Toxicomanie : inquiétude autour du carfentanil, un sédatif pour éléphant


Des drogues de plus en plus puissantes surgissent de temps à autre. Maintenant, c’est un tranquillisant pour éléphant qui serait 100 fois plus fort que le fentanyl
Donc beaucoup plus fort que l’héroïne et la morphine.
Nuage

 

Toxicomanie : inquiétude autour du carfentanil, un sédatif pour éléphant

 

L'équivalant en sel de 1 kg de carfentanil posé sur une table.

L’équivalant en sel de 1 kg de carfentanil posé sur une table.   PHOTO : MARIO DE CICCIO/RADIO-CANADA

Un tranquillisant pour éléphant, 100 fois plus puissant que le fentanyl, fait sa route lentement vers le Canada, selon les autorités qui se disent inquiètes de voir cette drogue traverser les frontières de l’Ontario.

Sur son passage vers le nord, le carfentanil tue de plus en plus de citoyens. Depuis le 19 août, plus de 300 personnes ont été victime de surdoses, dont plusieurs mortelles dans la région de Cincinnati, en Ohio.

Le carfentanil est : 

  • 100 fois plus puissant que le fentanyl
  • 4000 fois plus puissant que l’héroïne
  • 10 000 fois plus puissant que la morphine

Cette drogue ressemble beaucoup à du sel de table.

Source: Tim Ingram, commissaire à la santé pour le comté de Hamilton en Ohio

« Les vendeurs de drogues ne sont pas des chimistes »

Byron Klingbile travaille de près avec les toxicomanes à Windsor, située directement en face de Detroit, aux États-Unis. Il craint l’arrivée de cette drogue en Ontario.

« L’Ohio n’est pas très loin d’ici. C’est inquiétant », dit-il.

La puissance du carfentanil l’inquiète davantage.

C’est un gros problème si vous allez commencer à mélanger cela à d’autres drogues de la rue. Je suis certain que ces trafiquants de drogue ne sont pas des chimistes. Byron Klingbile, intervenant en toxicomanie

Byron Klingbile ajoute que les utilisateurs de cette drogue seront tentés à l’ajouter au fentanyl, la cocaïne ou de l’héroïne.

Une drogue facile d’accès

Le médicament est un opioïde synthétique. Il coûte moins cher, est plus puissant et plus facile à obtenir que des drogues comme l’héroïne et la cocaïne. Les vendeurs l’ajoutent à des médicaments traditionnels , parfois sans le dire à leurs utilisateurs.

Certains des utilisateurs de drogues qui ont survécu à des surdoses en Ohio ont dit aux enquêteurs qu’ils pensaient avoir acheté de l’héroïne, mais après test, ils n’ont trouvé aucune trace de cette drogue.

D’après les informations de CBC

http://ici.radio-canada.ca/

Des perchaudes exposées aux anxiolytiques


Les médicaments qui peuvent se retrouver dans l’eau affectent le comportement des poissons .. Il semblerait que certains entre autre, vont être plus téméraire et aller au delà de leur zone de sécurité
Nuage

 

Des perchaudes exposées aux anxiolytiques

 

Une perche européenne

Une perche européenne  Photo :  Bent Christensen

Le comportement des poissons exposés à des médicaments réducteurs d’anxiété, communément appelés tranquillisants, se modifie notablement.

Des chercheurs suédois de l’Université d’Umea ont montré que ces poissons sont plus voraces et deviennent plus audacieux, plus téméraires et moins sociaux que les autres.

Des résidus médicaments pharmaceutiques peuvent se retrouver dans les voies d’eau autour des villes et perturber l’écosystème.

L’écologiste Thomas Brodin et ses collègues ont constaté que des perches européennes qui absorbent des doses d’anxiolytique oxazépan équivalentes à celles trouvées dans les cours d’eau en zones urbaines en Suède sont plus audacieuses et plus voraces.

« Les perches qui ont avalé de l’oxazépam osaient s’éloigner de leur refuge pour explorer de nouveaux lieux potentiellement dangereux pour elles. » — Thomas Brodin

De plus, elles sont aussi devenues asociales, se tenant à l’écart des autres perches. Elles s’exposent ainsi à de plus grands risques d’être dévorées par un prédateur.

Ces poissons avaient emmagasiné dans leurs tissus musculaires des concentrations d’oxazépam comparables à celles des perches dans la nature.

Dans ces travaux, les perches qui n’ont pas été exposées à ce médicament restaient cachées dans leur abri, un comportement normal pour ce poisson plutôt timide.

Les chercheurs extrapolent leurs résultats aux milieux naturels. Selon eux, il est très probable que les perches suédoises, dont beaucoup sont exposées à ces résidus d’oxazépam, voient leur comportement changer.

Cette réalité pourrait affecter l’équilibre des espèces aquatiques et entraîner des changements écologiques, comme une prolifération d’algues.

Des études plus étendues seront toutefois nécessaires avant de conclure sur la façon dont ces changements de comportement peuvent affecter les écosystèmes.

Le détail de ces travaux est publié dans le magazine Science.

http://www.radio-canada.ca