Le Saviez-Vous ► 4 informations scientifiques à savoir sur les baleines


Les baleines sont fascinantes autant par leur aspect physique, par la protection des baleineaux et par leurs formes de communications entre elles. Malheureusement, elles sont menacées par l’être humain et les changements climatiques
Nuage

 

4 informations scientifiques à savoir sur les baleines

 

Baleine

Les éthologues ne cessent de faire de nouvelles découvertes concernant les baleines.

© CRIAG PARRY/CATERS/SIPA

Retour sur les connaissances actuelles qui portent sur le comportement des baleines, ces géants marins aussi fascinants que menacés.

BALEINE. Depuis toujours, elles fascinent petits et grands. Animaux majestueux et mystérieux, les vraies baleines appartiennent à un sous-ordre de cétactés appelés mysticètes (contrairement à certaines espèces du sous-ordre odontocètes nommées baleines par abus de langage). Elles délivrent au compte-gouttes leurs secrets scientifiques. Chaque année apporte son lot de découvertes sur ces animaux qui dévoilent des comportements incroyablement complexes. Sciences et Avenir revient sur quelques uns d’entre eux, et sur quelques anecdotes scientifiques qui ont changé à jamais la vision que l’homme avait de ces cétacés.

Un animal proche des siens 

Les baleines sont des animaux qui ont le sens de la famille. Par exemple, chez les baleines à bosse (Megaptera novaeangliae) les mères s’occupent longuement de leur progéniture après les avoir portés entre 11 et 12 mois, ces cétacés étant des mammifères. Le « petit » (1 tonne sur la balance et 4,50 mètres de longueur, tout de même) est sevré vers 11 mois et ne devient complètement autonome qu’à l’âge de 4 ans. Mais avant cela, la mère l’allaite : lors de ce processus, le baleineau alterne entre les phases de succions et de respirations car il a besoin de reprendre son souffle à la surface régulièrement. Tant qu’il n’est pas autonome, la mère se montre particulièrement protectrice avec son petit.

SUPER-MAMAN. Ce comportement de défense s’étend parfois même à d’autres animaux : des chercheurs ont découvert en 2016 qu’une mère baleine à bosse est capable de s’attaquer à un orque pendant qu’il chasse… afin de secourir sa proie, qu’elle que soit l’espèce de celle-ci. Et ceci dans le seul but de dissuader l’épaulard de venir un jour chasser son baleineau, en faisant démonstration de ses capacités de défense. De son côté, le baleineau éprouve un fort attachement pour sa mère, comme le montre une vidéo parue en octobre 2016 dans laquelle un baleineau s’est acharné pendant 40 minutes à pousser sa mère, échouée malgré elle sur un banc de sable au large des côtes de Brisbane en Australie.

Pour en savoir plus :

VIDEO. Une baleine bleue allaite son petit

La baleine à bosse, cette justicière des océans

VIDEO. Un baleineau sauve sa mère piégée par un banc de sable

Un langage complexe

Les baleines utilisent des ultrasons pour communiquer, en tirant parti des conditions particulières de l’océan (profondeur, température et salinité de l’eau). Ainsi, certains sons émis à profondeur moyenne se retrouvent « piégés » dans un canal où les signaux se réfractent et peuvent se propager sur de longues distances. De quoi permettre à ces animaux d’envoyer un signal d’un continent à l’autre en quelques heures !

SALTO. Mais l’utilisation des ultrasons ne serait pas la seule méthode de communication de ces géants des mers. En effet, un comportement appelé breaching (qui se traduit par un saut de l’animal hors de l’eau pour ensuite retomber bruyamment), servirait aussi de moyen de communication.

Cette dernière méthode serait utilisée préférentiellement quand deux groupes sont séparés d’environ 4 kilomètres, ou si la météo est défavorable. Les baleines accompagnent parfois ces sauts de claquements des nageoires pectorales et de la queue. Ces mouvements sont plutôt observés lorsque des membres d’un groupe sont séparés, ou suite à l’apparition d’un nouvel individu. Ils auraient donc un rôle dans une communication rapprochée ou dans un échange à l’intérieur du groupe.

 

Figures artistiques pour tour de force

Ces animaux de plusieurs dizaines de tonnes ne sautent pas uniquement pour converser les uns avec les autres. Lorsque les baleines élèvent leur corps hors de l’eau puis effectuent une torsion pour retomber sur le ventre, les flancs ou le dos, c’est avant tout pour démontrer leur force. En effet, ce mouvement demande beaucoup de puissance au mammifère. Pour cette raison, les mâles utilisent ce comportement pour attirer les membres du sexe opposé ou afin de montrer un comportement agressif face à un rival. Les adultes peuvent également sauter pour se débarrasser des parasites cutanés, effrayer des proies ou les assommer, mais aussi pour se rafraîchir ou respirer quand les vagues sont trop fortes. Mais attention : toutes les espèces de baleines ne sautent pas. Selon les chercheurs, ce comportement est uniquement observable chez le rorqual à bosse, la baleine noire, le cachalot et le petit rorqual.

Des espèces menacées

Appréciées pour leur viande ou leur graisse, les baleines doivent faire face à de nombreuses menaces. Sous couvert de « pêche scientifique » (la recherche létale, c’est à dire sur des spécimens morts, est autorisée sur ces animaux), des pays tel que le Japon n’hésitent pas à chasser bon nombre de ces mammifères pour ensuite en consommer la chair.

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE. Et malheureusement, comme beaucoup d’autres animaux,  ces cétacés pâtissent aussi de la hausse des températures, qui modifie leurs sources d’alimentation et leurs cycles migratoires. Ces derniers deviennent de plus en plus longs et épuisants à cause du réchauffement des eaux, qui désoriente les baleines et chamboule leur parcours. En outre, l’acidification des océans, également due au changement climatique, met en danger la reproduction de ces animaux.

https://www.sciencesetavenir.fr

Des scientifiques font léviter une goutte d’eau grâce à des ultrasons


Sous une musique entrainante, une goutte d’eau se change en étoiles transparentes lévitant dans les airs grâce a des ultrasons
Nuage

 

Des scientifiques font léviter une goutte d’eau grâce à des ultrasons

 

L’université de Clemson, en Caroline du Sud (Etats-Unis), est parvenue à faire léviter et à modifier la forme d’une goutte d’eau en modifiant les caractéristiques du champ d’ultrasons dans laquelle ils l’avaient placée.

En alignant les caractéristiques du champ sur la fréquence de résonance de la goutte, ils parviennent à lui donner une forme d’étoile dont le nombre de branches varie en fonction de ladite fréquence.

Au-delà de donner naissance à une vidéo particulièrement poétique, cette expérience pourrait s’avérer utile : les scientifiques espèrent parvenir à retirer certaines particules de l’air ambiant en jouant de la même manière sur leur fréquence de résonance, rapporte le magazine Newscientist. Dans les mines, par exemple, cela pourrait permettre d’éliminer les microparticules volatiles dangereuses pour les poumons des travailleurs.

Le Monde.fr

http://www.lemonde.fr/

Le Saviez-vous ►L’animal qui détecte la plus haute fréquence sonore est…


Si on demande qu’elle espèce animale détecterait la plus haute fréquence sonore, je crois que la majorité dirait les chauves-souris. Et bien non, c’est un insecte qui détient la palme … Mais il est chassé justement par les chauves-souris. 
Nuage

 

L’animal qui détecte la plus haute fréquence sonore est…

 

Fausse teigne de la cire

Fausse teigne de la cire  Photo :  Ministère de l’agriculture de l’Ontario

La fausse teigne de la cire, un papillon européen, est l’animal capable de détecter la plus haute fréquence enregistrée, ont découvert des scientifiques écossais.

Les travaux du Dr James Windmill et de ses collègues de l’Université de Strathclyde montrent que l’insecte lépidoptère peut percevoir des fréquences sonores atteignant 300 kHz.

Par comparaison, l’oreille humaine perçoit des fréquences sonores allant jusqu’à 20 kHz. Certains animaux comme les cétacés, les chiens et les chauves-souris peuvent se rendre jusqu’à 160 kHz.

Une chauve-souris s'approche d'un appât, une fausse teigne de la cire, lors d'une étude américaine réalisée à l'Université Wake Forest.Une chauve-souris s’approche d’un appât, une fausse teigne de la cire, lors d’une étude américaine réalisée à l’Université Wake Forest.  Photo :  William Conner et Nickolay Hristov

« D’autres animaux, comme les chauves-souris, utilisent les ultrasons pour communiquer. Il est maintenant clair que ce papillon les utilise de façon encore plus élaborée. » — Dr Windmill

Les chercheurs ne peuvent pour le moment expliquer comment le papillon a développé cette habileté, mais une partie de l’explication pourrait bien venir de leur principal prédateur, la chauve-souris. Il est possible que l’espèce ait développé cette capacité pour éviter la mort en utilisant un système de communication similaire à son ennemi, affirment les auteurs de ces travaux publiés dans les Biology Letters.

Selon eux, cette découverte représente un pas dans la bonne direction en vue de la création de nouvelles technologies comme des microphones et la conception de systèmes microacoustiques.

Ils veulent maintenant approfondir leur compréhension de l’oreille de la teigne et de celles d’autres insectes.

Le saviez-vous?
La fausse teigne de la cire, Galleria mellonella en latin, a une envergure de 30 à 41 mm. Elle est également appelée teigne des ruches parce que les larves se nourrissent des rayons de cire des ruches et sont ainsi considérées comme une nuisance pour de nombreux apiculteurs.

http://www.radio-canada.ca

Tokyo : Des panneaux publicitaires qui réagissent aux mouvements


C’est tellement artificiel comme comportement … imaginez embrasser une image d’une télévision, de cellulaire et l’image réagit a votre baiser !  A quoi cela sert d’éprouver des sentiments a une personne réelle quand la technologie s’en charge et imaginez un peu les déviations qu’ils pourraient en résulté . des poster dans une chambre .. de femmes, d’homme et pire d’enfant
Nuage

 

Tokyo : Des panneaux publicitaires qui réagissent aux mouvements

 

 

Poster interactif sur #DigInfo 

©2012 YouTube, LLC

TOKYO – Une équipe de l’Université tokyoïte de Keio a développé un panneau d’affichage interactif réagissant aux mouvements du spectateur, une invention qui pourrait constituer le futur des panneaux publicitaires.

Les scientifiques ont récemment présenté cette technologie, qu’ils qualifient de simple, et prévoient déjà de futures améliorations pour permettre aux publicités du futur de transmettre des parfums, des saveurs ou des paroles aux spectateurs.

Le système s’appuie sur un capteur à ultrasons relié à un écran qui, pour les besoins de la recherche en cours, montre une jolie jeune femme.

Lorsque l’on s’approche de l’écran, le mouvement est détecté par le capteur : l’image se modifie alors pour montrer la jeune femme prête à échanger un baiser.

Après le baiser, lorsque l’on s’éloigne de l’écran, la capteur détecte à nouveau le mouvement et ordonne à l’image de se modifier à nouveau : la jeune femme rougit.

«Je suis un grand fan des stars et j’ai affiché des posters dans ma chambre. Mais je me suis souvent dit qu’il était dommage qu’elles restent immobiles», a déclaré Keidai Ogawa, l’un des chercheurs à l’origine du projet à Diginfo.tv dans une vidéo.

«Nous avons mis au point ce système car nous pensons qu’une affiche interactive réagissant aux mouvements des passants serait amusante. Le développement actuel se limite à l’aspect visuel de l’interaction, mais après discussion avec les testeurs, nous avons pensé à explorer d’autres pistes. On pourrait imaginer […] un patch parfumé sur les lèvres de la personne à l’écran ou un message audio qui dirait « Je t’aime »», a ajouté le scientifique.

Les chercheurs prévoient de décliner leur invention en application iPad et examinent d’autres moyens de capter les mouvements de l’utilisateur. La reconnaissance de l’image par caméra ou une réaction au passage de l’ombre de l’utilisateur par capteur photosensible sont également envisagés.

«Nous pensons pouvoir faire poser les stars et vendre l’application ou l’utilisation en tant que signature électronique. Je pense que les gens seraient très attirés par un visage prêt à les embrasser», conclut Keidai Ogawa.

http://fr.canoe.ca

Certains singes communiquent par ultrasons


Nous savons que certains animaux perçoivent des sons que nous ne pouvons pas entendre, pour certains cela est un mode de communication, dont donner l’alarme silencieusement quand un intrus potentiellement dangereux se présente dans leur territoire
Nuage

 

Certains singes communiquent par ultrasons

Un tarsier Un tarsier © iStockphoto

 

Le plus petit primate de la planète communique avec ses congénères par ultrasons, a découvert une équipe internationale de biologistes.

Cette particularité permet aux tarsiers des Philippines (Tarsius syrichta) de donner l’alarme sans se faire repérer par un prédateur.

Les mammifères qui peuvent émettre et percevoir des signaux dans les ultrasons ne sont pas nombreux. Ce sont notamment :

  • les baleines
  • les chats
  • certaines chauves-souris
  • certains rongeurs

Les biologistes étaient intrigués par les cris stridents de ces primates d’environ 15 cm, qui évoquent ceux d’une chauve-souris, alors qu’ils sont décrits comme étant habituellement silencieux.

Certains des chercheurs avaient déjà émis l’hypothèse que des ultrasons se cachaient derrière cet apparent silence, mais aucune recherche ne l’avait démontré formellement.

Pour l’établir, l’équipe a capturé six de ces mammifères pour évaluer l’acuité de leur ouïe. Les données montrent que ces animaux perçoivent des sons jusqu’à 90 000 Hz, ce qui représente un record chez les primates, qui n’est égalé que par très peu d’autres animaux.

 

Le saviez-vous?

L’ouïe humaine ne parvient pas à percevoir les sons au-delà de 20 000 Hz (ce qui définit la fréquence à partir de laquelle on commence à parler d’ultrasons). De petits primates, tels les ouistitis ou les lémuriens, émettent et réagissent parfois à des ultrasons, mais l’essentiel des fréquences qu’ils émettent se situe dans le domaine audible par l’oreille humaine.

 

Les vocalises de 35 tarsiers ont ensuite été enregistrées dans leur milieu sauvage. Ces cris se situent uniquement dans la fréquence des ultrasons, autour de 70 000 Hz.

Pour les chercheurs, cet « exemple extrême de communication acoustique dans les ultrasons purs » présente vraisemblablement de multiples avantages pour le tarsier.

Communications privées

Les ultrasons permettent aux tarsiers de communiquer entre eux sans être détectés par leurs prédateurs et leurs proies.

L’étude a d’ailleurs constaté qu’ils émettaient leur signal ultrasonique lorsqu’un humain approchait, ce qui laisse supposer un rôle d’alarme.

Ces primates ont les plus gros yeux de tous les mammifères proportionnellement à leur taille. Pourtant, leur rétine n’est pas adaptée à une vision nocturne. Les ultrasons pourraient donc les aider à capter les bruits des papillons de nuit ou des sauterelles.

Les détails de ces travaux sont publiés dans la revue Biology Letters de l’Académie des sciences britannique.

 

http://www.radio-canada.ca/