Le syndrome de la tête qui explose, un trouble méconnu


Un trouble du sommeil, assez déstabilisant quand cela arrive. Cela m’arrive de temps à autre depuis 2 ans environs. Un réveil brutal qui donne l’effroi surtout quand on est seul
Nuage

 

Le syndrome de la tête qui explose, un trouble méconnu

Marie-Céline Ray

Journaliste

Ce syndrome au nom effrayant est peu connu et pourtant courant : il consiste à se réveiller en sursaut dans la nuit en ayant entendu un bruit fort, comme un objet tombant brutalement par terre, ou parfois en ayant vu un éclair de lumière.

Connaissez-vous le syndrome de la tête qui explose ? Rassurez-vous, même s’il peut donner lieu à une belle peur, il n’a rien à voir avec une scène de film d’horreur. Ce trouble du sommeil se manifeste lorsqu’une personne s’endort ou se réveille et qu’elle entend un bruit fort. Dans une étude parue dans Cephalalgia, Brian Sharpless, de l’université Argosy en Virginie, a voulu en savoir plus à ce sujet. Comme le rapporte Live Science, il avait déjà trouvé dans des travaux précédents que 13,5 % des gens en faisaient l’expérience au moins une fois dans leur vie.

Dans cette étude, 49 étudiants touchés par ce syndrome ont raconté leurs symptômes. Les expériences des patients étaient diverses, certains n’avaient connu qu’un épisode tandis qu’une personne en aurait connu 150. Mais il y avait des points communs. Par exemple, le bruit le plus souvent entendu était celui d’un objet qu’on laisserait tomber de haut. Ce pouvait être aussi une détonation, un bruit d’explosion ou de porte qui claque.

Peur, tachycardie et éclairs de lumière

Les patients ressentaient aussi souvent des symptômes comme de la peur, une tachycardie et des secousses musculaires. Un quart d’entre eux voyait un éclair de lumière. Seulement 10 % en auraient parlé à un médecin. Les épisodes avaient plutôt lieu lors d’une transition veille-sommeil et en dormant sur le dos.

Les scientifiques ne savent pas quelle est la cause de ce phénomène. L’une des hypothèses les plus couramment envisagées est qu’il est lié à une partie du cerveau appelée formation réticulée, qui aide l’individu à s’endormir. La formation réticulée jouerait aussi un rôle dans un autre phénomène curieux, la paralysie du sommeil, au cours de laquelle l’individu se réveille en étant incapable de bouger.

Pour Brian Sharpless, « s’endormir, c’est comme arrêter un ordinateur ».

Le cerveau passe par plusieurs étapes dont l’une nécessite d’éteindre les neurones qui servent à entendre. Un patient souffrant du syndrome de la tête qui explose, au lieu d’éteindre ces cellules, les mettrait en marche ce qui fait qu’il entendrait un bruit puissant.

https://www.futura-sciences.com

L’éléphant qui perdit son oeil


Un autre petit conte qui exprime bien l’agitation en cas de problème et ce même si la situation est très grave ne donne pas grand chose .. sauf qu’empirer la situation et nous avançons a l’aveuglette sans repère clair …
Mais si on prend de bonne respiration, laisse le temps de se remettre de nos émotions qui je sais n’ai pas facile … la vue devient moins trouble
Nuage

 

L’éléphant qui perdit son oeil

 

 

L’éléphant se trouvait au bord d’un ruisseau.

L’eau coulait, claire et transparente.
Il eut envie de boire.
Il se pencha au-dessus de l’eau, trempa sa trompe et… plouf !

« Quoi ! Que ?… mais qu’est-ce que… AAAaaaarrrrggggghh j’ai
perdu mon oeil ! »
s’écria l’éléphant au comble de la panique.

Effectivement, son oeil droit s’était détaché de son orbite et
était tombé au fond du ruisseau.
 

Le mastodonte chercha à retrouver son précieux globe.
Il ne vit rien. Très inquiet, il agita sa trompe dans tous les
sens, cherchant à saisir son oeil dans le lit du ruisseau.
Il remua tant et si bien que l’eau devint trouble. Plus il
agitait sa trompe et plus le sable remontait, compromettant ses
chances de retrouver une vue complète.

Soudain, l’éléphant entendit rire à gorge déployée.
Furieux, il releva la tête et vit, sur un rocher au bord de
l’eau, une petite grenouille verte. Elle riait, elle riait…,
la bouche grande ouverte :


– coaAH ! coAH ! coAH ! coAH !…
– Tu trouves ça drôle. J’ai perdu mon oeil et ça te fait rire ?!
– Ce qui est drôle, c’est de voir à quel point tu t’agites.
Calme-toi, tout ira mieux !

L’éléphant, un peu honteux, suivit le conseil de la
grenouille. Il se calma et cessa d’agiter sa trompe.
L’eau redevint calme, peu à peu le sable retomba.

Tout au fond du ruisseau, l’éléphant vit son oeil, intacte.
Il le saisit avec sa trompe, le remit dans son orbite, à sa place.
Sans oublier de remercier la grenouille verte.

Défauts – Qualités


Dire des qualités aux autres pourquoi faire .. ? Nous avons tellement de la facilité a trouver les défauts des autres (bien avant les nôtres) que nous ne voyons pas l’importance de souligner les bons côtés .. peut-être que nous prenons comme acquis que les autres le savent .. Pourtant, sans exagérer mais dire a quelqu,un qu’il a bien travaillé ou qu’il est bon dans un domaine, etc .. ne fait qu’accentué son désir de faire de son mieux .. 
Nuage

Défauts – Qualités

 

« Être conscient d’un seul de ses défauts est plus utile qu’être informé de mille travers chez quelqu’un d’autre.

Plutôt que de dire du mal des gens, en des termes qui produiront des frictions et des troubles dans leurs vies, nous devrions nous attacher à une perception plus pure à leur encontre, et quand nous parlons d’eux, évoquer leurs qualités. »

Dalaï Lama

La rancune


La rancune ne fait que nous rendre malheureux, bien sur ce n’est pas facile d’effacer ce sentiment, mais il est nécessaire qu’on essaie de s’en débarrasser car c’est nous que nous faisons du tord
Nuage

La rancune

Lorsque nous entretenons de la rancune, aussi douloureuse que soit notre blessure ou notre déception, nous laissons demeurer en nous une semence qui grandira pour devenir un arbre qui fera de l’ombre à votre paix intérieure.

La rancune favorise les dépressions, le stress et autres troubles. Cette émotion est toxique et ne dépend que de ce que vous VOULEZ en faire

Michel Poulaert

Comment repérer les symptômes de l’infarctus ?


Savoir reconnaître les signes avant-coureurs d’un infarctus peut sauver une vie, malheureusement certains signes sont trompeurs qu’on associent cela a une mauvaise digestion .. Mieux vaut vérifier en cas de doute et encore plus chez la femme
Nuage

Comment repérer les symptômes de l’infarctus ?

Une grande enquête vient de le montrer : moins de la moitié d’entre nous connaissons les signes d’alerte d’un infarctus…

Étapes de réalisation

1 Qu’ils surviennent au repos ou à l’effort, ces différentes troubles, parfois trompeurs, doivent vous faire réagir sans attendre.

2 Le plus souvent, vous ressentez une douleur dans la poitrine qui donne l’impression de serrer, d’écraser ou de brûler. Elle peut irradier vers les mâchoires, les bras, surtout le gauche, ou le creux de l’estomac.

3 Parfois, la douleur se localise dans le bras, dans le poignet ou la mâchoire. Vous pouvez avoir eu auparavant de petites douleurs thoraciques fugaces, notamment lors d’efforts, ce qui cache des artères encrassées.

4 Chez nous, les femmes, un embarras digestif, des maux d’estomac accompagnés de fatigue importante, de nausées ou de vomissements sont aussi un signe annonciateur d’infarctus

http://www.commentfaiton.com/