Les serial killers hommes et femmes choisissent leurs victimes différemment


Quand on parle de tueur en série, nous avons en mémoire des hommes, alors qu’il y a aussi des femmes qui ont tuer plusieurs personnes. Leurs victimes sont différentes, leurs approches ainsi que leurs raisons de mettre fin à des vies. De plus, les surnoms des femmes sont selon leur personnalité.
Nuage

 

Les serial killers hommes et femmes choisissent leurs victimes différemment

 

Plus de 65% des hommes serial killer harcèlent leurs victimes, contre seulement 3,6% des femmes. | Public Domain Pictures via Pixabay

Plus de 65% des hommes serial killer harcèlent leurs victimes, contre seulement 3,6% des femmes. | Public Domain Pictures via Pixabay

Repéré par Audrey Renault

Repéré sur Daily Mail

Pour les scientifiques, ces différences comportementales pourraient être un héritage de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.

 

Alors que Ted Bundy, célèbre serial killer américain est la star controversée de ce début d’année avec une série documentaire sur Netflix et un biopic bientôt en salle, une équipe du département de psychologie de l’université de Pennsylvanie, aux États-Unis, vient de mettre à jour des différences comportementales entre les serial killers masculins et féminins. Menée sur 55 tueurs en série et 55 tueuses en série, l’étude révèle que les hommes et les femmes ne choisissent pas leurs victimes de la même façon.

Les hommes tendent à traquer leur victime, comme le ferait un chasseur avec sa proie. Ils ciblent généralement de complètes étrangères ou étrangers. Au contraire, les femmes choisissent leurs victimes parmi leur entourage, dans un cercle plus ou moins restreint de connaissances. Les hommes tueurs en série sont ainsi six fois plus enclins à tuer un inconnu. Les femmes, elles, sont deux fois plus disposées à s’en prendre à un visage familier. Autre différence, plus de 65% des hommes ont harcelé, suivi ou épié leurs victimes, contre seulement près de 3,6% des femmes. Un profilage genré qui pourrait aider les enquêteurs et enquêtrices à identifier le ou la coupable, selon Marissa Harrison, professeure de psychology à l’université d’état de Pennsylvanie.


Un héritage évolutionnaire?

Pour les scientifiques, ces différences comportementales pourraient être un héritage de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.

«Historiquement, les hommes chassaient les animaux en tant que prédateurs, alors que les femmes avaient pour tâche de rassembler les ressources avoisinantes, comme les graines et les plantes pour se nourrir, explique Marissa Harrison. En tant que psychologue évolutionnaire, je me demande si des comportements hérités de cette distribution des rôles pourraient influencer la manière dont les hommes et les femmes serial killer choisissent leurs victimes.»

Au-delà des divergences comportementales des serial killers, le genre influe également sur la représentation de leurs crimes dans les médias. Si les hommes reçoivent ainsi souvent des surnoms illustrant leur brutalité comme Jack l’éventreur, le Dévisseur de têtes, le Cannibale de Milwaukee ou le Tueur au bain d’acide, les femmes sont renvoyées à leur genre: Jolly Jane, Tiger Woman, la Demoiselle de la mort… Un traitement médiatique différencié qui influence également la perception des couples de tueurs, scénario où la femme est souvent soupçonnée d’être sous l’emprise de son compagnon, à l’image de Ian Brady et Myra Hindley, Fred et Rosemary West ou, plus récemment, ce couple mexicain, arrêté pour les meurtres de vingt jeunes femmes.

 

http://www.slate.fr/

Et si Jack l’Éventreur était une femme ?


Un crime connu dans tout l’Occident et probablement plus loin encore qu’est Jack L’Éventreur qui a inspiré nombres de films d’horreur mais, qui n’a jamais été résolu. Encore aujourd’hui, on tente avec ce qui reste des preuves, des documents relatant l’affaire, on fait d’autres spéculations qui sont possible .. Une femme, une tueuses en séries sont certes rare mais cela existe
Nuage

 

Et si Jack l’Éventreur était une femme ?

 

Une reproduction des journaux de l'époque.
Une reproduction des journaux de l’époque. Crédits photo : AKIRA SUEMORI/ASSOCIATED PRESS

 

Un avocat estime que le célèbre tueur britannique du XIXe siècle était l’épouse d’un chirurgien, qui figure lui-même parmi la liste potentielle des suspects. Une théorie accueillie avec beaucoup de scepticisme.

124 ans après les meurtres de cinq prostituées londoniennes, le mythe de Jack l’Éventreur engendre toujours son lot de théories. Dernière en date, celle d’un avocat à la retraite John Morris qui affirme que le tueur en série était une femme: Lizzie Williams. Cette Galloise était mariée au chirurgien John Williams, considéré comme un suspect potentiel par certains spécialistes de Jack l’Éventreur (surnommés Ripperologystes). Lizzie Williams, 38 ans au moment des crimes, aurait visé ses cinq victimes par frustration et vengeance car elle ne pouvait avoir d’enfants, avance John Morris.

Cinq victimes avérées, toutes des filles de joie, sont attribuées à Jack l’Éventreur qui a sévi entre le 31 août et le 9 novembre 1888 dans l’Est londonien avant de disparaître. Dans son livre Jack the Ripper the hand of a woman, John Morris rappelle que le tueur a enlevé l’utérus de trois de ses victimes. Un acte qui suppose une certaine connaissance de l’anatomie que Lizzie Williams aurait pu gagner auprès de son mari. Pour appuyer sa théorie, John Morris a épluché des centaines de documents d’époque: procès-verbaux, rapports d’autopsie…

L’avocat souligne qu’aucune des victimes n’a été agressée sexuellement. Les effets personnels d’une des filles ont été déposés autour d’elle «d’une manière typiquement féminine». Trois boutons appartenant à une bottine ont été découverts maculés de sang près d’une autre victime. Les restes brûlés d’une cape, jupe et chapeau ont été retrouvés dans la cheminée de la dernière victime, Mary Kelly. Or, des témoins ont déclaré lors de l’enquête n’avoir jamais vu la jeune femme de 25 ans les porter.

Dépression nerveuse après l’arrêt des meurtres

 

Ancien avocat, John Morris, 62 ans, a nommé d'origine galloise Lizzie Williams (ci-dessus) que le monstre de Whitechapel - et affirme qu'elle a tué ses victimes parce qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfants

Lizzie Williams.

John Morris voit aussi dans l’arrêt des assassinats après le meurtre de Mary Kelly un élément à charge supplémentaire contre Lizzie Williams. Des spéculations très contestées font état d’une liaison entre John Williams et Mary Kelly. Lizzie Williams aurait arrêté sa folie meurtrière après avoir éliminé sa rivale, défend John Morris. Peu après la fin des meurtres, la Galloise a souffert d’une dépression nerveuse, remarque John Morris. Morte en 1912, elle n’a jamais été interrogée par la police.

La parution de Jack the Ripper the hand of a woman en mars dernier a été discrète, mais l’essai a trouvé un nouvel écho dans la presse anglophone, mardi, suite à la parution d’un article dans le Birmingham Times. En revanche, l’accueil des historiens a été beaucoup plus frais, à en croire John Morris.

«Ma théorie va à l’encontre de croyances très anciennes. Parce que tout le monde est convaincu que Jack était un homme, toutes les preuves allant dans le sens d’une tueuse en série ont été ignorées», déplore-t-il.

Ceci dit, John Morris n’est pas le premier à avoir émis l’hypothèse d’une criminelle. Le détective en charge de l’affaire en 1888 ne l’excluait pas.

Dans les années 1930 était évoquée la piste d’une sage-femme pratiquant des avortements clandestins.

En 2006, des prélèvements ADN sur les lettres qu’aurait écrites Jack l’Éventreur suggéraient que le rédacteur de ces missives était plutôt une femme.

Sur la longue liste de suspects ayant retenu l’attention de la police londonienne est apparu un seul nom féminin, Mary Pearcey, exécutée en 1890 pour avoir égorgé la maîtresse de son mari.

Faute d’avoir mis la main sur le meurtrier, au fil des décennies, romanciers et criminologues ont incriminé plus d’une quarantaine de personnes dont le peintre impressionniste Walter Sickert, un intendant des pompes funèbres, un petit-fils de la reine Victoria, un marin allemand exécuté aux États-Unis en 1894…

http://www.lefigaro.fr