Rafle des années 60 : des enfants autochtones ont été vendus à l’étranger


Les amérindiens, on subit beaucoup de préjudices, ils ont été battus, violés, décimés, et même vendu. Des enfants ont été séparés par la famille pour être vendus dans les années 1960-70. Figurant dans un catalogue avec photo et prix, les nouveaux parents n’avaient qu’à choisir et tout cela légalement … Cela montre que le Canada aussi a des pages très sombres dans son histoire
Nuage

 

Rafle des années 60 : des enfants autochtones ont été vendus à l’étranger

 

Carla Williams a été adoptée par une famille néerlandaise. Ses parents lui ont dit qu'ils l'ont achetée pour 6400$.

Carla Williams a été adoptée par une famille néerlandaise. Ses parents lui ont dit qu’ils l’ont achetée pour 6400$.   PHOTO : CARLA WILLIAMS

Une enquête de CBC révèle que certains enfants autochtones retirés de leur famille pendant la rafle des années 1960 ont été vendus à l’étranger.

Connue en anglais sous le nom de « Sixties Scoop », cette politique gouvernementale a arraché des milliers d’enfants autochtones à leur famille pour les faire adopter par des familles blanches au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Des documents liés à l’adoption d’enfants autochtones dans le cadre du programme fédéral révèlent que ceux-ci ont fait l’objet d’une campagne de commercialisation agressive à l’endroit d’églises et d’agences d’adoption américaines. Les enfants étaient notamment répertoriés dans des catalogues, où on leur accordait une valeur monétaire.

Barbara Tremitiere était préposée à l’adoption au Tressler Lutheran Home for Children, un organisme basé en Pennsylvanie, dans les années 1970. Elle se souvient des catalogues envoyés à son agence dans lesquels figuraient les noms et photos d’enfants disponibles au Canada.

Articles faisant la promotion d'adoption d'enfants autochtones

Articles faisant la promotion d’adoption d’enfants autochtones  PHOTO : KAREN PAULS

« À cette époque-là, les règles entourant l’immigration étaient très différentes. Les enfants autochtones étaient considérés comme des citoyens des deux pays, donc il n’était pas nécessaire de passer par l’immigration pour les amener [aux États-Unis] », raconte Mme Tremitiere, ajoutant que son agence percevait entre 1000 $ et 2000 $ pour chaque adoption d’enfant autochtone en provenance du Canada.

Parmi les enfants adoptés par l’entremise du Tressler Lutheran Home for Children figurent les soeurs jumelles Alison Sweigart et Debra Floyd, qui ont été retirées de leur communauté au Manitoba et adoptées en Pennsylvanie. Leurs parents adoptifs les ont choisies dans un catalogue où leur valeur était « évaluée à 10 000 $ ».

« [Ma mère] m’a dit que c’était comme feuilleter un magazine pour choisir celui que tu voulais », raconte Alison Sweigart, ajoutant que ses parents adoptifs ont payé la somme demandée.

C’était comme un marché noir. C’est incroyable que des gens aient pu faire cela dans l’impunité Alison Sweigart

Carla Williams est née au Manitoba et a été adoptée par un couple néerlandais. Elle avait 11 ans lorsqu’elle a trouvé le reçu de son achat.

« J’étais évaluée à 6700 $ canadiens », dit-elle, ajoutant que le reçu officiel avait été signé par un juge.

Marlene Oregon a été adoptée par une famille en Louisiane. Elle se souvient du jour où ses parents lui ont dit qu’ils l’avaient achetée pour 30 000 $ et qu’ils avaient obtenu ses deux frères en prime.

« Ils m’ont dit que je devrais leur être reconnaissante, parce qu’ils ont payé pour m’avoir. Je me sentais vraiment coupable », raconte-t-elle.

Dianne Fast raconte que les parents adoptifs de son frère Willy lui rappelaient constamment qu’ils l’avaient « acheté pour 10 000 $ ».

Sa mère lui disait qu’elle était sa propriétaire, parce qu’elle l’avait acheté pour 10 000 $. Dianne Fast

« J’ai toujours senti que ce n’était pas juste que notre famille soit traitée de la sorte, mais je n’avais aucune idée qu’ils avaient fait ça [aux enfants autochtones] partout au Canada, poursuit Dianne Fast. C’est extrêmement douloureux, mais il était temps que quelqu’un en parle. »

Selon un texte de Donna Carreiro, CBC News

http://ici.radio-canada.ca/

Le trafic d’enfants en constante augmentation


Dire quel crime est le pire, c’est difficile à dire, mais je crois que la pédophilie et le trafic d’enfants, et abus sexuel enfant et adulte sont, à mon avis, parmi les pires que l’être humain fait subir à ses semblables.
Nuage

 

Le trafic d’enfants en constante augmentation

 

Les enfants et les adolescents ne représentaient que... (PHOTO NOORULLAH SHIRZADA, AFP)

Les enfants et les adolescents ne représentaient que 20 % des cas connus de trafic pour la période 2003-2006. Ils représentent désormais plus de 60 %.

PHOTO NOORULLAH SHIRZADA, AFP

Agence France-Presse
VIENNE

Le trafic d’enfants ne cesse de croître à l’échelle mondiale, pour atteindre désormais le tiers des cas recensés, s’alarme le Bureau des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son rapport 2014 publié lundi.

Les mineurs représentent la majorité des victimes en Afrique et au Proche-Orient et dans certains pays, comme l’Inde, l’Égypte, l’Angola ou le Pérou, ils peuvent représenter plus de 60 % des personnes victimes, relève l’ONUDC dans ce rapport publié tous les deux ans.

Les enfants et les adolescents ne représentaient que 20 % des cas connus de trafic pour la période 2003-2006, rappelle l’organisation.

Dans le monde, 70 % des victimes de trafics sont de sexe féminin, contre 84 % il y a dix ans. La part des femmes a chuté à 49 %, contre 74 % en 2004, mais celle des fillettes et adolescentes a crû à 21 %, contre 10 % dix ans plus tôt.

Si la majorité du trafic d’êtres humains a pour finalité l’exploitation sexuelle (53 % des cas), la part du trafic à des fins de travail forcé est en augmentation, à 40 %, contre 32 % en 2007, note l’ONUDC.

Les disparités régionales sont cependant importantes. En Europe et en Asie centrale, l’exploitation sexuelle intervient dans les deux tiers des cas, alors que dans le reste de l’Asie, le travail forcé est très largement majoritaire.

Certaines formes de trafic, comme celui «des enfants pour le combat armé ou pour la petite délinquance ou la mendicité forcée, peuvent représenter un problème significatif en certains endroits», est-il relevé.

Ce rapport, basé sur les données fournies par 128 pays, ne permet de percevoir que «la partie émergée de l’iceberg», souligne l’ONUDC.

L’organisation déplore que dans beaucoup de régions du monde le trafic d’êtres humains reste «une activité peu risquée et très lucrative pour les criminels».

http://www.lapresse.ca/

Mexique: des centaines d’enfants abandonnés sur la route des États-Unis


Comment peut-on trafiquer des enfants ? Qu’arrivera-t-il a ses enfants et pourquoi ? La famille était consentante ? Sont-ils des enfants enlever à leur parent dans le but des vendre aux USA ?
Nuage

 

Mexique: des centaines d’enfants abandonnés sur la route des États-Unis

 

Chaque année quelque 140 000 migrants, pour la... (Photo MARK RALSTON, Archives AFP)

Chaque année quelque 140 000 migrants, pour la plupart originaires d’Amérique centrale, traversent le Mexique pour rejoindre les États-Unis.

PHOTO MARK RALSTON, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
MEXICO

Les autorités mexicaines ont annoncé samedi qu’elles avaient trouvé plus de 370 enfants abandonnés par des trafiquants qui essayaient d’entrer aux États-Unis.

L’Institut National des Migrations (INM) a précisé qu’un très grand nombre d’enfants de différents pays d’Amérique Centrale avaient été découverts trouvés au cours d’une seule semaine du mois de mars.

Ces chiffres incluent 163 enfants abandonnés parce qu’ils ne voyageaient pas avec un adulte de leur famille ou un adulte proche, ajoute l’INM.

Dans plusieurs cas, les enfants ont été abandonnés à des points de passage dangereux ou difficiles par des guides qui avaient été payés de 3000 à 5000 dollars, souligne le communiqué de l’INM.

Les enfants ont été trouvés entre le 17 et le 24 mars dans 14 États, indique l’INM qui ne fournit aucune précision sur leur âge ou sur leur nationalité.

«Les enfants montraient des signes de fatigue extrême, avaient des blessures aux pieds, souffraient de déshydratation, étaient déboussolés et ne savaient plus où ils avaient été abandonnés», précise l’INM.

Les autorités ont pu arrêter neuf trafiquants soupçonnés d’être en lien ces affaires d’abandon.

L’INM souligne par ailleurs que le nombre d’enfants migrants voyageant seuls à travers le Mexique «a considérablement augmenté» au cours de ces derniers mois.

Chaque année quelque 140 000 migrants, pour la plupart originaires d’Amérique centrale, traversent le Mexique pour rejoindre les États-Unis.

Les migrants sont souvent la cible de bandes criminelles, sont l’objet de vols, de tentatives  d’extorsion, de viol, d’enlèvement et même de meurtre.

http://www.lapresse.ca/


 

Mise en garde aux États-Unis Le Superbowl, une aubaine pour le trafic d’enfants?


Une autre raison que je déteste le sport professionnel, c’est bien les rapaces qui font n’importe quoi pour se remplir les poches dont ceux qui font du trafic humain. S’il y a quelque chose de positif en vue du Superbolw aux États-Unis, c’est qu’ils semblent sensibilisés et formés des gens pour repéré les « /%%$////*(&?%/’. qui font ce genre de trafic
Nuage

 

Mise en garde aux États-Unis

Le Superbowl, une aubaine pour le trafic d’enfants?

 

Le Superbowl, une aubaine pour le trafic d'enfants?

Crédit photo : Archives Reuters

Le Super Bowl de 2013

Des réseaux de prostitution d’enfants et de personnes vulnérables exploitent les grands événements sportifs comme le Super Bowl, la grande finale du championnat de football américain qui a lieu dimanche, ont mis en garde associations et élus américains lundi.

«Dans moins d’une semaine, le New Jersey (est) accueillera le Super Bowl, et outre les fans enthousiastes, l’Etat se prépare aussi à l’arrivée probable de trafiquants américains et internationaux», a déclaré le républicain Christopher Smith lors d’une audition à la Chambre des représentants.

«Nous savons d’expérience que tous les événements sportifs, surtout le Super Bowl, sont des aimants pour le trafic sexuel», a-t-il dit.

Citant des chiffres du Centre national pour les enfants disparus et exploités, l’élu a rappelé que plus de 10.000 femmes et filles exploitées furent emmenées à Miami lors du Super Bowl de 2010.

Le Super Bowl est l’un des plus grands rendez-vous sportifs de l’année aux Etats-Unis. La finale a lieu cette année à l’extérieur de New York, dans l’immense stade Metlife dont la capacité est de 82.500 sièges, selon son site.

Le gouvernement américain et des associations de lutte contre la prostitution entendent utiliser l’événement pour sensibiliser la population mais aussi les acteurs du secteur du tourisme: compagnies aériennes, compagnies de cars, et chaînes hôtelières.

Un nouveau programme du gouvernement fédéral, Blue Lightening, a permis de commencer à former les employés de plusieurs compagnies, dont Delta Airlines.

«Toutes les victimes de trafic doivent forcément être transportées» explique Christopher Smith.

«Les personnels naviguants sont les mieux placés pour repérer un trafic potentiel et appeler un numéro spécial ou informer le pilote pour qu’il puisse alerter les autorités».

Cette sensibilisation a permis le démantèlement d’une cellule de trafic de 82 enfants depuis la République dominicaine vers les Etats-Unis.

Une hôtesse de l’air, Nancy Rivard, avait alerté les autorités. Elle est depuis devenue la présidente de l’association Airlines Ambassadors.

Les personnels des hôtels situés autour du Super Bowl de cette année ont été formés pour repérer d’éventuelles victimes de prostitution.

«Les chambres d’hôtel sont les endroits préférés pour la vente d’enfants car les exploiteurs pensent qu’ils y sont anonymes, ils ont l’impression que ce n’est pas risqué», explique dans une déclaration écrite Carol Smolenski, directrice de l’ONG spécialisée ECPAT-USA.

http://tvanouvelles.ca/

Plus de 800 personnes soupçonnées de trafic d’enfants arrêtées en Chine


Quelle tristesse de voir que des enfants sont vendus, je pense ce qui aiderait surement c’est que la politique d’enfant unique soit abolis et qu’on redonne aux bébés filles les mêmes droits que les garçons .. mais la pauvreté et l’appât du gain fera probablement beaucoup d’autre victimes d’enfant
Nuage

 

Plus de 800 personnes soupçonnées de trafic d’enfants arrêtées en Chine

 

La police chinoise a arrêté 802 personnes soupçonnées d’avoir participé au trafic d’enfants, et a libéré 181 enfants dans le cadre d’une opération majeure s’étendant dans 15 provinces, a annoncé vendredi le ministère chinois de la Sécurité publique.

 

Cette récente opération a permis de démanteler deux réseaux de trafic et mené à l’arrestation des têtes dirigeantes, a précisé le ministère dans une déclaration publiée sur son site Internet.

L’opération nationale a été mise sur pied plus tôt cette année après que des policiers locaux eurent repéré des indices de ce genre de trafic, incluant la présence fréquente de femmes enceintes, provenant d’autres villages, dans une clinique de la province de Hebei (nord), a précisé le ministère. Des médias d’État ont révélé que des parents désirant vendre leurs enfants pouvaient trouver des acheteurs potentiels via cette clinique.

Un médecin travaillant dans cette clinique a été arrêté, a précisé un média officiel. Il n’a pas été possible de savoir si les femmes enceintes faisaient partie des gens arrêtés.

Dans la province de Henan, dans le centre du pays, l’inspection d’un autocar a permis de découvrir quatre suspects qui avaient tenté de vendre quatre enfants, a dit le ministère.

Enfants uniques, enfants vendus

Le trafic d’enfants est un problème important en Chine. La politique de l’enfant unique limite la majorité des couples vivant en ville à un enfant et les couples ruraux à deux si le premier est une fille. Cette politique a alimenté un marché de vente et d’achat d’enfants, particulièrement de garçons, en raison d’une préférence traditionnelle pour les héritiers mâles.

Plusieurs bébés victimes de ces réseaux de trafic sont enlevés, mais certains sont vendus par des familles qui sont trop pauvres pour s’occuper d’un enfant, ou qui ne veulent pas de fille.

Au dire des médias officiels, une fillette peut se vendre entre 30 000 et 50 000 yuans (de 4800 à 8000 dollars US), tandis qu’un garçon peut trouver preneur pour de 70 000 à 80 000 yuans (de 11 200 à 12 800 dollars US).

Les tribunaux chinois imposent des peines sévères, y compris la peine de mort, aux trafiquants d’enfants.

L’an dernier, la Chine a libéré plus de 8000 enfants qui ont été enlevés ou volontairement vendus par leurs parents.

Associated Press

http://actualites.ca.msn.com