Slime : une pâte pas vraiment inoffensive


Si vous avez des enfants et petits enfants, vous connaissez sûrement la slime. C’est un produit que les enfants aiment manipuler. Malheureusement, ceux vendus dans les magasins ne sont pas nécessairement sans danger, et ceux qui sont fait maison peuvent aussi donner des causes de graves problèmes de santé.
Nuage

 

Slime : une pâte pas vraiment inoffensive

 

jarabee123/shutterstock.com

Le slime a beaucoup de succès auprès des enfants et des adolescents. Si cette pâte fluide semble sans danger, elle fait une nouvelle fois l’objet d’une alerte. Après la DGCCRF et l’Anses en mai dernier, l’UFC-Que Choisir publie les résultats inquiétants d’un test réalisé sur plusieurs de ces produits.

« L’usage de plus en plus fréquent, à l’école comme à la maison, des slimes et autres pâtes à prout a incité l’Association UFC-Que Choisir à les analyser », indique celle-ci. « D’autant que ces pâtes élastiques et visqueuses, achetées en grandes surfaces ou fabriquées soi-même, sont susceptibles d’être manipulées, parfois pendant des heures, par les enfants. »

L’étude menée par UFC-Que Choisir a consisté à rechercher dans 13 de ces slimes les teneurs en contaminants (arsenic, mercure, baryum, chrome, strontium …), ainsi qu’en bore, le composé conférant l’élasticité à ces pâtes, mais toxique à fortes doses.

L’Anses avait déjà rapporté en mai dernier « plusieurs cas d’atteintes de la peau et des ongles (brûlures, rougeurs, eczéma, démangeaisons), observés par les Centres antipoison, le réseau de vigilance en dermato-allergologie Revidal-Gerda et le réseau AllergOS ».

Irritations et autres troubles

J Paulson/shutterstock.com

Les résultats de ces récents tests se révèlent inquiétants puisque les teneurs en bore retrouvées dans la « Pâte intelligente » de « Pacific Surf » et « Créa Pat – La pâte incroyable » sont ainsi respectivement deux et trois fois supérieures à la dose réglementaire. « Quant à ‘Barrel-O-Slime – Caution’ il explose les compteurs avec pas moins de 14 fois la teneur maximale autorisée. »

Ces dépassements constituent un véritable danger pour la santé.

Ainsi, « le simple contact de la peau avec de fortes concentrations de bore peut entraîner des irritations des yeux et des muqueuses, voire être ultérieurement à l’origine de troubles de la reproduction », indique l’association. « Quant à l’ingestion de ce composé, elle peut causer des problèmes digestifs, des atteintes du foie, du pancréas et du système nerveux. »

Par ailleurs, l’UFC-Que Choisir rappelle que des slimes faits maison à partir de colles, de solutions ophtalmiques, de mousses à raser et de lessives liquides exposent à d’autres risques. Contenus dans les recettes trouvées sur Internet, ces produits contiennent des perturbateurs endocriniens, des conservateurs hautement allergisants ou toxiques pour le foie, ainsi que des solvants pouvant provoquer des troubles respiratoires.

DGCCRF saisie

L’UFC-Que Choisir a donc décidé de saisir la DGCCRF dans le but de voir « retirés et rappelés les produits épinglés par [son] test, et que les contrôles intensifiés donnent lieu à une publication des résultats et de l’identité des produits non conformes ».

En attendant, l’association « déconseille aux parents d’acheter des produits slime en rayon […] et recommande d’éviter les tutoriels de fabrication qui se multiplient sur Internet, compte tenu des composés dangereux mis en œuvre dans bon nombre de ces recettes ».

  • Source : UFC Que choisir,
  • Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : Vincent Roche

https://destinationsante.com

Windsor Le virus EV-D68 aurait franchi la frontière canadienne


Un virus qui cause des troubles respiratoires qui semblent viser surtout les enfants, mais n’importe qui peut en être atteint. Cela prendra quelques jours avant de confirmer ou infirmer que ce mystérieux virus a traversé les frontières canadiennes
Nuage

 

Windsor

Le virus EV-D68 aurait franchi la frontière canadienne

 

La propagation du virus aux États-Unis. (CNN)

Agence QMI

Un virus respiratoire qui s’est rapidement propagé aux États-Unis, rendant les enfants très malades, pourrait maintenant être au Canada.

Un hôpital à Windsor, en Ontario, a rapporté une hausse soudaine d’admissions en pédiatrie à son urgence pour des troubles respiratoires, au cours de la fin de semaine.

«Bien qu’il n’y ait encore aucune confirmation localement, il y a eu une augmentation de cas d’EV-D68 (Entérovirus D68) dans les États du Mid-Ouest et dans quelques provinces canadiennes », a indiqué l’hôpital régional de Windsor, dans un communiqué.

Des échantillons prélevés chez des patients à Windsor ont été envoyés dans des laboratoires provinciaux pour analyses. Il pourrait s’écouler jusqu’à deux semaines avant de connaître les résultats et de confirmer s’il s’agit bel et bien du virus EV-D68.

L’hôpital régional de Windsor. (archives, Agence QMI)

Des centaines d’enfants dans plusieurs États américains, dont le Colorado, l’Illinois, l’Iowa, le Kansas, le Kentucky et le Missouri sont tombés malades après avoir contracté le virus EV-D68, depuis la mi-août. Des enfants de six semaines à 16 ans ont été affectés.

Il n’existe aucun médicament spécifique contre le virus.

http://tvanouvelles.ca

Voici ce que vous devez savoir en tant que parent:

Quels sont les symptômes?

Le virus commence généralement comme le rhume; les symptômes comprennent éternuements, le nez qui coule et une toux. C’est tout ce qui se passe pour la plupart des gens qui attrapent un entérovirus.

Mais certains patients attraperont une toux sévère et auront de la difficulté à respirer et/ou peuvent avoir des éruptions cutanées. EV-D68 est parfois accompagnée d’une fièvre ou d’une respiration sifflante.

Alors, quand devez-vous commencer s’inquiéter?

Malheureusement au début, il est difficile – voire impossible – de faire la différence entre un rhume ordinaire et ce type de virus. Mais il ya des symptômes, vous devriez être à l’affût si votre enfant tombe malade.

Aller chez le médecin si il ou elle a de la fièvre ou une éruption cutanée, ou si votre enfant a de la difficulté à respirer. Les enfants souffrant d’asthme ou qui ont des antécédents de problèmes respiratoires sont particulièrement sensibles aux symptômes graves.

Pourquoi les enfants hospitalisés?

N’importe qui peut être infecté par des entérovirus, selon les CDC, mais les nourrissons, les enfants et les adolescents sont plus susceptibles de devenir malades parce qu’ils n’ont pas encore mis en place l’immunité provenant de précédentes expositions aux virus.

Comment puis-je protéger mes enfants?

La maladie respiratoire se propage par contact étroit, comme le rhume. Vous pouvez également être infecté par contact avec des objets ou des surfaces qui ont le virus, lorsque vous touchez votre visage après.

Il n’y a pas grand chose que vous pouvez faire, mise `part utiliser votre bon sens pour réduire le risque.

Lavez-vous les mains à l’eau et au savon pendant 20 secondes – en particulier après être allé aux toilettes et avoir changé les couches.

Nettoyer et désinfecter les surfaces qui sont régulièrement touchés par des personnes différentes, tels que les jouets et les poignées de porte.

Évitez de serrer les mains,les embrassades et le partage des tasses ou des ustensiles avec des gens qui sont malades. Et rester à la maison en cas de malaise.

http://www.tvqc.com

Attention au ronflement chez l’enfant


Le ronflement chronique affecte l’adulte mais aussi l’enfant, il peut être causé par différents facteurs et généralement en grandissant ces ronflements partent d’eux même … sauf quelqu’un qui eux devront être investigué pour éviter les complications comme les troubles du sommeil, l’apnée du sommeil .. fatigue etc ..
Nuage

 

 

Attention au ronflement chez l’enfant

 

© Shutterstock

Agence QMI

Chez l’enfant, le ronflement chronique peut entraîner de nombreux effets secondaires indésirables, d’où l’importance de cibler très tôt les jeunes à risques.

Une nouvelle recherche de la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal a établi que les enfants qui ont un visage long et étroit, ainsi que ceux qui ont l’habitude de respirer par la bouche ou qui souffrent d’allergies ou de rhumes fréquents auraient davantage tendance à ronfler.

Ce trouble respiratoire nocturne nuit évidemment au sommeil et peut entraîner une foule d’effets secondaires: fatigue, agressivité, hyperactivité, difficultés d’apprentissage et de concentration, maux de tête, pertes de mémoire, etc.

L’étude a été conduite auprès de 604 enfants qui ont consulté la clinique d’orthodontie de l’Université de Montréal. Un peu plus de 10% d’entre eux ont rapporté être des ronfleurs chroniques.

«Les troubles de sommeil sont associés à une morphologie craniofaciale particulière», explique Nelly Huynh, professeure à la Faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal et auteure principale de cette recherche. «La mâchoire est étroite, ce qui indique que la langue n’a pas l’espace nécessaire pour s’étaler entièrement. Elle occupera alors le haut de la cavité buccale», ajoute-t-elle.

 Cette disposition amène la langue à reculer pendant le sommeil et, donc, à bloquer les voies aériennes respiratoires.

De 70% à 90% des enfants environ verront leurs troubles respiratoires nocturnes disparaître au cours de leur croissance. Mais de 10 à 30% des enfants souffriront de ronflement chronique et même d’apnée du sommeil jusqu’à l’âge adulte.

http://sante.canoe.com