Un gaz mortel s’échappait de la porte des Enfers


La porte de l’enfer en Turquie a servi de sacrifice pour Pluton, le roi de l’enfer dans l’Antiquité. A cet endroit les prêtres sacrifiaient des animaux en les assommant sans pour autant être incommodé par les émanations mortelles du dioxyde de carbone. D’ailleurs, les oiseaux et insectes en meurent s’ils passent dans les parages
Nuage

 

Un gaz mortel s’échappait de la porte des Enfers

Hiérapolis

Ruines de l’ancienne Hiérapolis, dans l’actuelle Turquie.

CRÉDITS: ALEXEI DANICHEV/ RIA NOVOSTI/AFP

Par Bernadette Arnaud le 21.02.2018 à 16h52

Des émanations toxiques de dioxyde de carbone ont été mesurées dans le temple romain de Pluton, dieu des Enfers, à Hiérapolis (Turquie). Dans l’Antiquité, elles avaient servi à sacrifier des animaux lors de rites mystérieux.

Enfer et radiations ! À Hiérapolis, près de Pamukkale en Turquie, le Plutonium, sanctuaire romain dédié à Pluton, roi des Enfers, n’était pas pavé de bonnes intentions… mais plutôt d’ossements d’animaux ! Des bêtes  sacrifiées à la plus redoutée des divinités par un procédé mystérieux. Il y a 2200 ans, les fidèles, installés sur des gradins de pierre, pouvaient assister à un étrange spectacle. Quand les animaux escortés par des prêtres approchaient de  » l’entrée des Enfers « , une petite porte de pierre, les animaux mouraient d’un coup, sans le moindre contact, tandis que les officiants ressortaient indemnes… Par quel miracle ? À l’instar de Pline l’Ancien qui avait évoqué ce prodige, le géographe grec Strabon (65 avant J.-C.-25 après J.-C.), était persuadé que c’est parce qu’ils étaient castrés que les prêtres eunuques* du culte local de Cybèle échappaient à la mort (lire ci-dessous). La vérité, est bien plus prosaïque.

Prise de mesures sur l’ancien site du Plutonium de Hiérapolis, en Turquie. Crédits: Hardy Pfanz

Profitant d’un phénomène naturel rare, les Romains avaient en fait dressé ces temples sur des failles géologiques dégageant du dioxyde de carbone CO2. Un nuage concentré de dioxyde de carbone asphyxiait tous ceux qui inhalaient le gaz. Une équipe de recherche dirigée par le volcanologue Hardy Pfanz, de l’université de Duisburg-Essen en Allemagne, s’est rendue sur le site de Hiérapolis pour analyser le potentiel meurtrier de l’antique Plutonium mis au jour en 2011. Dans un article publié dans la revue Archaeological and Anthropological Sciences, les scientifiques expliquent de quelle façon, à l’aide d’un analyseur de gaz portatif, ils ont mesuré la teneur des gaz s’échappant de la « porte des enfers ». Dans le temple de Pluton et la petite grotte située au-dessous (où les concentrations de CO2 très élevées continuent de tuer oiseaux, insectes et petits mammifères), ces relevés géochimiques ont surtout permis d’établir que les concentrations de gaz censées refléter le souffle hadéen (d’Hadès, nom grec de Pluton), évoluaient en fonction des heures de la journée.

Petites victimes actuelles des émanations de dioxyde de carbone, à proximité de l’ancien sanctuaire du Plutonium de Hiéropolis. Crédits: Hardy Pfanz

Dans cette région de Turquie à la sismicité très active, la fissure profonde située sous le Plutonium émet en continu du dioxyde de carbone sous la forme d’un brouillard. Si dans la journée, la chaleur de l’astre solaire dissipe les gaz, la nuit, et à l’aube, le CO2 plus lourd que l’air forme une nappe flottant au-dessus du sol, d’une quarantaine de centimètres d’épaisseur. Sa densité suffirait à tuer un être humain, selon les spécialistes.

« Les prêtres eunuques ont probablement fait leurs sacrifices le matin ou le soir, quand la concentration de gaz était la plus élevée », estiment les experts.

Grâce à leur haute taille, en se protégeant le nez, ou en interrompant momentanément leur respiration, les prêtres se soustrayaient aux inhalations toxiques, à l’inverse des animaux (parmi lesquels des bœufs), asphyxiés en quelques minutes. Un pouvoir que l’assistance  devait attribuer aux puissances surnaturelles chtoniennes.

Prêtres de Cybèle

Cybèle entre deux lions. Crédits: Jean Bernard/AFP

La pratique de la castration a existé en Europe dès l’Antiquité chez les Grecs et les Romains. Aux époques les plus anciennes, elle concernait essentiellement le domaine religieux et les cultes dits à mystères, comme celui de la déesse phrygienne Cybèle. Pour entrer au service de la déesse, les corybantes, prêtres également appelés “galles” ou “galli”, pratiquaient des rituels d’auto-castration, dits sanguinaria.

https://www.sciencesetavenir.fr

De plus en plus de gouvernements manipulent les réseaux sociaux


Je pense que la plupart ne seront pas surpris surtout cette année que la désinformation est assez forte sur les réseaux sociaux à des fins politiques
Nuage

 

De plus en plus de gouvernements manipulent les réseaux sociaux

Selon une étude sur la liberté de l'internet... (ARCHIVES AFP)

Selon une étude sur la liberté de l’internet menée par cette ONG de défense des droits dans 65 pays, 30 gouvernements ont manipulé internet en 2017 pour déformer l’information en ligne, contre 23 l’année précédente.

ARCHIVES AFP

Agence France-Presse

De plus en plus de pays suivent l’exemple de la Russie et de la Chine en manipulant les réseaux sociaux et en traquant les opposants sur internet, une grave menace pour la démocratie, s’est inquiétée mardi l’organisation Freedom House.

Selon une étude sur la liberté de l’internet menée par cette ONG de défense des droits dans 65 pays, 30 gouvernements ont manipulé internet en 2017 pour déformer l’information en ligne, contre 23 l’année précédente.

Ces manipulations incluent l’usage de commentateurs payés, de trolls, de «bots» – des comptes automatisés – ou de faux sites d’information selon ce rapport intitulé «Freedom on the Net» (Liberté sur internet).

Le rapport indique que ces tactiques de manipulation et de désinformation en ligne ont joué un rôle important dans les élections d’au moins 18 pays au cours de l’année écoulée, y compris aux États-Unis.

«L’usage de commentateurs rémunérés et de «bots» politiques pour diffuser la propagande gouvernementale a d’abord été développé par la Chine et la Russie, mais c’est maintenant un phénomène mondial», a expliqué Michael Abramowitz, le président de Freedom House.

Pour Sanja Kelly, directrice du projet «Freedom on the Net», ces manipulations sont souvent difficiles à détecter, «et plus difficiles à combattre que d’autres types de censure, comme le fait de bloquer certains sites web».

L’année 2017 marque selon l’organisation la septième année consécutive de déclin de la liberté sur internet.

Pour la troisième année, la Chine est classée en tête des pays qui manipulent internet, en raison d’un renforcement de la censure et de la lutte contre l’anonymat en ligne et de l’emprisonnement de dissidents s’exprimant sur le web.

Le rapport mentionne aux Philippines une «armée de claviers» dans laquelle les gens sont payés 10 dollars par jour pour donner l’impression d’un soutien généralisé à la politique de répression brutale du trafic de drogue; et l’utilisation par la Turquie de quelque 6000 personnes pour contrer les opposants au gouvernement sur les réseaux sociaux.

Accusée d’avoir cherché à influencer les élections aux États-Unis et en Europe, la Russie a quant à elle renforcé ses contrôles de l’internet dans le pays.

Les blogueurs qui attirent plus de 3000 visiteurs par jour doivent désormais s’enregistrer auprès du gouvernement russe et se conformer à la loi sur les médias de masse. Les moteurs de recherche ont interdiction de prendre en compte les pages internet provenant de sites non enregistrés.

Freedom House exprime également son inquiétude face aux restrictions croissantes sur les VPN – des réseaux privés virtuels qui permettent de contourner la censure – désormais en place dans 14 pays.

Les États-Unis ne sont pas épargnés, selon le rapport.

«Si l’environnement en ligne aux États-Unis est resté dynamique et diversifié, la prévalence de la désinformation et des contenus partisans a eu un impact significatif», indique le rapport, ajoutant que «les journalistes qui contestent les positions de Donald Trump ont été confrontés à un harcèlement en ligne de façon flagrante».

http://www.lapresse.ca/t

Un cas de vampirisme découvert en Turquie


Un vampire différent des légendes dont certains sont friants des films et séries télé du genre de Twilight… mais il est addict au sang .. et des troubles mentaux vraiment insolites ..
Nuage

 

Un cas de vampirisme découvert en Turquie

 

Un jeune Turc souffrant d'un trouble de la... (PHOTO PHOTOS.COM)

Un jeune Turc souffrant d’un trouble de la personnalité est traité par les médecins de l’hôpital militaire de Denizli pour une dépendance au sang.

PHOTO PHOTOS.COM

Ce n’est probablement pas le genre de vampire dont rêvaient les fans de Twilight. Les médecins de l’hôpital militaire de Denizli, au sud-ouest de la Turquie, ont découvert un cas de vampirisme, rapporte le site Hurriyet Daily News. Agé de 23 ans, le patient est atteint de troubles de la personnalité et d’une addiction au sang.

Photo: Un vampire s’apprête à mordre sa victime virginsuicide photography via Flickr CC License by

L’homme, dont le nom n’a pas été révélé, a commencé par se couper la peau du ventre, des bras et de la poitrine avec une lame de rasoir, avant de recueillir son sang dans un récipient et de le boire. Petit à petit, consommer du sang est devenu un besoin impérieux, note Direnc Sakarya, le médecin en charge du patient, dans un rapport publié en 2012. Le «vampire» s’est mis à mordre les autres afin de s’abreuver et a forcé son père à lui obtenir du sang dans les banques de sang.

Selon l’étude du professeur Sakarya, plusieurs épisodes traumatiques pourraient avoir déclenché la maladie de l’homme, qui a été élevé dans une petite ville de Turquie au fort taux de criminalité. Alors qu’il n’est encore qu’un enfant puis un adolescent, le patient assiste aux crises de folie de sa mère, prise d’accès de violence, qui détruit des objets et l’attaque. Entre cinq et onze ans, il n’a aucun souvenir de son enfance.

Trois ans avant son hospitalisation, le patient perd sa fillette de quatre mois, qui décède des suites d’une maladie. A la même époque, il assiste à un meurtre violent lors duquel la victime est décapitée et son pénis tranché. Un an plus tard, il est présent lors de l’assassinat de son oncle, dont il se souvient «avoir étreint le corps et avoir sentit le sang ruisseler sur son visage», note le professeur Sakarya.

A plusieurs reprises, l’homme a des pertes de mémoires. On lui diagnostique un trouble dissociatif de l’identité: il se fait appeler par différents noms, déclare «il y a deux moi en moi» et dialogue avec un compagnon imaginaire, un homme «grand avec un manteau noir»dont il a récemment réalisé qu’il incarnait sa propre enfance.

S’il ne prend aucune drogue, le patient du professeur Sakarya est alcoolique. Les images des événements traumatiques auxquels il a assisté s’imposent à lui et l’homme qu’il imagine lui donne des ordres. Il lui impose d’attaquer les autres et de se suicider, ce qu’il tente à plusieurs reprises.

C’est la première fois qu’un cas de vampirisme associé à un trouble dissociatif de l’identité est documenté, note le site Livescience. Six semaines après avoir été soigné à l’hôpital, l’homme était en rémission, bien que ses symptômes de personnalités multiples persistent.

L’homme n’est pas un vampire au sens mythique du terme, ajoute le site. Le corps humain n’est pas adapté à la consommation en grande quantité de sang, qui peut notamment causer une overdose de fer.

Dans la croyance populaire, un vampire est un généralement un démon ou un revenant qui se nourrit de sang afin d’entretenir son immortalité.

 

http://www.slate.fr