Réseaux sociaux ► Facebook rend jaloux


Facebook et les autres réseaux sociaux ont un grand impact dans nos société d’aujourd’hui mais malheureusement est aussi une source de discorde, voir même de séparation chez les couples
Nuage

 

Réseaux sociaux  ► Facebook rend jaloux

 

PHOTO LE JOURNAL DE MONTRÉAL, MARTIN CHEVALIER

Le sondage a permis de constater que plus un individu va sur Facebook, plus son conjoint se plaint de son intérêt pour le réseau social. Aussi, plus une personne a d’amis sur Facebook, plus elle risque de développer des conflits avec son partenaire.

 

Près de la moitié des gens en couple s’avouent jaloux lorsque leur conjoint navigue sur le populaire réseau social Facebook, démontre une étude.

« Je suis plus ou moins surprise, mais Facebook a clairement un impact sur le fonctionnement des couples », indique l’auteure du sondage, Anik Ferron.

Voilà plus d’un an que cette étudiante au doctorat en psychologie à l’Université de Trois-Rivières travaille sur une étude qui évalue l’impact des réseaux sociaux, surtout Facebook, sur les couples. Les résultats seront présentés, mercredi prochain, dans le cadre du congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS).

Les conjoints jaloux

Via un sondage en ligne, l’auteure a notamment demandé aux répondants comment ils réagissent lorsque leur conjoint navigue sur Facebook.

Résultat : 47 % d’entre eux disent ressentir de la jalousie. Tout juste derrière, 41,6 % ont avoué que cela entraîne une surveillance du compte de leur partenaire (voir tableau).

Selon Anik Ferron, cela s’explique notamment par le fait que Facebook est une plateforme qui met en évidence la comparaison sociale.

« Si les gens se comparent normalement entre eux, c’est encore plus évident sur Facebook, croit-elle. On peut voir les photos de tout le monde, alors imaginez la rivalité que ça peut entraîner, surtout chez une personne qui a une faible estime d’elle-même. »

Impact sur le couple

Par ailleurs, Anik Ferron constate que l’utilisation de Facebook a un impact direct sur le fonctionnement même des couples.

« Plus l’individu va sur Facebook, plus il y a de plaintes du conjoint, constate-t-elle. Les corrélations faites dans le cadre de l’étude sont faibles, mais assez significatives pour en tenir compte. On peut même affirmer que plus il y a de conflits au sujet de Facebook, plus le couple est vulnérable. »

Cette dernière indique aussi que plus une personne est anxieuse ou inquiète par rapport à son partenaire amoureux, plus elle aura tendance à surveiller son compte Facebook.

Internautes infidèles

Autre donnée intéressante, 33 % des répondants du sondage ont avoué être infidèles au niveau virtuel.

« On parle de séduction, de conversation en ligne ou avec une caméra, explique l’auteure qui travaille aussi en bureau privé avec des couples. C’est assez élevé, mais je crois que dans la vie, les résultats ressembleraient à ça aussi. Il y a beaucoup d’infidélité. »

Par ailleurs, près d’un répondant sur cinq a aussi avoué être infidèle sexuellement (généralement dû à la masturbation).

Les gens qui souhaitent remplir le sondage peuvent le faire en ligne à l’adresse suivante : https ://www.surveymonkey.com/s/doctorat

http://www.journaldemontreal.com