Déficience intellectuelle Un site internet adapté


Je suis aller voir la page en question et voici un exemple : on voit des informations … comme la collecte des déchets

Pour connaître les horaires de collecte des déchets
dans votre quartier
téléphonez au point de service de votre arrondissement ou
demandez à un voisin

Ortograf altêrnativ

Kolêkt   dê   déchê
Pour   konêtr   lê   z’orêr   de   kolêkt   dê   déchê
dan   votr   kartié

téléfoné   o   pouin  de   sêrvis   de   votr   arondiseman
ou
demandé   a   un   vouazin .

c’est sur que c’est pas toujours évident pour nous de lire comme eux entends mais cela leur permettras surement a s’intéressé un peu plus a la lecture et aux informations dont ils sont besoin

Nuage


Déficience intellectuelle Un site internet adapté

Un site internet adapté

Crédit photo : TVA Nouvelles

Par Mélanie Colleu | Agence QMI

cliquer sur l’image pour aller au site

Les visiteurs du site internet Accès simple, mis en ligne par la Ville de Montréal, ne cessent de se multiplier. Depuis six ans, il poursuit le même objectif: celui de rendre accessible un maximum d’informations aux personnes atteintes de déficience intellectuelle.

«Se sit s’adrês o pêrsone ki on dê z’inkapasité intélêktuêl».

Voilà le type de phrases que le lecteur rencontre lorsqu’il navigue sur le portail web de l’institution. Deux formes d’adaptation, le texte simplifié et l’«ortograf altêrnativ», permettent aux personnes ayant des capacités intellectuelles réduites de s’informer et de participer à la vie citoyenne montréalaise.

Depuis sa création, la Ville de Montréal et le Comité régional des associatifs pour la déficience intellectuelle (CRADI), qui ont travaillé de concert avec un module de recherche de l’Université de Montréal sur l’accessibilité pour offrir ce service, notent une croissance nette de la fréquentation.

«Pour les 12 derniers mois, nous enregistrons plus de 75 000 visiteurs avec une moyenne de 200 par jour», précise Renée Pageau aux communications de la Ville.

Au sein des associations, le site apporte aux membres un véritable sentiment d’autonomie et de fierté.

«Ils ont des opinions sur plein de choses et ont envie eux aussi de les exprimer, avance Julie Cadieux, chargée de projets au CRADI. C’est merveilleux de les voir naviguer sur le site et avoir accès aux informations sur les conseils municipaux ou les évènements culturels.»

L’adaptation, un vrai défi

Issu du module de recherche de l’UdM, l’organisme Simplicom est en charge de l’adaptation des documents de la Ville. Celle-ci s’effectue en deux étapes. Dans un premier temps, les phrases sont raccourcies et les idées clarifiées pour aboutir à un texte simplifié.

Puis l’« rtograf altêrnativ» est utilisée dans le cas de déficiences plus lourdes.

«Tout un défi!», s’exprime Marise Duquette, la présidente de Simplicom.

«Nous essayons également de repenser toute l’arborescence du site, pour faciliter au maximum la navigation», ajoute Julie Cadieux, qui espère adapter dans les prochaines années l’ensemble des informations diffusées par la Ville.

L’«ortograf altêrnativ»

L’«ortograf altêrnativ» dispose de 35 correspondances entre graphèmes et phonèmes alors qu’il en existe plus de 4000 dans la langue française. Si elle peut paraître choquante, Mme Duquette précise qu’il ne s’agit en aucun cas d’une nouvelle façon d’écrire.

«Elle est accompagnée d’une formation et les personnes qui la suivent n’ont plus d’autres options, après avoir essayé d’apprendre à lire pendant des années sans succès. Cette méthode change véritablement leur vie», explique-t-elle.

Montréal a été la première ville au monde à offrir un tel service. Des informations concernant la vie politique, culturelle et associative sont accessibles.

http://tvanouvelles.ca