« Percée » dans les pneumonies liées au vapotage


Il semble que les analyses américaines des cas de pneumonie liée à la vapoteuse commence a donner des réponses. Les coupables sont l’acétate de vitamine E et le THC vendu sur le marché noir. Cependant rien ne dit sur les cigarettes électroniques fumée avec du THC est sans danger pour le moment.
Nuage


« Percée » dans les pneumonies liées au vapotage

Les autorités médicales américaines dévoilent vendredi midi qu’elles ont trouvé un composé suspect, l’acétate de vitamine E, dans les poumons de victimes de la vague de pneumonies liées au vapotage. De plus, le problème semble être lié à du THC contrefait obtenu sur le marché noir.

MATHIEU PERREAULT
LA PRESSE

« C’est une percée », a dit Anne Schuchat, directrice adjointe aux Centres de contrôle des maladies (CDC) du gouvernement américain, pendant une conférence de presse téléphonique ce midi. « C’est la première fois qu’on identifie une toxine potentielle dans des échantillons biologiques des patients, pris dans l’endroit où la blessure a eu lieu, les poumons. Jusqu’à maintenant, nous n’avions identifié l’acétate de vitamine E que dans des échantillons de liquides pour vapoteuses. »

Le nombre de cas de pneumopathies liées au vapotage continue d’augmenter aux États-Unis. Jeudi, les CDC ont mis à jour le nombre de victimes (2051, contre 1890 une semaine auparavant) et de morts (39, contre 37 une semaine auparavant) d’EVALI (le nom scientifique de la vague de pneumopathies liées au vapotage). En date du 29 octobre, Santé Canada recensait cinq cas au Canada, dont deux au Québec.

L’acétate de vitamine E, utilisée comme « agent de viscosité » pour vapoter du THC, un ingrédient actif du cannabis, a été retrouvée dans du liquide pulmonaire de tous les 28 patients testés. Ce liquide a été recueilli dans le cadre des soins cliniques pour la pneumopathie, aux quatre coins des États-Unis.

Du THC a été également retrouvé dans le liquide pulmonaire de 23 des 28 patients. Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas vapoté du THC, a prévenu Benjamin Blount, le biologiste qui a mené l’analyse. 

« On ne s’attend pas à retrouver du THC dans les poumons, mais dans l’urine, alors c’est une proportion très élevée », a dit M. Blount.

Une autre analyse, menée en Illinois, a montré que le risque de pneumopathie grave était particulièrement élevé, entre 8,5 et 9,2 fois plus élevé, pour les vapoteurs qui se sont procuré du THC contrefait appelé « Dank Vapes », ou de manière « informelle ». Cette analyse a comparé les habitudes de 66 victimes d’EVALI avec celles de 4600 vapoteurs, dont 600 qui vapotaient au cannabis.

« Le risque semble être beaucoup plus grand si le vapotage de THC implique des produits achetés de manière informelle », a dit la Dr Schuchat.

La vitamine E fait officiellement l’objet d’une demande de brevet canadien pour un liquide de vapotage au cannabis. La demande a été présentée récemment à l’Office de la propriété intellectuelle du Canada par l’entreprise californienne Constance Therapeutics inc., qui produit des extraits de cannabis à des fins médicales. La vente au Canada de produits du cannabis Constance Therapeutics inc. n’est toutefois pas encore autorisée.

-Avec la collaboration de Tristan Péloquin

https://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► Fruits et légumes toxiques ?


Les fruits et les légumes sont importants pour notre alimentation. Cependant, certains d’entre eux demande des soins particuliers, car ils peuvent nous rendre malade. Soit qu’ils ne faut pas les manger crus, ou que certaines parties ne sont pas consommable, mais peut servir d’insecticides pour le jardin ou encore, ne doit pas être conservé à coté d’autres aliments
Nuage


Fruits et légumes toxiques ?


Gros plan sur une dizaine de fèves de haricots rouges déposées sur une table de métal.

Les haricots rouges peuvent contenir de la phytohémagglutinine, une toxine pouvant causer des problèmes de santé chez les humains.

Un reportage d’Alain Roy de L’épicerie

Certains fruits et légumes contiennent naturellement des toxines pour se défendre contre les insectes et des micro-organismes ravageurs.

C’est le cas des crosses de fougères, appelées aussi têtes de violon.

Pour éviter de sérieux problèmes de digestion, la chimiste Anne-Marie Desbiens recommande deux ou trois séquences de trempage et de rinçage, suivies d’une cuisson à la vapeur d’au moins 10 à 12 minutes avant de rincer une dernière fois pour enfin les dorer à notre goût.

Des crosses de fougères, aussi appelées têtes de violon, dans un panier sur une table de bois.

Des têtes de violon

PHOTO : RADIO-CANADA

« C’est la même chose pour les haricots rouges secs, poursuit-elle. Ils contiennent des phytohémagglutinines, une toxine qui peut créer des nausées très sévères, des vomissements et de la diarrhée intense chez l’humain. »

Pour s’en débarrasser, « il faut absolument les faire tremper au moins 5 heures, jeter l’eau, et ensuite les faire cuire une bonne demi-heure » indique Anne-Marie Desbiens, qui ajoute que les haricots rouges en conserve ne posent quant à eux aucun problème, puisqu’ils sont déjà cuits.

Cuire avant de râper

La récente popularité des spiraliseurs, ces appareils qui servent à transformer légumes et fruits en fines spirales et rubans, a causé plusieurs intoxications aux betteraves crues l’année dernière.

Au Québec seulement, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) a recensé 80 intoxications déclarées.

« Chez certaines personnes, des vomissements intenses surviennent dans les minutes qui suivent l’ingestion, prévient Mme Desbiens. Si on tient à manger [les betteraves] râpées ou en spirales, il faut quand même les cuire. »

Un des aliments les plus consommés qui soit – mais dont il faut aussi se méfier – est la pomme de terre… verte!

« Quand la pomme de terre est exposée à la lumière, elle crée de la chlorophylle, qui donne la couleur verte. La chlorophylle n’est pas à craindre, mais la lumière va aussi faire sécréter à la patate des glycoalcaloïdes, dont la solanine et la chaconine. Ces molécules-là sont des toxines que la cuisson ne détruit pas. Il faut donc absolument éplucher la pomme de terre de façon à enlever complètement toute trace de vert. »

Gros plan sur une pomme de terre en train de se faire éplucher.

Il faut éplucher les pommes de terre vertes pour éviter la glycoalcaloïde.

PHOTO : RADIO-CANADA

Il faut aussi se méfier des tomates vertes qui « contiennent des tomatines, poursuit Mme Desbiens. Cette toxine va créer des effets semblables à ceux causés par les toxines qu’on trouve dans les pommes de terre qui ont commencé à verdir. Le mûrissement va faire disparaître la tomatine; donc il est important d’attendre qu’elle soit bien rouge. »

Depuis quelques années, on a aussi vu des cas de plus en plus fréquents d’intoxication aux noix de pin.

La cause précise demeure inconnue, mais cette intoxication provoque un goût d’amertume qui envahit la bouche pour quelques jours.

« La même chose peut se produire avec les carottes et le panais, ajoute Mme Desbiens. Si on range ces deux légumes-là à côté de fruits qui dégagent de l’éthylène comme les bananes, ce gaz éthylène là va provoquer la sécrétion d’isocoumarine dans la carotte, puis de xanthotoxine dans le panais. Ces deux molécules vont créer de l’amertume en bouche. »

Avec les premières chaleurs de juin arrive aussi la rhubarbe.

Ce n’est pas d’elle qu’il faut se méfier, mais de ses feuilles! On ne les mange pas, mais Anne-Marie Desbiens nous prévient quand même que celles-ci contiennent des oxalates, des anthraquinones.

« Ces molécules peuvent provoquer des effets sévères comme des nausées, des vomissements, des crampes, des convulsions et si on en mange en grande quantité, de rares cas de décès. D’ailleurs, on peut faire bouillir les feuilles, recueillir le liquide et le pulvériser sur vos fleurs de jardin comme insecticide naturel », suggère-t-elle.

https://ici.radio-canada.ca/

Une famille frôle la mort après avoir nettoyé un aquarium


Nettoyer un aquarium n’est pas sans risque quand il contient des coraux. Je crois que très peu d’entre-nous savent que certains coraux peuvent dégager une toxine très dangereuse voir mortelle. Et d’après une histoire vécue aussi à Gatineau en 2018, il semble que ce soit assez compliqué nettoyer la toxine dans une maison.
Nuage


Une famille frôle la mort après avoir nettoyé un aquarium

À la suite du nettoyage de l’aquarium de leurs poissons, une famille a frôlé la mort. La raison : ils ont été exposés à la deuxième toxine la plus meurtrière au monde.

À la suite du nettoyage de leur aquarium, une famille a frôlé la mort. Les parents nettoyaient le corail lorsqu’ils ont commencé à ressentir des symptômes incommodants : leur gorge est devenue sèche et des frissons traversaient leurs corps.

La raison : ils ont été exposés à la deuxième toxine la plus meurtrière au monde, libérée par un corail qui se sentait menacé.

Appelée palytoxine, cette toxine cause une intoxication rapidement et la mort suit généralement peu de temps ensuite.

Un cas semblable a été recensé à Gatineau, en 2018. Heureusement, les deux familles s’en sont sorties indemnes.

Ces intoxications sont relativement rares : de 2000 à 2014, seulement 171 cas ont été rapportés aux États-Unis.

https://www.meteomedia.com/

Une algue tue des dizaines de chiens aux États-Unis, mais pas seulement


Les algues bleues qu’on peut appeler blooms ou encore fleurs d’eau existent depuis 2 ou 3 milliards d’années. Ces microorganismes produisent des toxines qui en grande concentration peuvent être dangereuses pour les animaux, notamment les chiens. Pour l’humain, il semble qu’il n’y a pas vraiment de chiffre, cependant, il est préférable d’être vigilant avec les enfants.
Nuage


Une algue tue des dizaines de chiens aux États-Unis, mais pas seulement

Dans les lacs du monde entier, on peut observer des algues bleu-vert, parfois mortelles. | Atanas Teodosiev via Unsplash

Dans les lacs du monde entier, on peut observer des algues bleu-vert, parfois mortelles. | Atanas Teodosiev via Unsplash

Repéré par Ines Clivio

Repéré sur The New York Times

Ces fleurs d’eau aussi appelées «blooms» fleurissent dans les eaux du monde entier.

C’est l’été sur le Lady Bird Lake à Austin. Les eaux sont calmes et claires. Au loin, un kayak file sur sa surface. Britanny Stanton rame, accompagnée d’Oliver, son golden retriever de 2 ans, qui ne cesse de se jeter à l’eau. Arrivés à la plage, Oliver s’effondre.

«Il n’aura fallu qu’une heure après qu’on soit sortis pour qu’Oliver pousse son dernier souffle», racontera-t-elle au New York Times.

Mais à y regarder de plus près, les eaux du Lady Bird Lake n’étaient pas tout à fait claires. On pouvait apercevoir des tâches bleu-vert, intensément colorées, comme si on avait déversé de la peinture dans l’eau. Ces fleurs d’eau appelées «blooms» sont aussi belles à regarder qu’elles sont dangereuses.

Des neurotoxines

Les blooms recèlent une forte concentration de cyanobactéries aussi appelées «algues bleues», ces microorganismes vieux comme le monde, les premiers à avoir fabriqué de l’oxygène, il y a de ça deux ou trois milliards d’années. Pour fonctionner, elles produisent des toxines qui, ingérées, peuvent s’avérer dangereuses –voire mortelles pour certains animaux. Plus la concentration est élevée, plus le risque d’être en contact avec les toxines est fort.

Les neurotoxines qu’elle dégagent peuvent bloquer la transmission nerveuse et provoquent des convulsions, qui se soldent par un arrêt des organes respiratoires. C’est ce qu’il s’est passé pour Oliver et pour les trois chiens d’une femme en Caroline du Nord, dont la mort brutale l’un après l’autre après avoir barboté dans un lac près d’Atlanta a fait la une des journaux américains.

«À minuit, ils étaient tous morts», dira-t-elle au Washington Post.

Les chiens, qui tendent à se baigner en eau peu profonde, là où la concentration est la plus élevée et à avaler de l’eau contaminée, sont à cet égard les plus vulnérables à l’algue. Pour les humains en général, on ne recense que peu de cas de décès.

«Il n’y a pas de chiffre fiable en ce qui concerne le nombre de personnes touchées dans le monde et les seuls décès humains dus à des toxines cyanobactériennes, qui sont documentés et étayés par des preuves scientifiques, ont été causés par l’exposition durant une dialyse (eau contaminée insuffisamment traitée)», indique l’OMS.

Il convient de prendre ses précautions vis-à-vis des enfants et de notre propre comportement en zone contaminée.

Si le problème des cyanobactéries n’est ni récent, ni propre aux États-Unis (nous avons également connu des drames canins dans le bassin de la Loire), il pose la question de leur prolifération depuis quelques années.

Les blooms fleurissent dans les eaux du monde entier, de la Nouvelle-Zélande à la Scandinavie. Sans doute l’activité humaine n’est-elle pas en reste, dans la mesure où chaleur grandissante et rejets de phosphate et de nitrate dans les eaux, deux nutriments dont ces algues se nourrissent, sont des conditions qui favorisent leur prolifération. Changement climatique aidant, on peut s’attendre à voir survenir au cours des prochains étés d’autres tragédies du même ordre que celle d’Oliver et Bettany.

http://www.slate.fr/

Les boissons light impacteraient fortement notre flore intestinale, et pas de la bonne manière !


La flore intestinale est les boissons lights ne font pas vraiment bon ménage. Les édulcorants et autres substances libéraient des toxines dans le microbiome.
Nuage

 

Les boissons light impacteraient fortement notre flore intestinale, et pas de la bonne manière !

 

coca soda boisson

Crédits : PxHere

par Yohan Demeure

Une récente étude s’attaque aux boissons “light”, qui auraient un effet néfaste sur notre santé. Selon les chercheurs, le problème viendrait des édulcorants artificiels, sources de danger pour notre flore intestinale.

Les édulcorants artificiels sont autorisés dans de nombreux pays du monde, et sont présents dans la composition de diverses boissons gazeuses et autres sodas dits “light” (ou allégés). Or, une étude a été menée par des chercheurs israéliens (Université Ben Gourion du Néguev) et singapouriens (Université nationale de Singapour). Publiée dans la revue Molecules le 1er octobre 2018, elle pointe du doigt pas moins de 6 différents édulcorants artificiels !

« Dix suppléments sportifs contenant ces édulcorants ont également été analysés pour cette étude », ont expliqué les scientifiques.

La star des édulcorants n’est autre que le bien connu aspartame, accompagné d’autres tout aussi nocifs pour l’ensemble des bactéries intestinales. Rappelons que ces bactéries (bonnes et mauvaises) représentent une source d’équilibre pour notre microbiome ou flore intestinale. Les scientifiques n’ont pas hésité à affirmer que leurs recherches représentaient une preuve supplémentaire que les édulcorants artificiels pouvaient nuire à la santé humaine.

Pour arriver à leur conclusion, les chercheurs ont pratiqué des tests à l’aide de 6 différents édulcorants artificiels sur un « microbiome intestinal sain associé à une amélioration de la régulation hormonale, à l’absorption des nutriments, à la digestion et au fonctionnement du système immunitaire ».

Il a été prouvé que les quantités de toxines libérées étaient plus importantes lors d’une exposition du microbiome aux édulcorants. De plus, l’intensité de la production de ces mêmes toxines dépendait directement de la quantité d’édulcorants.

Ces recherches pourraient aider à mieux « comprendre la toxicité relative des édulcorants artificiels et les effets négatifs potentiels sur la communauté microbienne de l’intestin ».

Ainsi, d’autres études devraient suivre pour déterminer précisément les conséquences directes de cette altération de la flore intestinale humaine.

Sources : Daily MailMedisite

https://sciencepost.fr

Le Saviez-Vous ► Cette erreur que l’on fait souvent au repas de midi


    Je ne suis jamais tomber malade avec le riz réchauffé au micro-ondes, mais bon. S’il y a danger d’intoxication mieux être prudent surtout avec des personnes fragiles
    Nuage

Cette erreur que l’on fait souvent au repas de midi

 

© getty.

Jeanne Poma.

 

Réchauffer un plat qui contient du riz peut vous exposer à une intoxication alimentaire.

Une étude britannique démontre que le riz qui a été conservé au frigo doit être consommé au maximum dans les 24h, en particulier si on veut le réchauffer au micro-ondes. Et il est déconseillé de le réchauffer plus d’une fois.

Le danger réside dans la bactérie Bacillus cereus, très souvent présente dans le riz. Lorsque l’on cuisine du riz et qu’il refroidit à température ambiante, cette toxine se multiplie et devient nocive pour celui qui la consomme. Elle est malheureusement indétectable au goût ou à l’odeur. Cuisinez donc des petites quantités et conservez vos restes au frigo, avec le couvercle à moitié ouvert

Les plats à emporter

Parce que vous manquerez d’informations sur la traçabilité, ne réchauffez pas du riz si celui-ci a été livré ou pris à emporter dans un restaurant.

Intoxication

Si vous avez la malchance de tomber malade, les symptômes de l’intoxication alimentaire se manifestent après une période de une à cinq heures. Ils se traduisent par des nausées, des vomissements et des diarrhées. Ils durent généralement une journée. Dans ce cas, contactez votre médecin.

https://www.7sur7.be/7s

Un serpent d’Amazonie dispose de toxines spécialisées selon ses proies


Est-ce une évolution d’adaptation qu’un serpent puisse avoir trois toxines dans son venin qui agit différemment selon la proie ? Certains croient que oui.
Nuage

 

Un serpent d’Amazonie dispose de toxines spécialisées selon ses proies

 

Spilotes sulphureus serpent

Crédits : Bernard DUPONT / Flickr

par Maximilien Llorca

Le serpent amazonien Spilotes sulphureus possède dans son venin des toxines propres aux proies auxquelles il s’attaque. L’une foudroie spécifiquement les reptiles, l’autre tue les mammifères. La particularité de son venin semble être issue de l’adaptation.

Brève description du serpent Spilotes sulphureus

Le serpent Spilotes sulphureus – de la famille des Colubridae – vit en Amazonie. À taille adulte, il avoisine les 2 mètres de longueur, et lorsqu’il doit s’attaquer à de grosses proies, il peut utiliser la constriction. En revanche lorsque ses victimes sont plus petites, il s’appuie sans hésitation sur son surprenant venin, car celui-ci possède une toxine spéciale pour les mammifères, et une autre pour lézards et oiseaux. C’est ce que démontrent les chercheurs de cette étude parue dans la revue Proceedings of the Royal Society.

Un venin, trois toxines

Afin d’en arriver à ces résultats, ils ont dans un premier temps extrait manuellement le venin du serpent. Après analyses, 3 toxines présentes en abondance ont pu être identifiées  : la sumoltoxine 1, la sumoltoxine 2, ainsi que la sulditoxine.

Ensuite, les scientifiques ont inoculé les différentes toxines à des geckos et des souris. Et ils ont pu ainsi mettre en évidence que chaque toxine du venin correspondait à un animal en particulier. En effet, la sulditoxine tue les geckos, mais les souris ne subissent pas d’effets indésirables – même lorsque la dose est fortement augmentée. A contrario, les souris pâtissent de la toxicité de la sulmotoxine 1, contrairement aux geckos qui cette fois-ci n’ont rien. Mais la sulmotoxine 2 n’a eu aucun effet sur les deux espèces de l’expérience. Selon la chercheuse Cassandra M. Modhal de l’Université du Nothern Colorado (États-Unis) c’est une première :

«C’est, à notre connaissance, la première fois que l’on montre que les protéines du venin d’un serpent ont une toxicité bimodale et contrastée, en lien avec le régime alimentaire ».

«… il est peu probable que Spilotes sulphureus puisse sécréter des toxines spécifiques… »

En revanche, les chercheurs pensent que le serpent injecte tout de même à ses proies les 3 toxines d’un coup.

C’est ce qu’explique Stephen P. Mackessy, co-auteur de l’étude « en se basant sur les autres venins de serpent et sur les différents modèles de sécrétion des glandes venimeuses, il est peu probable que Spilotes sulphureus puisse sécréter des toxines spécifiques aux mammifères lorsqu’il se nourrit de mammifères, et des toxines spécifiques aux lézards lorsqu’il se nourrit de lézards». Mais, il rajoute tout de même que «nous ne l’avons pas démontré, alors la possibilité d’une sécrétion sélective, bien qu’improbable, demeure ».

Spilotes sulphureus serpent

Share

Crédits : Bernard DUPONT/ Wikimedia

Comment s’explique cette particularité ?

Il est tout à fait légitime de se demander pourquoi Spilotes sulphureus n’a pas un venin du même style que ses congénères, avec une seule toxine pour tous types de proies. Les scientifiques y répondent de la manière suivante :

«Il semble que la toxine spécifique aux lézards soit une caractéristique commune à beaucoup d’espèces de serpents à crochets arrière, et représente l’état ancestral tandis que les protéines qui ciblent les mammifères constitueraient un état plus récent. Ceci souligne l’importance du régime alimentaire et des stratégies de prédation dans l’évolution des toxines de serpent : Spilotes sulphureus se nourrit préférentiellement d’oiseaux et de lézards mais peut également manger des mammifères pour compléter son régime grâce à son venin ». 

Ainsi, les auteurs s’accordent à dire que ce type de venin est « un exemple classique d’adaptation via la duplication de gènes et la néofonctionnalisation d’une protéine de venin. Ce phénomène permet d’élargir la palette de proies ».

Sources : Science et AvenirBio scène

https://sciencepost.fr/