Le Saviez-Vous ► 15 idées reçues totalement fausses sur les animaux


On nous a appris beaucoup de choses sur les animaux, dont beaucoup sont en réalité des légendes urbaines. Comme par exemple qu’un crapaud donne des verrues si on y touche. Que le rouge agace le taureau etc …
Nuage


15 idées reçues totalement fausses sur les animaux

oiseau

par Floriane

Tout comme c’est le cas pour les humains, nous avons des idées reçues particulièrement tenaces sur certains animaux. Nombreux sont ceux qui croient certaines choses totalement fausses. En voici 15 pour que vous ne fassiez plus partie de ces gens-là !

1. Le rouge énerve les taureaux

Une bonne fois pour toutes : ce n’est pas le rouge qui énerve les taureaux étant donné qu’ils ne distinguent même pas la couleur rouge. Ce qui les excite, c’est le mouvement de la muleta.

taureau torero corrida

Share

Crédits : Pxhere

2. Les autruches mettent leurs têtes dans un trou quand elles ont peur

En réalité, une autruche prend la fuite lorsqu’elle est effrayée, une technique bien plus efficace lorsque l’on sait qu’une autruche peut courir près de 70km/h.

autrucheCrédits : Bluesnap/Pixabay

3. Les caméléons changent de couleur pour se camoufler

Ce n’est pas vraiment le cas. En changeant de couleur, le caméléon a pour but principal de communiquer avec d’autres caméléons.

Caméléon vertCrédits : Frédéric BISSON/Flickr

4. Les chiens voient en noir et blanc

Le spectre de vision du chien est beaucoup plus restreint que le nôtre mais ce n’est pas pour autant qu’il voit en noir et blanc, il peut voir des couleurs aussi.

chien berger allemand portraitCrédits : Pxhere

5. On attrape des verrues en touchant un crapaud

Certes, le crapaud n’est pas l’animal le plus glamour du monde mais il ne donne pas de verrues. Il possède des glandes sous la peau qui peuvent sécréter des substances irritantes pour l’Homme, notamment chez certaines espèces exotiques, mais cela est plutôt rare.

crapaudCrédits : Armin Kübelbeck/Wikipédia

6. Un grain de riz cru peut tuer un oiseau

Certains croient qu’un grain de riz cru pourrait tuer un oiseau s’il gonfle dans son ventre. Cela est faux.

oiseauCrédits : iStock

7. Les poux sautent de tête en tête

Un poux ne peut ni sauter, ni voler. Les poux se propagent donc de deux façons différentes : par le biais d’objets déjà colonisés et par les contacts.

PouxCrédits : James Gathany/Pixnio

8. Les chauves-souris sont aveugles

Cette idée reçue est totalement fausse. Toutes les espèces de chauves-souris peuvent voir mais elles ne sont pas toutes dotées de l’écholocalisation.

chauve-sourisCrédits : bayanga85/Flickr

9. Il existe des cimetières pour les éléphants

Cette croyance du XIX° siècle qui dit que les éléphants se rendraient dans un endroit avant de mourir est erronée. Les cimetières pour éléphants n’existent pas. Les éléphants se rapprochent simplement de points d’eau avant de mourir mais ne se rendent pas dans un endroit spécialement pour l’occasion.

éléphant éléphanteauCrédits : Comfreak/Pixabay

10. Les chats voient dans le noir complet

En cas d’absence totale de lumière, un chat ne peut pas voir, bien qu’il puisse voir dans des situations avec peu, voire très peu de lumière.

Chat yeux verts regard moustaches

Crédits : iStock

11. Les poissons rouges n’ont pas de mémoire

Les poissons rouges n’ont pas une mémoire à long terme mais ils en ont une quand même, d’une durée d’environ trois mois.

Poisson rougeCrédits : iStock

12. Les éléphants font beaucoup de bruit lorsqu’ils marchent

Les gens ont tendance à croire cela par rapport à leur taille et leur poids. Mais, en réalité, les éléphants ne font presque pas de bruit quand ils marchent.

Éléphant éléphanteauCrédits : Free-Photos/Pixabay

13. Les baleines bleues peuvent manger des choses énormes

La baleine bleue est un animal immense qui se nourrit essentiellement de crustacés et de petits poissons. La chose la plus grande qu’elle puisse avaler est un pamplemousse.

baleine bleueCrédits : iStock

14. Les taupes sont aveugles

Décidément, les hommes aiment croire n’importe quoi sur ce que peuvent voir ou non les animaux. Les taupes ne sont pas aveugles, elles ont juste une très mauvaise vue.

TaupeCrédits : iStock

15. Les animaux hibernent parce qu’ils ont froid

Non, les animaux n’hibernent pas parce qu’ils ont froid mais parce qu’il n’y a plus de nourriture pour qu’ils puissent se nourrir pendant l’hiver.

Ours brun dortCrédits : iStock

https://animalaxy.fr/

Hospitalisé après être tombé dans… une oeuvre d’art


Un trou comme oeuvre d’art. Franchement, c’est n’importe quoi. Le pire, c’est vraiment un trou ! Pas une illusion d’optique et sans sécurité autour, enfin jusqu’au moment qu’un homme tombe dedans
Nuage

 

Hospitalisé après être tombé dans… une oeuvre d’art

 

© Capture d’écran Youtube.

Source: RTL France

Une exposition d’Anish Kapoor, un trou de 2,5 mètres de profondeur, un visiteur pas très attentif… Vous devinez la suite.

Ce sexagénaire italien contemplait une oeuvre d’Anish Kapoor puis le trou noir. Non pas parce qu’il a été subjugué par « Descent into limbo » (NDLR: Descente dans les limbes), mais bien parce qu’il est tombé dans le trou de 2,5 mètres de profondeur creusé par l’artiste indien au beau milieu d’une dalle en béton.

Grâce aux bords et au fond peints en noir, le trou doit paraître infini et représenter les limbes. Croyant certainement se trouver face à une illusion d’optique, l’infortuné visiteur s’est approché trop près et a fini par chuter. Hospitalisé, il va bien et a pu regagner son domicile, assure le porte-parole du musée dans un communiqué.

L’oeuvre a temporairement été fermée et des mesures de précaution supplémentaires sont prévues pour assurer la sécurité des visiteurs.

https://www.7sur7.be/

Un mystérieux trou de 80 000 km² est apparu au large de l’Antarctique


Ce trou serait mystérieux, car il est situé sur une banquise de l’Antarctique, et ce n’est pas la première fois qu’il apparait, en fait cela fait 3 fois au même endroit (vu grâce aux satellites). Avant d’accuser les changements climatiques, ce qui serait possible, les scientifiques veulent comprendre le phénomène
Nuage

 

Un mystérieux trou de 80 000 km² est apparu au large de l’Antarctique

Crédits : CNRS

« C’est remarquable. C’est comme si quelqu’un avait mis un immense coup de poing dans la glace », a confié à Motherboard le physicien Kent Moore, de l’université de Toronto à Mississauga.

En cause, l’apparition mystérieuse d’un trou gigantesque de près de 80 000 km² dans les glaces de l’Antarctique.

Crédits : MODIS-Aqua via NASA Worldview

Si de tels trous au sein d’une zone glaciaire ont déjà été observés et portent le nom de « polynies », celui-ci est spécial, car il s’est formé « dans la banquise profonde. Et si nous n’avions pas de satellite, nous ne l’aurions même pas remarqué », indique Kent Moore.

Généralement, les polynies sont provoquées par la chaleur, les vents forts ou le courant élevé. Mais étant donné la position de celle recensée dernièrement, la cause pourrait être toute autre – et les scientifiques ignorent encore la nature de celle-ci.

Quoi qu’il en soit, c’est la troisième fois qu’un tel trou se forme au même endroit. Le premier remonte à 1970 et s’est refermé pendant plus de quarante ans avant de se rouvrir l’an dernier. Et aujourd’hui, le revoilà.

« Le trou a recommencé à s’ouvrir depuis deux ans, après 40 ans d’inactivité totale. Nous essayons de comprendre ce qu’il se passe exactement », confie Moore.

Le physicien indique qu’il est toutefois « trop tôt » pour mettre ce trou béant dans le pôle Sud sur le dos du réchauffement climatique.

Source : Motherboard

http://www.ulyces.co

La trypophobie, la peur des trous


La trypophobie, la peur des trous seraient plus fréquentes que l’on pense, dans la vidéo, si vous souffrez de cette phobie, vous aurez sans doute des symptômes. Pour le moment, les causes de cette phobie n’est reposés que sur des hypothèses
Nuage

 

La trypophobie, la peur des trous

 

fleur de lotus

La tête de la fleur de lotus renferme les graines de la plante dans de petites cavités. Ce type d’image provoque une forte réaction chez les trypophobes, ou « phobiques des trous »

Une phobie étonnante livre ses secrets : la peur des trous

Si vous vous sentez mal à l’aise devant cette photo de fleur de lotus, vous êtes peut-être trypophobe. Comprenez : effrayé par les trous. Au point d’en avoir, comme certaines personnes, la migraine, des démangeaisons, des nausées, voire des attaques de panique. Les trypophobes sont plus nombreux qu’on ne le croit, et des groupes Facebook comportant jusqu’à 6000 adhérents échangent quotidiennement sur leur peur des trous.

Pour évaluer votre trypophobie, vous pouvez par exemple visionner cette vidéo montrant divers types de trous plus ou moins repoussants :

 

Des chercheurs de l’Université de l’Essex en Angleterre ont présenté cette vidéo à des centaines de personnes pour savoir si elles avaient cette phobie des trous. Et le résultat déjoue nos attentes : 11 pour cent des hommes et 18 pour cent des femmes présentent des réactions de type démangeaisons, maux de tête ou tremblements devant ces images. L’image la plus classiquement utilisée est celle d’une tête de fleur de lotus contenant les graines de la plante, mais les trypophobes n’aiment pas les trous dans les mousses de shampooing ou à l’intérieur de barres chocolatées.

D’où vient cette phobie ? Un des membres de l’équipe a eu une intuition en voyant l’image d’un poulpe bleu annelé:

Evidemment, ce poulpe a l’air troué. Le poulpe bleu annelé est un des céphalopodes les plus venimeux. Et de fait, en examinant des dizaines d’animaux fortement venimeux (serpents et araignées), les scientifiques de l’équipe ont constaté qu’ils présentent souvent des motifs visuels ressemblant à des trous, soit circulaires, soit sous forme de bandes dont les bords présentent des caractéristiques de contraste très particulières, qu’on ne trouve qu’au bord des trous. En voyant ces motifs, notre œil a l’impression d’être au bord du trou, il panique et croit voir une bête venimeuse.

Voilà donc une hypothèse intéressante pouvant expliquer l’origine de la trypophobie :il s’agirait initialement d’un réflexe de fuite devant des animaux venimeux, qui se serait ancré dans les structures nerveuses de nos ancêtres. Mais évidemment, de nos jours, on croise plus rarement un pouple annelé ou un serpent corail au bureau. On s’affole alors pour un trou de boulon ou un plafond alvéolé. Autres temps, autres moeurs…

http://cerveauetpsycho.fr/

Pourquoi il faut s’inquiéter de voir des trous se former en Sibérie


Un mystérieux trou est apparu en Sibérie et puis un autre pas trop loin s’est formé, mais, le phénomène est compris et serait un autre signe du réchauffement climatique
Nuage

Pourquoi il faut s’inquiéter de voir des trous se former en Sibérie

 

Vue du premier trou découvert en Sibérie | Crédit : Service de presse du gouverneur YaNAO / Marya Zulinova

Après la découverte d’un second trou géant dans le sol sibérien, le mystère s’éclaircit mais ce qu’il annonce est inquiétant. Ce nouveau trou se situe à environ 50 km du premier découvert à la mi-juillet 2014, il est légèrement plus petit que le précédent (pour mémoire, le premier trou observé faisait environ 30 mètres de diamètre pour 50 à 70 mètres de profondeur).

Mysterious Universe qui rapporte la découverte cite Anna Kurchatova, une scientifique qui travaille dans la région:

«Le réchauffement climatique accélère de manière alarmante la fonte des glaces souterraines, ce qui a pour effet de relâcher du gaz à la manière de l’ouverture d’un bouchon de champagne.»

Ces découvertes soulèvent deux problèmes.

Le premier est qu’elles sont des indicateurs visibles du réchauffement climatique, car ces trous se trouvent au niveau du pergélisol (une zone constamment recouverte de glace et de neige) qui perd aujourd’hui du terrain.

Le second est plus alarmant. Le gaz qui est libéré dans l’atmosphère lors de la formation de ces trous est du méthane (CH4). Au même titre que le dioxyde de carbone, le CH4 est un gaz à effet de serre. Mais son potentiel de réchauffement global est 21 fois supérieur au CO2. On entre alors dans un cercle vicieux: de plus en plus de méthane est dégagé dans l’atmosphère ce qui augmente les températures, donc le pergélisol se réduit et de nouvelles poches de méthane éclatent, ainsi de suite.

Les chercheurs ne sont pas étonnés de ces découvertes. Sur Slate.fr, Michel Alberganti relayait dès janvier 2012 les résultats d’une étude internationale sur le pergélisol (ou permafrost en anglais):

«Les chercheurs estiment que leurs travaux montrent que les rejets de carbone issus du permafrost seront plus rapides que ceux prévus par les modèles actuels. Selon les dernières estimations, les quelque 18,8 millions de km2 de sols gelés dans le grand Nord retiennent environ 1.700 milliards de tonnes de carbone organique. Soit deux fois la quantité qui est présente dans l’atmosphère aujourd’hui.»

Ces trous ne doivent donc pas être vus comme une démonstration de la «loi de la nature» mais plutôt comme un nouveau signal d’alarme sur les risques climatiques.

http://www.slate.fr