Pour diminuer l’anxiété, résolvez un problème !


Moi qui n’aime pas le sodoku, enfin, il semble que les mathématiques soient la clé pour enrayer le stress combiné l’exercice et une bonne alimentation
Nuage

 

Pour diminuer l’anxiété, résolvez un problème !

 

Pour diminuer l'anxiété, résolvez un problème !

Pour diminuer l’anxiété, résolvez un problème !

Des chercheurs ont découvert que le fait de stimuler l’activité cérébrale liée à la pensée et à la résolution de problèmes atténue les symptômes de l’anxiété.

Si vous souffrez régulièrement de troubles anxieux, vous pouvez ajouter un livre de casse-tête dans votre sac à main et sur votre table de nuit. Selon une étude publiée par la revue Cerebral Cortex, la résolution de problèmes pourrait aider à diminuer le sentiment anxieux. Compléter un sodoku prend tout son sens désormais !

Les chercheurs de l’université Duke, aux Etats-Unis, ont analysé l’activité cérébrale de 120 jeunes adultes pendant qu’ils essayaient de résoudre des problèmes de mathématique faciles. Chaque volontaire a répondu à une série de questions concernant sa santé mentale et a passé un scanner via l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pendant qu’il effectuait des tâches visant à activer certaines régions du cerveau.

Entretenir son cerveau

Ce test a permis aux scientifiques de comprendre que la résolution de problèmes active la zone cérébrale de la récompense, qui aide à son tour à lutter contre les sentiments négatifs de l’anxiété. Ces résultats confirment l’idée que la mise en place d’une stratégie permettant d’améliorer le fonctionnement émotionnel en travaillant le fonctionnement cognitif général est efficace. Pour entretenir la santé mentale, la résolution de problèmes semble être un bon exercice. 

Ce type de technique peut être utilisé en complètement à d’autres astuces anti-anxiété, comme la pratique d’un sport et le choix d’une alimentation équilibrée. Des produits riches en acides aminés tryptophane (poulet, bananes, lait, avoine, fromage, noix, sésame), en vitamine B (poulet, légumes verts, oranges, légumineuses, riz, noix, œufs), en protéines (œufs, noix, soja, lentilles, poisson, viande, yaourt) et en acides gras oméga-3  (saumon, sardines, légumes verts) auraient également une effet positif sur le stress et l’anxiété. 

http://www.santemagazine.fr

A quoi pensent les anxieux ?


Ma fille me dit souvent que je stresse pour rien, bon, faut dire qu’elle a raison. C’est important d’apprendre a gérer l’anxiété
Nuage

 

A quoi pensent les anxieux ?

 

Souffrir d’anxiété signifie devoir affronter les mêmes pensées au quotidien. Découvrez des astuces pour en venir à bout.

Une personne qui souffre de troubles anxieux fait face aux mêmes pensées stressantes tout au long de la journée. Notre cerveau a tendance à envisager la pire des options dans chaque situation, et c’est particulièrement vrai pour les personnes anxieuses. Afin de mieux comprendre ce qui se passe dans leur tête, le site du Huffington Post leur a demandé de partager leurs pensées les plus stressantes qui reviennent le plus souvent.

Voici les dix premières réponses :

1- Offenser quelqu’un en disant quelque chose qu’il ne fallait pas

2- Rester bloqué dans les transports

3- Arriver en retard à un rendez-vous

4- Stresser à l’idée que quelque chose ne se passe pas comme prévu

5- Oublier de faire quelque chose d’important

6- Ne pas pouvoir contrôler le futur dès maintenant

7- Se demander si son entourage est fâché

8- Faire une erreur au travail et en être jugé

9- Avoir l’air stupide en société

10- Etre anxieux d’être anxieux

Pour aider les personnes à mieux vivre avec leur anxiété au quotidien, le Huffington Post donne quelques conseils pratiques.

 Prendre conscience que ces pensées sont dans notre tête et les accepter au lieu de les éviter.

L’étape suivante consiste à poser des questions pour se détacher de ces émotions en les affrontant d’un regard plus rationnel.

En effet, ignorer ses pensées anxiogènes fait du bien sur le coup, mais renforce le stress. Une activité relaxante comme le yoga, la méditation ou la marche sera bien plus efficace.

http://www.santemagazine.fr/

SOUFFREZ-VOUS D’UN TOC?


Vivre avec un trouble obsessionnel compulsif, peut devenir un vrai fardeau dans la personnelle et professionnelle de ceux qui en souffrent. Il est donc important de consulter pour ne pas se laissé envahir par ces troubles obsessionnels
Nuage

 

SOUFFREZ-VOUS D’UN TOC?

 

Les TOCs ou troubles obsessionnels compulsifs sont classés dans les troubles anxieux.

Fréquents (ils touchent plus de 2% de la population), ils sont aujourd’hui bien connus.

En conséquence, nous avons tendance à penser TOCs dès que nous pensons à des petites manies.

Mais quels sont les vrais critères pour diagnostiquer un TOC?

Les TOCS, obsessions ou compulsions

Commençons par la définition. Un TOC est un trouble obsessionnel compulsif, c’est-à-dire une obsession et une compulsion.

Qu’est-ce que cela signifie?

  • Une obsession est une pensée envahissante, récurrente, dont on ne peut pas se débarrasser et qui entraînent des émotions négatives.
    Il peut s’agir d’idées, mais aussi de pulsions ou d’images.
  • Une compulsion est un comportement répétitif, concret (se laver les mains, fermer une porte à clé) ou mental (prier, répéter des mots dans sa tête) qui a pour but d’éviter un événement ou une situation.

Le TOC, c’est une compulsion qui répond à une obsession.

Ainsi une personne obsédée par le fait d’être contaminée par un microbe va se laver compulsivement les mains.

Le comportement n’est cependant pas approprié parce qu’il est excessif.

Dans d’autres cas, le lien entre obsessions et compulsions n’est même pas ancré dans le réel.

La personne, par exemple, va aligner des objets compulsivement parce qu’elle craint que des proches meurent dans un accident si elle ne le fait pas.

Les TOCs: une gêne significative, en toute conscience

 

Pour que l’on puisse parler de TOC, obsession et compulsion ne suffisent pas. Il faut qu’il existe une gêne significative à la vie quotidienne.

  • Les comportements compulsifs prennent plus d’une heure par jour.
  • Les obsessions sont pleinement reconnues par le patient comme irrationnelles et pathologiques, et entraînent une souffrance.
  • Le TOC interfère fortement avec la vie personnelle et professionnelle de la personne atteinte.

Dans les TOCs, les personnes atteintes sont bien conscientes que leur comportement n’est pas approprié, mais cette prise de conscience n’est pas suffisante pour éliminer le TOC.

Je pense souffrir d’un TOC, que faire?

 

Les TOCs font partie des troubles anxieux, et des thérapies très efficaces existent.

La thérapie cognitive comportementale fonctionne très bien, et certains médicaments peuvent aussi être utilisés.

Si vous pensez être atteint(e) d’un TOC, n’hésitez donc pas à en parler
Votre médecin traitant devrait pouvoir vous orienter vers un professionnel fiable.


Vous pouvez aussi contacter le service de santé mentale le plus proche de chez vous.

http://www.e-sante.be