Psychopathe et sociopathe: comment les différencier?


Ceux qui aiment les séries et enquêtes policières entendent souvent les mots : psychopathe sociopathe. Quelle est la différence entre ces deux troubles de la personnalité ? Sont-ils tous des tueurs en série ?
Nuage

 

Psychopathe et sociopathe: comment les différencier?

 

Psychopathe et sociopathe: comment les différencier?

Hannibal Lecter est un psychopathe.Capture d’écran Gentside

Psychopathe et sociopathe sont deux termes tirés de la psychologie pour désigner un individu présentant un comportement antisocial. Ces troubles de la personnalité ont inspiré de nombreux personnages de la culture populaire dont le célèbre Hannibal Lecter, protagoniste du film Le Silence des agneaux, sorti en 1991.

S’il est heureusement plutôt rare de se retrouver confronté à ce genre de tueur en série, les psychopathes et sociopathes existent réellement. Selon Xanthe Mallett, maître de conférences en criminologie à l’Université de médecine légale de Nouvelle-Angleterre, leurs troubles s’observeraient particulièrement chez les personnes au rang social élevé, exemple de réussite dans notre société.

«Ils sont souvent impitoyables, cyniques et superficiellement charmants, tout en ayant peu ou aucune considération pour les sentiments ou les besoins des autres», explique l’experte dans un article publié par The Conversation.

En d’autres termes, les psychopathes et sociopathes maitrisent l’art de la manipulation des sentiments d’autrui tout en étant incapables de ressentir eux-mêmes des émotions. Entre 0,2% et 3,3 % des personnes présenteraient ce genre de comportement. Un test psychologique a même été mis en place pour les identifier.

«Si vous êtes inquiets d’être vous-même psychopathe ou sociopathe, vous pouvez répondre à ce questionnaire mais laissez-moi vous faire gagner du temps: vous ne l’êtes pas. Si vous l’étiez, vous ne seriez probablement pas intéressé par ce test de personnalité», explique Xanthe Mallett.

Selon elle, les personnes entrant dans cette catégorie ne se préoccupent pas de leur défauts de caractère. Voilà  pourquoi leur comportement est actuellement considéré comme un trouble antisocial de la personnalité.

DES CARACTÉRISTIQUES COMMUNES

Psychopathes et sociopathes partagent un certain nombre de caractéristiques, comme l’absence de remords ou d’empathie pour les autres. Ils sont par ailleurs incapables de ressentir de la culpabilité ou d’assumer la responsabilité de leurs actions. Certains présentent même un certain mépris pour les lois ou les conventions sociales et peuvent être avoir des comportement violents.

La distinction entre ces deux troubles en revanche, est un peu plus complexe et encore largement débattue. Selon Xanthe Mallett, les sociopathes sont généralement moins stables émotionnellement et très impulsifs. Leur comportement tend à être plus imprévisible que celui des psychopathes.

Lorsqu’ils commettent des actes de criminalité, violents ou non, les sociopathes agissent de manière plutôt compulsive. Ils manquent de patience et sont moins organisés. Les psychopathes, eux, planifient leur crime dans les moindres détails, prenant en considération tous les risques pour éviter de se faire inculper.

De nombreux experts en psychologie débattent encore sur cette distinction, certains allant jusqu’à la remettre en cause. Toutefois, pour ceux qui la considère comme légitime, cette différence entre psychopathie et sociopathie peut s’expliquer principalement par l’origine du trouble.

Lorsque celui-ci est considéré comme le fruit d’une lésion cérébrale ou de l’environnement social, le terme utilisé pour caractériser le patient est généralement celui de sociopathe. En revanche, lorsque des facteurs psychologiques, biologiques et génétiques sont mis en jeu, les spécialistes parlent de psychopathie.

«Les psychopathes naissent psychopathes, les sociopathes le deviennent, résume Xanthe Mallett. Bien sûr, tous les psychopathes et sociopathes ne deviennent pas des tueurs en série. Et tous les tueurs en série ne sont pas des psychopathes ou sociopathes.»

http://fr.canoe.ca/

Des enfants soignés à tort


J’avais été étonné ce qu’une mère puisse faire subir à un enfant pour attirer l’attention comme le cas d’une maman qui avait empoisonné au sel son fils, On parle du syndrome de Münchhausen par procuration, mais j’avoue être tout étonnée, choquée par tout ce qu’une personne peut faire pour rendre un enfant malade lui causant de grands tords voir même la mort. Même, si cela est rare, des cas sont décrits et cela fait des victimes de trop
Nuage

 

Des enfants soignés à tort

 

D'après la police, l'Américaine Lacey Spears aurait empoisonné... (PHOTO RICK FLORES, ASSOCIATED PRESS)

D’après la police, l’Américaine Lacey Spears aurait empoisonné son fils en lui injectant d’énormes quantités de sel dans l’estomac par un tube gastrique, installé quatre ans plus tôt.

PHOTO RICK FLORES, ASSOCIATED PRESS

Marie-Claude Malboeuf
La Presse

Ce sont des enfants en santé, au corps pourtant zébré de cicatrices. Ils ont été opérés plusieurs fois, ont été piqués, affamés, suffoqués ou gavés de médicaments inutiles. Leurs bourreaux? Leurs parents, qui ont inventé – ou carrément causé – leur maladie. Chaque année, cette étrange forme de maltraitance fait son lot de victimes au Québec, parmi lesquelles un bébé qui «a vécu l’enfer», l’an dernier, à l’hôpital Sainte-Justine. L’histoire de cet enfant ressemble de façon troublante à celle d’un petit Américain, dont la mort fait présentement les manchettes au sud de la frontière.

Lacey Spears a inondé ses comptes Facebook, MySpace et Twitter de photos de son fils malade.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Un bébé de 1 an a vécu «un mois d’enfer pur et simple» à l’hôpital Sainte-Justine, parce que sa mère a fait croire aux médecins qu’il souffrait de reflux gastrique, en le pinçant pour le faire pleurer et en le faisant vomir. Elle aurait de plus arraché ou saboté en douce les tubes d’alimentation et les solutés du nourrisson.

La femme des Cantons-de-l’Est a pressé «maintes fois» les médecins de percer l’estomac de son garçon afin de l’alimenter par un tuyau, écrit le tribunal de la jeunesse, qui a placé l’enfant en famille d’accueil l’an dernier.

Les médecins ont refusé d’aller aussi loin. Mais avant de démasquer la fabulatrice, ils avaient déjà infligé à son petit une série de traitements aussi inutiles que douloureux, soit:

  • dix jeûnes, quatre repas barytés, une vidange gastrique et des gavages;
  • l’installation de huit tubes et de huit intraveineuses;
  • deux anesthésies générales et deux sédations;
  • deux dilatations dangereuses d’une zone fraîchement opérée;
  • neuf prises de sang et des irradiations.

Pour atténuer la douleur, le bébé a dû ingurgiter de la morphine et des opioïdes.

Tous les ans

Aussi étrange soit-elle, cette forme de maltraitance fait régulièrement des ravages au Québec. Entre 2002 et 2013, au moins 23 enfants en danger ont dû être placés en famille d’accueil par le tribunal de la jeunesse. Une fois sur deux, leur mère ne s’était pas contentée d’inventer leurs symptômes, elle les avait provoqués ou avait truqué des examens.

«Leurs histoires sont impossibles à oublier, affirme le pédiatre retraité Jean Labbé. Les parents qui frappent leurs enfants ont généralement perdu la maîtrise d’eux-mêmes. Là, tout est réfléchi, planifié. Ils arrivent même à utiliser les médecins comme outils.»

L’expert en protection de l’enfance a pu sauver quatre petites victimes au cours de sa carrière au Centre hospitalier de l’Université Laval, à Québec. Une mère avait annoncé à son fils qu’il allait subir une greffe des poumons ou mourir, et lui imposait d’interminables traitements. Une autre se précipitait aux urgences après avoir empoisonné sa fille avec des antidouleurs – qui augmentaient son rythme cardiaque et la rendaient rouge, tremblante et en sueur.

«C’est la forme de maltraitance la plus rare, précise le Dr Labbé, mais c’est potentiellement l’une des plus dommageables puisque 6% à 9% des victimes en meurent.

«Les pédiatres sont formés pour se fier aux parents, puisque 99,9% d’entre eux ne sont pas des imposteurs», souligne le Dr Labbé.

Difficile à prouver

À Montréal, l’hôpital Sainte-Justine a refusé notre demande d’entrevue en disant que ces cas étaient très marginaux. Mais l’Hôpital de Montréal pour enfants est bien au fait du phénomène.

«Tous les ans, quelques parents éveillent nos soupçons parce qu’ils réclament des procédures innombrables et intrusives ou un diagnostic de maladie grave», affirme la pédopsychiatre Lila Amirali.

«Mais c’est très long et très difficile de prouver ce qui se passe, parce qu’en apparence, ils sont dévoués et exemplaires. On y est parvenus seulement deux fois.»

Pour compliquer les choses, près du tiers des parents imposteurs travaillent dans le domaine de la santé. Et les autres utilisent l’internet pour fabriquer leurs histoires. L’une des mères démasquées par le Dr Labbé était analyste médicale et avait fréquenté une faculté de médecine en douce, sans y être inscrite. Accro aux hôpitaux, elle s’était elle-même fait amputer de deux organes sains (un rein et l’appendice), avant de s’en prendre à ses enfants, dont l’un est mort dans des circonstances douteuses. Elle avait visité 19 hôpitaux pour brouiller les pistes.

Soif d’attention

Pourquoi? Fraudeurs, certains parents veulent toucher des prestations, des dons ou obtenir des médicaments.

D’autres, presque toujours des mères, souffrent plutôt d’un trouble mental. Elles jouissent de leur domination sur les médecins, ou cherchent à être admirées pour leur dévouement ou à éveiller la compassion.

«En se servant de leur enfant, elles tentent d’obtenir par ricochet l’attention dont elles ont été privées toute leur enfance», résume le Dr Labbé.

Avant d’être officiellement reconnu en 2013 (dans la 5e édition du manuel de diagnostic psychiatrique DSM), leur trouble a porté plusieurs noms. On parle désormais de «trouble factice imposé à autrui». Mais pendant plus de 25 ans, on a parlé d’un «syndrome de Münchhausen par procuration». «Münchhausen», en référence au célèbre baron du même nom, dont les fabulations guerrières ont été immortalisées dans un livre. «Par procuration», parce qu’ils utilisent le corps d’autrui au lieu du leur.

«Les mères qui présentent [ce trouble] sont capables de mentir de façon tellement convaincante qu’on en arrive à douter de notre propre raison», indique un rapport d’expertise déposé en cour.

Caméras cachées

Les parents atteints nient tout et ne sont même pas conscients de leurs motivations, précise la Dre Lila Amirali. Ils ne sont pas psychotiques, mais la très grande majorité souffre d’un trouble de la personnalité (limite, narcissique, antisocial ou paranoïaque).

«Seuls avec l’enfant qui pleure, ils ne réagissent pas ou se montrent cruels, mais dès que quelqu’un entre, ils se transforment en mères ou en pères exemplaires», ajoute le Dr Labbé, qui a vu des vidéos qui le prouvent.

Grâce à des caméras cachées dans des hôpitaux d’Atlanta, de Londres et de North Staffordshire, des dizaines de fabulateurs ont été pris sur le fait des deux côtés de l’Atlantique. On les voit suffoquer leur enfant pour qu’il convulse, l’empoisonner au désinfectant ou injecter leur urine dans l’intraveineuse. Une autre femme a déjà donné des coups de marteau à son petit, pour simuler un trouble hématologique.

Plusieurs de ces bébés se sont retrouvés avec des séquelles neurologiques. Une douzaine d’autres (frères et soeurs des enfants filmés) étaient déjà morts, sans doute assassinés.

Filmer les parents à leur insu pourrait sauver des vies et éviter des «souffrances incommensurables» ont donc conclu les chercheurs anglais et américains, qui ont publié leurs comptes rendus en 1997 et 2005 dans le journal Pediatrics.

Au Québec, le droit à la vie privée est toutefois protégé. «Pour filmer les parents, il faut leur autorisation, explique la Dre Amirali. Mais lorsqu’on a des soupçons, on fait tout pour les encadrer. On nomme un coordonnateur de dossier et une travailleuse sociale.»

Fausses accusations

Malgré les preuves recueillies, l’existence même d’un «syndrome de Münchhausen par procuration» est régulièrement contestée.

Aux États-Unis et en Angleterre, des centaines de mères ont été accusées d’en souffrir par des médecins et les services sociaux. Certaines ont été blanchies, mais seulement après avoir été emprisonnées ou avoir perdu la garde de leur enfant vraiment malade. Un bébé anglais est même mort après avoir été brutalement privé de sa famille – et de médicaments.

Leurs malheurs alimentent la croisade du groupe Mothers Against Munchausen by Proxy Allegations (MAMA). Elles inquiètent aussi des psychologues, des psychiatres et des philosophes, interviewés dans le magazine de vulgarisation Psychology Today. Selon eux, les mères trop critiques ou insistantes aux yeux des médecins sont victimes d’une chasse aux sorcières. Invoquer le syndrome devient une arme trop facile pour les faire taire, disent-ils, ou pour disculper certains professionnels dépassés.

Contagion

Un médecin pourrait toujours sauter trop vite aux conclusions, mais cela se produira «rarement», affirment deux Britanniques dans un survol scientifique publié en avril dans The Lancet.

Il faut au contraire repérer les parents atteints le plus rapidement possible, disent-ils, avant que leurs enfants ne subissent des «dommages graves». En plus d’endurer des examens douloureux, ces derniers «grandissent loin de leurs camarades, avec une scolarité handicapée, vivant  un monde irréel dans l’atmosphère blanche des hôpitaux, sentant peser sur eux l’angoisse de la maladie et de la mort», écrit la psychiatre française Catherine Isserlis.

Autre conséquence: la contagion. À Chicoutimi, une enfant de 8 ans prend le relais de sa mère et «simule [elle-même] des problèmes de santé et demande des médicaments», révèle un jugement de 2006.

L’objectif des parents n’y change rien; dès qu’un enfant reçoit des soins superflus, il faut le protéger, précise l’article du Lancet.

Le Dr Jean Labbé est d’accord. De nombreux parents deviennent maladivement inquiets lorsque leur enfant souffre de maladie chronique ou frôle la mort, illustre-t-il. Quand leurs angoisses et leurs exagérations entraînent une multiplication d’examens inutiles ou nuisibles, il faut les raisonner.

«Souvent, les médecins y parviennent, mais pas toujours, dit-il. J’ai déjà dû signaler deux cas du genre à la DPJ.»

Lacey Spears a inondé ses comptes Facebook, MySpace... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK) - image 2.0

Lacey Spears a inondé ses comptes Facebook, MySpace et Twitter de photos de son fils malade.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Un cas-choc américain fait les manchettes

Comme la mère du bébé maltraité à Sainte- Justine, une femme de l’État de New York jurait que son fils était gravement malade et vomissait tous ses repas. Comme la Québécoise, l’Américaine voulait nourrir son fils par un tube directement relié à l’estomac.

Deux histoires semblables, deux dénouements. Car seuls les médecins américains ont procédé à une gastrostomie. Quatre ans plus tard, le petit Garnett était mort. D’après la police, sa mère, Lacey Spears, s’est servie de son tube pour lui injecter d’énormes quantités de sel, qui l’ont empoisonné.

Pour les experts américains, la jeune femme de 26 ans semble souffrir du syndrome de Münchhausen par procuration. Vouloir alimenter inutilement son enfant par un tuyau est un gros signal d’alarme, disent-ils.

Chose certaine, Lacey Spears avait besoin d’attention. Pendant cinq ans, elle a inondé ses comptes Facebook, MySpace et Twitter de photos de son fils malade, dont plusieurs le montraient à l’agonie. Tout en se posant comme une mère modèle, elle fabulait apparemment sans arrêt, en s’inventant un fiancé mort et un autre fils.

Mardi, la jeune femme a toutefois plaidé non coupable à des accusations de meurtre devant le tribunal du comté de Westchester, où elle doit retourner le 2 juillet. Son histoire hallucinante est racontée en plusieurs volets sur le site Lohud/The Journal News.

 Aux États-Unis comme en Europe, des mères fabulatrices ont déjà abouti en prison. En 2010, une fraudeuse britannique, Lisa Hayden-Johnson, a reçu une peine de trois ans pour avoir confiné son fils à un fauteuil roulant. Ses mensonges lui avaient permis de recevoir quantité de dons et de rencontrer des célébrités, parmi lesquelles des membres de la famille royale.  L’Américaine Kathy Bush a aussi passé trois ans derrière les barreaux après avoir intoxiqué sa fille Jennifer avec un médicament contre l’épilepsie. À 8 ans, la petite avait déjà été hospitalisée plus de 200 fois et opérée à plus de 40 reprises. L’affaire a été très médiatisée après avoir éclaté, en 1999, Kathy Bush s’étant déjà rendue jusqu’à la Maison-Blanche afin de réclamer une meilleure couverture d’assurance médicale.

Ce sont des enfants en santé, au corps... (PHOTO PIERRE ANDRIEU, ARCHIVES AFP) - image 3.0

PHOTO PIERRE ANDRIEU, ARCHIVES AFP

Eminem, une victime célèbre

 

Dans deux chansons, le rappeur Eminem raconte que sa mère lui inventait des maladies et le droguait.

«Victime du syndrome de Münchhausen . Toute ma vie on m’a fait croire que j’étais malade alors que je ne l’étais pas», chante-t-il dans Cleaning Out My Closet. Puis, dans My Mom:

«Le Valium contaminait tout ce que je mangeais, l’eau que je buvais, les maudits pois dans mon plat.»

Dans Headlights, il s’excuse en disant que sa mère était malade.

Au moins 23 cas en 12 ans au Québec

Depuis 2002, au moins 10 filles et 13 garçons ont été retirés à leur mère par le tribunal de la jeunesse, parce que celle-ci inventait ou leur imposait des maladies. C’est ce que révèle notre revue des jugements publiés sur le site web CanLii. La moitié des victimes avait moins de 6 ans. Voici certaines histoires.

2013

Fausses allergies (Drummondville)

Deux frères de 2 et 3 ans ont été hospitalisés une demi-douzaine de fois chacun, dans cinq hôpitaux différents. L’aîné souffrait d’anémie parce qu’en dépit des résultats négatifs de divers tests, sa mère persistait à agir comme s’il était allergique au soya.

«Il lui est arrivé, à quelques reprises, de sortir d’un hôpital pour aller consulter immédiatement à un autre hôpital», souligne le juge.

2012

Une pédiatre inquiète (Montréal)

À 13 mois, un bébé avait déjà avalé 11 antibiotiques, subi des traitements d’inhalothérapie et de cortisone. Malgré les soupçons de sa pédiatre, l’escalade s’est poursuivie en cliniques de développement et de nutrition, en gastroentérologie, en immunologie et en pneumologie. Quand le garçon a été confié à sa grand-mère maternelle, à l’âge de 3 ans, il n’a plus eu besoin de médicaments.

Miracle (Saint-Jean-sur-Richelieu)

Une fille de 9 ans est arrivée à un rendez-vous médical dans les bras de son oncle, se disant trop souffrante pour marcher.

Mais en apprenant son placement en famille d’accueil, elle «met ses souliers et quitte sans boiter ou sans avoir quelque difficulté que ce soit». La fillette «doit présenter des symptômes physiques pour pouvoir avoir une relation avec la mère», estimait son travailleur social.

2011

Examen truqué (Québec)

Lors d’un examen médical, la mère a ajouté du sel dans la sueur de sa fille de 5 ans pour simuler une fibrose kystique.

La fillette a également «été vue en cardiologie, en pneumologie, en pédopsychiatrie, en orthophonie, en gastroentérologie et en radiologie», énumère un juge.

Ses frères ont eux aussi subi des interventions inutiles. En prime, leur mère leur donnait trop de médicaments, les exposant à des problèmes cardiaques, de glandes surrénales ou de fatigue.

2009

Cocktail extrême (Québec)

Avant de s’en prendre à ses enfants, la mère s’était s’est fait enlever l’appendice et un rein sains, en plus d’avoir injecté de l’urine dans son soluté. Elle a ensuite informé son fils de 7 ans qu’il devrait lui-même subir une greffe de poumons. Les sept médicaments dont elle le gavait l’exposaient à un retard de croissance, de l’ostéoporose,  des cataractes, des nausées, douleurs abdominales et des problèmes d’audition.

Une inhalothérapeute a fini par sonner l’alarme, «n’ayant jamais vu pendant ses 20 ans de carrière un tel amalgame de médication pour traiter la fibrose kystique».

2003

Hypocondrie (Montréal)

La mère a donné de l’Ativan et de la codéine à sa fille de 1 an. L’enfant et son frère de 2 ans ont été hospitalisés 13 fois (pour de supposés arrêts respiratoires, convulsions et crises d’épilepsie). Trois ans après avoir perdu leur garde, la mère n’était toutefois plus dangereuse aux yeux de deux experts. Selon eux, elle a agi ainsi parce qu’elle était droguée, anxieuse et méfiante, ayant vu son frère mourir d’un cancer non diagnostiqué.

«Le scepticisme face au monde médical est un phénomène de plus en plus répandu et l’internet a fait en sorte que les gens sont de plus en plus portés à l’hypocondrie», indique l’un d’eux.

2002

«Résurrection» (Mont-Laurier)

Dès sa naissance, le cadet de 4 ans a été gavé de médicaments et «soumis à toutes sortes d’investigations inutiles, souvent intrusives et douloureuses, qui ont culminé par une opération».

En présence de sa mère, il perd du poids, mais dès qu’il est confié à quelqu’un d’autre, il «ressuscite littéralement». La mère – qui se disait elle-même atteinte d’un cancer du sein et d’une leucémie – a malgré tout demandé au CLSC de préparer son fils aîné, âgé de 7 ans, à la «mort imminente de son frère».

En chiffres

En plus d’être difficile à repérer, le trouble qui consiste à inventer ou provoquer des maladies chez un enfant n’est pas toujours nommé ni défini de la même façon. Selon les chercheurs, il est donc sous-diagnostiqué. Voici ce que révèlent les études portant sur les seuls cas détectés et prouvés de syndrome de Münchhausen.

Les victimes

  • 50% ont 2 ans ou moins lorsqu’on les repère
  • Il y a autant de filles que de garçons

Les agresseurs

  • 90 % sont des mères
  • 90 % ont un trouble de la personnalité (antisocial, narcissique, sociopathe, histrionique, limite)
  • 70 % interviennent activement pour provoquer des symptômes
  • 60 % ont fait une tentative de suicide
  • Le tiers travaille dans le domaine de la santé
  • Le tiers récidive après avoir été démasqué

Les dommages

  • De 6% à 9% des victimes meurent
  • 7% ont des séquelles permanentes
  • 17% sont aussi victimes d’une autre forme de maltraitance
  • 25% avaient des frères et soeurs qui sont morts
  • De 30% à 50% sont retirés à leurs parents

Sources:

«Early recognition and management of fabricated or induced illness in children», Bass, Glaser, The Lancet, avril 2014.

«Quand la réalité dépasse la fiction: le syndrome de Munchausen par procuration», Jean Labbé, octobre 2009

http://www.lapresse.ca

Les 10 métiers où l’on trouve le plus de psychopathes


Il semble que certaines professions intéressent plus les psychopathes probablement pour le pouvoir, il n’est pas obligé d’avoir de l’empathie et peut manipuler plus facilement les gens .. Mais, cela ne veut pas dire qu’ils sont tous des psychopathes ou du moins qu’ils peuvent tous être violents
Nuage

 

Les 10 métiers où l’on trouve le plus de psychopathes

 

PSYCHOPATHES – C’est le blogueur américain Eric Barker qui, sur l’édition américaine du Huffington Post, propose cette liste. Elle ne vient pas de nulle part puisqu’il la tire de la lecture de l’ouvrage The Wisdom of Psychopaths, traduisez « La sagesse des psychopathes » écrit par le psychologue Kevin Dutton, qui fait lui-même un peu peur.

Kevin Dutton sait pourtant de quoi il parle. Franc-tireur de l’analyse des psychopathes, il en est l’un des principaux vulgarisateur dans le monde anglo-saxon et dirige une grande enquête nationale sur les psychopathes en Grande-Bretagne, tout cela pour mieux déterminer qui ils sont. Car sa grande thèse, c’est que les psychopathes ne sont pas tous des meurtriers.

D’après le site Psychologies.com, la psychopathie concerne 3% des hommes et 1% des femmes. Les psychopathes sont donc bien plus nombreux qu’on le croit. Et à en juger par la liste des métiers où on en recense le plus, ils sont clairement parmi nous.

Mais commençons par les 10 métiers où l’on trouve le moins de psychopathes: Aide soignant, infirmière, psychothérapeute, artisan, esthéticien/styliste, enseignant, artiste, médecin et comptable.

Ces professions impliquent du rapport humain et nécessitent une implication émotionnelle tout en offrant peu de pouvoir. De par leur nature, les psychopathes ne seraient pas attirés par ces métiers. En revanche, les situations qui impliquent de prendre des décisions précises, détachées des émotions leur vont très bien. Pas étonnant lorsqu’on sait que les symptômes de la psychopathie regroupent l’indifférence, l’irresponsabilité, l’absence de culpabilité et l’asociabilité.

Qu’est-ce qu’un psychopathe? Si on pense immédiatement au tueur en série des films hollywoodiens, on se trompe. C’est plus compliqué que ça. D’après Wikipedia, un psychopathe est sujet à un trouble de la personnalité qui a été décrit comme étant caractérisé par des émotions peu profondes (en particulier une crainte réduite), un manque d’empathie, de l’égocentrisme, de l’impulsivité, de l’irresponsabilité, de la manipulation et un comportement antisocial comme un mode de vie criminel et instable.

Il n’existe aucun consensus concernant le critère symptomatique et de nombreuses discussions sont établies concernant les causes éventuelles et des possibilités de traitements. Malgré les termes similaires, les psychopathes sont rarement psychotiques. Les psychopathes ne sont pas tous violents; ils utilisent la manipulation pour obtenir ce qu’ils souhaitent. En général, ce sont des individus qui se soucient de ce que les autres pensent d’eux et les utilisent pour atteindre leur but.

La thèse de Kevin Dutton, mais aussi d’autres psychologues, est que la psychopathie se caractérise plus par des tendances à, que par une nature propre aux psychopathes. Pour résumer, on pourrait dire qu’on ne naît pas psychopathe, on le devient, même si certains individus peuvent être prédisposés à développer tel ou tel type de comportement.

De quoi expliquer le pourquoi du comment des 10 métiers où l’on trouve le plus de psychopathes:

1) PDG

2) Avocat

3) Médias

4) Vendeur

5) Chirurgien

6) Officier de police

7) Journaliste

8) Hommes d’église

9) Chef cuistot

10) Les fonctionnaires

http://www.huffingtonpost.fr/

Les psychopathes, des êtres à « empathie variable »


Si on pense que cette étude sur la compréhension de l’absence des émotions chez le psychopathe pourrait être un traitement en vue de sa réhabilitation, il faudrait qu’il soit pris au moment ou les premiers signes se font sentir.
Nuage

 

Les psychopathes, des êtres à « empathie variable »

 

La série Dexter diffusée sur les ondes de Showtime aux États-Unis met en scène un spécialiste dans l'analyse de traces de sang, Dexter Morgan, qui est un tueur en série psychopathe.La série Dexter diffusée sur les ondes de Showtime aux États-Unis met en scène un spécialiste dans l’analyse de traces de sang, Dexter Morgan, qui est un tueur en série psychopathe. Photo :  Showtime

 

Les œuvres de fiction nous présentent souvent les psychopathes tels Hannibal Lecter ou Dexter comme des êtres sans émotion incapables d’empathie, cette capacité à se mettre dans la peau d’un autre et d’imaginer ses émotions.

Or, des travaux réalisés par des chercheurs néerlandais montrent que ces personnes possèdent en quelque sorte un « interrupteur d’empathie » qu’ils peuvent allumer ou fermer selon leur volonté.

Cette réalité expliquerait pourquoi les psychopathes sont capables d’être si durs et si charmants.

Le chercheur Christian Keysers de l’Université de Groningen affirme que cette nouvelle connaissance change notre perception de ce trouble de la personnalité.

Explications

Dans ces travaux, 18 criminels psychopathes et 26 autres personnes ont subi un examen du cerveau par résonance magnétique pendant qu’ils regardaient des extraits vidéo dans lesquels ils voyaient une personne en blesser une autre. On leur a demandé de compatir avec la douleur ressentie par la personne blessée.

Les régions cérébrales liées à la douleur n’ont pas été spontanément activées pour les psychopathes alors qu’elles l’étaient pour le groupe témoin. Toutefois, la différence entre les deux groupes s’est grandement estompée lorsque les chercheurs ont spécifiquement demandé aux participants de se mettre dans la peau des personnes (des acteurs) qui ressentaient la douleur.

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Brain pensent que leurs résultats montrent que les psychopathes ne sont pas simplement des individus froids incapables de ressentir leurs émotions et celles des autres.

La réalité serait plus complexe, selon eux. Ils auraient bel et bien une capacité d’empathie, mais posséderaient un genre d’interrupteur qu’ils peuvent mettre à « marche » ou à « arrêt » et qui serait par défaut à « arrêt ».

Le fait qu’ils puissent remettre l’interrupteur à « marche », au moins dans certaines situations, montre qu’il y a de l’espoir sur le plan thérapeutique, notent les chercheurs. Ainsi, après un traitement approprié, l’interrupteur pourrait être replacé à « marche », ce qui permettrait d’envisager une réhabilitation.

Qu’est-ce que la psychopathie?
C’est un trouble de la personnalité caractérisé par un comportement antisocial, impulsif, un détachement émotionnel vis-à-vis de l’autre, et un manque de culpabilité. Elle peut entraîner des comportements destructeurs sur le plan psychologique ou physique.

http://www.radio-canada.ca