il a dû être abattu en raison de la gravité de ses blessures.

http://fr.canoe.ca/

Une application pour encourager les passants à intervenir quand quelqu’un est en danger


C’est une application qui pourrait être très utile, en autant que la police soit avertie. Cependant dans les places publiques, il est triste de constater que venir en aide à quelqu’un en difficulté n’est pas spontanée.
Nuage

 

Une application pour encourager les passants à intervenir quand quelqu’un est en danger

 

<a href="https://www.flickr.com/photos/mikespeaks/19783777576/in/photolist-w9e2Po-dHz3XV-p8nxvU-cM6BuQ-qcZ9oS-dHkJYu-duFAFB-mmJK9X-pNJQzo-qM4xxM-4qppN8-pTxbYq-pXkRAD-9ef13U-nmQdYV-7GRQm-sfsjNo-qUvHtG-iBYipK-q4NmPf-9rg4TB-6un99-aD3Dbb-8Vtbyt-pD48dX-cZ75r7-9uVBan-qcwFHp-p58JQL-pHXhE8-nAvfFv-iAeNcN-ub5nPH-qorjPm-rt2g4f-prKcSv-xabqJ-dB2d8y-e9LU1B-q75RC8-q74BRp-dB2df9-dAVJ5c-dB2dqo-qojTp4-b7FBLc-ajxyEo-pxWqfZ-qH5X1f-kTW3TK" target="_blank">Night I Wore</a> Mike Maguire via Flickr CC <a href="https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/deed.fr" target="_blank">License by</a>

Night I Wore Mike Maguire via Flickr CC License by

Repéré par Annabelle Georgen

Cette semaine, nous avons publié le témoignage d’une journaliste américaine qui a récemment été victime d’une agression dans le métro new-yorkais sans que personne ne prenne sa défense, malgré ses appels à l’aide répétés. Il est en effet fréquent que les usagers des transports en commun ou les passants n’interviennent pas lorsqu’une agression a lieu dans l’espace public, par peur de devenir à leur tour la victime de ou des agresseurs.

Des étudiants allemands de l’université de Karlsruhe veulent changer la donne en lançant une application pour smartphone qui exhorte les gens à faire preuve de courage civil, rapporte jetzt.de, un magazine en ligne destiné aux jeunes édité par le quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung. Baptisée enCourage, cette application basée sur la géolocalisation permet aux victimes d’une agression d’alerter les autres utilisateurs se trouvant dans les environs, comme l’explique un des quatre créateurs de l’application, Rene Brandel, 19 ans:

«Il arrive souvent qu’on entende un cri sans savoir s’il s’agit d’une situation d’urgence. Notre appli te dit: là, en face, il y a quelqu’un qui a besoin de ton aide, pour telle ou telle raison.»

Pour que l’application soit fonctionnelle, les fondateurs de EnCourage estiment qu’elle devrait être installée chez 8% des gens qui possèdent un smartphone. Comme l’explique Tobias Röddiger au blog spécialisé sur les start-ups allemandes Gründerszene, l’idée leur est venue après qu’une de ses amies l’ait alerté par sms qu’elle était en danger:

«Une fois, une amie a été agressée par plusieurs hommes. Elle m’a envoyé un message, mais comme je me trouvais bien trop loin, je ne pouvais pas faire grand-chose. Avec EnCourage, elle aurait pu, au contraire, lancer rapidement l’alarme afin d’informer les gens se trouvant près d’elle.»

Le principe du «Dead man’s switch»

 

L’application repose sur le principe du «Dead man’s switch», un système de veille automatique qui permet d’utiliser l’application dans des situations angoissantes. Exemple: vous traversez un parc de nuit ou une ruelle vide et mal éclairée avec la désagréable impression que quelqu’un vous suit. Vous attendez le métro dans une station déserte quand un groupe de six garçons éméchés fait bruyamment irruption sur le quai et vous interpelle. Comme l’explique Rene Brandel:

«Si j’appuie sur le bouton d’alarme de l’appli, il ne se passe rien dans un premier temps. Ce n’est que quand je le relâche que l’alarme est déclenchée. Je peux donc traverser le parc, appuyer sur le bouton, et si tout se passe bien, je désactive le processus. Mais si quelqu’un arrache mon portable de ma main, l’alarme se déclenche automatiquement.»

Leur projet a été sélectionné pour la finale de la Microsoft Imagine Cup, une compétition technologique internationale destinée aux étudiants. L’application devrait être commercialisée à partir d’octobre 2015.

http://www.slate.fr/

Truc Express ► Comment faire des chandelles d’urgence


Imaginez ! Pas d’électricité, pas de bougies et oublier de recharger la lampe de poche. Misère !! Voici un truc pour se faire une bougie. Bon ! C’est un peu cher pour une bougie, mais pourtant très utile en cas de panne de courant
Nuage

 

Comment faire des chandelles d’urgence

 

F7NJMMEHD4VPMLK.MEDIUM

VOUS AUREZ BESOIN: 

-D’un cube de beurre
-De papier de toilette
-D’un cure-dent

COMMENT FAIRE:

-Coupez le cube de beurre en deux

F3D7TK6HD7U0ALK.MEDIUM

-Découpez un carré de papier hygiénique, roulez-le et pliez-le comme dans la vidéo (plus bas)

FW637B5HD7U0ALL.MEDIUM

-Faites un trou avec le cure-dent et insérez le rouleau de papier, aussi avec le cure-dent dans le cube de beurre

-Replacez le beurre tout autour, puis IMPORTANT, humectez la mèche de papier avec du beurre, en le frottant

F58ZGNHHD7U0ALP.MEDIUM

-Allumez la mèche

F7NJMMEHD4VPMLK.MEDIUM

La bougie brûlera 4h de temps!

 

Source: instructables.com

http://www.trucsetbricolages.com

Texas Pour suivre son maître parti en ambulance, un chien embarque sur le pare-choc


Le chien était vraiment attaché à son maitre et pourtant, il était avec lui que depuis 4 mois. Il a été tenace.
Nuage

 

Texas

Pour suivre son maître parti en ambulance, un chien embarque sur le pare-choc

 

Pour suivre son maître parti en ambulance, un chien embarque sur le pare-choc

Crédit photo : gracieuseté, San Angelo Standard-Times

Quand son maître a été transporté d’urgence à l’hôpital, le chien Buddy n’a pas hésité une seconde à le suivre. Il a décidé de prendre place sur le pare-choc de l’ambulance et y est resté pendant plus d’une trentaine de kilomètres!

Les ambulanciers ont été appelés chez J. R. Nicholson, un homme de 85 ans vivant au Texas, qui a été victime d’un malaise, rapporte le San Angelo Standard-Times.

Même si Buddy est le meilleur ami de M. Nicholson, les ambulanciers ne pouvaient l’emmener. Mais ça n’a pas empêché le chien qui a réussi à faire du covoiturage.

Il avaient déjà roulé une trentaine de kilomètres quand un motocycliste leur a signalé la présence du quadrupède.

«C’était complètement fou», raconte l’ambulancier Tenner Brown.


(Crédit photo: gracieuseté, San Angelo Standard-Times)

Rapidement, ils ont pris le chien et l’ont mis dans l’ambulance.

«Il n’y avait pas grand-chose d’autre qu’on pouvait faire alors on l’a pris avec nous jusqu’à l’urgence», ajoute M. Brown.

Le propriétaire de Buddy a expliqué que le chien n’était avec lui que depuis quatre mois seulement, mais qu’il était désormais un membre à part entière de la famille.

http://tvanouvelles.ca

Une invention de Québec voyage dans l’espace


Alors qu’il n’y a pas nécessairement de médecin a bord d’une navette spatiale, grâce a une invention québécoise, ils peuvent quand même recevoir un diagnostic en moins de 10 minutes … De quoi à rendre jaloux, les gens qui attendent des heures et des heures a l’urgence ou dans une clinique
Nuage

 

Une invention de Québec voyage dans l’espace

 

Alors que le temps d’attente moyen en urgence était de 17 heures 30 minutes au Québec l’an dernier, dans l’espace, des astronautes malades obtenaient un diagnostic en dix minutes.

Leur secret? Le Microflow : un appareil à fibre optique, à peine plus gros qu’une boîte à chaussure, capable de déterminer la nature d’une maladie dans un temps record.

Une invention de l’Institut national d’optique (INO) de Québec, déjà largement applaudi par le désormais célèbre Chris Hadfield, qui a été le premier à expérimenter le nouvel outil, alors qu’il était commandant de la station spatiale internationale.

La technologie est composée de deux fibres, plus petites qu’un cheveu, qui sont connectées ensemble. « On a percé un trou dans la fibre optique pour permettre au liquide de passer et ça va dans l’instrument. L’analyse se fait de façon automatique sans avoir besoin de l’interprétation d’un spécialiste », explique le PDG de L’INO, Jean-Yves Roy.

En fait, ce qu’on appelle dans le jargon le cytomètre en flux était déjà utilisé dans les hôpitaux, mais c’était sa taille, énorme, qui posait problème. L’Agence spatiale canadienne et la NASA ont donc demandé à l’INO de concevoir un cytomètre « de poche », adapté pour l’espace. 

La NASA avait néanmoins émis de sérieux doutes quant aux chances qu’avait l’INO de réussir à développer la technologie dans le délai de 18 mois.

« Ils disaient que si on y parvenait, l’avancée technologique serait presque aussi importante que le bras canadien en terme de valeur pour le développement de l’espace. »— Jean-Yves Roy, PDG de l’INO

Contre toute attente, 18 mois plus tard, c’était mission accomplie pour l’équipe de l’institut de Québec.

De passage à Québec, mercredi, pour célébrer les 25 ans de l’INO, Chris Hadfield a expliqué qu’il s’agissait d’une avancée indispensable, d’autant plus que les séjours dans l’espace sont de plus en plus longs.

Développement du Microflow

« Vers la lune, vers Mars, c’est nécessaire de savoir les changements de la santé pendant quelques mois, pendant quelques années, dans l’apesanteur, cet environnement est différent », note-t-il.

L’INO a fait breveter l’invention. Ses responsables ont savouré leur succès dans l’espace, mais ils reviennent maintenant sur terre. Une entreprise a été créée à Québec afin de commercialiser les applications terrestres du cytomètre.

L’INO estime que le Microflow pourrait être très utile notamment en région éloignée ou dans les hôpitaux débordés.

http://ici.radio-canada.ca/