Catastrophe naturelle, comment bien s’y préparer?


Malgré qu’on ne peut pas prévenir du moins a 100 % des catastrophes naturelles ou ne fut qu’une panne de courant générale de plusieurs heures voir plusieurs jours .. une trousse d’urgence sera surement très utile pour survivre en cas d’impossibilité d’avoir de l,aide immédiate
Nuage

 

Catastrophe naturelle, comment bien s’y préparer?

 

12 octobre 2012 – Un séisme de magnitude 4, 5 est survenu dans la nuit de mardi à mercredi vers 0 h 19. L’épicentre se trouvait à Saint-Marc-sur-Richelieu, en Montérégie. Les secousses sismiques, qui ont duré environ 20 secondes, ont été ressenties dans toute la région de Montréal, allant même jusqu’à Ottawa, Québec et dans le Vermont aux États-Unis.

Un impact limité

Aucun blessé ni dégât n’ont été rapporté à la suite de cet événement. Un tremblement de terre de cette force provoque généralement un entrechoquement des objets dans la maison, différents bruits et parfois quelques dommages importants. Au Canada, plus de 4 000 séismes sont enregistrés chaque année, dont 50 seulement sont perçus par l’ensemble de la population. De plus, aucun n’a assez violent pour provoquer la chute des bâtiments.s

Prévenir non, se préparer oui

Les connaissances scientifiques et les outils technologiques ne permettent pas encore de prévenir les secousses sismiques. Par contre, chaque personne est en mesure de se préparer à faire face à une telle éventualité.

Lorsqu’un événement comme celui de mardi dernier survient, il est primordial d’adopter une attitude calme et de conserver son sang-froid. Si vous vous trouvez à l’intérieur, la meilleure option est de vous abriter sous un meuble solide ou un cadre de porte. Il ne faut en aucun cas sortir, car vous pourriez être heurté par des objets ou des morceaux de vitre.

Dans le cas où vous seriez déjà à l’extérieur, il ne faut pas tenter d’entrer dans un bâtiment. Vous ne connaissez pas la solidité de celui-ci et certains matériaux pourraient s’en détacher et vous blesser. Vous devez vous tenir éloigner le plus possible des objets : fils électriques, immeubles, voitures, etc. Si vous êtes en voiture, le mieux est de vous arrêter dans un stationnement désert. L’étape suivante est de patienter jusqu’à la fin des secousses.

Avoir une trousse d’urgence à portée de main

Bien qu’aucun tremblement de terre fortement dommageable n’ait été enregistré au Canada, certaines catastrophes naturelles imprévisibles ont déjà eu lieu comme la crise de verglas en 1998. Il est donc important de se munir d’une trousse d’urgence. Celle-ci doit vous permettre de survivre durant au moins 72 heures en cas de panne majeure. Elle doit contenir :

  • de l’eau;
  • de la nourriture non périssable
  • une ou plusieurs lampes de poche;
  • des piles;
  • une radio qui fonctionne à piles;
  • des articles de premiers soins tels que pansements, lotion désinfectante, bandages, etc.;
  • un peu d’argent comptant;
  • la liste des personnes à joindre dans une telle situation.

Vous devez également vous assurer que tous ces éléments soient rangés dans un sac hermétique et facile à transporter. Aussi, la trousse doit être placée dans un endroit connu de toute la famille. Certains articles peuvent afficher une date de péremption, veillez à les remplacer lorsque cela est nécessaire.

Même si les risques d’avoir besoin de se servir de cette trousse sont assez faibles, il est plus prévoyant de l’avoir en sa possession.

Mélissa Archambault – PasseportSanté

http://www.passeportsante.net