Troubles anxieux La colère joue un rôle important


Quand on dit que la colère est mauvaise conseillère,  cela est d’autant plus vrai quand une personne souffre de troubles d’anxiété généralisée
Nuage

 

Troubles anxieux

La colère joue un rôle important

 

La colère joue un rôle important

Crédit photo : Archives TVA Nouvelles

Agence QMI

La colère peut contribuer à alimenter le trouble d’anxiété généralisée (TAG), selon une étude menée par des chercheurs de l’Université Concordia, à Montréal.

La chercheuse Sonia Deschênes a constaté que chez les personnes qui affichent des symptômes du TAG, la colère de forte intensité et ses manifestations sont associées à l’inquiétude et à l’anxiété. Elle a aussi remarqué que l’hostilité et l’intériorisation de la colère contribuent aggraver les symptômes du TAG.

Par ailleurs, l’intériorisation de la colère, c’est-à-dire le fait de rager sans le laisser paraître, est un prédicateur plus marqué du TAG que les autres formes de colère.

Le TAG est caractérisé par une inquiétude irrépressible et démesurée face à des situations de la vie courante, et perturbe souvent le fonctionnement au quotidien. Les personnes atteintes craignent les catastrophes et sont exagérément préoccupées par des questions d’ordre général comme la santé, l’argent et les relations.

«Quand une situation est ambiguë (pouvant produire un résultat favorable ou défavorable), les personnes anxieuses tendent à redouter le pire. Or, cela accentue souvent leur anxiété», a expliqué Sonia Deschênes.

«On observe également ce schéma de pensée chez les personnes qui s’emportent facilement, a-t-elle poursuivi. Ainsi, la colère et le TAG pourraient être deux manifestations du même processus mental erroné.»

Selon la chercheuse, les symptômes de colère pourraient également nuire au traitement de l’anxiété, en particulier la thérapie comportementale et cognitive.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue scientifique Cognitive Behaviour Therapy.

http://tvanouvelles.ca